"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Commerce durant le ramadhan à Mascara: Quand les femmes rivalisent avec les hommes
Publié dans Le Maghreb le 09 - 06 - 2018

Les femmes sont de plus en plus nombreuses à proposer, durant ce mois de ramadhan, au centre-ville de Mascara, divers produits de campagne comme les légumes frais, des œufs et le lait cru.

Le but étant d'assurer des revenus substantiels pour contribuer au budget familial fortement éprouvé.
Chaque matin, quelque 200 femmes se donnent rendez-vous à proximité du mausolée du savant "Abiras Ennaciri", appelé localement "Sidi Bouras" et à la place d'El Argoub, pour exposer à la vente et même le sol, des légumes frais comme la carotte, l'oignon, la pomme de terre, des concombres ainsi que des poules, des œufs et de lapins.
On y vend également du pain traditionnel, des petits plats préparés à la maison alors que d'autres femmes se sont spécialisées dans la vente d'herbes aromatiques et épices indispensables pour la préparation de la H'rira du F'tour. Les prix très abordables et la fraicheur des produits attirent inexorablement la clientèle.
Si ce genre de commerce "au féminin" est enregistré tout le long de l'année, il connaît, par contre, une hausse plus importante du nombre de femmes, de couches modestes en général, qui le pratiquent durant le ramadhan, période de grandes dépenses et de toutes les tentations et envies culinaires.
Hadja Kheira, la cinquantaine, réside dans la commune de Mamounia, proche du chef-lieu de wilaya. Elle explique que dès les premières heures de la matinée, elle récolte certains légumes dans son potager pour les revendre au centre-ville de Mascara. "Chaque jour, j'emporte avec moi entre 10 et 15 kilos de légumes frais. Mes recettes quotidiennes ne dépassent guère les 500 DA. Dès que ma marchandise est épuisée, je me rends aux magasins de produits alimentaires pour m'approvisionner en denrées nécessaires au repas du soir. Ainsi sont rythmées mes journées", indique-t-elle.
Sa voisine du jour, Malouka, divorcée avec des enfants à sa charge, propose, à même le sol, des poules pondeuses et des oeufs provenant de son petit élevage domestique. "Le prix d'une poule vivante oscille entre 500 et 700 DA selon son poids. Il dépend également de la demande. Parfois je rencontre des difficultés pour vendre ma marchandise", déplore-t-elle.

Contraintes par les aléas de la vie
Malouka avoue qu'elle a également de fidèles clients, surtout des femmes, qui lui commandent des produits particuliers comme des gâteaux traditionnels, du pain ou encore un certain nombre de poulets et d'œufs nécessaires pour des fêtes familiales ou religieuses.
Une autre femme, la quarantaine bien entamée, explique que ce sont les aléas de la vie et la situation de besoin qui les poussent à rivaliser avec les hommes dans ce domaine du commerce et du négoce.
"Toutes les femmes ici présentes sur cette place sont contraintes d'exercer cette activité pour subvenir à leurs besoins. Nous n'avons pas le choix et il nous arrive de ramener notre F'tour du restaurant de la rahma, ouvert dans notre quartier ", explique cette femme qui a requis l'anonymat.
Rencontré sur place, Miloud a reconnu s'approvisionner chez ces femmes par élan de solidarité alors qu'il pouvait aisément faire ses emplettes chez les autres commerçants. "Je me fais un devoir d'acheter mes produits chez ces femmes qui sont réellement dans le besoin et qui gagnent leur vie au prix de mille et un sacrifices", ajoute-t-il.
Djamel, un autre client habitué des lieux, avance un autre argument. "Les légumes que proposent ces femmes sont des produits biologiques. Ils proviennent de petits potagers individuels où l'on n'utilise pas intensément les produits chimiques pour accroître leurs récoltes", précise-t-il.
Une source responsable de la direction locale du commerce a indiqué qu'à l'initiative des services de l'APC et de la daïra de Mascara, un espace a été réservé "à titre exceptionnel" à la place d'El Argoub du centre-ville de Mascara où ces femmes vendent des produits traditionnels dans un lieu leur garantissant les conditions de sécurité.
En dépit du fait que cette activité commerciale est informelle et n'est pas autorisée, les parties concernées permettent à ces femmes à titre exceptionnel, durant ce mois sacré, de pratiquer leurs activités. Ne dit-on pas que le ramadhan est le mois de la piété, de l'entraide et de la rahma ?.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.