Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Apple : Un logiciel d'espionnage menace ses appareils mobiles
Publié dans Le Maghreb le 28 - 08 - 2016

Apple a mis à jour en urgence le logiciel de ses appareils mobiles pour contrer une cyber-menace sophistiquée: Pegasus, un logiciel d'espionnage conçu par une société israélienne et repéré quand il s'est attaqué à l'iPhone d'un dissident émirati. Selon une notice publiée jeudi sur le site internet du groupe américain, la mise à jour (iOS 9.3.5) s'applique aux iPhone et iPad commercialisés depuis 2011, ainsi qu'à des lecteurs musicaux iPod sortis l'année suivante. Elle répare trois failles de sécurité dans le système d'exploitation iOS, permettant à des pirates d'accéder à la mémoire ou d'exécuter des logiciels malveillants sur l'appareil. "Nous avons été averti de cette vulnérabilité et l'avons immédiatement réparée", a indiqué un porte-parole d'Apple. Dans un billet séparé, le Citizen Lab de l'université canadienne de Toronto, spécialisé dans la censure informatique, et la société de cybersécurité californienne Lookout expliquent avoir coopéré avec Apple après avoir découvert un mécanisme d'attaque sophistiqué utilisant ces trois failles (regroupées sous le nom de "Trident") et frappant "des cibles à haute valeur", comme par exemple des dissidents politiques. Il s'agit selon eux d'un logiciel d'espionnage baptisé Pegasus et créé par la société israélienne NSO Group. Il fonctionne au départ comme une attaque par hameçonnage (phishing): il envoie à l'utilisateur un texto renvoyant sur un site internet semblant légitime mais conçu pour contaminer discrètement l'appareil avec un système d'espionnage. Le blog décrit un logiciel hautement personnalisable en fonction du pays et des fonctionnalités réclamées par celui qui l'achète: il peut accéder à la caméra, au micro ou à la géolocalisation de l'appareil, aux contenus de messages, d'appels et de toute une série d'applications de communication dont Gmail, Facebook, Skype, WhatsApp, Viber, FaceTime, Line, mail.ru, WeChat...

Espionnage politique et économique
C'est un militant des droits de l'Homme émirati, Ahmed Mansoor, qui a donné l'alerte. Déjà visé par plusieurs cyber-attaques dans le passé, il a jugé suspicieux des textos reçus courant août qui lui promettaient des "secrets" sur des détenus torturés dans les prisons des Emirats arabes unis. Au lieu de cliquer sur les liens internet des textos, il a contacté les chercheurs du Citizen Lab, qui ont remonté jusqu'à NSO. D'après les médias locaux, cette société spécialisée dans la "cyber-guerre" et basée au nord de Tel-Aviv, dans "la Silicon Valley israélienne", a été fondée en 2010 et a passé ces dernières années des contrats notamment avec les gouvernements mexicains et panaméens. Mais c'est semble-t-il la première fois qu'un de ses logiciels est repéré. Lorsqu'un fonds américain (Francisco Partners) avait pris en 2014 une participation majoritaire, il avait fallu l'accord du ministère israélien de la Défense en raison des technologies "sensibles" de NSO, dont au moins trois responsables auraient effectué leur service militaire au sein de l'unité 8.200, l'équivalent israélien de l'agence de renseignements américaine NSA. Pour Mike Murray, responsable de la recherche sur la sécurité chez Lookout, la découverte de Pegasus est une rare opportunité d'exposer l'activité des "fournisseurs louches de cyber-armes". Le smartphone est une cible de valeur", et les gens capables de s'immiscer dedans et n'ayant pas un code moral trop strict "se sont rendu compte de l'opportunité de faire des affaires", a-t-il indiqué. Des factures en ligne montrent que les pirates peuvent encaisser des dizaines de milliers de dollars pour chaque cible touchée avec un de leur logiciel. S'ils n'ont pas prouvé de lien entre l'attaque contre Ahmed Mansoor et un gouvernement spécifique, les chercheurs de Toronto évoquent des indices pointant vers les Emirats arabes unis. Les autorités émiraties n'ont pas commenté. Citizen Lab dit également avoir des preuves que des pirates soutenus par des gouvernements ont utilisé les produits de NSO pour espionner un journaliste mexicain qui écrivait sur de la corruption au niveau du chef de l'Etat au Mexique, ainsi que contre une ou plusieurs cibles non identifiée(s) au Kenya.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.