COVID-19: fabrication et commercialisation des masques de protection à partir de juin    Washington Times prédit une riposte médiatique contre l'Algérie    DECES D'EL-YOUSSOUFI : Le président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ALGERIE POSTE : Disponibilité du réseau de l'ordre de 97.3% durant le Ramadhan    Jeux méditerranéens : échange de vues "constructif" autour d'Oran-2022    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    RECONDUCTION DU CONFINEMENT : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    ORAN : Le wali booste les projets en cours    Coronavirus: 133 nouveaux cas, 127 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    TISSEMSILT : Saisie de stupéfiant dans deux affaires différentes    Accidents de la route: 5 morts et 294 blessés durant les dernières 48 heures    Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Le député FLN Abdelmalek Sahraoui bientôt devant le juge    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Biskra : Suspension du maire de Chetma    Une politique budgétaire incohérente    Le Brent à 34 dollars à Londres    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Tensions entre Alger et Paris    La scène, ce reflet de la société    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Covid-19: 360 cas guéris ont quitté les hôpitaux depuis l'apparition de la pandémie    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Inde accueille le 8e sommet des BRICS: Au menu, une stratégie pour booster l'économie
Publié dans Le Maghreb le 17 - 10 - 2016

Les dirigeants des puissances émergentes des BRICS se sont réunis hier à Goa, en Inde, pour discuter de la stratégie de coopération à l'heure où l'économie internationale traverse des difficultés.
Le 8e sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) a officiellement débuté hier à Benaulim, localité de l'Etat occidental de Goa. Les dirigeants, qui ont tenu leur premier entretien déjà samedi, lors d'un dîner informel, ont posé aujourd'hui pour une photo commémorative lors de la cérémonie d'ouverture.
Les BRICS, qui représentent 53 % de la population mondiale et quelque 16 000 milliards de dollars de PIB, se sont constitués en 2011 pour contrebalancer l'Occident dans la gestion des affaires du monde. Le programme prévu pour ce dimanche s'annonce serré : réunion des dirigeants, rencontre avec des représentants du Conseil des Affaires des Brics, séance plénière avec la participation des délégations nationales, et finalement signature des documents conjoints. Il est à noter qu'un large ballot de documents attend d'être signé : outre la déclaration de Goa, plan d'action destiné à définir les priorités de coopérations pour le proche avenir, figurent également de nombreux documents sur la coopération financière, économique et humanitaire.
Le réchauffement climatique et la sécurité régionale sont également à l'ordre du jour. Hier, une série de rencontres bilatérales a vu la Russie et l'Inde signer de lucratifs accords en matière de défense et d'énergie, pour plusieurs dizaines de milliards de dollars.
Création d'une agence de notation
Les dirigeants des pays BRICS ont convenu, lors de leur sommet à Goa, de créer au plus vite une agence de notation de leur association. " Nous avons déclaré que la construction d'institutions était l'objectif principal de nos efforts. Nous nous sommes entendus pour instaurer le plus vite possible une agence de notation des BRICS ", a déclaré dimanche le premier ministre indien Narendra Modi lors d'une rencontre en comité élargi du groupe. Les parties ont également convenu, selon lui, de former un Centre d'études agricoles et d'accélérer la formation d'un réseau de chemins de fer des BRICS.
Les BRICS sont un groupe interétatique informel réunissant le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud. Le sommet de Goa est le huitième pour les BRICS. En tant que pays hôte cette année, l'Inde a invité, pour participer au sommet 2016 en comité élargi, les membres du BIMSTEC (Bay of Bengal Initiative for MultiSectoral Technical and Economic Cooperation), une organisation internationale réunissant un ensemble de pays d'Asie du Sud et d'Asie du Sud-Est, notamment le Bangladesh, l'Inde, la Birmanie, Sri Lanka, la Thaïlande, le Bhoutan et le Népal.
Les BRICS ne toléreront aucune pression, affirme Poutine
Face aux approches unilatérales des pays occidentaux, les BRICS n'accepteront pas de pressions et de violations de la souveraineté des autres Etats, ce qui sera reflété dans la déclaration du sommet à Goa, estime Vladimir Poutine.
Le chef de l'Etat russe est convaincu que le groupe des BRICS constitue un des éléments clés du monde multipolaire en cours de formation. Les membres du groupe démontrent constamment leur engagement en faveur des principes fondamentaux du droit international et contribuent au renforcement du rôle central de l'Onu, a-t-il ajouté. " Nos pays n'acceptent pas la politique de pression et de violation de la souveraineté des autres Etats. Nous adoptons les mêmes approches pour résoudre des problèmes internationaux, notamment en ce qui concerne la crise syrienne et le règlement au Moyen-Orient. Voilà pourquoi les déclarations finales des sommets, et la réunion de Goa ne fera pas exception, confirment notre attachement aux principes fondamentaux des relations interétatiques et avant tout au respect du droit international, où l'Onu joue un rôle central de coordination. Face aux tentatives d'un certain nombre de pays occidentaux d'imposer leurs approches unilatérales, cette position acquiert une importance particulière ", a déclaré le président russe dans une interview à l'agence russe Rossiya Segodnya et à l'agence indienne IANS. M. Poutine a également rappelé que selon la tradition, les déclarations des dirigeants des BRICS fixent les approches de base sur un vaste éventail de questions et définissent les objectifs de développement des pays membres à court terme, ce qui sert de fil conducteur aux nouvelles mesures de renforcement du partenariat stratégique dans différents domaines. A l'issue du sommet, il est prévu d'adopter la déclaration de Goa ainsi qu'un plan d'action qui détermineront les priorités de la coopération dans un avenir proche.
L'économie mondiale reste fragile, dit le président chinois
Le président chinois Xi Jinping a jugé dimanche que l'économie mondiale restait fragile lors d'un sommet en Inde des puissances émergentes des Brics qui tentent d'insuffler de la vigueur à leur regroupement confronté aux difficultés économiques.
Le Premier ministre indien Narendra Modi accueillait à Benaulim (Ouest) ses homologues brésilien, russe, chinois et sud-africain pour des pourparlers consacrés au renforcement économique de l'ensemble. "L'économie mondiale fait toujours face à une reprise périlleuse", a dit M. Xi dans un communiqué. "En raison de facteurs à la fois internes et externes, les Brics connaissent une croissance économique quelque peu ralentie et affrontent un certain nombre de défis nouveaux".
Les Brics, qui représentent 53% de la population mondiale et quelque 16.000 milliards de dollars de PIB, se sont constitués en 2011 pour contrebalancer le poids de l'Occident. Mais le Premier ministre indien Narendra Modi est bien le seul à pouvoir s'enorgueillir des résultats économiques de son pays. Selon des projections du Fonds monétaire international, l'Inde devrait encore enregistrer une croissance de 7,6% pour 2016/2017.
M. Modi a dit qu'il était vital que les Brics améliorent les niveaux de coopération, appelant au démantèlement des barrières commerciales et à la promotion des infrastructures.
"La promotion de l'engagement économique et commercial a représenté l'élan fondateur des Brics", a-t-il dit.
Le Premier ministre nationaliste, au pouvoir depuis deux ans, a fait valoir que l'ouverture économique engagée par son gouvernement avait porté ses fruits et qu'on pouvait en tirer les leçons. "En Inde, nous avons entrepris des efforts substantiels pour simplifier la gouvernance", a-t-il dit. "Nous avons fait de l'Inde l'une des économies les plus ouvertes du monde".
Le président chinois a estimé qu'il n'y avait pas de raison que le bloc ne s'épanouisse pas, appelant ses membres à "des actions concrètes pour renforcer la confiance". "A long terme", les perspectives de développement "sont toujours positives". Une série de rencontres bilatérales samedi a vu la Russie et l'Inde signer des accords dans les secteurs de la défense et de l'énergie, pour des dizaines de milliards d'euros.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.