Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    Le ministère du Commerce disposé à apporter toute l'aide nécessaire aux éleveurs    Une délégation de l'APN prend part à la 14e session de l'APM à Athènes    Mouvement de protestation du PNC: poursuite des perturbations des vols d'Air Algérie    Libye: le règlement de la crise est lié à l'engagement des parties libyennes    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 45 décès et 1494 blessés en une semaine    Presse électronique: nécessaire régularisation juridique pour mettre fin aux "ambiguïtés"    Ferhat Ait Ali charge les opérateurs de l'électroménager    OUVERTURE D'UN CONSULAT IVOIRIEN AU SAHARA OCCIDENTAL : L'Algérie dénonce une violation du droit international    RECUPERATION DES FONDS TRANSFERES VERS L'ETRANGER : Un dispositif sous tutelle du ministère de la Justice    LUTTE CONTRE LE COMMERCE INFORMEL DES OISEAUX PROTEGES : Vers l'installation d'une commission mixte à Oran    ORAN : Saisie de plus de 58 tonnes de tabac à chiquer    LOGEMENTS AADL : Nasri ordonne la finalisation des projets programmés    Le procès de l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, reporté au 11 mars    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    L'an II de la révolution algérienne .Les mots du Hirak    Mandat d'arrêt contre 700 personnes pro-Gulen    Les Sang et Or n'y arrivent plus    L'année du sacre du Chabab ?    Belhocini file en tête avec 10 buts    "C'est frustrant d'avoir perdu deux points face au PAC"    Le Targui    À tout jamais…    Hausse des frais du visa aux consulats algériens    Un an d'assiduité au hirak    Poutine limoge l'un de ses conseillers emblématiques    Lancement prochain d'une opération de pêche préventive    Près de 1 900 morts, mais l'OMS se veut rassurante    La communauté indigène visée par un autre assassinat    ACTUCULT    Exposition géante sur la guerre d'Algérie dans l'Oise    Mouni Benkhodja expose le "Corpo" et ses tourments    L'engagement de Mouloud Feraoun durant la guerre en débat    Graeme Allwright : l'âme des «protest singers» en France    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    Tiaret: Des distributeurs automatiques hors service    Plus de 207 km de fibre optique réalisés en 2019    L'échec du professionnalisme dans le football: L'ASM Oran, un cas d'école    En réaction à la «répression policière»: Les enseignants du primaire appellent à une action nationale    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Tebboune relence le débat sur lamémoire    "Je ne suis pas mort"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Salon aéronautique du Bourget : Les avionneurs face au ralentissement dans le Golfe
Publié dans Le Maghreb le 20 - 06 - 2017

Les groupes aéronautiques vont devoir compter avec les perspectives moins flamboyantes des compagnies aériennes du Golfe, cruciales pour leurs commandes de long-courriers, mais la dynamique asiatique suffira à justifier leurs montées en cadence dans les monocouloirs, estiment des experts du secteur.
Le salon du Bourget, qui ouvre lundi ses portes pour une semaine au nord de Paris, verra les géants du secteur chercher de nouvelles sources de revenus, notamment dans le digital, pour compenser le ralentissement global du rythme des commandes. Dans un salon marqué par la présence d'un avion de combat américain pour la première fois depuis des années, le F-35, les groupes également présents dans le militaire pourront communiquer sur la remontée des commandes de défense dans le monde.
Boeing présentera lundi le 737 MAX 10, une version de 190 à 230 sièges de son monocouloir, sa réponse à l'A321neo d'Airbus, qui domine largement ce segment de marché, a-t-on appris auprès de deux sources au fait de ce projet. Cherchant à surpasser Airbus après des années mitigées pour le MAX, Boeing donnera aussi d'autres précisions sur un projet d'avion de taille intermédiaire, pour capter la demande prévue dans le segment des appareils de 220-270 sièges.
Mais l'époque où une compagnie comme Emirates assurait en grande partie le succès d'un avion comme l'A380 semble désormais révolue, estiment des experts, notant la prudence des avionneurs sur le segment des long-courriers.
"Cela pourrait questionner différemment de futurs gros porteur si tant est qu'un des deux constructeurs a des velléités de relancer un tel programme aujourd'hui", estime de son côté Alain Guillot, responsable du bureau parisien d'AlixPartners.
En cause, les récentes déconvenues des compagnies du Golfe, assises sur des croissances insolentes justifiant des commandes massives de gros porteurs.
Etihad Airways, qui a investi dans la compagnie italienne en difficulté Alitalia, a dit s'attendre à une nouvelle année difficile à cause du ralentissement de la croissance, tandis qu'Emirates a vu son bénéfice annuel baisser pour la première fois en cinq ans en raison de la concurrence accrue.
Pour Qatar Airways, le ciel s'est assombri depuis la mise au ban début juin de l'émirat par l'Arabie saoudite, ses alliés du Golfe ainsi que l'Egypte et le Yémen, sous l'accusation de complaisance envers les islamistes et l'Iran, entraînant la fermeture des frontières aériennes, maritimes et terrestres avec le pays, une situation jugée inquiétante par Airbus.
"La situation des compagnies du Golfe, jusqu'à maintenant était : le ciel est bleu, tout va bien", souligne Pascal Fabre, l'un des responsable de l'étude d'AlixPartners. "(Elles) font face à une difficulté qui est une nouveauté pour l'industrie".
Certaines commandes de long-courriers passées par centaines vont sans doute devoir être rééchélonnées, mais le carnet de commandes d'Airbus et Boeing, assis sur la croissance exponentielle de la demande mondiale, est suffisamment étoffé pour contrebalancer des défections venant du Golfe, souligne-t-il.
Selon Accenture, la demande de l'Asie-Pacifique devrait progresser de 7,5% en rythme annuel cette année contre 3,2% en 2016.

Le 3e âge de l'aérospatiale
Mais, dans le même temps, le type d'avions vendus et entretenus dans le monde changera radicalement dans les années à venir : en 2025, les appareils de nouvelles génération représenteront presque toutes les livraisons et constitueront plus que la moitié de la flotte mondiale, selon le cabinet Oliver Wyman. Dans le souci de produire plus vite et mieux, les avionneurs et les équipementiers devraient rivaliser d'innovations dans le digital, comme l'impression 3D adaptée aux métaux qualifiés pour l'aérospatiale et non plus seulement au plastique. Thales, qui a investi un milliard d'euros dans le digital en trois ans, veut s'imposer également dans le "big data" industriel, permettant d'agglomérer des données pour mieux concevoir, fabriquer et entretenir des équipements.
Ce n'est pas un hasard si le groupe a annoncé mercredi l'ouverture d'une "digital factory", plate-forme numérique de services industriels regroupant d'ici l'an prochain 150 experts des technologies clés de l'aérospatiale, la défense, les transports et la sécurité.
Selon une enquête de Roland Berger, les deux tiers des responsables d'entreprises disent avoir déjà mis en place des processus destinés à accélérer la transformation digitale.
Et plus de 20% d'entre eux estiment que la flexibilité croissante des start-up et d'autres concurrents constitue une menace majeure pour leur réussite commerciale.
Pour conjuguer ces deux priorités, Airbus a ainsi recruté dans le Silicon Valley un ancien de Google, Paul Eremenko, 37 ans, qui a présenté début juin à Toulouse la stratégie du groupe pour réussir dans ce qu'il a qualifié de "troisième âge" de l'aérospatiale.
Parmi les innovations dans les tuyaux, un futur avion électrique issu des expérimentations comme l'E-Fan, et des véhicules aériens urbains dignes de films de science-fiction.

Un nouveau 737 pour Boeing
Boeing a reçu de multiples marques d'intérêt pour un possible nouvel appareil de sa famille 737, a déclaré dimanche le nouveau patron de sa division d'aviation commerciale.
L'avionneur américain annoncera selon toute vraisemblance le lancement du nouveau programme, le 737 Max 10, lundi à l'ouverture du Salon aéronautique du Bourget.
L'appareil, capable de transporter entre 190 et 230 passagers, viendrait compléter encore la gamme des 737, l'avion le plus vendu dans le monde.
Kevin McAllister, directeur général de Boeing Commercial Airplanes, a dit que l'avionneur espérait conclure rapidement une étude lancée il y a trois ans sur le lancement éventuel d'une nouvelle famille d'avions pour occuper le milieu du marché, entre les monocouloirs 737 de moyenne portée et les gros porteurs, mais il s'est refusé à préciser quand pourrait être prise la décision.
McAllister, un ancien cadre dirigeant de General Electric désigné en novembre dernier à la tête des avions commerciaux de Boeing, a aussi mis l'accent sur l'importance des technologies digitales dans la production et les services après-vente et il a exhorté les sous-traitants à poursuivre leurs efforts d'efficience.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.