Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    Laghouat: équipement du laboratoire du nouveau CHU en appareil de dépistage du Covid19    475 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    JM Oran-2022: le COJM mobilisera près de 1 milliard de dinars pour l'équipement des sites    Startups: le financement participatif bientôt opérationnel    Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    Tribunal de Sidi M'hamed : reprise du procès de Mahieddine Tahkout    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Plus de 200 scientifiques demandent à l'OMS de réviser ses recommandations    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Les cahiers de charges seront prêts dans un mois    Courrier des lecteurs    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Un casse-tête chinois pour les commerçants    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    Covid-19 : confinement partiel dans 18 communes de Sétif à partir de mercredi    Treize activites acquittés    Benhadid réhabilité    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    La FAF veut «assainir» le métier    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Eckmühl: Des habitants irrités par une longue panne de l'alimentation en eau    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    Vers la paralysie de l'économie algérienne ?    "Dans mon service, le personnel est à bout"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Forces irakiennes à Mossoul : La mission se complique
Publié dans Le Maghreb le 06 - 07 - 2017

Les forces irakiennes ont du mal à avancer dans la vieille ville de Mossoul face à la multiplication des attentats suicide menés par les jihadistes qui luttent pour leur survie dans leur dernier bastion urbain d'Irak.
Il s'agit de l'ultime phase de la bataille de Mossoul lancée il y a plus de huit mois par l'armée pour chasser le groupe Etat islamique (EI) de la deuxième ville du pays. L'EI n'y contrôle plus qu'un petit secteur de la vieille ville, dans l'ouest de la cité septentrionale.
Mais à mesure qu'ils perdent du terrain, les jihadistes opposent une résistance de plus en plus féroce, au milieu de civils pris au piège.
A une centaine de mètres du site à moitié détruit de l'emblématique mosquée al-Nouri, repris jeudi dernier aux jihadistes, les belligérants retranchés dans deux immeubles se tiraient dessus lundi alors que des raids aériens frappaient des bâtiments proches. Il reste quelques centaines de jihadistes dans leur dernier carré de Mossoul, dont une majorité d'étrangers, a déclaré le lieutenant Sami al-Aridhi, un commandant des forces du contre-terrorisme (CTS).
Acculés sur la rive ouest du Tigre, et encerclés de l'autre côté par l'armée et la police, les jihadistes n'ont cessé de reculer depuis le début le 18 juin de l'assaut sur la vieille ville.
Selon le lieutenant Aridhi, la fin de la bataille devrait intervenir dans les prochains jours.
"Dans certains quartiers, l'ennemi a recours depuis trois jours à des kamikazes, notamment des femmes", a-t-il déclaré pour expliquer la lenteur de la progression. "Auparavant, il utilisait davantage de snipers et de bombes". "Hier (dimanche), il y a eu 17 attentats suicide dont quatre perpétrés par des femmes. Aujourd'hui, deux femmes encore se sont fait exploser", a poursuivi le commandant irakien.
Ces derniers jours, même des adolescentes de 12 et 14 ans ont commis des attentats suicide tuant trois soldats irakiens, selon des militaires.

Jeunes filles kamikazes
Les forces irakiennes sont aussi gênées par la physionomie de la vieille ville, un secteur aux rues étroites et densément peuplées qui rend "les combats chaque jour plus difficiles", a expliqué le général Abdel Ghani al-Assadi, commandant au CTS.
De peur des attentats suicide, soldats et policiers postés à la sortie de la vieille ville demandaient à chaque civil homme qui en sortait de soulever sa chemise ou son T-shirt pour montrer qu'il ne portait pas de ceinture explosive. Ne pouvant fouiller les femmes, faute de collègues féminines en grand nombre, ils leur demandaient d'ôter leur niqab et les isolaient le temps de contrôler leur identité. Tout juste libérés par les troupes irakiennes après des mois bloqués dans la vieille ville, des dizaines de civils continuaient d'affluer par petits groupes comprenant de nombreux enfants, y compris des bébés. Tous ont les traits tirés, pâles de fatigue ou rougis par l'émotion d'être enfin sortis de cette "prison" où ils manquaient de nourriture et d'eau potable et risquaient chaque jour d'être tués.
Le général Mohammed al-Jawari, chef de la défense civile dans la région, a déclaré que les corps de 50 civils abattus par l'EI avaient été trouvés dans une rue du quartier d'Al-Zinjili, dans l'ouest de Mossoul.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.