Assassinat du journaliste Jamal Khashoggi : Une experte des Nations unies demande une enquête sur le prince héritier saoudien    Lutte contre la criminalité : Récupération des 2 lionceaux volés du jardin d'essai    Ramassage des déchets à Constantine : Des habitants d'El Gammas et de Ali Mendjeli dénoncent    24 heures    Le single de son album posthume depuis hier sur Youtube : Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Exposition de Nawel Harkat à Constantine    Crise politique, élections présidentielles et lutte contre la corruption    Une bien triste leçon égyptienne    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    MC Oran: Chérif El-Ouazzani grince déjà des dents    Gaïd Salah: «L'Algérie ne possède qu'un seul drapeau»    Le temps, premier ennemi du pays    Sidi Saïd est-il atteint du syndrome «Bouteflika» ?    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    Tlemcen: Concertation locale pour le développement du territoire    Groupe médiatique de Haddad: Des journalistes se rassemblent à la maison de la Presse    De l'éthique du personnel politique    TOUT UN CINEMA !    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Conseil de la Nation : Son rôle et ses missions fixés au titre de la prochaine Constitution    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Ouverture de la 32e édition de la CAN-2019 demain en Egypte: Groupe C : Les Verts en mode conquérant en Egypte    A quelques jours de la CAN-2019 : Le foot africain en fête en terre égyptienne    Louisa Hanoune maintenue en détention    Report du procès au 3 juillet    La Cour suprême ordonne la réouverture du dossier    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Son procès reporté au mois de septembre    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    Le Barça verrait le transfert de Neymar comme irréalisable    Les journalistes appellent l'Etat à agir    Les Verts à pied d'œuvre au Caire    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Kendji Girac en concert algérois    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prix de l'or noir : Le pétrole lesté par les sanctions moins sévères que prévu sur l'Iran
Publié dans Le Maghreb le 08 - 11 - 2018

Les cours du pétrole ont terminé en baisse mardi, fragilisés par l'attitude moins intransigeante que prévu de Washington dans la mise en œuvre de ses sanctions contre le pétrole iranien.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier a cédé 1,04 dollar pour terminer à 72,13 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres.
Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de décembre a perdu 89 cents pour clôturer à 62,21 dollars, son plus bas niveau depuis avril.
Après avoir flambé début octobre dans l'anticipation des sanctions américaines visant Téhéran, les prix du brut ont flanché: le Brent a depuis perdu 16,4% et le WTI 18,6%.
Et le prix du baril continue de baisser depuis l'entrée en vigueur lundi de ces mesures punitives, qui apparaissent finalement moins rigoureuses qu'annoncé.
Les Etats-Unis ont d'une part accordé des exemptions temporaires à huit pays.
Le président américain a par ailleurs déclaré: "je pourrais ramener le pétrole iranien à zéro immédiatement mais je ne veux pas créer un choc sur le marché, je ne veux pas faire monter les prix".
"L'idée que les sanctions s'étaleront dans le temps pour éviter des pics de prix ont atténué les craintes d'un manque d'offre", a remarqué Jasper Lawler, analyste chez London Capital Group.
"Le fait que Donald Trump semble vouloir dans l'immédiat ralentir la mise en œuvre des sanctions participe aussi à la faiblesse des cours", a estimé Kyle Cooper, d'IAF Advisors.
Reste que l'équilibre entre l'offre et la demande au quatrième trimestre pourrait être délicat.
La production de plusieurs pays a en effet beaucoup progressé ces dernières semaines, l'Arabie saoudite et la Russie cherchant en particulier à compenser la perte des barils iraniens.
Les extractions d'or noir sont aussi à un niveau record aux Etats-Unis et l'agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) a, mardi, révisé à la hausse ses prévisions pour 2019, à 12,1 millions de barils par jour.
Mais la récente chute des prix du pétrole devrait à la fois "redynamiser la demande" en énergie et "ralentir la production à venir de pétrole de schiste américain", a estimé Phil Flynn, de Price Futures Group.
Aussi, si Donald Trump est parvenu à faire pression sur les prix du brut, et donc du carburant à la pompe, juste avant les élections législatives de mardi en incitant Ryad à augmenter sa production, en vendant une partie des réserves stratégiques des Etats-Unis et en allégeant la réglementation sur l'industrie pétrolière, "le marché va devoir faire face à une situation plus tendue cet hiver", a avancé le spécialiste.
Dans ce contexte incertain, les marchés observeront les données hebdomadaires sur les réserves américaines de brut, en hausse au cours des six dernières semaines.
Pour la semaine achevée le 2 novembre, les analystes s'attendent à ce que l'EIA fasse état d'une nouvelle hausse des stocks de brut de 2 millions de barils, d'une baisse de 1,7 million de barils des stocks d'essence et d'une baisse de 2 millions de barils des stocks de produits distillés (fioul de chauffage et gazole), selon la médiane d'un consensus compilé par l'agence Bloomberg.

Légère baisse en Asie
Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, en Asie, au lendemain de l'entrée en vigueur des sanctions américaines contre le pétrole iranien, adoucies en partie par des exemptions temporaires.
Vers 05h45 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, cédait 13 cents à 62,97 dollars dans les échanges électroniques en Asie.
Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en janvier, reculait de 30 cents à 72,87 dollars.
Le marché se préparait depuis longtemps à l'application des mesures annoncées par Washington pour faire pression sur Téhéran.
Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a annoncé lundi que les États-Unis autorisaient huit pays, parmi lesquels la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud et l'Italie, à continuer d'acheter temporairement du pétrole iranien.
"La question, maintenant, est de savoir si la baisse des cours a totalement pris en compte les doutes liés au ralentissement de l'économie mondiale et les risques sur l'offre, ce qui réduirait les risques d'un plongeon plus marqué", s'est interrogé Stephen Innes, analyste chez Oanda.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.