Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    Le ministère du Commerce disposé à apporter toute l'aide nécessaire aux éleveurs    Une délégation de l'APN prend part à la 14e session de l'APM à Athènes    Mouvement de protestation du PNC: poursuite des perturbations des vols d'Air Algérie    Libye: le règlement de la crise est lié à l'engagement des parties libyennes    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 45 décès et 1494 blessés en une semaine    Presse électronique: nécessaire régularisation juridique pour mettre fin aux "ambiguïtés"    Ferhat Ait Ali charge les opérateurs de l'électroménager    OUVERTURE D'UN CONSULAT IVOIRIEN AU SAHARA OCCIDENTAL : L'Algérie dénonce une violation du droit international    RECUPERATION DES FONDS TRANSFERES VERS L'ETRANGER : Un dispositif sous tutelle du ministère de la Justice    LUTTE CONTRE LE COMMERCE INFORMEL DES OISEAUX PROTEGES : Vers l'installation d'une commission mixte à Oran    ORAN : Saisie de plus de 58 tonnes de tabac à chiquer    LOGEMENTS AADL : Nasri ordonne la finalisation des projets programmés    Le procès de l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, reporté au 11 mars    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    L'an II de la révolution algérienne .Les mots du Hirak    Mandat d'arrêt contre 700 personnes pro-Gulen    Les Sang et Or n'y arrivent plus    L'année du sacre du Chabab ?    Belhocini file en tête avec 10 buts    "C'est frustrant d'avoir perdu deux points face au PAC"    Le Targui    À tout jamais…    Hausse des frais du visa aux consulats algériens    Un an d'assiduité au hirak    Poutine limoge l'un de ses conseillers emblématiques    Lancement prochain d'une opération de pêche préventive    Près de 1 900 morts, mais l'OMS se veut rassurante    La communauté indigène visée par un autre assassinat    ACTUCULT    Exposition géante sur la guerre d'Algérie dans l'Oise    Mouni Benkhodja expose le "Corpo" et ses tourments    L'engagement de Mouloud Feraoun durant la guerre en débat    Graeme Allwright : l'âme des «protest singers» en France    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    Tiaret: Des distributeurs automatiques hors service    Plus de 207 km de fibre optique réalisés en 2019    L'échec du professionnalisme dans le football: L'ASM Oran, un cas d'école    En réaction à la «répression policière»: Les enseignants du primaire appellent à une action nationale    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Tebboune relence le débat sur lamémoire    "Je ne suis pas mort"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





BMPS : La BCE demande un plan de sauvetage
Publié dans Le Maghreb le 29 - 12 - 2016

La Banque centrale européenne a demandé un plan de sauvetage de 8,8 milliards d'euros pour la banque italienne Monte dei Paschi di Siena (BMPS), essentiellement à coup de fonds publics italiens, contre les 5 milliards prévus initialement.
La BMPS a indiqué dans un communiqué lundi soir avoir été informée de ce nouveau calcul de la BCE via deux lettres envoyées au ministère des Finances et de l'Economie.
Troisième établissement financier du pays, la BMPS est depuis des mois au centre des inquiétudes en raison du poids dans son portefeuille des créances douteuses, des prêts qui ne seront probablement jamais remboursés.
Le 23 novembre, la BCE avait évalué le besoin en capital à 5 milliards d'euros. Mais dans ses lettres, l'institution indique qu'il ressort des résultats des tests de résistance de 2016 que le besoin en capital s'élève en fait à 8,8 milliards d'euros. Et la position de liquidité de la banque s'est rapidement détériorée entre le 30 novembre et le 21 décembre. La Monte dei Paschi était arrivée cette année en queue de peloton de 51 banques européennes évaluées sur la base des fameux tests de résistance ("stress tests"). Le journal économique italien Il Sole 24 Ore a estimé lundi que l'Etat italien devrait investir "quelque 6 milliards d'euros". Le reste sera obtenu essentiellement grâce à la conversion forcée d'obligations en actions -corolaire obligatoire à l'intervention publique- à 75% de leur valeur nominale pour les investisseurs institutionnels et à 100% pour les 40.000 particuliers (dont l'Etat garantit l'épargne). "Avec ces chiffres, la banque sera dans les faits nationalisée, étant donné qu'elle se retrouvera aux mains de l'Etat à un pourcentage supérieur à 67%", calcule Il Sole 24 Ore, en décrivant un "traitement à la grecque" de la banque italienne.
Après l'échec jeudi de la banque à trouver suffisamment d'argent frais sur les marchés, l'exécutif italien avait annoncé la mise en oeuvre d'un plan de sauvetage non chiffré qui verra le Trésor public devenir son principal actionnaire.
Titre suspendu
A la Bourse de Milan, le titre BMPS, suspendu vendredi, l'était encore mardi matin à la reprise des transactions après le week-end de Noël. Le titre a perdu 87% de sa valeur depuis le début de l'année. Pour l'Italien Ignazio Angeloni, membre du conseil de surveillance de la BCE, "l'intervention publique pour une banque est toujours l'ultime option, sujette à des règles très strictes". "Les dirigeants de BMPS ont travaillé ces derniers mois à diverses solutions, que le conseil de surveillance a suivi avec attention", avant que la BCE n'arrive à la conclusion "qu'une intervention était nécessaire", a-t-il assuré dans un entretien au journal italien La Stampa.
La "Monte", plus vieille banque de la planète encore en activité, est née à Sienne en 1472 comme Mont de Piété pour aider les plus démunis. Elle s'est ensuite développée, jusqu'à devenir le troisième établissement financier italien.
Mais la banque navigue depuis plusieurs années en eaux troubles et a enregistré à plusieurs reprises des pertes abyssales. Fragilisée par l'acquisition désastreuse en 2007 de la banque Antonveneta, à un prix deux fois supérieur aux estimations, elle a été ensuite emportée dans un scandale, ses dirigeants de l'époque étant accusés de fraudes et de malversations.
Elle a accumulé les pertes (14 milliards entre 2011 et 2015) et a dû mener deux premières augmentations de capital, d'un total de 8 milliards d'euros, de l'argent déjà parti en fumée.
Elle avait annoncé fin juillet une nouvelle recapitalisation pour 5 milliards d'euros, assortie d'une vaste cession de créances douteuses à hauteur de 27,6 milliards, parallèlement à la suppression de 2.600 postes et à la fermeture du quart de ses agences.
L'annonce du plan d'aide public de la BMPS marque le début d'une opération de sauvetage du système bancaire de la péninsule, l'un des plus fragiles d'Europe.
Le Parlement italien a approuvé la semaine dernière la mise en place d'un fonds de 20 milliards d'euros destiné à voler au secours des banques en difficulté, la BMPS en tête, qui se traduira par un alourdissement de la dette publique.
D'une manière générale, les banques italiennes inquiètent en raison de l'atomisation du secteur (quelque 700 établissements), de l'importance des créances douteuses (360 milliards d'euros, soit près d'un tiers du total de la zone euro) et de leur capitalisation insuffisante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.