Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et faire de l'Algérie un pays émergent    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Une jeune femme électrocutée à Béni Dergoune    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    COMMERCE : Retour de l'importation des véhicules de moins de 3 ans    SALAIRES NON PAYES : Le Groupe Tahkout apporte des précisions    AFFAIRE AGENCE FONCIERE DE MOSTAGANEM : Le directeur et 3 chefs de services sous contrôle judiciaire    Farida Benyahia, nouvelle présidente du Conseil d'Etat    Les Algériens de France tiennent à la transition    Infernal !    Paul Put contre-attaque    Azzedine Mihoubi en terrain hostile à Béjaïa    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Rencontre internationale sur la douleur chronique prochainement à Oran    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    Pékin reproche à l'UE de vouloir s'ingérer dans ses affaires    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    Le rôle de l'armée dans la vie politique en Algérie en question    MCO: Premier pari gagné de Chérif El Ouazzani    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Guerre des pétroliers : Gibraltar rejette la demande américaine de retenir le Grace 1 iranien    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Skikda, El Tarf: L'eau continue de susciter des protestations    Déficit commercial, régulation de l'importation Echec sur toute la ligne    CR Belouizdad: Un problème d'efficacité à régler au plus vite    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prise en charge des diabétiques : La CNAS clarifie la situation auprès des malades
Publié dans Le Maghreb le 08 - 08 - 2018

Certains organes de la presse écrite nationale ont abordé dans des articles, des informations selon lesquelles les malades diabétiques bénéficient d'un nombre restreint de bandelettes réactives pour l'auto surveillance de la glycémie.
Ces informations ont été, selon le contenu de ces articles de presse, établies suite à des exploitations des déclarations de monsieur le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité Sociale lors de sa dernière visite à la wilaya de Boumerdès ayant trait à l'utilisation des bandelettes réactives et leur gestion par les services de la CNAS qui , tout en ayant répondu , a tenu à souligner qu'il procèdera aux vérifications nécessaires avec la CNAS .
Cependant, les propos ont été mal interprétés par certains médias, induisant ainsi en erreur le lecteur et surtout les malades.
Cette incompréhension quant à la réalité des prestations fournies par la CNAS à cette frange d'assurés sociaux nécessite donc des éclaircissements auprès de l'opinion publique qui sont détaillés ci-après.
Ainsi, il est important de rappeler que la prise en charge des malades diabétiques de type 1 insulinodépendants ainsi que les malades diabétiques de type 2 non stabilisés traités par hypoglycémiants oraux et insulino-requérant en traitement associé, ne sont pas concernés par une limitation ou restriction du nombre de bandelettes réactives dès lors qu'ils sont mis sous insuline.
La prise en charge d'une boîte de bandelettes par trimestre concerne uniquement et exclusivement les malades chroniques de type 2 stabilisés traités par hypoglycémiants oraux et non insulino- requérants et ce, conformément aux normes de bonne pratique médicale, aux normes et standards universels et recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S).
Néanmoins, pour les malades diabétiques de type 2 chez qui une insulinothérapie a été instaurée par le médecin traitant, la totalité des bandelettes réactives prescrites est prise en charge après accord médical de la CNAS.
Aussi, il y a lieu de préciser que le nombre de malades diabétique pris en charge par la CNAS durant l'exercice 2017 s'élevait à 1 479 244 malades dont 446 596 de type 1 (insulino- dépendant) et 1 032 648 de type 2 (non insulino-dépendant).
Le nombre de boîtes de bandelettes réactives prises en charge par la CNAS au cours de l'exercice 2017, et qu'il faut le préciser, sont importées à des proportions inquiétantes a été de 8.515.869 boîtes correspondant à un montant de 13 513 990 995 DA représentant la somme de 117 871 705,15 Dollars US.
Outre, la prise en charge des bandelettes réactives, l'Etat a consenti des efforts considérables en matière de médicaments relatifs à cette maladie au regard des dépenses y afférentes qui se sont élevées, durant l'exercice 2017, à 37 765 933 859, 76 DA dont 7 900 857 706,49DA pour les Antidiabétiques oraux et 29 865 076 153 ,27DA pour les insulines, soit 19,6 % de la dépense globale en remboursement du médicament.
Toute cette gestion aussi bien du malade que des impacts financiers ci-dessus explicités, impose une démarche cohérente qui, tout en sauvegardant les droits et les acquis des assurés sociaux, nécessite la prise de mesures de préservation du système de sécurité sociale et de sa pérennité.
Le secteur de la sécurité sociale a adopté, par ailleurs, une stratégie d'information et de sensibilisation en direction de cette catégorie de malades à travers une série d'actions visant à prévenir les complications graves de cette pathologie notamment par une hygiène de vie saine , une activité physique régulière et un changement des habitudes alimentaires . Tous nos partenaires et les organes de presse et d'information devraient se mobiliser également pour accompagner et appuyer cette démarche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.