PSG : Pas moins de 300M€ pour laisser partir Neymar ?    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    Confirmer la mutation du football africain    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    L'appel des sept    70% des objectifs atteints    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    La justice se penche sur les dossiers du secteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Inde accueille le 8e sommet des BRICS: Au menu, une stratégie pour booster l'économie
Publié dans Le Maghreb le 17 - 10 - 2016

Les dirigeants des puissances émergentes des BRICS se sont réunis hier à Goa, en Inde, pour discuter de la stratégie de coopération à l'heure où l'économie internationale traverse des difficultés.
Le 8e sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) a officiellement débuté hier à Benaulim, localité de l'Etat occidental de Goa. Les dirigeants, qui ont tenu leur premier entretien déjà samedi, lors d'un dîner informel, ont posé aujourd'hui pour une photo commémorative lors de la cérémonie d'ouverture.
Les BRICS, qui représentent 53 % de la population mondiale et quelque 16 000 milliards de dollars de PIB, se sont constitués en 2011 pour contrebalancer l'Occident dans la gestion des affaires du monde. Le programme prévu pour ce dimanche s'annonce serré : réunion des dirigeants, rencontre avec des représentants du Conseil des Affaires des Brics, séance plénière avec la participation des délégations nationales, et finalement signature des documents conjoints. Il est à noter qu'un large ballot de documents attend d'être signé : outre la déclaration de Goa, plan d'action destiné à définir les priorités de coopérations pour le proche avenir, figurent également de nombreux documents sur la coopération financière, économique et humanitaire.
Le réchauffement climatique et la sécurité régionale sont également à l'ordre du jour. Hier, une série de rencontres bilatérales a vu la Russie et l'Inde signer de lucratifs accords en matière de défense et d'énergie, pour plusieurs dizaines de milliards de dollars.
Création d'une agence de notation
Les dirigeants des pays BRICS ont convenu, lors de leur sommet à Goa, de créer au plus vite une agence de notation de leur association. " Nous avons déclaré que la construction d'institutions était l'objectif principal de nos efforts. Nous nous sommes entendus pour instaurer le plus vite possible une agence de notation des BRICS ", a déclaré dimanche le premier ministre indien Narendra Modi lors d'une rencontre en comité élargi du groupe. Les parties ont également convenu, selon lui, de former un Centre d'études agricoles et d'accélérer la formation d'un réseau de chemins de fer des BRICS.
Les BRICS sont un groupe interétatique informel réunissant le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud. Le sommet de Goa est le huitième pour les BRICS. En tant que pays hôte cette année, l'Inde a invité, pour participer au sommet 2016 en comité élargi, les membres du BIMSTEC (Bay of Bengal Initiative for MultiSectoral Technical and Economic Cooperation), une organisation internationale réunissant un ensemble de pays d'Asie du Sud et d'Asie du Sud-Est, notamment le Bangladesh, l'Inde, la Birmanie, Sri Lanka, la Thaïlande, le Bhoutan et le Népal.
Les BRICS ne toléreront aucune pression, affirme Poutine
Face aux approches unilatérales des pays occidentaux, les BRICS n'accepteront pas de pressions et de violations de la souveraineté des autres Etats, ce qui sera reflété dans la déclaration du sommet à Goa, estime Vladimir Poutine.
Le chef de l'Etat russe est convaincu que le groupe des BRICS constitue un des éléments clés du monde multipolaire en cours de formation. Les membres du groupe démontrent constamment leur engagement en faveur des principes fondamentaux du droit international et contribuent au renforcement du rôle central de l'Onu, a-t-il ajouté. " Nos pays n'acceptent pas la politique de pression et de violation de la souveraineté des autres Etats. Nous adoptons les mêmes approches pour résoudre des problèmes internationaux, notamment en ce qui concerne la crise syrienne et le règlement au Moyen-Orient. Voilà pourquoi les déclarations finales des sommets, et la réunion de Goa ne fera pas exception, confirment notre attachement aux principes fondamentaux des relations interétatiques et avant tout au respect du droit international, où l'Onu joue un rôle central de coordination. Face aux tentatives d'un certain nombre de pays occidentaux d'imposer leurs approches unilatérales, cette position acquiert une importance particulière ", a déclaré le président russe dans une interview à l'agence russe Rossiya Segodnya et à l'agence indienne IANS. M. Poutine a également rappelé que selon la tradition, les déclarations des dirigeants des BRICS fixent les approches de base sur un vaste éventail de questions et définissent les objectifs de développement des pays membres à court terme, ce qui sert de fil conducteur aux nouvelles mesures de renforcement du partenariat stratégique dans différents domaines. A l'issue du sommet, il est prévu d'adopter la déclaration de Goa ainsi qu'un plan d'action qui détermineront les priorités de la coopération dans un avenir proche.
L'économie mondiale reste fragile, dit le président chinois
Le président chinois Xi Jinping a jugé dimanche que l'économie mondiale restait fragile lors d'un sommet en Inde des puissances émergentes des Brics qui tentent d'insuffler de la vigueur à leur regroupement confronté aux difficultés économiques.
Le Premier ministre indien Narendra Modi accueillait à Benaulim (Ouest) ses homologues brésilien, russe, chinois et sud-africain pour des pourparlers consacrés au renforcement économique de l'ensemble. "L'économie mondiale fait toujours face à une reprise périlleuse", a dit M. Xi dans un communiqué. "En raison de facteurs à la fois internes et externes, les Brics connaissent une croissance économique quelque peu ralentie et affrontent un certain nombre de défis nouveaux".
Les Brics, qui représentent 53% de la population mondiale et quelque 16.000 milliards de dollars de PIB, se sont constitués en 2011 pour contrebalancer le poids de l'Occident. Mais le Premier ministre indien Narendra Modi est bien le seul à pouvoir s'enorgueillir des résultats économiques de son pays. Selon des projections du Fonds monétaire international, l'Inde devrait encore enregistrer une croissance de 7,6% pour 2016/2017.
M. Modi a dit qu'il était vital que les Brics améliorent les niveaux de coopération, appelant au démantèlement des barrières commerciales et à la promotion des infrastructures.
"La promotion de l'engagement économique et commercial a représenté l'élan fondateur des Brics", a-t-il dit.
Le Premier ministre nationaliste, au pouvoir depuis deux ans, a fait valoir que l'ouverture économique engagée par son gouvernement avait porté ses fruits et qu'on pouvait en tirer les leçons. "En Inde, nous avons entrepris des efforts substantiels pour simplifier la gouvernance", a-t-il dit. "Nous avons fait de l'Inde l'une des économies les plus ouvertes du monde".
Le président chinois a estimé qu'il n'y avait pas de raison que le bloc ne s'épanouisse pas, appelant ses membres à "des actions concrètes pour renforcer la confiance". "A long terme", les perspectives de développement "sont toujours positives". Une série de rencontres bilatérales samedi a vu la Russie et l'Inde signer des accords dans les secteurs de la défense et de l'énergie, pour des dizaines de milliards d'euros.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.