«Nous n'allons pas applaudir tout ce que fera le système»    Prison ferme pour l'ancien patron de l'Office du hadj    FAF... la mascarade continue    Pagaille dans les bureaux de poste    En attendant l'hydrogène bon marché    Les «ratés» de l'ancienne feuille de route    La magie évanouie d'Anfield face au sorcier Zidane    Les travaux auront lieu jeudi soir au Sheraton    Le Ghanéen Kwame Opoku passe la visite médicale    Prochaine création d'un centre de vaccinologie    Le Cnapeste maintient la pression    Tadjine el kemmoun    Their Algeria décroche le prix spécial du jury    Démenti    Des journalistes reviennent en... autostop !    ils ont réussi à marcher    La marche de la communauté universitaire empêchée    Trois marchés de vente promotionnelle ouverts    L'espoir d'une reprise    Une coalition d'ONG plaide pour une "nouvelle approche"    L'Algérie œuvre à l'élimination totale des ADM    Pas de diffusion télé pour le feuilleton "Babor Ellouh"    Rassemblement sur le parvis Matoub-Lounès à Paris    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain    Tebboune nomme Ahmed Rachedi Conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    6 habitudes alimentaires pour lutter contre la fatigue chronique    Le CRA ouvre un restaurant «Rahma» à la Médiathèque: 400 repas quotidiennement pour les démunis    El Tarf: Le gaz de ville pour Oued Djenane    Ligue 2 - Groupe Centre: Six postulants au coude-à-coude    Primauté du sucre et de l'huile contrariée    Sétif: Un atelier clandestin de fabrication d'armes démantelé    112ème mardi de protestation: Les étudiants au rendez-vous au premier jour du Ramadhan    La vitamine DZ, seule source d'énergie locale !    Le complexe de l'automobile    Saidal fabriquera du Levothyrox    La dispute royale en Jordanie embarrasse l'Arabie saoudite    Un constat sans complaisance    Mortellement poignardée par son mari    Azra scintille à tigzirth    Flambée vertigineuse des prix des produits alimentaires    L'Iran met en garde Washington contre le «sabotage» et les «sanctions»    David Luiz sur le départ    Un ultimatum pour Cavani    Ramos positif au coronavirus    Une grave provocation    Alors, c'est In Salah ou Aïn Salah?    La librairie «Cheikh» renoue avec les ventes-dédicaces    L'amour à l'italienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Adossés à l'or, aux diamants, au pétrole : Que valent réellement les "rivaux" du bitcoin?
Publié dans Le Maghreb le 19 - 12 - 2017

D'une part, des mises en garde contre les risques que présentent les crypto-monnaies et, de l'autre, la montée en flèche du cours du bictoin et l'émergence de nouvelles devises virtuelles qui prétendent offrir des garanties - il y a de quoi s'y perdre. Sputnik a tenté d'y voir plus clair.
La Deutsche Bank a mis en garde la semaine dernière contre les investissements privés dans les bitcoins, cette crypto-monnaie dont la valeur a franchi le 26 novembre la barre des 9.000 dollars, motivant ses recommandations par les fortes fluctuations des monnaies virtuelles et par le manque de réglementation de leur marché. Elle rejoint ainsi la liste des structures financières ayant attiré l'attention sur les dangers liés aux monnaies numériques. Pour rappel, dans son rapport publié le 20 novembre dans The Telegraph, BNP Paribas s'y était également attaquée pour des raisons similaires soulignant que leur avenir était limité en raison de l'absence d'"un prêteur en dernier ressort".

Des crypto-monnaies adossées à des biens tangibles
Les critiques à l'égard du bitcoin et des autres crypto-monnaies purement numériques allant croissant, des devises virtuelles adossées à des biens tangibles (ou du moins prétendant l'être) ont vu le jour au cours de ces derniers mois. Ainsi, le bilur, monnaie virtuelle indexée sur le pétrole, a été émise en mai dernier à Genève par la société londonienne R Fintech. Pour lancer cette "première cryptomonnaie avec une vraie valeur", comme la présentent ses concepteurs, la société et ses partenaires ont acheté un million de barils de brut, stockés au Texas. 1 bilur vaut une tonne équivalent pétrole, soit 6,481 barils de Brent. "Au fur et à mesure du développement du bilur, davantage de pétrole sera acquis, ses réserves stockées se chiffrant en milliards de barils", indique la société dans son communiqué de presse. Cette initiative est loin d'être isolée. L'économiste et mathématicien russe Vladimir Frolov a lancé l'été dernier à Singapour le service Copernicus Gold (CPN Gold), proposant des crypto-monnaies liées au stock d'or réel conservé dans ce pays asiatique. En outre, une crypto-monnaie garantie par des diamants devrait voir le jour en Russie en 2018. Baptisée D1 Coin, chaque unité de cette devise sera adossée à 1/1000 carat de diamant de la compagnie Alrosa.

Une alternative offrant plus de garanties?
Le fait que ces crypto-monnaies sont adossées à des biens tangibles les rend-il plus sûres que le bitcoin, le litecoin, le dash et d'autres encore? D'un point de vue purement théorique, le pétrole et les autres biens tangibles peuvent offrir plus de sécurité. Toutefois, comme dans le cas du bictoin, on se heurte encore une fois au manque de réglementation dans le domaine. En contrepartie, comme le rappelle à Sputnik Kira Egorova, chargée des relations de presse de la plateforme de bookbuilding blockchain ICOadm.in, ni l'euro, ni le rouble, ni le dollar ne sont plus adossés à des réserves d'or depuis longtemps - cette règle ne fonctionne plus depuis les années 1970. Comme dans le cas des valeurs conventionnelles, le prix des crypto-monnaies est soumis aux lois du marché et dépend de l'offre et de la demande. "Par exemple, la montée en flèche du cours du bitcoin peut s'expliquer par le fait que cette monnaie est de plus en plus difficile à miner", explique-t-elle. Alexandre Chevtsov, fondateur du projet de justice sur blockchain Jury.Online, partage son avis et souligne qu'en fait la monnaie fiduciaire n'est que du papier, papier qui circule sur un territoire donné. Chaque Etat garantit à ses citoyens que ces papiers sont acceptés sur tout son territoire. "Dans le cas des crypto-monnaies, le principe reste le même: si la monnaie circule et si on l'accepte en tant qu'unité de paiement et de change, c'est qu'elle est garantie", argumente M.Chevtsov dans le commentaire qu'il a donné à Sputnik. Mais comme le rappelle Mikhaïl Tchobanian, fondateur de l'agence bitcoin Kuna, nul ne vous donnera de garanties dans le domaine du bitcoin. "Un jour, la difficulté du minage des bitcoins deviendra énorme et personne ne sait comment cela se répercutera sur son prix. Or, si le cours reste stable, la plupart de ceux qui s'y sont lancés ne gagneront rien et travailleront sur le retour sur investissement", explique-t-il dans une interview accordée à la chaîne Zvezda. Pavel Salas, directeur général d'eToro Russia&CIS, conseille pour sa part aux dilettantes de s'abstenir. Selon lui, le minage doit être réservé aux professionnels.

Sommes-nous à la veille d'une explosion de la "bulle" Bitcoin?
Le Bitcoin est aujourd'hui à 12.423 dollars, après sa chute d'hier. Cette extrême volatilité laisse penser à certains experts des marchés que nous sommes face à une bulle qui risquerait d'exploser prochainement de "façon dramatique". Après le record enregistré de 19.500 dollars, le Bitcoin est retombé aujourd'hui à 12.423 dollars, donnant ainsi, avec cette très forte volatilité, des sueurs froides aux investisseurs. Le Bitcoin qui, étant donné sa spectaculaire hausse ces derniers mois, en a connu une encore plus sensible cette semaine, en passant de moins de 16.000 à 19.500 dollars en moins d'une heure, jeudi, sur le GDAX, la principale bourse américaine. Avec cette augmentation de 40% en 48 heures avant vendredi, les experts du marché avaient commencé à se préparer à l'effondrement des prix à venir, informe Reuters. Craig Erlam, analyste principal de marché chez OANDA à Londres, a déclaré que la bourse Cboe Global Markets basée à Chicago devrait lancer un contrat à terme sur la devise numérique, qui sera suivi par le groupe CME la semaine prochaine. Des spécialistes des marchés sont sceptiques quant à l'avenir de la cryptomonnaie. Bryan Chaffin, de Mac Observer, souligne qu'il pourrait y avoir plus de raisons à ces investissements effrénés, dont "la spéculation pure, l'offre limitée, la peur de passer à côté et la prise de conscience croissante d'une cryptomonnaie ouroboros". Il affirme que "personne ne sait exactement" ce qui pousse les prix du Bitcoin à se comporter de manière si barbare. "Le Bitcoin est incroyablement instable en ce moment, et pire, il a peut-être atteint un sommet ou il pourrait être au bas d'une énorme envolée vers la Lune, il pourrait tomber en panne à n'importe quel moment", écrit-il sur le site. À en croire Chaffin, il est plus judicieux de ne pas s'aventurer à acheter en ce moment. "Dans cinq ans, cela pourrait valoir 100.000 dollars ou zéro, ou n'importe quelle valeur entre les deux… Le passé du Bitcoin n'est pas une garantie de son avenir", met-il en garde. Il est intéressant de noter que d'autres cryptomonnaies n'ont pas connu la même chute, puisqu'elles ont continué de monter alors que le Bitcoin affichait son incroyable tour de montagnes russes, relate Business Insider. Le site Web note également que la spectaculaire multiplication par 15 fois du prix du Bitcoin au cours de la dernière année pourrait laisser présager à une bulle qui exploserait "de façon dramatique" dans un proche avenir.

Le Bitcoin grimpe à 19 000 USD
La monnaie virtuelle Bitcoin a poursuivi sa progression et a dépassé samedi la barre des 19.000 dollars, annonce le portail d'information CoinMarketCap. La cryptomonnaie Bitcoin qui valait vendredi 18.000 dollars a déjà franchi la barre des 19.000 dollars, selon le portail CoinMarketCap. La capitalisation boursière de la monnaie a également atteint la barre des 320 milliards de dollars. L'envolée du Bitcoin, qui valait 1.000 dollars au début de l'année, a suscité l'intérêt des autorités de régulation à travers le monde, qui désormais le surveillent. Certains banquiers ou économistes, dont le prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz, ont estimé que la crypto-monnaie devait être interdite. Récemment, le Président russe a constaté que les monnaies cryptographiques gagnaient en popularité à travers le monde. Pourtant, Vladimir Poutine a indiqué que les crypto-monnaies recelaient de sérieux dangers, notamment en matière de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme.

La capitalisation boursière des crypto-monnaies bat des records
Alors que le cours du Bitcoin bat presque chaque jour un nouveau record sur les bourses mondiales, la capitalisation boursière de toutes les monnaies virtuelles dans le monde atteint également un nouveau sommet, dépassant les 500 milliards de dollars. La capitalisation boursière de toutes les cryptomonnaies existantes a dépassé 500 milliards de dollars, indique le portail CoinMarketCap. À 06h24 GMT la capitalisation boursière totale s'élevait à 510,7 milliards de dollars. La première place est traditionnellement occupée par le Bitcoin - 275,6 milliards de dollars. La capitalisation de l'Ethereum est estimée à 71,1 milliards de dollars, celle du Bitcoin Cash à 32,4 milliards de dollars, celle du Ripple à 22,5 milliards de dollars et celle du Litecoin à 16,6 milliards de dollars. Le nouveau record a été provoqué par une augmentation sérieuse du nombre de crypto-monnaies dans le contexte des nouvelles provenant des Etats-Unis et de l'Asie. Mercredi, la revue asiatique Nikkei a annoncé que les banques japonaises et sud-coréennes prévoyaient de commencer à tester le système de paiement Ripple, cherchant ainsi à augmenter la vitesse de transaction et à réduire les coûts de 30%. Autre facteur de croissance: le lancement de contrats à terme sur le bitcoin à la Bourse de Chicago. Le Bitcoin, qui a battu de nombreux records ces derniers temps, est actuellement la cryptomonnaie la plus populaire au monde. L'envolée du Bitcoin, qui valait 1.000 dollars en début d'année et plus de 15.000 dollars aujourd'hui, a suscité l'intérêt des autorités de régulation à travers le monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.