Gaïd Salah élude la question du scrutin présidentiel    L'intimidation n'a pas payé    Présidentielle : une élection sans candidats    Vers le forfait de Belaïd et de Sahli    Les Algérois signent l'acte 14 de la contestation    «Le régime est aux abois et la victoire est toute proche !»    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Oman tente de "calmer les tensions"    Le Brexit fait tomber Theresa May    Démission surprise de l'émissaire de l'ONU    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    Chelsea aurait fixé un seuil pour lâcher Hazard au Real Madrid    Sept nouveaux hôtels touristiques bientôt en service    Plus de 80 000 élèves attendus aux examens de fin d'année    Pas moins de 690 familles exclues de la liste du logement social    Oran : 9 familles se réfugient à la mosquée Pacha    Le souci des sans-bourses…    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Kwiret esselk, du goût et des forces    Réédition des actes du colloque sur Massinissa    Vaste programme de classification et de restauration de sites et monuments archéologiques    JSK - Mellal: «J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    Pour détournement d'une mineure: Quatre personnes sous les verrous    L'école des gourous    La candidature de Berraf acceptée    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    Facebook supprime trois milliards de comptes    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Al-Khelaïfi ne compte pas quitter    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Haro sur les infractions de change    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





19 ème congrès national du PCC : Un nouveau point de départ historique
Publié dans Le Maghreb le 23 - 10 - 2017


Par Saïd B.
Le 19ème congrès du parti politique le plus nombreux du monde, le Parti communiste chinois, a débuté mercredi dernier pour s'achever le 24 octobre à Beijing, avec au menu, l'élection de nouveaux dirigeants du pays et des amendements à ses statuts.
Un total de 2.287 délégués, sélectionnés à travers le pays, participent à ce congrès, qui se tient normalement tous les cinq ans.
Le 19ème Congrès a pour mission de renouveler les instances dirigeantes du parti, dont le comité central (205 membres), d'élire un nouveau bureau politique (25 membres) et d'en constituer le comité permanent (7 membres). Cela se passe au moment où la Chine a connu des changements profonds et fondamentaux ces cinq dernières années, ce qui lui a permis de s'affirmer davantage sur le plan mondial. Dans son discours inaugural le Président chinois Xi Jinping qui est ni plus ni moins Secrétaire général du Parti a évoqué les grandes lignes du développement du parti et de la Chine en général. Le président Xi a également assuré que le Parti communiste chinois (PCC) œuvrerait afin de moderniser la Chine et d'ici 2050 la transformer en un Etat socialiste démocratique puissant.
Ce que confirme d'ailleurs bien le Président chinois Xi Jinping en déclarant à l'ouverture de ce congrès que son pays était entré dans une "nouvelle ère", promettant de bâtir un "pays socialiste moderne" ouvert sur le monde, sans calquer de système politique étranger. Ouvrant le 19e Congrès de Parti communiste chinois, à Pékin, le dirigeant a déclaré: "Par une longue période de travail ardu, le socialisme avec des caractéristiques chinoises est entré dans une nouvelle ère, c'est une nouvelle direction historique dans le développement de notre pays ".
Xi Jinping a par ailleurs promis de créer une armée de calibre international et de renforcer la lutte contre le terrorisme et les extrémismes, afin de garantir la sécurité nationale.
Ainsi il a tenu à préciser que moderniser les Forces armées d'ici 2035 pour qu'elles répondent entièrement aux défis de l'époque est un autre objectif fixé au Parti par son Secrétaire général qui n'a pas oublié que le principe d'une "Chine unique" est à la base du développement du pays. D'autre part, le président Xi a souligné la nécessité de développer de nouveaux modes d'investissement à l'étranger, de promouvoir la coopération internationale en termes de capacité de production, de créer des réseaux de commerce, d'investissement, de financement, de production et de services, et de travailler à se doter de nouveaux atouts dans la coopération et la concurrence économique internationales.
De plus, le PCC s'engage à remporter la victoire finale dans la lutte contre la pauvreté.
"Faire entrer toutes les populations et régions pauvres dans une société de moyenne aisance avec l'ensemble du pays est un engagement solennel pris par notre Parti", a déclaré M. Xi devant plus de 2.300 délégués de tous les milieux de la vie au Grand Palais du Peuple à Beijing.
" Il faut mobiliser tout le Parti, tout le pays et toute la société, afin d'apporter une assistance ciblée aux démunis et de réaliser l'élimination ciblée de la pauvreté", a indiqué M. Xi.
Le développement des technologies et la lutte contre le terrorisme et contre la corruption sont d'autres défis que la Chine compte bien atteindre.
À l'issue d'un Congrès d'une semaine qui devrait consacrer Xi Jinping pour un second mandat de cinq ans aux pouvoirs renforcés, les nouveaux membres du comité permanent du Politburo, dernier échelon du Parti, seront sélectionnés.
Et justement, dans ce même ordre d'idées, les méthodes d'élection du 19e congrès national du Parti communiste chinois (PCC) ont été approuvées vendredi lors d'une réunion du présidium.
Le présidium du 19e congrès national du PCC a tenu sa deuxième réunion au Grand Palais du Peuple à Beijing.
Lors de cette 2ème réunion au Grand Palais du Peuple à Beijung, présidée par Xi Jinping, le projet de résolutions sur le rapport du 18e Comité central du PCC, le rapport d'activité de la Commission centrale de contrôle de la discipline du PCC ainsi que l'amendement aux statuts du PCC ont été approuvés.
Les trois projets de résolutions seront soumis à l'ensemble des délégations au congrès pour discussion. Liu Yunshan, secrétaire général du congrès, a informé le présidium des listes des noms de personnes proposées à la candidature de membres et de membres suppléants du 19e Comité central du PCC, et de membres de la Commission centrale de contrôle de la discipline du PCC.
La réunion a décidé de soumettre les listes des noms des personnes proposées à toutes les délégations pour examen.
Une liste des noms des scrutateurs a aussi été approuvée par le présidium, et sera ratifiée par le congrès avant le début du vote final. Pour le moment les membres du PCC poursuivre les travaux de leur 19e congrès jusqu'au 24 octobre et dès le 25 octobre le premier plénum du Comité central de la 19e législature élira son nouveau Bureau politique et le comité permanent du Bureau. Ceci pour permettre au pays d'avancer de l'avant avec dans l'esprit cette expression citée par le président Xi dans son discours à savoir "Bu Wang Chu Xin" signifie "N'oubliez jamais pourquoi vous avez commencé" (traduite littéralement par "n'oubliez pas vos intentions originales" et ce, en procédant par le "Ya Cha", c'est à dire pas à pas, en parlant de la réforme.
Lorsque qu'il a été créé en 1921, le PCC comptait une cinquantaine de membres. En 1949, quand la République populaire de Chine a été fondée, le nombre de ses membres s'élevait à presque 4,5 millions. En 2016, le Parti comptait 89,447 millions de membres, faisant de lui le plus grand parti politique du monde, le nombre de ses membres étant supérieure à la population de l'Allemagne.
Les membres du Parti proviennent de tous les milieux de la société. Les ouvriers et les agriculteurs représentent la plus grande partie, soit 36,95% du total de ses membres, suivis par les personnels qualifiés et d'encadrement avec 25,21%. Le reste est constitué de responsables, d'étudiants et de retraités.

La chine prête à atteindre ses deux objectifs centenaires
Le peuple chinois se rapproche avec une confiance accrue de ses deux objectifs centenaires en construisant un pays socialiste.
Le président Xi Jinping a offert de nouvelles orientations et dispositions pour atteindre le premier objectif centenaire de construire une société modérément prospère à tous les égards d'ici 2020, afin de célébrer le centenaire du Parti communiste chinois (PCC).
M. Xi a également présenté des idées pour accomplir le deuxième objectif centenaire d'édifier un pays socialiste moderne qui soit prospère, puissant, démocratique, culturellement avancé et harmonieux d'ici le milieu du 21e siècle, au moment du centenaire de la République populaire de Chine.
Depuis l'antiquité, les écrivains rapportent le rêve du peuple chinois de construire une société modérément prospère.
Après le 18e Congrès national du PCC en 2012, le Parti a élaboré une stratégie globale en quatre points, à savoir construire une société modérément prospère dans tous les domaines, approfondir la réforme, promouvoir l'état de droit et renforcer la gouvernance stricte du PCC.
Le PCC a mis en oeuvre le concept de développement et adopté une approche globale pour réaliser des progrès économiques, politiques, culturels, sociaux et écologiques.
Durant les cinq années passées, M. Xi a promis une large réforme structurelle du côté de l'offre, notamment via des tâches majeures comme la réduction de la surcapacité, les opérations de déstockage, le désendettement, la baisse des coûts et le renforcement des secteurs faibles.
Les départements relevant du Conseil des Affaires d'Etat ont annulé ou délégué des pouvoirs d'approbation administrative aux organes de niveau inférieur, remplissant les objectifs en avance sur le calendrier afin de réduire les procédures administratives et de simplifier la gouvernance.
Des succès ont également été enregistrés dans les réformes du secteur judiciaire, du budget et des impôts, des entreprises d'Etat, de l'armée et de l'éducation.
Dans la lutte du PCC contre la corruption, un élan écrasant a été atteint pour sanctionner les "mouches" aux échelons inférieurs et les "tigres" de haut rang, dont Zhou Yongkang, Bo Xilai, Guo Boxiong, Xu Caihou, Sun Zhengcai et Ling Jihua.
Le peuple chinois s'approche de plus en plus de son premier objectif centenaire et cherche à réaliser le deuxième en gardant à l'esprit les remarques de M. Xi selon lesquelles l'aspiration du peuple à une vie meilleure sera toujours l'objectif du pays.
Le 19e Congrès national du PCC se tiendra en octobre. Un total de 2.287 délégués ont été élus parmi plus de 89 millions de membres du Parti pour se réunir à Beijing afin d'élire un nouveau Comité central.
Sur la voie de réaliser les deux objectifs, la tâche reste difficile, et des risques et défis subsistent.
La Chine doit déployer des efforts complets pour prévenir et contrôler les risques majeurs, réduire la pauvreté, limiter la pollution et approfondir la réforme structurelle du côté de l'offre pour faire avancer le développement sain et durable de l'économie et de la société.
Répondant à l'appel de M. Xi, le peuple chinois retroussera ses manches et suivra la direction du Comité central du PCC pour éradiquer la pauvreté et promouvoir les réformes clés.

Les méthodes d'élection validées
Les méthodes d'élection du 19e congrès national du Parti communiste chinois (PCC) ont été approuvées vendredi après-midi lors d'une réunion du présidium.
Le présidium du 19e congrès national du PCC a tenu sa deuxième réunion au Grand Palais du Peuple à Beijing.
Lors de cette réunion présidée par Xi Jinping, le projet de résolutions sur le rapport du 18e Comité central du PCC, le rapport d'activité de la Commission centrale de contrôle de la discipline du PCC ainsi que l'amendement aux statuts du PCC ont été approuvés.
Les trois projets de résolutions seront soumis à l'ensemble des délégations au congrès pour discussion.
Liu Yunshan, secrétaire général du congrès, a informé le présidium des listes des noms de personnes proposées à la candidature de membres et de membres suppléants du 19e Comité central du PCC, et de membres de la Commission centrale de contrôle de la discipline du PCC.
La réunion a décidé de soumettre les listes des noms des personnes proposées à toutes les délégations pour examen.
Une liste des noms des scrutateurs a aussi été approuvée par le présidium, et sera ratifiée par le congrès avant le début du vote final.
Le 19e congrès national du PCC s'est ouvert le 18 octobre au Grand Palais du Peuple à Beijing et s'achèvera le 24 octobre.
Un total de 2.280 délégués, sélectionnés à travers le pays, participent à ce congrès, qui se tient normalement tous les cinq ans.

De hauts dirigeants du PCC appellent à appliquer la Pensée de Xi Jinping
De hauts dirigeants du Parti communiste chinois (PCC) ont appelé jeudi à déployer des efforts pour comprendre et appliquer pleinement la Pensée du socialisme à la chinoise de la nouvelle ère de Xi Jinping.
"Cette Pensée représente le dernier acquis de la sinisation du marxisme et constitue un composant important du système des théories du socialisme à la chinoise", a indiqué Li Keqiang lors de discussions de groupe au cours du 19e Congrès national du PCC. Selon M. Li, la pensée de la "nouvelle ère" de M. Xi est un guide d'action à long terme auquel le Parti doit adhérer et qui doit être pleinement compris et appliqué afin de mettre en œuvre de manière intégrale l'esprit du Congrès.

Lors des discussions de groupe, Wang Qishan a de son côté appelé à étudier minutieusement et à saisir la Pensée de la "nouvelle ère" de M. Xi et à appliquer fidèlement les objectifs stratégiques fixés lors du Congrès. La Pensée de la "nouvelle ère" de M. Xi doit être étudiée, comprise et mise en application de manière ferme, afin de réaliser de nouveaux progrès dans la grande cause du socialisme à la chinoise de la nouvelle ère, a pour sa part affirmé Zhang Gaoli lors des discussions de groupe.
MM Li, Wang et Zhang sont tous membres du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC.
La Pensée du socialisme à la chinoise de la nouvelle ère est basée sur et enrichit le marxisme-léninisme, la pensée de Mao Zedong, la théorie de Deng Xiaoping, la pensée importante de la "Triple Représentation" et le concept de développement scientifique, selon un rapport présenté mercredi par M. Xi au 19e Congrès national du PCC.

La réforme de la Chine aboutira à une croissance durable, selon Poutine
Le président russe Vladimir Poutine a affirmé, pour sa part, que le 19ème Congrès national du Parti communiste chinois (PCC), faisait preuve d'une "ouverture sans précédent", ajoutant que la réforme de la Chine aboutira à une croissance durable.
"Nous suivons de très près le Congrès du PCC, qui fait preuve d'une ouverture sans précédent. Nous voyons des difficultés et des possibilités", a déclaré le président Poutine, lors d'une réunion du groupe de réflexion Valdai Discussion Club, tenue à Sotchi.
Le président Poutine considère la Chine comme l'un des principaux moteurs de l'économie mondiale. Malgré le léger ralentissement de la croissance du PIB chinois, à 6,8% au troisième trimestre de l'année 2017, l'actuelle réforme structurelle aboutira à une croissance durable, selon M. Poutine.
"Nous avons de grands projets de coopération avec la Chine dans des domaines tels que l'espace, la haute-technologie et l'énergie. Ils constituent les bases pour le futur développement des relations bilatérales", a noté le président russe.
M. Poutine a indiqué que le président chinois Xi Jinping et lui se disaient publiquement amis, ce qui "correspond au niveau de nos relations personnelles", forgées en défendant les intérêts de leurs pays respectifs.

Une responsable onusienne "impressionnée" par les progrès de la Chine
Par ailleurs, la responsable d'une commission économique onusienne se dit "très impressionnée" par les progrès accomplis par la Chine ces cinq dernières années.
"J'ai été très impressionnée par ce que le président Xi Jinping a accompli ces cinq années, mettant fortement l'accent sur la lutte contre la corruption et la pauvreté", a confié Alicia Barcena Ibarra, la secrétaire exécutive de la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), dans un entretien récemment accordé à Xinhua.
Alors que le 19e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) s'est ouvert mercredi à Beijing, elle note que "la Chine a pris des engagements forts pour (...) la paix, la lutte contre le changement climatique et l'avènement d'une prospérité partagée. Elle l'a (...) montré avec (l'initiative) 'la Ceinture et la Route'".
"Les Chinois doivent se sentir très fiers d'avoir un dirigeant animé d'une telle clarté, qui sait où mener son pays (...) afin que les générations nouvelles puissent appartenir à une société claire et transparente", poursuit la Mexicaine.
Mme Barcena relève aussi que M. Xi est aujourd'hui confronté aux exigences d'une société qui veut une meilleure qualité de vie. "L'idée de recentrer le socialisme chinois par un projet politique m'apparaît comme quelque chose de très important pour améliorer cette qualité de vie", ajoute-t-elle.
Evoquant les relations entre la Chine et l'Amérique latine, elle souligne la nécessité de se doter d'un nouveau plan d'action car l'actuel (2015-2019) va bientôt expirer, proposant que le CEPALC prête son concours à cet effet.
Par ailleurs, elle dit souhaiter une nouvelle initiative financière entre les deux parties en faveur de l'investissement et de la construction d'infrastructures.
"Il sera très important d'avoir cette aide mutuelle, notamment dans le domaine de la science, des technologies et des projets innovants", dit-elle. "Construire une plateforme dédiée aux investissements dans les infrastructures en Amérique latine avec l'aide de la Chine constituera un grand pas", avoue Mme Barcena.
Elle salue par ailleurs le rôle que Beijing joue dans la lutte contre le changement climatique. "La Chine a montré sa volonté et sa détermination d'aller plus loin" que l'Accord de Paris, note-t-elle. "Il est plus urgent que jamais pour le reste du monde, avec l'aide de la Chine, d'enrayer le changement climatique, qui augmente plus vite que prévu".

Un nouveau point de départ historique, selon un expert américain
D'un autre côté, Robert Lawrence Kuhn un expert américain en sinologie a déclaré que le 19 ème Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) marquait un "nouveau point de départ historique" et qu'il exercerait une influence sur la Chine et le monde au cours des prochaines décennies.
"Xi Jinping a élaboré une vision grandiose et audacieuse sur le développement futur de la Chine, qui est sans doute le point culminant de ce rapport politique", a déclaré Robert Lawrence Kuhn, président de la Fondation Kuhn, en commentant le rapport prononcé par M. Xi lors de l'ouverture du congrès mercredi.
Ce qui a impressionné M. Kuhn, c'est "la portée globale" du rapport qui a élaboré les politiques non seulement pour les cinq prochaines années, mais aussi établi l'agenda et fixé des stratégies pour les trois décennies à venir.
En annonçant que le socialisme à la chinoise était entré dans une "nouvelle ère", le dirigeant du PCC a envisagé de faire de la Chine une nation où "la modernisation socialiste sera réalisée pour l'essentiel" d'ici 2035, et "un grand pays socialiste moderne" avec une influence de leader dans le monde au milieu du siècle.
C'est pourquoi le congrès revêt une signification spéciale, marquant le point de départ d'une période de cinq ans avec la confluence de deux objectifs centenaires, a souligné M. Kuhn, qui se trouvait au Grand Palais du Peuple en tant que co-producteur et animateur de "S'approcher davantage de la Chine avec R.L. Kuhn" du Réseau de télévision global de Chine (China Global Television Network, CGTN) au moment où rapport était prononcé.
"Une orientation sur le peuple et le renouveau de la nation, dans le contexte historique de la civilisation traditionnelle chinoise et de la longue lutte contre les oppressions étrangères, constituent la fondation du rapport", a affirmé M. Kuhn.
Par ailleurs, ce rapport a donné à M. Kuhn, auteur du best-seller "Comment pensent les dirigeants chinois", la mesure de la conviction que ce dirigeant chinois et le pays ont dans socialisme, et leurs engagements à approfondir la réforme et de promouvoir l'Etat de droit.
Par ailleurs, il a aussi constaté "la gouvernance stricte du Parti en se réformant et se purifiant", ce qui est, selon lui, "sans ambiguïté".
"La campagne anti-corruption va non seulement continuer mais sera renforcée", a-t-il ajouté.
Au sujet de l'économie, M. Kuhn a constaté le rôle croissant de l'innovation, en particulier des sciences et technologies. Sur le plan militaire, il a qualifié d'"ouverte et spécifique" le contenu sur la réforme et la modernisation militaires.
Dans ce rapport, il a aussi constaté le fait que la souveraineté de la Chine est "sacro-sainte" et que ses engagements internationaux sont "pro-actifs, confiants et croissants".
M. Kuhn a été impressionné par le fait que "la direction de la Chine, dirigée par M. Xi, a une compréhension profonde du pays, de la gouvernance, de l'économie et de la société et est déterminée à réaliser le grand renouveau du pays".
"M. Xi a évalué de manière réaliste les problèmes dont l'équilibre social, la structure économique et la pollution endémique" en rédigeant "un récit épique sur ce que la Chine a déjà réalisé de manière remarquable, ce que la Chine va faire, et ce que la Chine juge nécessaire pour devenir un grand pays", a-t-il indiqué.
C'est sur cette compétence et ces accomplissements que la légitimé politique du PCC est fondé, a-t-il souligné.
Avec ce rapport et ce congrès, M. Xi, qui est le noyau dirigeant du Comité central du PCC et de l'ensemble du Parti, voit la Chine se trouver à un nouveau point de départ historique, et le socialisme à la chinoise entrer dans une nouvelle ère, a ajouté M. Kuhn.
L'influence du 19 ème Congrès national du PCC et l'impact de la nouvelle vision, de la nouvelle pensée et des nouvelles stratégies de M. Xi devraient être ressentis dans les décennies à venir, a indiqué M. Kuhn.

La Chine "plus proactive" en matière de projets pour la croissance et la gouvernance du monde
La Chine s'est montrée "plus proactive" ces cinq dernières années en aidant à définir les projets pour la croissance et la gouvernance dans le monde, ajoute Robert Lawrence Kuhn, en citant notamment l'initiative "la Ceinture et la Route".
Cela illustre le "changement très significatif" de la politique étrangère de la Chine depuis l'élection de Xi Jinping au poste de secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC) en novembre 2012, confie-t-il dans une interview accordée à Xinhua à la veille du 19e Congrès national du PCC.
M. Xi, qui a pris la présidence du pays en mars 2013, "a commencé à adopter une approche plus proactive dans les affaires mondiales, ce qui en gros a permis à la Chine de ne pas réagir aux projets des autres, mais d'aider à en établir un", explique le président de la Fondation Kuhn, une ONG américaine destinée à promouvoir les relations entre les Etats-Unis et la Chine.
En particulier, l'initiative "la Ceinture et la Route", proposée par M. Xi en 2013 pour favoriser une coopération mutuellement bénéfique et un développement commun le long des anciennes Routes de la Soie, montre que la Chine est en train d'adopter une approche "proactive et originale" sur certaines questions, note-t-il.
Cette initiative qui a été "sous-estimée au début par le monde, y compris de nombreux Chinois, au niveau de l'importance pour la Chine et le monde", est actuellement considérée comme "une idée très forte", souligne M. Kuhn.
"Cela symbolise à mes yeux le rôle nouveau de la Chine" dans le monde, qu'il juge "très réfléchi et stimulant".
En associant des pays et des régions qui représentent plus de 60% de la population mondiale et 30% du PIB mondial, cette initiative est un "exemple parfait" du partage par la Chine de sa sagesse et de ses solutions pour la croissance et la gouvernance du monde, ajoute M. Kuhn.
Qualifiant cette initiative de neuve et de "très stimulante", il pense qu'elle permet à la Chine d'utiliser ses propres expériences et son expertise pour apporter "ce qui est probablement le produit qui manque le plus cruellement au monde en développement, à savoir les infrastructures".
En ce qui concerne les relations sino-américaines, M. Kuhn, qui compte des dizaines d'années d'expérience dans le conseil aux multinationales en matière de stratégie et de transactions avec la Chine, se dit optimiste quant à une coopération bilatérale plus étroite et mutuellement bénéfique, en dépit de leurs différences sociales et culturelles.

Extrêmement important pour la Chine et le monde
Le 19ème Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) a une "importance considérable pour la Chine et le monde", a affirmé Robert Hormats un expert américain.
L'événement, qui s'ouvrira le 18 octobre à Beijing, "déterminera de plusieurs façons la direction de la Chine au cours des cinq prochaines années", a indiqué Robert Hormats, vice-président de Kissinger Associates, une société de conseil internationale basée à New York, lors d'une interview récemment accordée à l'agence Xinhua.
"Nous n'y avons pas prêté assez attention ici, mais je crois que nous devons être conscients de son importance", a ajouté M. Hormats, ancien sous-secrétaire d'Etat chargé de la croissance économique, de l'énergie et de l'environnement.
D'un point de vue global, le congrès du PCC est l'un des plus importants événements cet automne, a souligné l'économiste et ancien diplomate âgé de 73 ans, qui avait activement participé au processus de normalisation des relations sino-américaines dans les années 1970, sous l'administration de Richard Nixon.
Il a noté que le président chinois Xi Jinping, qui est également secrétaire général du PCC, "a fait des progrès remarquables en gouvernant au cours des cinq dernières années".
"L'économie chinoise est actuellement sur la bonne voie à plusieurs niveaux", a-t-il déclaré, ajoutant que la monnaie chinoise est désormais une monnaie globale, puisqu'elle fait partie du panier SDR.
Quant à l'initiative "la Ceinture et la Route", lancée en 2013 par le président Xi, M. Hormats estime qu'il s'agit d'une vision "très globale et historique" pour le développement régional.
M. Hormats, qui a visité Beijing il y a tout juste six mois, s'est dit très impressionné par le développement rapide de la deuxième plus grande économie du monde.
"Chaque fois que je vais en Chine, je découvre une nouvelle Chine. De nouvelles choses se passent, des choses originales se passent en Chine", a-t-il ajouté, notant que le "dynamisme des jeunes Chinois est très puissant".
Le niveau de l'innovation en Chine s'est développé très rapidement, selon M. Hormats. "Je crois que la Chine se porte bien car elle est très innovatrice, très travailleuse, et compétitive."
"Si vous voulez réellement connaître la Chine, il faut observer la force interne de la Chine", a-t-il souligné, "il ne faut pas penser que la Chine n'a pas une économie domestique dynamique".
En ce qui concerne les relations sino-américaines, l'expert assure que, sur la base d'une meilleure compréhension mutuelle, les deux pays doivent renforcer davantage la coopération dans les principaux domaines à l'échelle mondiale, tels que l'ouverture commerciale, le changement climatique et la lutte contre le terrorisme.
"Nous, les Américains et les Chinois, devons trouver un moyen de développer une meilleure réflexion stratégique sur les façons de travailler ensemble", a-t-il conclu.

Le rapport est pragmatique et détaillé, selon une française
"Ça donne l'impression d'un parti qui veut vraiment développer des choses, un parti qui veut aller de l'avant", a déclaré récemment Peggy Raphäelle Cantave Fuyet, une experte française ayant participé à la traduction du rapport du 19e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC).
La Chine a invité cette année des experts étrangers à participer à la traduction en neuf langues du rapport du 19e Congrès national du PCC, et ces experts, dont Mme Fuyet, ont ainsi été les premiers étrangers au monde à pouvoir le lire.
C'est la première fois que le PCC invitait des étrangers à corriger et à traduire le rapport pour son congrès depuis la réforme et l'ouverture du pays.
"Quand on regarde ce qui est dit et ce qui est écrit dans ce rapport, c'est vraiment 'on va faire ceci, on va faire cela, on va y aller'. On a l'impression que l'on va déplacer les montagnes", a indiqué Mme Fuyet.
"Au niveau des trois luttes, contre la pollution, la pauvreté et la corruption, on voit que beaucoup d'efforts ont déjà été faits et que des résultats ont déjà été atteints", a-t-elle précisé.
Elle a ajouté que ce rapport du 19e Congrès national du Parti communiste chinois illustre réellement la volonté de continuer dans la direction et d'approfondir ces développements. "A mon avis, ça va continuer à donner de bons résultats".
Par ailleurs, elle a qualifié de frappant et de précis ce rapport, en évoquant les mesures détaillées formulées sur la formation des cadres, la lutte contre la pollution et la réduction de la pauvreté.
"Comment on va faire, comment trouver et comment détecter les meilleurs cadres, comment mieux les former etc, il y a beaucoup de détails là, ça m'a beaucoup intéressé", a-t-elle poursuivi.
"Sur la pollution, il y a aussi beaucoup de détails, comment faire pour développer les moyens pour la lutter contre la pollution. Et sur la lutte contre la pauvreté, il est expliqué aussi dans le rapport comment le parti allait procéder", a-t-elle affirmé.
Ce rapport lui a donné un sentiment de dynamisme et de volonté politique de faire les choses. "Ce rapport illustre cette idée qui est que 'on fait ce qu'on dit, et on dit ce qu'on fait'", a-t-elle indiqué.
"Le rapport nous donne les grandes lignes de ce qui va être fait dans les prochaines années, et je pense qu'on verra les résultats", a affirmé Mme Fuyet.
Le 19e Congrès national du PCC s'est ouvert le 18 octobre à Beijing. Le congrès quinquennal du PCC est la réunion politique la plus importante en Chine.
Cette année, son rapport a été traduit en neuf langues, à savoir l'anglais, le français, le russe, l'espagnol, le japonais, l'allemand, l'arabe, le portugais et le laotien, afin de mieux présenter au monde le congrès.
L'Europe peut profiter du développement "fascinant" de la Chine, juge une experte allemande
Avec le développement "fascinant" qui a été celui de la Chine ces cinq dernières années, apportant au monde davantage de biens publics, l'Europe tirera profit d'une économie chinoise forte, estime l'experte allemande Nele Noesselt.
Cette spécialiste de la Chine à l'Institut des études de l'Asie de l'Est de l'Université de Duisbourg-Essen salue les réformes menées par le géant asiatique, particulièrement celles énoncées dans un document de 2013.
Publié par le Parti communiste chinois (PCC), ce rapport de travail appelé "Décision sur les principaux sujets concernant l'approfondissement global des réformes" souligne le "rôle décisif" que doit avoir le marché dans l'allocation des ressources.
"Tous ces efforts conduiront à un développement et une croissance plus écologiques et durables", estime-t-elle dans un entretien à Xinhua.
Evoquant la politique extérieure chinoise de ces cinq dernières années, Mme Noesselt juge que le pays n'est plus considéré comme un observateur ou un témoin passif au sein du système international. Ce changement est né à l'occasion de la crise financière de 2008 et il est devenu plus apparent depuis 2013 lorsque Beijing a mis en avant une série d'idées prônant l'édification d'un ordre mondial juste et équilibré, la préservation de la paix et la promotion du développement.
A l'heure où de plus en plus de militaires chinois participent aux opérations onusiennes de maintien de la paix, la Chine, de façon corrélée, est aussi devenue de plus en plus active en matière de gouvernance économique mondiale.
"Les entreprises chinoises se développent à l'international, appelant une participation de la Chine aux affaires de sécurité globales pour garantir ses intérêts. Parallèlement, son économie domestique est de plus en plus liée à l'économie de la planète", dit-elle. "La participation de la Chine au système international a d'une certaine façon stabilisé les marchés mondiaux".
L'initiative "la Ceinture et la Route", proposée par le président chinois Xi Jinping en 2013, vise à accroître le commerce, les infrastructures et les échanges entre peuples entre l'Asie, l'Europe et l'Afrique en réactivant les anciennes Routes de la soie. Cette version moderne inclut une partie terrestre, la Ceinture économique de la Route de la soie, et une maritime, la Route maritime de la soie du XXIe siècle.
Mme Noesselt note qu'en bâtissant des infrastructures et en procurant des axes de transport, la Chine n'en fait pas seulement profiter son marché intérieur, mais apporte aussi croissance et stabilité à l'Europe et à d'autres régions du monde.
"Il faut garder à l'esprit que nous sortons à peine de la crise financière. Tout le monde a espéré que les entreprises chinoises montent au créneau, afin de stabiliser les marchés européens, ainsi que l'euro. Et la Chine a apporté sa pierre à l'édifice", conclut-elle.

Le modèle chinois doit servir de référence aux pays en voie de développement
L'originalité à la chinoise, que certains qualifient de "modèle chinois", doit servir de référence aux pays en voie de développement, a suggéré le diplomate nigérien Abouba Abdoulaye.
La Chine a connu des changements profonds et fondamentaux ces cinq dernières années, ce qui lui a permis de s'affirmer davantage sur le plan mondial, a affirmé l'ancien ambassadeur du Niger au Canada dans une récente interview accordée à Xinhua, sur fond du 19e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) tenu à Beijing.
Dans un rapport présenté mercredi à la session d'ouverture du Congrès, le président Xi a souligné la nécessité de développer de nouveaux modes d'investissement à l'étranger, de promouvoir la coopération internationale en termes de capacité de production, de créer des réseaux de commerce, d'investissement, de financement, de production et de services, et de travailler à se doter de nouveaux atouts dans la coopération et la concurrence économique internationales.
M. Abdoulaye, estime que la coopération avec la Chine présente d'innombrables avantages pour des pays pauvres, comme le Niger, par rapport aux autres partenaires.
"Les Chinois répondent rapidement aux préoccupations des pays en développement et mieux que les autres", a-t-il indiqué.
Grâce à cette coopération pragmatique, entretenue depuis plus d'un demi-siècle, a poursuivi le diplomate nigérien, le Niger a toujours bénéficié d'appuis et soutiens constants et multiformes de la Chine dans les secteurs de la santé, de l'éducation, de l'hydraulique, des infrastructures routières, et de la sécurité alimentaire, au profit de la population.
Il a rappelé que le Niger est devenu producteur et exportateur de pétrole depuis novembre 2011 avec l'appui de la firme chinoise China National Petroleum Corporation (CNPC).
D'importants projets sont en cours et à venir dans le cadre de la coopération entre la Chine et le Niger, notamment pour ce qui concerne le bloc pétrolier d'Agadem et les infrastructures.
M. Abdoulaye a invité les pays en voie de développement à s'inspirer du modèle de développement chinois tout en mettant l'accent sur la discipline des Chinois et leur ardeur au travail.
"Le secret des Chinois c'est le travail et ils ont l'ambition de réussir", a souligné ce diplomate de formation.
"Aujourd'hui, l'industrie chinoise répond à toutes les sollicitations, ce qui rend l'économie très performante", a-t-il ajouté.
M. Abdoulaye a par ailleurs exprimé son espoir de voir la création des classes Confucius à Niamey pour permettre aux Nigériens de s'initier à la langue chinoise. "L'emploi de demain repose sur la maîtrise de l'outil informatique, l'anglais et le chinois", a-t-il dit.

Le Congrès national du PCC fait avancer la modernisation de la Chine
Le 19e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) est d'une grande importance puisqu'il contribue à la modernisation du pays sous la bannière du socialisme aux caractéristiques chinoises, a estimé Hoang Binh Quan, un membre de haut rang du Parti communiste vietnamien (PCV).
Ce congrès, le plus important événement politique en Chine depuis cinq ans, s'est ouvert mercredi à Beijing. Il intervient à une période décisive où se construit d'une société raisonnablement prospère à tous égards et aussi à un moment crucial où le socialisme aux caractéristiques chinoises entre dans une nouvelle ère.
De ce fait, ce congrès a une portée historique tant pour le PCC que pour la population chinoise, a confié à Xinhua M. Hoang Binh Quan, qui dirige la commission des relations extérieures du Comité central du PCV.
M. Quan a ainsi fait l'éloge du leadership du PCC par le président chinois Xi Jinping, ajoutant que ce dernier "a conduit le peuple chinois à accomplir de nombreuses réalisations en matière de développement socio-économique, a renforcé le rôle de Chine et rehaussé le statut du pays sur la scène internationale".
"Nous souhaitons sincèrement que le 19e Congrès national du PCC soit couronné de succès", a dit le responsable du PCV.
Sous la direction du PCC, la Chine va accomplir des réalisations encore plus grandes pour faire du pays une nation socialiste caractérisée par la modernisation, la richesse, la démocratie, la civilisation et l'harmonie, a-t-il prédit. Les relations entre le Vietnam et la Chine seront plus vigoureuses après ce congrès, a poursuivi M. Quan, ajoutant que les liens entre les deux partis se sont consolidés davantage et qu'ils étaient fructueux.
Les contacts de haut niveau entre les deux partis et les deux nations ont défini le cadre du partenariat stratégique de coopération globale liant les deux pays, a affirmé M. Quan. Il a rappelé que les deux partis avaient établi des mécanismes d'échange, tandis que les échanges aux niveaux des municipalités et des provinces élargissaient également la portée de cette coopération. Par ailleurs, le PCV et le PCC se coordonnent étroitement au sein des forums internationaux de partis politiques, a-t-il indiqué. "Les liens entre les deux partis sont une illustration unique des relations sino-vietnamiennes en raison de la similarité des systèmes politiques des deux pays", a conclu M. Quan.

L'initiative "la Ceinture et la Route" enrichit le monde
L'initiative chinoise "la Ceinture et la Route" est une vision importante au niveau mondial, qui bénéficiera énormément au monde entier, a indiqué le président serbe Aleksandar Vucic. Dans une interview accordée à Xinhua à l'occasion du 19e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC), M. Vucic a déclaré que son pays avait une confiance totale dans le PCC ainsi que dans ses initiatives. L'initiative "la Ceinture et la Route" proposée par le président chinois Xi Jinping en 2013, qui est également le secrétaire général du PCC, est "l'une des plus importantes initiatives que nous avons aujourd'hui dans le monde contemporain", a estimé M. Vucic. L'initiative "la Ceinture et la Route", faisant référence à la Ceinture économique de la Route de la soie et à la Route de la soie maritime du XXIème siècle, vise à promouvoir le commerce, l'intégration financière, la connectivité des infrastructures et les échanges entre les peuples le long et au-delà des anciennes routes commerciales de la Route de la soie.
L'initiative bénéficie non seulement à la Chine et son peuple mais aussi à de nombreux pays, a ajouté M. Vucic, dont le pays participe avec enthousiasme à cette initiative.
"En tant que représentant d'un petit pays, j'aimerais encourager les membres du PCC à poursuivre cette initiative ainsi que d'autres initiatives, parce que nous avons une confiance totale en eux et leurs initiatives", a-t-il souligné.
Au cours des cinq dernières années, la Chine a développé ses liens avec le monde, tout en restant fermement attachée à la voie du socialisme avec des caractéristiques chinoises, a constaté le président.
La Chine est en train de "devenir l'un des facteurs les plus décisifs de la culture mondiale et de la communication mondiale, ce dont vous devez être fiers".
Tout cela montre que le socialisme à la chinoise fonctionne, a-t-il conclu.

La Chine obtient de "formidables résultats" grâce à son modèle "spécifique"
Le Parti communiste chinois (PCC) a réussi à créer un impressionnant modèle de succès qui correspond aux réalités chinoises, a ajouté le président serbe Aleksandar Vucic.
Depuis le 18e Congrès national du PCC de 2012, "le modèle spécifique créé par la Chine a jusqu'à présent obtenu de formidables résultats", a-t-il confié à Xinhua.
"Le socialisme avec des caractéristiques chinoises signifie quelque chose de très important, (cela signifie) que la Chine garde son indépendance", a-t-il indiqué, soulignant que la Chine prend toujours ses décisions de manière indépendante tout en respectant le droit international.
Parallèlement, innovation, réforme et modernité sont devenues des mots clés du progrès et de la prospérité de la Chine, a estimé M. Vucic, se félicitant de voir que le PCC a conduit la Chine à mettre en œuvre de nombreuses réformes difficiles dans divers domaines et milieux sociaux.
La réussite et la confiance de la Chine reposent sur la stricte autogestion du PCC, son engagement en faveur de la réforme et du développement durable, sa promotion de la culture chinoise et sa contribution au monde, a-t-il observé.
Pour le président serbe, la lutte contre la corruption est la condition préalable au développement et elle est essentielle pour diriger un parti de quelque 89 millions de membres.
Les membres du PCC "symbolisent l'avenir de tous les autres peuples" en Chine et "doivent être un modèle pour tous les autres", a indiqué M. Vucic, qui dirige également le Parti progressiste de Serbie.
Il a ajouté que la lutte contre la corruption donne une "force significative" à la direction du PCC, et montre au pays et au monde que "la Chine est très déterminée" en matière de respect de l'Etat de droit et dans l'élévation du niveau de vie de la population.
De plus, M. Vucic a souligné que les plans de développement du PCC ont permis à la Chine de poursuivre sa longue et impressionnante période de croissance et d'enregistrer un taux de 6,9% au premier semestre de l'année.
En conséquence, le scepticisme des Européens à l'égard du modèle chinois s'est évanoui, a noté le président serbe.
"La Chine devrait poursuivre le chemin qui vous convient et qui vous apporte de bons résultats, soit le socialisme avec des caractéristiques chinoises", a conclu M. Vucic.

Les exploits remarquables des cinq dernières années salués à l'étranger
Le 19e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC), est une étape historique du parti au pouvoir dans le plus grand pays en développement du monde suscite déjà l'attention croissante du monde entier.
Voici une sélection de citations faites par des dirigeants et des observateurs étrangers sur les accomplissements de la Chine ces cinq dernières années sous la direction du PCC.
Maria Teresa Montes de Oca, directrice de l'Institut des études chinoises à l'Université de La Havane :
"Dans le secteur des technologies, la Chine a accompli de grands pas. Bien que l'Occident souhaite stigmatiser la Chine, elle a émergé et montré au monde qu'elle était un pays sur lequel on pouvait compter dans le domaine du développement économique et technologique".
- - -
B. R. Deepak, professeur au Centre d'études sur la Chine et l'Asie du Sud-Est de l'Université Jawaharlal Nehru à New Delhi :
"La position de la Chine sur la scène internationale s'est consolidée et s'est renforcée".
- - -
Lee Hee-ok, professeur de science politique à l'Université Sungkyunkwan à Séoul :
Ces cinq dernières années, "la Chine a entrepris la modernisation de sa gouvernance".
"Ce qui m'impressionne le plus, c'est que le président Xi Jinping a posé les jalons d'une gouvernance à la chinoise".

Nouvelle étape importante du développement de la Chine, selon le MAE grec
Le 19e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) pose un nouveau jalon sur "la longue et historique route de la transformation spectaculaire de la Chine", estime le ministre grec des Affaires étrangères, Nikos Kotzias.


"Un rapide aperçu de ces cinq dernières années montre les progrès remarquables, tant au niveau domestique qu'au niveau international, que la Chine a réalisés sous le leadership du président Xi Jinping", confie-t-il dans un communiqué adressé à Xinhua.
"Par conséquent, je considère le 19e Congrès national comme une autre étape de la longue et historique route de la transformation spectaculaire de la Chine", poursuit le ministre à la veille de ce grand rendez-vous à Beijing.
Le PCC dirige la Chine depuis son premier congrès à Shanghai en 1921 et inaugure désormais un nouveau chapitre - le socialisme aux caractéristiques chinoises - du développement et de la prospérité d'une Chine moderne, ouverte sur le monde, poursuit M. Kotzias.
"Je suis sûr qu'indépendamment des résultats du 19e Congrès national, les Chinois continueront à suivre le chemin prudent de la modernisation progressive de la Nouvelle Chine, acteur majeur et indispensable de la prospérité et de la stabilité dans le monde", ajoute-t-il.
"En d'autres termes, en m'inspirant du proverbe et de la sagesse populaire chinoise, j'espère que le leadership chinois continuera à 'traverser les rivières en sautant sur les rochers'", poursuit le ministre.
"Personnellement, les Grecs et moi suivront avec un authentique intérêt cet événement majeur tout en cherchant à renforcer nos excellentes relations bilatérales avec la Chine, notre ami et notre partenaire stratégique", ajoute-t-il.
M. Kotzias explique que la Grèce et la Chine, en tant que berceaux respectifs des civilisations occidentales et orientales, entretiennent une relation spéciale qui dure depuis des milliers d'années et se base sur le respect mutuel et la compréhension.
"Cette relation unique est la fondation sur laquelle nous avons initié, ensemble, le Forum des civilisations antiques", indique-t-il, ajoutant que ce forum "gagne actuellement de l'importance et devient un espace pour renforcer le dialogue et la coopération sur les questions culturelles".
Le responsable grec réitère également que son pays soutient de manière inébranlable l'unité de la Chine, respecte complètement la politique d'une seule Chine et la position de Beijing sur Taiwan ainsi que la pratique "un pays, deux systèmes".
Au moment où le 19e Congrès national du PCC s'apprête à commencer, "je pense que le monde entier suivra avec beaucoup d'intérêt ses déclarations et délibérations", fait-il savoir en souhaitant aux participants et aux Chinois "beaucoup de succès".

Commentaires des médias étrangers
Le 19e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC), a été largement couvert par les médias étrangers à travers le monde.
Les articles des médias étrangers au sujet de ce congrès du PCC saluent la gouvernance du parti au pouvoir en Chine ainsi que le développement socio-économique du géant asiatique et ses contributions à l'échelle mondiale, et expriment l'espoir que le PCC conduise la Chine vers une plus grande prospérité.
Voici un résumé des observations formulées par certains de ces articles.

International Politics and Society (magazine allemand)
"La Chine ne devrait pas abandonner son modèle, qui remporte du succès sur les plans économique et social. Les politiques de l'Allemagne et de l'Union européenne doivent s'adapter à la concurrence que représentent les autres systèmes politiques et apprendre des succès du modèle chinois".

Neue Zürcher Zeitung (quotidien suisse)
"La Chine ouvre une nouvelle ère".
En misant sur sa force nationale et son influence internationale, la Chine devrait jouer un rôle de leader mondial d'ici à 2050.

The Guardian (quotidien britannique)
Le discours prononcé par le président Xi Jinping lors de la session d'ouverture du 19e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) a montré "l'ambition et la confiance frappantes de Xi Jinping".

IRNA (agence de presse officielle iranienne)
La Chine vise à introduire un modèle de développement et de mondialisation pour remplacer le modèle occidental ancien et inefficace. Les nouveaux succès des politiques de réforme de la Chine encourageront les Etats du monde à lui emboîter le pas.

Granma (quotidien officiel cubain)
Le président Xi Jinping jouit d'"un grand prestige, grâce à la réussite des réformes qu'il a entreprises avec ses collègues ces cinq dernières années". Il a plaidé pour "une diplomatie plus active qui a permis à la nation asiatique de s'engager davantage dans les mécanismes et processus de prise de décision mondiaux".

Zasgiin Gazriin Medee (quotidien officiel mongol)
Le président Xi Jinping a souligné la nécessité d'appliquer la politique de libéralisation et de facilitation des procédures dans les domaines du commerce et de l'investissement, ainsi que d'élargir considérablement l'accès au marché et l'ouverture sur l'extérieur dans le secteur des services.

Gazeta Nezavisimaya (quotidien russe)
Il est difficile d'imaginer que la Chine aurait pu accomplir ces progrès sans précédent sans la direction du PCC. Avec sa croissance économique rapide, la Chine a acquis une expérience qui pourrait aider les pays en développement à prospérer.

Pakistan Observer (journal pakistanais)
Grâce à sa dernière politique quinquennale, "la Chine a considérablement accru sa force économique et technologique et un système moderne de gouvernance sociale a vu le jour".

Sin Chew Daily (quotidien malaisien)
Le 19e Congrès national du PCC a dévoilé un plan visant à faire de la Chine un grand pays socialiste moderne d'ici à 2050 et à réaliser son rêve de grande renaissance nationale.

L'objectif annuel de croissance économique sera atteint
L'économie chinoise devrait accomplir ou dépasser l'objectif de croissance annuelle fixé cette année par le gouvernement, soit 6,5%, a déclaré samedi un haut planificateur économique. "L'objectif de croissance d'environ 6,5% devrait être atteint avec succès et il est même possible d'arriver à de meilleurs résultats", a déclaré He Lifeng, chef de la Commission nationale du développement et de la réforme, lors d'une conférence de presse en marge du 19e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC). Le produit intérieur brut (PIB) de la Chine dépassera 80.000 milliards de yuans (environ 12.100 milliards de dollars) cette année, a-t-il précisé. L'économie a affiché une tendance plus assurée de croissance stable avec des progrès structurels et des perspectives positives cette année, a-t-il ajouté. Le PIB chinois a augmenté de 6,9% sur un an pour atteindre 59.300 milliards de yuans au cours des trois premiers trimestres. Un chiffre stable par rapport à la croissance de 6,9% enregistrée au premier semestre, et ce malgré une hausse un peu plus lente de 6,8% au troisième trimestre, selon les données officielles. Bien que l'économie mondiale peine à se rétablir depuis 2012, la Chine a maintenu relativement stables ses principaux indicateurs économiques, dont le PIB, l'inflation et l'emploi, avec plus de 10 millions de personnes sorties de la pauvreté chaque année, a indiqué M. He. Parallèlement, des progrès ont été enregistrés en matière de réforme institutionnelle, en réduisant la surcapacité industrielle et en renforçant la mise à niveau économique, selon M. He. La Chine "a la confiance et la capacité" d'atteindre l'objectif consistant à devenir un grand pays socialiste moderne d'ici le milieu du siècle, a-t-il déclaré.

Le marché immobilier poursuivra sa stabilisation
Le marché immobilier chinois devrait continuer à se stabiliser au cours du quatrième trimestre de cette année, a annoncé dimanche un haut responsable. Le marché continuera d'enregistrer une faible croissance du volume de transactions et une stabilisation des prix, a indiqué Wang Menghui, ministre du Logement et de la Construction urbaine et rurale, lors d'une conférence de presse organisée en marge du 19e Congrès national du Parti communiste chinois. Le gouvernement n'épargnera aucun effort pour atteindre les objectifs de contrôle du marché immobilier et maintiendra la continuité et la stabilité des politiques, a-t-il précisé. Il s'est engagé à promouvoir la mise en place d'un système de logement assurant l'offre via diverses sources, proposant un soutien en matière de logement à travers plusieurs canaux et encourageant à la fois l'acquisition et la location.

Les données du développement économique chinois depuis 2012
- Le Bureau national des statistiques (BES) a publié vendredi un rapport sur les résultats économiques de la Chine depuis le 18e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) tenu fin 2012.

Voici les données et les statistiques du rapport:
-- La croissance du PIB s'est développée avec un taux annuel de 7,2% durant la période 2013-2016, par rapport à la croissance mondiale de 2,5% et à celle de 4% des économies en voie de développement.
-- Calculé avec des prix constants, le PIB de 2016 a augmenté de 32% par rapport à 2012.
-- La proportion du PIB chinois dans l'économie mondiale a atteint 15% en 2016, en hausse de 3 points de pourcentage par rapport à 2012.
-- La contribution moyenne de la Chine à la croissance mondiale pendant la période 2013-2016 était supérieure à 30%, la plus importante parmi tous les pays et supérieure à la contribution totale des Etats-Unis, de la zone euro et du Japon.
-- Le PIB par habitant a atteint 53.980 yuans (7.939 dollars) en 2016, en hausse de 29% par rapport à 2012 après un ajustement en fonction de l'inflation, représentant une croissance annuelle moyenne de 6,6%.
-- Le revenu national brut (RNB) par habitant est passé de 5.940 dollars en 2012 à plus de 8.000 dollars en 2016. Le classement du RNB par habitant chinois a progressé de la 112e place en 2012, à la 96e en 2015, selon des statistiques de la Banque mondiale.
-- Entre 2013 et 2016, l'industrie des services a progressé avec un taux annuel de 8%. La part de la production des services dans le PIB est passée de 45,3% en 2012 à 51,6% en 2016.
-- La contribution de la consommation finale à la croissance économique est passée de 47% en 2013 à 64,6% en 2016.
-- Le ratio des habitants urbains permanents dans la population totale a atteint 57,35% fin 2016, contre 52,57% fin 2012.
-- Les dépenses pour la recherche et le développement ont augmenté de 50,5% par rapport à 2012 pour atteindre 1.550 milliards de yuans en 2016. La part de ces dépenses dans le PIB est passée de 1,91% à 2,08% durant la même période.
-- La production de céréales a atteint 621,44 millions de tonnes en 2015, en augmentation pour la 12e année consécutive. La production en 2016 a légèrement baissé pour atteindre le niveau le deuxième plus élevé dans l'histoire, à savoir 616,25 millions de tonnes.
-- La Chine possédait 124.000 kilomètres de chemins de fer en opération en 2016, contre 98.000 kilomètres fin 2012, et la longueur des chemins de fer à grande vitesse en opération a augmenté pour passer de moins de 10.000 kilomètres à plus de 22.000 kilomètres, soit le plus long du monde.
-- La valeur du commerce des services a atteint 657,5 milliards de dollars, en hausse de 36,7% par rapport à 2012, représentant une croissance annuelle moyenne de 8,1%.
-- L'investissement direct étranger a augmenté à un taux annuel de 3,1% à 489,4 milliards de dollars pendant la période 2013-2016.
-- Le nombre des habitants ruraux vivant dans la pauvreté a baissé à 43,35 millions l'année dernière, contre 98,99 millions en 2012.
-- Entre 2012 et 2016, la consommation d'énergie et d'eau par unité du PIB a baissé respectivement de 17,9% et 25,4%.

Faits et chiffres sur la gouvernance du PCC
Depuis le 18e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) qui s'est tenu en 2012, le Comité central du PCC a décidé de renforcer la gouvernance du Parti. Ces cinq dernières années, le Comité central du PCC a inlassablement traité le problème des "quatre formes de décadence", à savoir le formalisme, la bureaucratie, l'hédonisme et l'extravagance. Fin 2016, 155.300 infractions au code de frugalité en huit points ont fait l'objet d'enquêtes, selon la Commission centrale de contrôle de la discipline (CCCD) du Parti. 78,2% de ces infractions ont été commises en 2013 et en 2014, 15,1% en 2015, et 6,7% en 2016, représentant une baisse remarquable chaque année. Le PCC a accéléré sa lutte contre la corruption, ciblant évidemment les "tigres" (hauts fonctionnaires) et les "mouches" (fonctionnaires ordinaires). A la fin de l'année dernière, la CCCD a mené des enquêtes sur 240 fonctionnaires de l'administration centrale, sanctionnant 223 d'entre eux. Les départements chargés de l'inspection disciplinaire et de la supervision à l'échelle nationale ont enregistré 1,162 million de cas de corruption et puni 1,199 million de personnes. Un total de 2.566 fonctionnaires qui s'étaient enfuis à l'étranger ont été arrêtés d'après le bilan de la fin de 2016, et 8,64 milliards de yuans (1,3 milliard de dollars) ont été récupérés. Parmi les cent fugitifs chinois faisant l'objet d'une notice rouge d'Interpol, 43 ont été arrêtés. Le PCC a également travaillé sur les règles à l'intérieur du Parti. Ces cinq dernières années, le Comité central du PCC a formulé ou modifié 88 réglementations du Parti, soit 47% du total des 188 règlements.

Cinq choses que vous devez savoir sur le PCC
Voici cinq choses que vous devez savoir sur le plus grand parti politique du monde.
Comment le PCC est-il devenu le plus grand parti politique du monde ?
Lorsque qu'il a été créé en 1921, le PCC comptait une cinquantaine de membres. En 1949, quand la République populaire de Chine a été fondée, le nombre de ses membres s'élevait à presque 4,5 millions. En 2016, le Parti comptait 89,447 millions de membres, faisant de lui le plus grand parti politique du monde, le nombre de ses membres étant supérieure à la population de l'Allemagne. Les membres du Parti proviennent de tous les milieux de la société. Les ouvriers et les agriculteurs représentent la plus grande partie, soit 36,95% du total de ses membres, suivis par les personnels qualifiés et d'encadrement avec 25,21%. Le reste est constitué de responsables, d'étudiants et de retraités.

Comment sont gérés les membres du Parti ?
Les membres du PCC sont regroupés en plus de 4,5 millions de cellules qui comptent chacune 20 membres en moyenne. Selon les Statuts du Parti, une cellule doit être créée partout où il y a plus de trois membres du Parti.
Il y a des cellules du Parti dans presque tous les quartiers urbains, toutes les communautés et tous les bourgs. Environ 91,3% des entreprises publiques abritent des cellules du Parti, qui supervisent leurs opérations quotidiennes et participent à la prise de décisions. Les cellules du Parti sont également présentes dans 67,9% des entreprises privées et 58,9% des organisations sociales. Les cellules du Parti au niveau local sont la base de la gouvernance du PCC, et indispensable au Parti pour rester connecté à la masse et la servir.

Quel est le symbole du Parti ?
Selon les Statuts du PCC révisés et adoptés en 2007, l'emblème et le drapeau du Parti sont le symbole et la marque du PCC. Voici une brève introduction à l'emblème et au drapeau du PCC :
-- L'emblème du PCC est la faucille et le marteau.
-- Le drapeau du PCC est de couleur rouge, orné de l'emblème dorée du Parti.
-- Les organisations du Parti, à tous les niveaux, ainsi que tous les membres du Parti doivent préserver le côté sacré de l'emblème et du drapeau du Parti.

Quels sont les objectifs stratégiques du Parti ?
Les "objectifs des deux centenaires" sont aussi connus comme les "objectifs stratégiques du développement économique et social lors de la nouvelle étape du nouveau siècle".
Le premier objectif est de faire de la Chine une société de moyenne aisance dans tous les domaines, avec des bénéfices qui doivent être ressentis par bien plus d'un milliard de personnes d'ici au centenaire du Parti. Le deuxième est d'élever le PIB par habitant de la Chine au niveau des pays modérément développés, et de réaliser la modernisation d'ici au centenaire de la République populaire de Chine.

Quel rôle joue le Parti dans les organismes économiques ?
Dans les entreprises publiques ou collectives, l'organisation du Parti de base agit comme le noyau politique et travaille pour le fonctionnement de l'entreprise, en vertu des Statuts du PCC révisés et adoptés en 2007. Dans une structure économique non publique, l'organisation du Parti de base conduit les principes et les politiques du Parti, fournit des conseils et supervise l'entreprise tout en respectant les lois et les règlements de l'Etat, exerce le leadership sur le syndicat, l'organisation de la Ligue de la jeunesse communiste et les autres organisations de masse, rassemble les travailleurs et le personnel de bureau autour d'elle, préserve les droits et les intérêts légitimes de tous les milieux et favorise un développement sain de l'entreprise.

Les relations entre le PCC et les partis non communistes
Voici certains faits concernant les relations entre le Parti communiste chinois (PCC, parti au pouvoir) et les partis politiques non communistes et les personnalités non affiliées à un parti.
-- La Chine est un pays comptant divers partis politiques. Outre le PCC, le pays compte huit partis non communistes, à savoir le Comité révolutionnaire du Kuomintang de Chine, la Ligue démocratique de Chine, l'Association pour la construction démocratique de Chine, l'Association chinoise pour le progrès de la démocratie, le Parti démocratique paysan et ouvrier de Chine, le Parti Zhigongdang, la Société Jiu San et la Ligue pour l'autonomie démocratique de Taiwan.
-- Créés entre les années 1920 et la fin des années 1940, les partis non communistes comptent parmi leurs adhérents principalement des professionnels et universitaires de différents secteurs, des élites parmi les Chinois revenus de l'étranger et leurs proches, des personnes ayant des liens avec l'ancien Kuomintang ou des résidents de Taiwan.
-- Avant la prise de décisions importantes concernant l'économie nationale et la vie du peuple, le PCC consulte les partis non communistes et les personnalités non affiliées à un parti pour trouver un consensus.
-- Les partis non communistes et les personnalités non affiliées à un parti sont représentés à l'Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois), ainsi que dans son comité permanent et ses sous-comités. Ils sont également représentés dans les comités permanents des assemblées populaires à divers échelons. De cette façon, ils peuvent prendre part de manière active à la gouvernance de l'Etat et jouer un rôle de supervision. Ils recommandent également des membres de ces partis et des personnalités non affiliées à un parti pour des postes à haute responsabilité dans les organes judiciaires et gouvernementaux à tous les niveaux.
-- La système de coopération et de consultation politique à multiples partis sous la direction du PCC a pris forme et s'est développé au cours d'une longue période de révolution et de construction économique. "La coexistence à long-terme, la supervision mutuelle, les rapports sincères et le partage des bonnes ou mauvaises fortunes" résument historiquement la coopération du PCC avec les partis non communistes et sont un principe de leur coopération.
-- Le PCC est le parti au pouvoir en Chine. Les huit partis non communistes sont des organisations politiques connectées aux membres de certains cercles sociaux. Ils prennent part à la gestion des affaires de l'Etat, qui couvrent notamment la formulation des politiques majeures de l'Etat, l'élection des dirigeants du gouvernement, l'adoption des lois et règlements et l'application de la loi.

Le PCC maintient le dialogue avec le parti au pouvoir de la RPDC
Le Parti communiste chinois (PCC) maintient la communication et le dialogue avec le parti au pouvoir de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), a fait savoir samedi un responsable du PCC. Les échanges entre le PCC et le Parti des travailleurs de Corée jouent un rôle important dans les relations entre les deux pays, a indiqué Guo Yezhou, vice-ministre du Département international du Comité central du PCC, lors d'une conférence de presse en marge du 19e Congrès national du PCC. Protéger, développer et consolider la coopération amicale entre la Chine et la RPDC répond aux intérêts bilatéraux, mais constitue aussi un facteur important pour la paix et la stabilité régionales, a-t-il souligné. En ce qui concerne les dates des échanges et le niveau des communications, M. Guo a indiqué qu'ils dépendaient des besoins et des préférences des deux parties.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.