Décès de quatre médecins du Coronavirus: le Président Tebboune adresse ses condoléances    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    Covid-19: confinement partiel dans les communes d'El Kala et d'Echatt à la wilaya d'El Tarf    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Accablant réquisitoire    La FAF tranchera le 15 juillet    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Cap sur un nouveau plan de relance    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Boukadoum met en garde contre la gravité de la détérioration de la situation en Libye    54 infractions à la législation forestière enregistrées    10 décès et 469 nouveaux cas en 24 heures    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation de Mohamed Boukerras au poste de Directeur général de l'ISMAS    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FMI : Le Fonds inquiet de l'état de santé des banques européennes
Publié dans Le Maghreb le 20 - 10 - 2016

Le Fonds monétaire international a exprimé ses inquiétudes sur l'état de santé des banques occidentales et particulièrement européennes, au moment où la situation de Deutsche Bank et des établissements italiens préoccupent les marchés.

Menacée d'une lourde amende par les Etats-Unis pour un litige lié aux subprime, la banque allemande a récemment fait dévisser les bourses européennes, inquiètes de la fragilité du secteur. Deutsche Bank fait partie des banques d'investissement qui "essayent de délaisser un modèle d'activité dépassé" qui repose sur le gigantisme, a estimé Peter Dattels, le directeur adjoint du département Marchés financiers lors d'une conférence de presse. Selon lui, la banque allemande doit continuer à "convaincre les investisseurs que son modèle d'activité est viable dans l'avenir et qu'il s'est attaqué aux risques provenant des contentieux" en cours. Plus généralement, les institutions financières dans les économies avancées font face à une "série de défis structurels et conjoncturels et doivent s'adapter à cette nouvelle ère de faible croissance et de taux d'intérêts bas", indique le FMI dans son nouveau rapport sur la stabilité financière.

Sauvetage public
La réglementation accrue du secteur, le faible coût du crédit et le poids des créances douteuses minent la rentabilité de ces banques comme leur capacité à soutenir la croissance et pourraient au final "affecter la stabilité financière", met en garde le FMI. Leur capitalisation boursière globale a fondu de 430 milliards de dollars sur fond d'activité économique atone, note le rapport. Mais même en cas de forte reprise, plus d'un quart des banques des pays riches --qui gèrent 11.700 milliards de dollars d'actifs, soit quatre fois le PIB de la France-- resteraient "faibles et confrontées à d'importantes difficultés". La situation est particulièrement alarmante en Europe où certaines banques continuent de se débattre avec des "niveaux encore très élevés de créances douteuses" qui pourraient se transformer en pertes sèches, assure le FMI. Le secteur en Europe doit être réformé en profondeur en réduisant le nombre d'établissements et en limitant la coûteuse rémunération des dépôts bancaires notamment en France avec l'objectif de renouer avec la rentabilité, plaide le Fonds. "Sans une amélioration sensible de la capacité des banques fragiles à générer suffisamment de capitaux en interne, les investisseurs risquent d'hésiter avant d'injecter de l'argent frais pour compenser les pertes liées aux créances douteuses", écrit le FMI. Le seul recours des banques en difficulté serait donc de demander un renflouement public, ce que plusieurs pays européens ont déjà repoussé avec force. Le gouvernement allemand a ainsi récemment rejeté tout "plan de sauvetage" public pour venir en aide à Deutsche Bank, qui pourrait avoir à payer plusieurs milliards de dollars d'amende aux Etats-Unis. Le FMI a par ailleurs réfuté l'idée que les Etats-Unis seraient plus sévères avec les banques étrangères qu'avec leurs homologues américaines en leur imposant de plus lourdes pénalités. "En réalité, quand vous regardez l'ampleur de ces amendes, vous vous rendez compte que les institutions américaines ont plus souffert que d'autres pays", a estimé Matthews Jones, assistant directeur du département Marchés financiers.

L'endettement mondial à des niveaux record
La dette publique et privée dans le monde a atteint un montant sans précédent au point d'être plus de deux fois supérieure à la richesse économique créée sur le globe, a prévenu le Fonds monétaire international (FMI) mercredi. En excluant le secteur financier, l'endettement global s'élevait à la fin 2015 à 152.000 milliards de dollars, soit 255% du produit intérieur mondial exprimé en nominal, selon un nouveau rapport publié par le Fonds. "De hauts niveaux de dette sont coûteux parce qu'ils conduisent souvent à des récessions financières qui sont plus marquées et plus longues que les récessions normales", a estimé Vitor Gaspar, directeur du département des affaires budgétaires au FMI. Cette flambée de l'endettement tient principalement au secteur privé, qui a profité à plein de l'ère de "l'argent pas cher" alimentée par les politiques monétaires ultra-accommodantes des grandes banques centrales. Sur fond de croissance atone, cet endettement se révèle toutefois aujourd'hui un lourd handicap pour de nombreuses entreprises, notamment en Chine. "Une dette privée excessive constitue un grand frein à la reprise mondiale et un risque pour la stabilité financière", a estimé M. Gaspar. Les pays ont également vu leur dette publique gonfler et souffrent eux aussi de la conjoncture économique morose, qui les empêche de réduire ce fardeau, souligne le FMI. La dette du Japon devrait atteindre 250% de son produit intérieur brut cette année, celle de la Grèce 183% tandis que celle de la France devrait frôler les 100%, selon les nouvelles projections du FMI.

La BCE ne voit pas de risque de crise bancaire
La Banque centrale européenne (BCE) ne perçoit pas de risque de crise bancaire dans la zone euro, malgré quelques "cas individuels" d'établissements en difficulté, a déclaré l'un des responsables du Mécanisme de surveillance unique (MSU), l'organe de supervision bancaire de la BCE. L'environnement de taux bas et l'accumulation de créances douteuses alimentent les craintes sur la santé financière des banques européennes. Celles-ci ont été aggravées par l'amende de 14 milliards de dollars (13,6 milliards de francs) que risque Deutsche Bank aux Etats-Unis. Ignazio Angeloni a cependant déclaré mercredi à Milan que le système bancaire européen était solide. "Il y a des cas individuels de banques avec des problèmes mais le système est solide", a dit ce membre du conseil de surveillance prudentielle de la BCE. "Il existe des instruments de supervision et financiers pour traiter les situations particulières. Nous ne voyons pas les préconditions d'une crise systémique." La BCE s'efforce de permettre aux banques de se débarrasser d'un total de 900 milliards d'euros de créances douteuses héritées de la crise financière de 2007-2009. Il s'agit notamment de leur demander de fixer des objectifs chiffrés de niveaux de créances douteuses qu'elles espèrent atteindre dans des délais d'un et trois ans, selon des directives de la BCE publiées le mois dernier.
Ignazio Angeloni a reconnu que ce processus prendrait du temps mais qu'il fallait le lancer sans délai. "Nous devons avoir conscience que la solution, même pour les banques où le problème est le plus aigu, ne peut pas être très rapide. Mais précisément parce qu'il s'agit d'un long processus, il devrait démarrer immédiatement", a-t-il dit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.