Présidentielle: l'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    OGC Nice: Atal, Vieira donne des précisions    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Bordj Bou Arréridj: changement du lieu de vote pour "harcèlements d'opposants" au scrutin (ANIE)    Bureaux de vote fermés, urnes saccagées    Brèves    Les citoyens hostiles au vote de plus en plus nombreux dans les rues d'Alger    Présidentielle: "une opportunité pour une nouvelle République fondée sur les jeunes"    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    MCO : La voie royale pour les Oranais    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Casoni viré, Mekhazni-Meguellati pour l'intérim    Ligue-Présidents de club professionnel : Le bras de fer éternel    Un an de prison dont 3 mois fermes contre le dessinateur «Nime»    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Bangkok en haut du classement    Cinq morts dans une attaque des shebab    Fin de la phase aller le 21 décembre    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    165 foyers raccordés au gaz naturel    La frontière algéro-tunisienne ne sera pas fermée    La circulation routière fortement perturbée    Un boycott inédit en perspective    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    Présidentielle: la presse nationale évoque un scrutin "historique" fondateur de "l'Algérie nouvelle"    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: ASAM - JSK et CSC - NCM en tête d'affiche    Formation professionnelle : S'adapter aux évolutions    Constantine: Plus de 8.400 capsules de psychotropes saisies en moins de 10 jours    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    La voie de la vérité historique    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise libyenne : Un accord de trêve à Tripoli désavoué par des groupes armés
Publié dans Le Maghreb le 19 - 03 - 2017

Deux importants groupes armés de la capitale libyenne ont désavoué avant-hier un accord de trêve conclu sous l'égide du gouvernement d'union nationale (GNA) à Tripoli, où des combats ont de nouveau brièvement opposé des factions rivales.
Cet accord avait été obtenu après quatre jours de combats ayant paralysé la capitale libyenne, sous la coupe de dizaines de milices depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.
Les deux groupes ayant dénoncé l'accord de trêve sont connus pourtant pour leur appui au GNA, le gouvernement reconnu par la communauté internationale, ce qui renforce encore la confusion à Tripoli, en proie à une insécurité chronique.
"Nous n'avons pas signé l'accord même si nous ne sommes pas opposés pas aux efforts visant à arrêter l'effusion de sang", a indiqué sur sa page Facebook la "Force mixte de dissuasion et d'intervention d'Abou Slim", un quartier populaire du sud de Tripoli. Elle se dit déterminée à voir les milices de l'extérieur de Tripoli quitter la capitale libyenne. "Les signataires auraient dû exiger la sortie de toutes les formations (armées) irrégulières, responsables de crimes. L'accord signé (....) ne nous représente pas", a indiqué de son côté un communiqué de la "Katiba des Thowars de Tripoli", un groupe armé qui contrôle le centre de la capitale.
Plus tôt dans la journée, le GNA a annoncé un accord prévoyant un "cessez-le-feu immédiat", le départ des groupes armés de Tripoli dans un délai de 30 jours, ainsi que la libération des personnes arrêtées durant les affrontements.
L'accord a été signé par les ministères de la Défense et de l'Intérieur du GNA et les chefs de groupes armés de Tripoli et Misrata, ville de l'ouest libyen, d'où sont originaires plusieurs groupes armés présents dans la capitale, selon le texte.
Des forces pro-GNA ont été chargées de sécuriser des secteurs qui étaient contrôlés par des groupes rivaux, toujours selon l'accord.
Après une matinée calme, les combats ont repris brièvement dans l'après-midi à al-Hadba al-Khadra, un quartier au sud de la capitale, où se trouve un important hôpital mais également la prison où sont détenus des dignitaires de l'ancien régime.
Signe des fortes tensions persistantes, la plupart des commerces, toutes les écoles et les universités sont restés fermés jeudi. Peu de voitures circulaient dans les rues.
Les forces pro-GNA ont réussi à gagner en influence dans la capitale en reprenant plusieurs secteurs à des milices rivales, dont celles fidèles à l'ancien chef d'un gouvernement non reconnu, Khalifa Ghweil, écarté du pouvoir après la formation du GNA. Les combats avaient été déclenchés lundi après l'assassinat d'un des gardes d'une banque.
Le GNA a obtenu le ralliement de certaines des milices depuis son entrée en fonction en mars 2016, mais plusieurs secteurs de Tripoli sont toujours hors de son contrôle. La légitimité de ce gouvernement est en outre contestée par le maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort des autorités parallèles basées dans l'est libyen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.