De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Un cas psychiatrique!    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Défis africains de la COP 27    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Iran appelle Washington à ne pas créer de "nouvelles tensions"
TIR DE MISSILE
Publié dans L'Expression le 01 - 02 - 2017


Un précédent tir de missile par l'Iran (Archives)
L'Iran a appelé hier les Etats-Unis à ne pas chercher à créer de «nouvelles tensions» à propos de son programme de missiles balistiques, dans un climat déjà empoisonné par la décision de Donald Trump d'interdire aux Iraniens de se rendre dans son pays.
Les Etats-Unis ont accusé lundi soir l'Iran d'avoir effectué un nouveau tir de missile à moyenne portée, Washington demandant une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU pour en discuter dès hier. Sans confirmer ni infirmer l'existence de ce tir de missile, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a dit «espérer que la question du programme défensif de l'Iran (...) ne sera pas utilisé comme un prétexte» par la nouvelle administration américaine pour «provoquer de nouvelles tensions». Il a affirmé que «la nation iranienne n'attend pas l'autorisation des autres parties pour se défendre». Mais, a-t-il ajouté,«nous avons toujours dit que nous n'utiliserons jamais nos armes contre les autres sauf s'il s'agit de nous défendre». M.Zarif a insisté sur le fait que le programme balistique de l'Iran n'était pas «concerné» par l'accord nucléaire de juillet 2015 conclu avec six grandes puissances, ni par la résolution 2231 du Conseil de sécurité qui l'a entériné. Une position partagée par la Russie. Les missiles iraniens «ne sont pas conçus pour porter des têtes nucléaires», a répété le chef de la diplomatie. Le chef de la diplomatie iranienne s'exprimait lors d'une conférence de presse commune avec son homologue français Jean-Marc Ayrault, en visite à Téhéran.
M.Ayrault a rappelé que Paris avait fait part à plusieurs reprises de son inquiétude quant à «la poursuite des essais balistiques» par l'Iran. Ceux-ci «entravent le processus de restauration de la confiance mis en place par l'accord (nucléaire) de Vienne», selon lui. L'Union européenne a également exhorté Téhéran «à s'abstenir de toute action susceptible d'accroître la méfiance, comme des essais de missiles balistiques». La Russie a pour sa part dénoncé la réunion du Conseil de sécurité comme une tentative d' «envenimer la situation». Elle a estimé que le tir d'un missile de moyenne portée par Téhéran ne constituait pas une violation de la résolution de l'ONU sur le nucléaire iranien. La tension entre Téhéran et Washington, qui ont rompu leurs relations diplomatiques en 1980 au lendemain de la révolution islamique de 1979, s'est brutalement accrue depuis l'entrée en fonction le 20 janvier du nouveau président républicain Donald Trump. Le gouvernement iranien a ainsi décidé d'appliquer le principe de réciprocité après la décision de Washington d'interdire pour trois mois l'entrée des ressortissants de sept pays musulmans, dont l'Iran. De nombreux Iraniens, qui sont au moins un million à vivre légalement aux Etats-Unis, se sont retrouvés bloqués dans plusieurs aéroports à travers le monde après cette décision «honteuse», selon M.Zarif. M. Ayrault a estimé lundi soir que l'annulation du décret serait une décision de «bon sens», en dénonçant une situation «inacceptable et très pénalisante pour les personnes concernées». Prenant le contre-pied de Washington, il a également affirmé que la France voulait doubler en 2017 le nombre de visas accordés aux Iraniens, actuellement de 41.000 chaque année. Les relations entre Téhéran et Washington sont également suspendues à la politique de M.Trump vis à vis de l'accord nucléaire, qui avait permis de lever en janvier 2016 une grande partie des sanctions internationales frappant l'Iran. Les intentions du président américain, qui avait promis pendant la campagne de «déchirer» cet accord qu'il a qualifié de «stupide», suscitent nombre d'interrogations. Lors d'un entretien téléphonique lundi, M. Trump et le roi Salmane d'Arabie saoudite se sont déclarés pour une «application rigoureuse» de l'accord de Vienne, sans plus de détails. M. Ayrault a pour sa part rappelé que la France était «attachée à l'accord de Vienne» dont il se veut «le défenseur». Mais il ne faudrait «pas trop jouer avec les tirs balistiques», selon une source diplomatique française. «On est vraiment à la marge».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.