Divergences, contradictions jusqu'où    En marge de l'installation de la nouvelle présidente du Conseil d'Etat : Zeghmati s'attaque à la corruption dans l'administration    Métaux précieux : Les Russes vont-ils remplacer leurs épargnes en dollar par l'or ?    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Objectif de la participation algérienne (JA 2019): Rester sur la dynamique de Brazzaville    2eme journée de Ligue 1: Qautre matchs au menu ce lundi    Tension sur le pain    Bouchons monstres à Alger    Karim Younes rugit    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    Ooredoo rassure ses clients    "C'est la mauvaise gestion", selon le ministre    Le plasticien Mohammed Bakli expose à Alger    Protection à vie pour les magistrats militaires    La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    Les prix à la merci des conflits sino-américains    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Benlameri boycotte l'entraînement    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    Des communes croulent sous les détritus    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au moment où les critiques se poursuivent : Trump réjoui du limogeage choc au FBI
Publié dans Le Maghreb le 19 - 03 - 2018

Donald Trump se réjouissait ouvertement samedi du limogeage de l'ex-numéro deux du FBI, Andrew McCabe, saluant le départ forcé de sa bête noire comme "un grand jour pour la démocratie" là où beaucoup dénonçaient une vendetta politique. Ravivant les inquiétudes sur les velléités de la Maison Blanche de mettre un terme à l'enquête russe du procureur spécial Robert Mueller, l'avocat personnel du président américain, John Dowd, a dit espérer que le ministère de la Justice refermerait maintenant ce dossier. Cible depuis des mois des critiques virulentes de l'administration Trump, Andrew McCabe --qui avait quitté en janvier ses fonctions de directeur adjoint du FBI mais restait un employé-- a appris son licenciement à 48 heures de pouvoir toucher, après plus de 21 ans de service, sa retraite de haut fonctionnaire. Donald Trump, lui, a martelé sur Twitter qu'il n'y avait "pas eu collusion entre la Russie et la campagne Trump". "Comme beaucoup le découvrent maintenant, en revanche, il y a eu une quantité énorme de fuites, de mensonges et de corruption aux plus hauts niveaux du FBI, de la justice et du (département) d'Etat", a-t-il poursuivi, avant de qualifier à nouveau l'enquête de Robert Mueller de "chasse aux sorcières", qui "n'aurait jamais dû commencer". C'est en reprenant l'expression "Vous êtes viré" qui a fait ses grandes heures de star de la téléréalité que Donald Trump avait salué peu après minuit, samedi, le nouveau coup de théâtre dans cette saga politique. "Andrew McCabe VIRE, un grand jour pour les hommes et les femmes du FBI qui travaillent dur - Un grand jour pour la démocratie".

'Les Américains jugeront'
La réponse de ce dernier ne s'est pas faite attendre. Se déclarant victime d'une "guerre" menée contre le FBI et contre l'enquêté du procureur spécial, Andrew McCabe a dénoncé "une entreprise sans précédent, conduite par le président lui-même", pour le "chasser" de son poste. Andrew McCabe avait dirigé le FBI par intérim de mai à août 2017, après le licenciement spectaculaire par Donald Trump du directeur James Comey. Il avait auparavant participé à l'enquête sur les courriels de Hillary Clinton. Une investigation que la candidate malheureuse contre Trump accuse d'avoir sapé ses chances de remporter la présidentielle mais dont certains conservateurs déplorent qu'elle ait été classée sans suite. A nouveau samedi, Donald Trump a accusé M. McCabe d'être trop proche de M. Comey ainsi que des démocrates. Et le président de tacler au passage sur Twitter l'ancien patron du FBI, l'une de ses cibles favorites. "Le moralisateur James Comey était son chef et a fait passer McCabe pour un enfant de choeur. Il savait tout des mensonges et de la corruption qui régnaient aux plus hauts niveaux du FBI !". Caustique, James Comey lui a répondu sur le réseau social, faisant allusion à son livre à paraître en avril: "M. le président, les Américains entendront mon histoire sous peu. Et ils pourront juger d'eux-mêmes qui est honorable et qui ne l'est pas".

Notes personnelles
C'est après une enquête interne du FBI que le ministre de la Justice, Jeff Sessions, a annoncé son licenciement vendredi soir, mettant un terme à des semaines de suspense. Les services du FBI ont établi que M. McCabe a fait des révélations non autorisées aux médias et a "manqué d'honnêteté sous serment", une grave accusation. La décision de limoger M. McCabe a été prise "après une enquête complète et équitable" par bureau indépendant, a souligné Jeff Sessions. Le détail des faits retenus contre lui n'a pas encore été rendu public. Andrew McCabe a d'ailleurs déjà livré au procureur spécial ses notes personnelles, prises notamment après des conversations avec Donald Trump, selon CNN samedi. Un représentant démocrate du Wisconsin, Mark Pocan, a annoncé samedi dans un communiqué qu'il avait offert un emploi dans son bureau à M. McCabe pour lui permettre de toucher sa retraite complète et afin d'y "travailler sur la sécurité dans les élections". "Nous considérons toutes les options", a fait savoir en réponse M. McCabe par sa porte-parole.

'Poubelles de l'histoire'
Un ancien ministre de la Justice du démocrate Barack Obama, Eric Holder, s'est inquiété sur Twitter de la décision "dangereuse" de Donald Trump. Et l'ancien chef de la CIA sous Barack Obama, John Brennan, a eu des mots encore plus forts à l'attention du 45e président des Etats-Unis. "Lorsque l'étendue complète de votre vénalité, de votre turpitude morale et de votre corruption politique sera connue, vous occuperez votre juste place parmi les démagogues déshonorés dans les poubelles de l'histoire".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.