Galatasaray : Falcao est attendu demain    Installation du président de la Cour d'Aïn Témouchent    Le pouvoir d'achat des citoyens sera préservé    «Cette nouvelle ne concerne pas que les voitures allemandes»    Les eaux souterraines, sources d'approvisionnement en eau potable    L'armée prend le contrôle de la route Damas-Alep et coupe les terroristes de leurs bases    «L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité qui lui est imposée»    La sélection algérienne dames termine à la 11e place    Un match contre ses détracteurs    Le FC Barcelone va faire une offre de prêt pour Neymar    Bataille rangée dans les rues d'Aïn Témouchent    Création prochaine d'une nouvelle zone d'extension touristique à Tala-Guilef    El Gasba (flûte), instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    POUR DETENTION DE 1776 UNITES DE PSYCHOTROPES : Une ressortissante espagnole sous contrôle judiciaire à Mostaganem    AEROPORT D'ORAN : Saisie de 6000 euros non déclarés    KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Les habitants revendiquent la délocalisation de la décharge    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    L'activité commerciale peine à reprendre    Gros marché    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    PSA réaffirme ses engagements    Les fausses peurs des «experts»    "Le panel n'est pas sur la bonne voie"    Le FFS appelle le pouvoir à s'inspirer de l'exemple soudanais    Le ministère de la Santé nous écrit    sortir ...sortir ...sortir ...    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    Collections et musées dans la construction du passé de l'Algérie    Un Festival international des films de femmes à Cotonou    La citoyenneté en débat    Convergence à Ifri pour un ressourcement    Slimani direction à Al Gharafa ?    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Angleterre : Chelsea n'y arrive toujours pas    En souffrance aux ports: Les matériels roulants bloqués libérés    Le panel ne parle pas au nom du Hirak mais ses détracteurs aussi    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Une campagne vouée a l'échec    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    17.200 Seat vendues en 7 mois    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le “bourabah” un vieux produit artisanal à revaloriser
Tlemcen
Publié dans Le Maghreb le 27 - 02 - 2008

Considéré comme faisant partie du patrimoine local et national à protéger et à préserver, le "bourabah", cette couverture traditionnelle en laine, depuis longtemps en perte de vitesse, refait surface à Tlemcen où le marché local enregistre un regain de demande sur ce vieux produit artisanal auprès des rares tisserands (derrazine) encore en activité. Ces derniers, étonnés mais contents que cette bonne vieille pièce d'artisanat renaisse ainsi de ses cendres, se disent cependant inquiets car la relève n'est guère assurée dans ce métier ancestral. Bon nombre de tisserands ne sont plus de ce monde alors que d'autres ont dû changer d'activité faute de pouvoir soutenir la concurrence farouche que leur imposaient les unités industrielles de tissage. En fait, seuls les plus passionnés continuent de perpétuer cette spécialité et à la considérer comme faisant entièrement partie du patrimoine local et national à protéger.Il fut un temps, en effet, où le trousseau de mariage c'était d'abord et avant tout le bourabah, et plus on en disposait dans son "paquetage" plus on rendait toute leur fierté à la jeune mariée et à son entourage. Mais la vedette incontestée à Tlemcen c'est le "bourabah h'chaichi". Plus prestigieux et plus cher, il se caractérise par la variété et l'intensité de ses décors et couleurs que le "derraz", usant de sa patience légendaire et déployant tout son art et son savoir-faire, ne rechignait pas à mettre en valeur, avec la recherche permanente de ce "plus" ou de ce "mieux" qui font la différence et donnent au produit final tout son éclat. A. Abdelmadjid, tisserand qualifié de la vieille médina de Tlemcen, explique que la confection d'un bourabah de type h'chaichi "nécessite au moins une semaine de travail pour deux tisserands qualifiés, qui doivent veiller au grain, à la fois pour l'harmonie des couleurs et surtout pour faire en sorte qu'aucun fil ne dépasse ou rompe".La prouesse tient au fait que d'un métier à tisser rudimentaire, constitué de deux traverses qui soutiennent les fils de chaîne entre lesquels le tisserand fait passer les fils de trame à l'aide d'une navette, naît le bourabah h'chaichi, reconnu comme étant une "vraie œuvre artistique et artisanale". Particulièrement prisé à Tlemcen, ce type de couverture vaut plus de 5.000 DA/pièce pour le plus petit modèle. Son coût relativement élevé s'explique par la cherté des matières d'œuvre, notamment la laine et par le temps mis à le fabriquer.
Et puis, le bourabah est réputé pour le confort et la chaleur qu'il procure pendant les longues nuits d'hiver mais aussi pour sa longévité qui n'en altère pas forcément la qualité ou la beauté, à l'inverse des couvertures synthétiques de confection industrielle. Aujourd'hui encore, témoigne une vieille dame, le bourabah ancien est légué aux petits-enfants en guise de cadeau de mariage car à son époque, dit-elle, "il était hors de question de ne pas offrir aux jeunes filles des bourabah pour la constitution de leurs trousseaux, jamais des couvertures industrielles comme c'est souvent le cas de nos jours"."Le retour au bourabah satisfait, à plus d'un titre, les rares tisserands encore en activité, même si la relève n'existe quasiment plus dans ce métier, d'où la nécessité d'accorder plus d'intérêt et de facilités aussi bien aux jeunes artisans qu'à ceux déjà en place pour que la fabrication de ce produit ne meure jamais et ne subisse pas le triste sort d'autres créations de l'artisanat qui faisaient la fierté de Tlemcen", clame, de son côté, un tisserand de la localité de Bensekrane.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.