«C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Répéter, vaut souvent, convaincre!    Fin de parcours du touriste judiciaire    Sur la «piste» du nil    Un pays à la recherche de son destin    Trois projets de loi adoptés    Le Parlement espagnol bouscule Sanchez    «Bâtissons des projets communs!»    Le prince de Monaco a séjourné à Oran    L'entrée fracassante des Algériens    Messi poussé vers la sortie?    Le club à l'affût pour Neymar    L'été en pente douce    La grande vadrouille    Oran sous psychotropes    «Je veux rallumer la Bougie»    Le HCA lance le débat    Clôture en apothéose    La Banque d'Algérie émet une pièce de monnaie métallique de 200 DA    JM/handball/ dames Gr.A - 1re journée : le point après Algérie - Croatie 21-31    JM /Athlétisme (2e journée) : Abdelmalik Lahoulou décroche le bronze sur 400M haies    JM/Boxe dames : Hadjila Khelif (-60 kg) offre à l'Algérie une 2e médaille d'or    60e anniversaire de l'Indépendance: l'ANP organise un défilé militaire mardi prochain    Sommet de l'Unesco : Belabed met en avant l'intérêt accordé par l'Etat à l'éducation et à l'enseignement    Le ministre de la Communication installe les nouveaux DG d'El Chaâb et d'El Massa    Lamamra à Beyrouth pour prendre part à la Réunion consultative des ministres arabes des Affaires étrangères    OM: Sampaoli, c'est fini ! (officiel)    Assurances: le DG de la CNMA, Cherif Benhabilès, élu vice-président de l'OAA    Formation/enseignement professionnels: diversifier les offres de formation en tenant compte des spécialités prioritaires    Front Polisario: le massacre horrible perpétré par les autorités marocaines contre les migrants africains, "un crime presque parfait"    Inter Milan: Onana et Mkhitaryan, c'est signé !    Aïd Adha: mise en place d'un système d'encadrement sanitaire au niveau des points de vente de bétail et abattoirs autorisés    Grand Prix Assia Djebar du roman : les lauréats distingués à Alger    JM 2022: Oran vibre au rythme de la mode algérienne et de l'habit traditionnel    Sidi Bel-Abbes: ouverture du festival international de danse populaire    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    Tlemcen: Les promesses du PDG de Sonelgaz    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La fête de celle “qui vient de loin”
Quatrième édition du Festival international de Tin-Hinane
Publié dans Le Maghreb le 27 - 02 - 2008

La quatrième édition du Festival international de Tin- Hinane se déroulera du 13 au 14 mars prochain à Tamanrasset. Organisé comme chaque année par l'association des amis de l'Ahaggar, ce rendez-vous qui célèbre la mythique reine des Touareg, Tin-Hinane-, est plutôt centré sur le tourisme et le folklore des hommes bleus. Au menu de cette manifestation présentée comme culturelle, des conférences scientifiques sur la femme, un concours de la reine Tin-Hinane, le concours de la plus grande Tagla (galette traditionnelle des Touareg), un concours pour l'élection de Miss Ahaggar et une exposition artisanale …Le tout sera élaboré sur fond de soirées folkloriques et musicales et des visites de sites touristiques. Pour l'association des amis de l'Ahaggar, cette manifestation constitue “ le plus important rendez-vous de femmes algériennes et étrangères ”. Selon les organisateurs, le nombre de femmes invitées à prendre part à cette manifestation dépasse les 3 000. Elles seront là pour différentes activités culturelles dont les concours de miss. Pas moins de 29 pays arabes, africains et européens, 30 journalistes, 120 représentants du mouvement associatif et de la société civile ainsi que les troupes folkloriques de plusieurs wilayas, seront également attendus à cette grande fête qui célèbre une contrée, une femme symbole. Selon les amis de l'Ahaggar, l'objectif de cette manifestation est de préserver le tombeau de la reine Tin-Hinane en tant que monument historique et touristique, promouvoir le patrimoine culturel et touristique de l'Ahaggar, et créer des espaces d'échanges entre les différentes cultures du monde. Par ailleurs, l'association en charge des préparatifs du festival a lancé un appel à toutes les personnes concernées à “prendre part au sauvetage du festival Tin-Hinane”, ajoutant, comme elle le fait à chaque édition, qu'elle trouve des difficultés en matière de financement.
Qui est Tin-Hinane ?
Les Touareg, ces hommes bleus ou plutôt ces hommes au sang bleu, fonctionnent encore selon un système matrimonial, qui donne liberté, respect et commande à la femme. Tin-Hinane selon la légende orale, est “ la mère de tous les Touareg.” Femme énigmatique, son existence a été révélée par une tradition orale alors que son nom évoque, “celle qui vient de loin ” ou encore “ celle qui se déplace. ” Elle est aussi la fondatrice du peuple targui. Selon les récits oraux, cette femme aurait était “ irrésistiblement belle, grande, au visage sans défaut, au teint clair, aux yeux immenses et ardents, au nez fin, l'ensemble évoquant la femme, la beauté et l'autorité ”. Lorsqu'elle est arrivée dans le Hoggar, “ elle venait de loin ”, indique son nom. Les chercheurs ont localisé cette origine chez les (Berbères) du Tafilalet, une contrée présaharienne du sud marocain qui devait être plus verdoyante qu'aujourd'hui. Pourquoi quitta-t-elle ces lieux ? Personne ne peut le dire. Au IVe siècle, le nord de l'Afrique, et en particulier la Numidie, est dominé par la puissance romaine qui a adopté la religion chrétienne à laquelle s'est converti l'empereur Constantin. Cette Numidie, dont le nom pourrait venir de nomade, est alors le théâtre de révoltes contre le pouvoir romain. Diverses tribus circulent entre la côte méditerranéenne et les régions plus au sud, colportant non seulement des produits divers mais aussi des informations. Quelques membres de la tribu marocaine des Bérâbers, avec Tin-Hinan, ont-ils quitté la région pour des raisons de conviction ou politiques ? Première hypothèse. Autre hypothèse : un conflit personnel au sein de la famille ou de la tribu qui aurait incité Tin-Hinane à fuir loin de son milieu d'origine. Une femme intelligente, une femme d'autorité qui prend la décision de partir... pourquoi pas ? C'est ainsi qu'avait commencé son périple qui l'a conduit jusqu'à Abalessa la capitale du Hoggar où elle s'était établie avec une servante. Personne ne peut encore dire qui fut son époux –la société touarègue garde que les patronymes féminins-. Mais selon les chercheurs, celui-ci aurait été soit dignitaire dans Abalessa ou roi comme elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.