PSG : Pas moins de 300M€ pour laisser partir Neymar ?    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    Confirmer la mutation du football africain    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    L'appel des sept    70% des objectifs atteints    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    La justice se penche sur les dossiers du secteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Séminaire sur "la cyber défense " : Un espace pour mieux appréhender les enjeux de la cybersécurité
Publié dans Le Maghreb le 16 - 05 - 2017

Les travaux du 1er séminaire sur la cybersécurité et la cyberdéfense, organisé par l'Armée nationale populaire (ANP) et ayant pour thème "la cyberdéfense: composante indispensable pour la sécurité et la défense nationale", se sont ouverts hier au Cercle nationale de l'Armée à Beni Messous (Alger).
Les travaux de ce séminaire de deux jours ont été ouverts par le général-major Zerrad Cherif, chef du Département emploi et préparation, au nom du général de corps d'armée, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, en présence de plusieurs ministres, officiers généraux et cadres de l'ANP, enseignants universitaires et spécialistes dans le domaine.
Dans son allocution d'ouverture, le général-major Zerrad Cherif a insisté sur l'importance de ce séminaire, dont l'organisation a pour but de "créer un espace de débat entre les différents acteurs du cyberespace sur le plan national pour mieux appréhender les enjeux de la cybersécurité, améliorer et enrichir les connaissances dans le domaine de la prévention et la lutte contre les cybermenaces, ainsi que la détermination de leurs impacts sur la sécurité nationale".
Ce séminaire est marqué par la participation de spécialistes militaires et civils dans le domaine de la cybersécurité et la cyberdéfense et constitue pour les participants une occasion d'échanger leurs expériences et connaissances et de discuter des nouveautés et développements dans ce domaine, à travers des conférences et ateliers pratiques dans le but de donner une vision concrète de certaines cyber menaces.
Il aura à traiter également des sujets de la cybersécurité et la cyberdéfense comme étant un enjeux de la sécurité et de la défense nationales, de la protection des infrastructures sensibles contre les cyber-attaques, ainsi que des législations relatives au cyberespace, ce qui permettra l'élaboration de recommandations dans le domaine du renforcement de la stratégie nationale en termes de lutte contre les cybermenaces".
Pour rappel, des dizaines de milliers d'ordinateurs, surtout en Europe, ont été infectés depuis vendredi par un logiciel de rançon exploitant une faille dans les systèmes Windows, divulguée dans des documents piratés de l'agence de sécurité nationale américaine NSA.
Le logiciel malveillant, surnommé "Wannacry", verrouille les fichiers des utilisateurs pour les forcer à payer une somme d'argent sous forme de monnaie virtuelle bitcoin, difficile à tracer, afin d'en recouvrer l'usage: on l'appelle le "rançongiciel".
Selon des experts en informatique, le virus fonctionne dans des dizaines de langues, ce qui montre la volonté des pirates de s'en prendre à des réseaux dans le monde entier. Europol, qui estime qu'aucun pays en particulier n'a été visé, a insisté sur la rapidité inédite de la propagation du virus, qui combine pour la première fois les fonctions de logiciel malveillant et de ver informatique.
Selon Europol, la cyberattaque a fait plus de 200.000 victimes, essentiellement des entreprises, dans au moins 150 pays. "Nous n'avions encore jamais rien vu de tel", a déclaré le directeur d'Europol, Rob Wainwright.
Parmi les principales cibles figurent les hôpitaux britanniques, l'entreprise de téléphonie espagnole Telefonica, le constructeur automobile français Renault, la société américaine de livraison de colis Fedex, le ministère russe de l'Intérieur et la société des chemins de fer allemands Deutsche Bahn. En Chine, des "centaines de milliers" d'ordinateurs et près de 30.000 institutions, dont des agences gouvernementales, ont été affectés, selon Qihoo 360, l'un des premiers fournisseurs de logiciels antivirus dans ce pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.