Commerce: permanence respectée à 99% par les commerçants au 1er jour de l'Aïd el Fitr    Le romancier Samir Kacimi anime des ateliers d'écriture virtuels    Benbouzid dévoile les priorités du secteur après la levée du confinement    Territoires Non Autonomes: l'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Le ministre de la Communication salue les efforts des travailleurs du secteur    Campagne de récolte de pommes de terre de saison : un rendement record à Mostaganem    COVID-19: 157 bus mobilisés pour le transport quotidien des personnels de la santé    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    Le discours intégral de Tebboune    Covid-19: la crise sanitaire entraînerait des transformations numériques "majeures" en Afrique    195 nouveaux cas confirmés et 10 décès enregistrés en Algérie    Hand-MCO: pour un changement du système de compétition des 2 premiers paliers    La détente est nécessaire et possible    CIO : Report des JO-2021 ?    Reprise de la compétition : Trois scénarios pour l'actuelle saison    Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»    L'Affaire Halfaya prend une autre tournure    5 ans de prison ferme requis    Rassemblement des femmes à Béjaïa    Proche-Orient : Les Palestiniens refusent l'aide médicale de MBZ    Défense ; Les Etats-Unis se retirent du traité «Open Sky»    Distribution de 200 000 masques à Tizi Ouzou    On vous le dit    Brèves    Khemis El Khechna : Le marché de gros cédé à 16,2 milliards    Editions Chihab : Mère des Cités, un sacré polar    Au royaume de Massinissa, Jugurtha, Koceila et Dihya    Oran : Les artistes anonymes, autres victimes collatérales de la pandémie    L'année judiciaire ne sera pas clôturée le 15 juillet    Beaucoup reste à faire    La production de la fraise en net recul à Jijel    Les travaux traînent en longueur    Indignation contre une loi sur la sécurité nationale de Pékin    Les feuilles de l'automne    Zemmamouche parti pour rester    Anthar Yahia estime qu'"il n'y a pas assez de terrains"    Des voix dénoncent l'annexion de la Cisjordanie occupée par Israël    Plus de 660 000 déplacés dans le monde depuis fin mars    Lancement d'une campagne artistique en hommage au personnel soignant    "Je finalise un essai sur le règne de Bouteflika"    Une soirée ramadhanesque avec Hind Boukella    La fin de Cheikh Shamessedine sur Ennahar TV    AID EL-FITR : Les journées du 1er et 2 chaoual chômées et payées    Le Président de la République reçoit un appel téléphonique de son homologue égyptien    Les cas confirmés de Covid-19 en hausse dans la bande de Ghaza    L'espoir, cet emprunt fait au bonheur !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie propose que la décennie 2010-2020 soit celle de la lutte contre la désertification
Clôture de la conférence internationale sur la désertification
Publié dans Le Maghreb le 21 - 12 - 2006


L'Algérie a proposé que la décennie 2010-2020 soit consacrée par les Nations unies au désert et à la lutte contre la désertification, a annoncé, mardi, le ministre de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement du territoire et de l'Environnement, Cherif Rahmani. Dans son allocution de clôture ors de la conférence internationale sur la désertification et l'impératif international de politiques de soutien, le ministre a indiqué, que la proposition du président Abdelaziz Bouteflika de pérenniser l'action de lutte contre la désertification a été acceptée, à l'unanimité, par les ministres arabes de l'Environnement et par les représentants de la communauté internationale réunis à Alger. "Nous allons présenter à l'Assemblée générale de l'ONU cette proposition de l'Algérie", a-t-il dit, ajoutant qu'en dix ans "les hommes, les moyens, les capacités et les expertises nous permettront de pérenniser et sanctuariser très fortement la question de désertification". "L'Algérie est l'un des pays le plus touché (par la désertification) et donc nous ne pouvons être que satisfaits que la communauté internationale ait écouté notre voix et décidé de la porter sur le plan international", a encore indiqué M. Chérif Rahmani. A ce propos, les quelque 200 experts devant de 25 pays, réunis depuis trois jours, ont proposé à leur tour également, des changements de politique pour endiguer la désertification qui menace 2 milliards de personnes vivant dans les zones arides. Ces derniers ont préconisé également un partenariat régional et interrégional, notamment entre les pays qui sont soumis au défi de la désertification, tels que les pays de l'Union du Maghreb arabe (UMA) et ceux de la CEDEAO. Ils ont proposé aussi, de rechercher des options innovatrices garantissant les ressources humaines, financières technologiques et institutionnelles qui permettent de relever le défi de la désertification. Soulignant, ainsi, que les résultats des différentes conventions passés sont "maigres". Les intervenants ont appelé à une plus grande mobilisation, notamment sur le plan financier, pour stopper la désertification. A cet effet, deux protocoles d'accord ont été signés, lors de la cérémonie de clôture. Le premier signé par le ministre et un panel d'experts, représentant les institutions internationales ayant pris part à la conférence, le deuxième par les Instituts des zones arides de Tunis et Pékin, d'une part, et l'université des Nations unies de Tokyo, d'autre part. M. Rahmani a indiqué à la presse, en marge de la signature de ces deux protocoles, que ces derniers "permettent aux institutions internationales qui luttent contre la désertification de travailler et mettre en commun le produit des recherches, expertises et échange des expériences". Il est aussi également question qu'à travers ces protocoles "d'aider l'Algérie à créer un institut international du désert", a-t-il ajouté. Le ministre s'est félicité de la tenue de cette conférence, lors de son intervention de clôture, à travers laquelle il a réitéré les dangers de la désertification. "60 millions de personnes risquent de perdre leur terre, leur demeure, leur oasis", a-t-il dit, ajoutant que dans cette situation, "de nouveaux types de conflits apparaissent autour des ressources naturelles" et que "les déserts constituent un enjeu" et que "nos sociétés sont devant le défi de la durabilité, fondement de toute politique et du devenir de l'humanité". Cependant, il a toutefois conclu en déclarant que 2006 a été "l'année d'une forte prise de conscience" et que "la réussite de toute entreprise de lutte contre la désertification nécessite l'engagement de la société toute entière". Pour rappel, des représentants du PNUD, du PNUE, de la Fondation de l'environnement mondial (FEM), de l'Agence canadienne pour le développement et la coopération internationale, la Convention des nations pour lutter contre la désertification, le Centre arabe pour les régions arides, l'Observatoire du Sahara et du Sahel et la Convention de la vie sur terre ont participé à la conférence d'Alger.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.