Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Rencontre, demain, des partisans d'une «transition de rupture»    Samy Agli, nouveau président du FCE    Redorer le blason de l'UGTA    Le Femise évoque la persistance du système de rente en Algérie    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Groupe F : Cameroun-Guinée Bissau, aujourd'hui à 18h00: Les Lions Indomptables veulent rugir    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    L'ARBRE DESSECHE    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie propose que la décennie 2010-2020 soit celle de la lutte contre la désertification
Clôture de la conférence internationale sur la désertification
Publié dans Le Maghreb le 21 - 12 - 2006


L'Algérie a proposé que la décennie 2010-2020 soit consacrée par les Nations unies au désert et à la lutte contre la désertification, a annoncé, mardi, le ministre de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement du territoire et de l'Environnement, Cherif Rahmani. Dans son allocution de clôture ors de la conférence internationale sur la désertification et l'impératif international de politiques de soutien, le ministre a indiqué, que la proposition du président Abdelaziz Bouteflika de pérenniser l'action de lutte contre la désertification a été acceptée, à l'unanimité, par les ministres arabes de l'Environnement et par les représentants de la communauté internationale réunis à Alger. "Nous allons présenter à l'Assemblée générale de l'ONU cette proposition de l'Algérie", a-t-il dit, ajoutant qu'en dix ans "les hommes, les moyens, les capacités et les expertises nous permettront de pérenniser et sanctuariser très fortement la question de désertification". "L'Algérie est l'un des pays le plus touché (par la désertification) et donc nous ne pouvons être que satisfaits que la communauté internationale ait écouté notre voix et décidé de la porter sur le plan international", a encore indiqué M. Chérif Rahmani. A ce propos, les quelque 200 experts devant de 25 pays, réunis depuis trois jours, ont proposé à leur tour également, des changements de politique pour endiguer la désertification qui menace 2 milliards de personnes vivant dans les zones arides. Ces derniers ont préconisé également un partenariat régional et interrégional, notamment entre les pays qui sont soumis au défi de la désertification, tels que les pays de l'Union du Maghreb arabe (UMA) et ceux de la CEDEAO. Ils ont proposé aussi, de rechercher des options innovatrices garantissant les ressources humaines, financières technologiques et institutionnelles qui permettent de relever le défi de la désertification. Soulignant, ainsi, que les résultats des différentes conventions passés sont "maigres". Les intervenants ont appelé à une plus grande mobilisation, notamment sur le plan financier, pour stopper la désertification. A cet effet, deux protocoles d'accord ont été signés, lors de la cérémonie de clôture. Le premier signé par le ministre et un panel d'experts, représentant les institutions internationales ayant pris part à la conférence, le deuxième par les Instituts des zones arides de Tunis et Pékin, d'une part, et l'université des Nations unies de Tokyo, d'autre part. M. Rahmani a indiqué à la presse, en marge de la signature de ces deux protocoles, que ces derniers "permettent aux institutions internationales qui luttent contre la désertification de travailler et mettre en commun le produit des recherches, expertises et échange des expériences". Il est aussi également question qu'à travers ces protocoles "d'aider l'Algérie à créer un institut international du désert", a-t-il ajouté. Le ministre s'est félicité de la tenue de cette conférence, lors de son intervention de clôture, à travers laquelle il a réitéré les dangers de la désertification. "60 millions de personnes risquent de perdre leur terre, leur demeure, leur oasis", a-t-il dit, ajoutant que dans cette situation, "de nouveaux types de conflits apparaissent autour des ressources naturelles" et que "les déserts constituent un enjeu" et que "nos sociétés sont devant le défi de la durabilité, fondement de toute politique et du devenir de l'humanité". Cependant, il a toutefois conclu en déclarant que 2006 a été "l'année d'une forte prise de conscience" et que "la réussite de toute entreprise de lutte contre la désertification nécessite l'engagement de la société toute entière". Pour rappel, des représentants du PNUD, du PNUE, de la Fondation de l'environnement mondial (FEM), de l'Agence canadienne pour le développement et la coopération internationale, la Convention des nations pour lutter contre la désertification, le Centre arabe pour les régions arides, l'Observatoire du Sahara et du Sahel et la Convention de la vie sur terre ont participé à la conférence d'Alger.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.