Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Conseil de sécurité de l'ONU : Discussions en urgence sur un tir de missile iranien
Publié dans Le Maghreb le 01 - 02 - 2017

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni en urgence mardi pour discuter d'un tir de missile de moyenne portée effectué par l'Iran, ont déclaré des diplomates.

Ce sont les Etats-Unis qui ont demandé ces consultations d'urgence après que l'ambassadeur d'Israël à l'ONU a appelé le Conseil de sécurité à agir.
"A la lumière du tir de missile de moyenne portée effectué le 29 janvier par l'Iran, les Etats-Unis ont demandé une réunion urgente du Conseil de sécurité", indique la délégation américaine dans un communiqué. Les discussions sur l'Iran se sont tenues après une réunion sur la Syrie, selon des diplomates. C'est la première demande de consultations formulée par les Etats-Unis depuis la nomination par le président Donald Trump de la nouvelle ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley. L'Iran a affirmé que ses missiles ne seraient jamais armés de têtes nucléaires et a assuré qu'il n'avait pas l'intention de développer de programme d'armes nucléaires. Mais des responsables militaires iraniens ont déclaré souhaiter un développement du programme de missiles du pays. La Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis avaient poussé en faveur d'actions du Conseil lors de tests de missiles iraniens l'an passé. Mais la Russie et la Chine s'étaient opposées à des sanctions possibles, estimant qu'elles mettraient en danger l'accord sur le nucléaire âprement négocié. L'accord conclu avec la Grande-Bretagne, la Chine, la France, l'Allemagne, la Russie et les Etats-Unis impose des restrictions au développement du programme nucléaire iranien en échange d'une levée des sanctions.

De "nouvelles tensions" à l'horizon
Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a mis en garde hier les Etats-Unis en leur demandant de ne pas chercher de "prétexte" pour créer de "nouvelles tensions" à propos du programme de missiles balistiques de l'Iran.
"Nous espérons que la question du programme défensif de l'Iran (...) ne sera pas utilisée comme un prétexte" par la nouvelle administration américaine pour "provoquer de nouvelles tensions", a déclaré M. Zarif lors d'une conférence de presse avec son homologue français Jean-Marc Ayrault.
M. Zarif n'a ni confirmé ni infirmé qu'un tir de missile aurait été effectué lundi par l'Iran comme l'a affirmé Washington, qui a demandé la tenue mardi après-midi en urgence d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.
Les relations entre Téhéran et Washington se sont tendues ces derniers jours avec la décision prise par le nouveau président Donald Trump d'interdire pour trois mois l'entrée aux Etats-Unis des Iraniens et des ressortissants de six autres pays.
Au cours de la conférence de presse, M. Ayrault a déclaré que la France avait fait part à plusieurs reprises de son inquiétude quant à "la poursuite des essais balistiques" par l'Iran. Ceux-ci "entravent le processus de restauration de la confiance mis en place par l'accord (nucléaire) de Vienne", a-t-il ajouté. M. Zarif a insisté sur le fait que le programme balistique de l'Iran n'était pas "concerné" par l'accord nucléaire ni par la résolution 2231 du Conseil de sécurité qui l'a entériné. Les missiles iraniens "ne sont pas conçus pour porter des têtes nucléaires", a-t-il ajouté.
M. Ayrault a pour sa part rappelé que la France était "attachée à l'accord de Vienne" sur le programme nucléaire iranien et qu'elle souhaitait son "respect scrupuleux par tous les signataires". Le 16 janvier 2016, une grande partie des sanctions internationales frappant l'Iran avaient été levées en échange de la limitation de son programme nucléaire, conformément à l'accord signé six mois plus tôt par Téhéran d'une part, et six grands pays (Etats-Unis, Russie, Chine, Royaume-Uni, France et Allemagne). Les intentions de M. Trump, qui avait promis pendant la campagne de "déchirer" cet accord, qu'il a qualifié de "stupide", suscitent cependant nombre d'interrogations. Lors d'un entretien téléphonique lundi, M. Trump et le roi Salmane d'Arabie saoudite se sont déclarés pour une "application rigoureuse" de l'accord de Vienne, sans plus de détails.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.