Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etats-Unis/Corée du Nord : Trump salue la décision " sage " de Kim Jong-Un
Publié dans Le Maghreb le 17 - 08 - 2017

Le président américain Donald Trump a salué mercredi la décision "sage et raisonnée" du leader nord-coréen Kim Jong-Un qui a annoncé qu'il mettait sur pause le projet de tir de missiles près du territoire américain de Guam.
"Kim Jong-Un de Corée du Nord a pris une décision très sage et très raisonnée", a tweeté M. Trump depuis New York où il passe quelques jours. "L'alternative aurait été à la fois catastrophique et inacceptable!", a-t-il ajouté. La tension s'est fortement accrue sur la péninsule coréenne ces dernières semaines après les tests réussis - mais interdits par la communauté internationale - de deux missiles balistiques intercontinentaux nord-coréens capables selon les experts de frapper la côte ouest des Etats-Unis et peut-être même la côte est. Donald Trump a choisi d'adopter un ton très martial dans sa réponse à ce que Washington voit comme une provocation, promettant notamment "le feu et la colère" au régime de Kim Jong-Un et faisant allusion à la puissance de l'arsenal nucléaire américain. La situation s'est encore envenimée quand l'armée nord-coréenne a fait part de son intention de lancer 4 missiles à portée intermédiaire au-dessus du Japon et à proximité de l'île américaine de Guam, qui abrite une base aérienne stratégique pour les opérations de Washington dans la région. Mais mardi, Kim Jong-Un a calmé les choses en expliquant qu'il allait "observer encore un peu le comportement idiot et stupide des Yankees" avant d'éventuellement lancer les missiles. Le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson a déclaré peu après que les Etats-Unis restaient toujours ouverts au dialogue avec Pyongyang, mais sous condition.

Berlin voyait d'un bon œil l'appel lancé par Moscou et Pékin
Auparavant, dans un entretien téléphonique avec son homologue chinois Wang Yi, le chef de la diplomatie allemande a indiqué que Berlin voyait d'un bon œil l'appel lancé par Moscou et Pékin à cesser simultanément les tirs nord-coréens et les exercices militaires conjoints menés par Washington et Séoul. Berlin soutient le projet de la "retenue réciproque" déposé par Moscou et Pékin la semaine dernière et qui vise à baisser les tensions sur la péninsule coréenne, a indiqué le ministre allemande des Affaires étrangères Sigmar Gabriel lors de négociations téléphoniques avec son homologue chinois Wang Yi, cité par un communiqué publié sur le site de la diplomatie chinoise. L'Allemagne apprécie hautement le rôle important que la Chine joue dans le règlement du problème nucléaire sur la péninsule coréenne", a-t-il fait savoir. Selon M.Gabriel, "Berlin se dit prêt à poursuivre son travail avec la Chine et à promouvoir conjointement le règlement pacifique" de la crise. Le chef de la diplomatie allemande a par ailleurs appelé toutes les parties à tirer les leçons de l'histoire afin "d'empêcher les tensions sur la péninsule" d'échapper au contrôle. La Russie et la Chine ont par le passé appelé à l'arrêt simultané des tirs nord-coréens et des exercices militaires conjoints menés par Washington et Séoul. Mardi, Pékin a répété qu'il était temps de revenir à la table des négociations et a appelé, à côté de Moscou, "toutes les parties impliquées, avec le soutien de la communauté internationale, à se diriger vers la mise en place d'un dialogue", d'après le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi.

L'opposition sud coréenne en faveur des armes nucléaires US
Par contre et face à la menace nord coréenne, un parti d'opposition de Corée du Sud estime que les armes nucléaires américaines pourraient contrebalancer la menace nord-coréenne et se prononce ainsi en faveur de leur redéploiement dans le pays. Le Parti sud-coréen de la Liberté, actuellement dans l'opposition, s'est dit résolu à se battre pour que les armes nucléaires tactiques des Etats-Unis soient redéployées dans le pays, est-il indiqué dans un communiqué du parti, cité par l'agence de presse sud-coréenne Yonhap. Les députés se sont accordés sur le fait qu'il faut chercher à obtenir que soit réinstallé en Corée du Sud l'arsenal nucléaire américain qui en avait été retiré en 1991 après la signature par Séoul et Pyongyang d'une déclaration sur le statut non-nucléaire de la péninsule de Corée", a-t-on déclaré au sein du parti. Selon les députés, les missiles tactiques américains pourraient aider à contrebalancer la menace nucléaire de la Corée du Nord. La semaine dernière, l'agence officielle nord-coréenne KCNA a annoncé que les militaires nord-coréens envisageaient la possibilité d'une frappe de missiles contre les sites militaires américains de Guam, dans l'ouest de l'océan Pacifique. Donald Trump a promis pour sa part "le feu et la colère" à Pyongyang s'il menaçait de nouveau son pays. Il s'est aussi dit prêt à une riposte militaire aux actions "irréfléchies" nord-coréennes. La Corée du Nord n'a pas tardé à réagir, menaçant de tirer des missiles balistiques stratégiques à moyenne et longue portée Hwasong-12 contre les bases militaires américaines situées sur l'île de Guam, dans le Pacifique, si Washington poursuivait ses pressions.
Le Président américain a alors appelé Pyongyang à reprendre ses esprits pour éviter des problèmes "qu'aucune nation n'a jamais eus".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.