Victimes du terrorisme: la législation algérienne peut constituer une référence pour l'ONU    L'hommage de Messi à Maradona    Autodétermination : les Sahraouis en ont assez d'attendre un "mirage" promis par l'ONU    Le président de l'ARAV présente ses condoléances à la famille du moudjahid Saïd Bouhadja    Importance de coordonner les efforts pour la protection des catégories vulnérables    L'ancien ministre Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Arabie saoudite : Khashoggi avait reçu des menaces avant sa mort, selon un ami    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Sport / préparation olympique : 34 athlètes perçoivent des subventions du MJS    Conflit au Tigré : des émissaires africains vont tenter une médiation    Séisme à Skikda : l'Etat disposé à prendre toutes les mesures pour la prise en charge des sinistrés    PORT D'ANNABA : Exportation de 41000 tonnes de clinker vers Haïti et la République Dominicaine    Sabri Boukadoum fait le ménage au MAE    KHENCHELA : Raccordement "prochain" de 450 foyers au réseau de gaz    Projet de loi sur la lutte contre l'enlèvement: des membres du Conseil de la nation saluent la teneur du texte    MASCARA : Deux arrestations et saisie d'hallucinogènes    La RASD appelle l'UA à prendre des mesures plus fermes contre le Maroc    Ligue 1: USMA-ESS, un choc pour lancer la saison    Le DGSN évoque avec l'ambassadeur suisse la coopération dans les domaines de police    FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    LDC : Le programme de ce mercredi    La FAF soutiendra le candidat sud-africain    Numérisation en cours    Déjà en phase de modernisation    Un scooter propre et innovant    Yacine Mebarki Condamné à un an de prison    «Nous jouerons le haut du tableau»    Des marchés couverts désertés par les commerçants et la clientèle    Covid-19 : tout sur les tests de dépistage    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Les banques publiques difficilement vendables    Renvoi du verdict au 8 décembre prochain    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Liberté pour Yacine Mebarki    Le sujet qui fâche    Le Mouloudia d'Alger à pied d'œuvre au Bénin    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Tlemcen: Un projet pour sécuriser l'alimentation en eau    Bouira: Assainissement du foncier industriel : 109 lots récupérés    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    Pénurie de Lovenox: Le ministre accuse l'automédication    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    La DGSN rappellel'obligation du port du masque en voiture    Le tourisme grand perdant    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise libyenne : Un accord de trêve à Tripoli désavoué par des groupes armés
Publié dans Le Maghreb le 19 - 03 - 2017

Deux importants groupes armés de la capitale libyenne ont désavoué avant-hier un accord de trêve conclu sous l'égide du gouvernement d'union nationale (GNA) à Tripoli, où des combats ont de nouveau brièvement opposé des factions rivales.
Cet accord avait été obtenu après quatre jours de combats ayant paralysé la capitale libyenne, sous la coupe de dizaines de milices depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.
Les deux groupes ayant dénoncé l'accord de trêve sont connus pourtant pour leur appui au GNA, le gouvernement reconnu par la communauté internationale, ce qui renforce encore la confusion à Tripoli, en proie à une insécurité chronique.
"Nous n'avons pas signé l'accord même si nous ne sommes pas opposés pas aux efforts visant à arrêter l'effusion de sang", a indiqué sur sa page Facebook la "Force mixte de dissuasion et d'intervention d'Abou Slim", un quartier populaire du sud de Tripoli. Elle se dit déterminée à voir les milices de l'extérieur de Tripoli quitter la capitale libyenne. "Les signataires auraient dû exiger la sortie de toutes les formations (armées) irrégulières, responsables de crimes. L'accord signé (....) ne nous représente pas", a indiqué de son côté un communiqué de la "Katiba des Thowars de Tripoli", un groupe armé qui contrôle le centre de la capitale.
Plus tôt dans la journée, le GNA a annoncé un accord prévoyant un "cessez-le-feu immédiat", le départ des groupes armés de Tripoli dans un délai de 30 jours, ainsi que la libération des personnes arrêtées durant les affrontements.
L'accord a été signé par les ministères de la Défense et de l'Intérieur du GNA et les chefs de groupes armés de Tripoli et Misrata, ville de l'ouest libyen, d'où sont originaires plusieurs groupes armés présents dans la capitale, selon le texte.
Des forces pro-GNA ont été chargées de sécuriser des secteurs qui étaient contrôlés par des groupes rivaux, toujours selon l'accord.
Après une matinée calme, les combats ont repris brièvement dans l'après-midi à al-Hadba al-Khadra, un quartier au sud de la capitale, où se trouve un important hôpital mais également la prison où sont détenus des dignitaires de l'ancien régime.
Signe des fortes tensions persistantes, la plupart des commerces, toutes les écoles et les universités sont restés fermés jeudi. Peu de voitures circulaient dans les rues.
Les forces pro-GNA ont réussi à gagner en influence dans la capitale en reprenant plusieurs secteurs à des milices rivales, dont celles fidèles à l'ancien chef d'un gouvernement non reconnu, Khalifa Ghweil, écarté du pouvoir après la formation du GNA. Les combats avaient été déclenchés lundi après l'assassinat d'un des gardes d'une banque.
Le GNA a obtenu le ralliement de certaines des milices depuis son entrée en fonction en mars 2016, mais plusieurs secteurs de Tripoli sont toujours hors de son contrôle. La légitimité de ce gouvernement est en outre contestée par le maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort des autorités parallèles basées dans l'est libyen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.