MC Oran : La guerre des clans continue    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Abdelkader Djeriou, comédien et metteur en scène : «Il est de mon devoir de mettre à contribution mon expérience au service de l'institution théâtrale en Algérie»    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    Souk Ahras : Sept communes touchées par les feux    Forêt de Baïnem: collecte de plus de 32 tonnes de déchets depuis le début du confinement sanitaire    AEP: Une consommation "record" à l'origine des perturbations durant l'Aïd El Adha    Aïd el Adha : Plus de 10.000 commerçants non mobilisés ont assuré l'approvisionnement des citoyens    Grève au port de Béjaïa : Le wali rencontre le syndicat    Le Président de la République présente ses condoléances à la famille de Saïd Amara    Manque de liquidité, feux de forêts et perturbations de l'AEP, des actes prémédités    Un autre pionnier de l'équipe du FLN s'en va: Saïd Amara tire sa révérence    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Nucléarisation rampante    Confiance    Protection des personnels de la santé: Les nouvelles mesures entrent en vigueur    Aménagement urbain: Un tableau foncièrement noir    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    CHEQUES ET LIQUIDITES    Mesurer les distances à l'œil nu    5e jour consécutif de baisse des contaminations    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    L'adjudant-chef à la retraite Guermit Bounouira remis aux autorités    Prés de 8.800 ha ravagés par les feux    Le MAE réagit à l'exclusion de l'Algérie des pays sûrs    Le Président de la République préside lundi une réunion du Haut conseil de sécurité    Décès de Saïd Amara: l'Algérie perd un moudjahid dévoué à son pays    DEFENSE NATIONALE : Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    La prétendante fille de Bouteflika jugée le 5 août    Barrage sur le Nil bleu : début lundi d'un nouveau cycle de négociations    La formation du gouvernement tunisien se complique    Le CICR inquiet de la résurgence de la menace nucléaire    La guerre en Libye risque de virer à un conflit régional    L'Etat vole au secours des entreprises Ansej    La règle de la discorde    Liverpool formule une première offre de 10 millions d'euros pour Mandi    Un sacerdoce de bonnes causes    "Le théâtre est devenu docile"    Haddad : circuit financier encore actif    Le SG Ahmed Milat suspendu pour «mauvaise gestion»    Le calvaire des «sans-papiers» algériens en France    Mechichi : «Le prochain gouvernement sera celui de tous les Tunisiens»    Le maître Smaïn Hini laisse ses élèves orphelins    Le Parquet général requiert le durcissement des peines    Djemel Barek tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Libye : La lutte pour le contrôle du pétrole risque de saper le processus politique
Publié dans Le Maghreb le 18 - 07 - 2018

Les luttes autour du croissant pétrolier en Libye pèsent sur la stabilité du pays et risquent de saper le processus politique onusien, a indiqué lundi l'émissaire Ghassan Salamé qui évoque "une accalmie relative" menacée par les rivalités autour de la gestion des revenus pétroliers.
S'exprimant lors d'un briefing au Conseil de sécurité, le chef de la mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul) a déclaré que les derniers événements survenus au Croissant pétrolier libyen "ont mis en évidence les questions sous-jacentes qui affectent le pays à savoir les frustrations concernant la distribution de la richesse ainsi que le pillage endémique des ressources". Il y a fort à craindre que "les accords conclus pour reprendre la production pétrolière s'arrêtent, et il sera difficile de faire progresser le processus politique", a averti Salamé, appelant à mettre fin en urgence aux rivalités autour de la rente pétrolière. Le chef de la Manul qui est revenu sur la nouvelle flambée de violences autour des infrastructures pétrolières à Ras Lanouf et As Sidra, Al-Hariga et Zouetina, a indiqué que ces événements ont "scindé le pays en intensifiant les divisions entre les institutions et les régions". Les pertes engendrées par l'arrêt des exportations pétrolières durant cette crise ont avoisiné les 900 millions de dollars, selon les estimations chiffrées fournies par l'émissaire onusien. Si cette "crise a eu un côté positif", si le fait que "les différentes autorités libyennes reconnaissent à présent qu'elles doivent agir pour protéger les richesses du pays", a-t-il poursuivi. Les exportations pétrolières libyennes ont repris mercredi dernier dans le croissant pétrolier, poumon économique de la Libye, après que le Maréchal Haftar a accepté de remettre les ports pétroliers à la compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC), reconnue par la communauté internationale. Salamé a ajouté que la Manul allait "redoubler d'efforts pour préconiser des réformes économiques car la stabilité et l'unité du pays sont en jeu".

Mise en garde contre les partisans du statu quo
Au plan sécuritaire, la Libye a connu "un calme relatif", caractérisé par une baisse significative des actions militaires, selon le médiateur onusien qui a évoqué "des progrès politiques liés à l'absence de l'activité militaire sur le terrain". Le nombre de civils tués durant les échanges de feu est tombé à quatre en mars et à cinq en avril. Cependant les deux derniers mois ont enregistré une recrudescence des actes de violence qui ont "affaibli la dynamique du processus mis en place par l'ONU", a-t-il relevé, citant en cela le conflit à Derna qui attise encore les divisions dans le pays et la dernière crise autour du croissant pétrolier. Ghassan Salamé a fait savoir que le processus consultatif mené dans le cadre de la conférence nationale inclusive, sera suivi d'un rapport exhaustif contenant les recommandations pour sortir de la transition et faciliter la tenue des élections présidentielle et législatives. A ce titre, l'envoyé de l'ONU a mis en garde "contre une poignée de libyens qui bénéficient du statu quo" et qui n'hésiteraient pas à entraver les prochaines élections. Sans les nommer, Salamé a indiqué que "la marge d'action" de cette "poignée de personnes qui défient la volonté populaire" est "grande surtout ceux qui détiennent des positions officielles, souvent lucratives". "Si les conditions propices ne sont pas réunies il serait inopportun de procéder aux élections", a-t-il averti. Et d'ajouter "aux dirigeants de la Libye, je dis que le moment est venu de rendre la parole aux citoyens".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.