Maroc : Des milliers de jeunes manifestent pour la dignité    Gagner du temps    Prévu ce mercredi à Alger: Rassemblement annoncé des chercheurs permanents    Skikda: La carrière de la cimenterie de Hadjar fermée par des travailleurs    Pour un changement radical: Après les marches, des «feuilles de route»    Bedoui va-t-il ou non constituer son gouvernement ?    Equipe nationale: La préparation reprend sans Belaili    Violence dans les stades: Des mesures draconiennes s'imposent    FAF: Kheireddine Zetchi défend son bilan    Chlef: 500 arbustes plantés    Aïn Témouchent: Trois morts et 2 blessés dans un glissement de terrain    Plus de 650 morts, un désastre humanitaire    115 morts dans l'attaque d'un village    Maduro accuse Guaido de «comploter pour son assassinat»    11 000 officines touchées par une pénurie de 370 médicaments    Benmihoub recommande d'aller vers la transition avant le 28 avril    Algérie Poste poursuit l'opération d'acquisition des TPE    Les dates des trois derniers matchs fixées    Séparation à l'amiable entre Koulkheir et la JSS    La FAF a-t-elle le temps de se reconstruire ?    Plusieurs partis font des propositions    Les Assemblées populaires communales se joignent au mouvement    2 narcotrafiquants arrêtés et 52 kg de kif saisis à Ghardaïa    Une collecte prévisionnelle de 200 000 quintaux de céréales    Les atteintes à l'urbanisme en hausse    Ouverture du festival du printemps    Musique afro-américaine : John Lee Hooker    Le parcours du chahid Mustapha Benboulaïd revisité par des écoliers    Les décrets publiés au JO    Sit-in des avocats à Alger : Le corps de la justice exige "le respect de la Constitution"    Malgré une croissance en panne : Publicis signe un bénéfice record    Sahara occidental: La 2ème table-ronde se termine sans avancées    Golan syrien occupé: Les propos de Trump dénoncés par Damas et à l'étranger    11 morts, dont 1 vice-ministre, dans une attaque des shebab    USA: La Fed ne prévoit plus de hausse de taux en 2019    Hausse inexpliquée des prix des fruits et légumes : Les ménages désemparés    29 suspects arrêtés à Alger    Colère contre Benghabrit    Selon l'ONS : L'inflation à 4,1% sur un an en février 2019    Le FLN s'entre-déchire    Le FFS se fissure    Nouvelle pièce théâtrale à l'affiche à Oran    Alors que Mihoubi est partant.. Abdelkader Bendamèche à la tête de l'Aarc    ELLE VEUT LE VOIR AU ‘'MUSEE DE L'HISTOIRE'' : L'Organisation des moudjahidine exige la libération du FLN    L'Angola qualifiée, pas le Burkina    L'association El Rahma au chevet des femmes    CAN-2019. Algérie 1 – Gambie 1 : Les Verts accrochés dans le temps additionnel    Les «hommes» du ministre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prix de l'or noir : Le pétrole lesté par les sanctions moins sévères que prévu sur l'Iran
Publié dans Le Maghreb le 08 - 11 - 2018

Les cours du pétrole ont terminé en baisse mardi, fragilisés par l'attitude moins intransigeante que prévu de Washington dans la mise en œuvre de ses sanctions contre le pétrole iranien.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier a cédé 1,04 dollar pour terminer à 72,13 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres.
Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de décembre a perdu 89 cents pour clôturer à 62,21 dollars, son plus bas niveau depuis avril.
Après avoir flambé début octobre dans l'anticipation des sanctions américaines visant Téhéran, les prix du brut ont flanché: le Brent a depuis perdu 16,4% et le WTI 18,6%.
Et le prix du baril continue de baisser depuis l'entrée en vigueur lundi de ces mesures punitives, qui apparaissent finalement moins rigoureuses qu'annoncé.
Les Etats-Unis ont d'une part accordé des exemptions temporaires à huit pays.
Le président américain a par ailleurs déclaré: "je pourrais ramener le pétrole iranien à zéro immédiatement mais je ne veux pas créer un choc sur le marché, je ne veux pas faire monter les prix".
"L'idée que les sanctions s'étaleront dans le temps pour éviter des pics de prix ont atténué les craintes d'un manque d'offre", a remarqué Jasper Lawler, analyste chez London Capital Group.
"Le fait que Donald Trump semble vouloir dans l'immédiat ralentir la mise en œuvre des sanctions participe aussi à la faiblesse des cours", a estimé Kyle Cooper, d'IAF Advisors.
Reste que l'équilibre entre l'offre et la demande au quatrième trimestre pourrait être délicat.
La production de plusieurs pays a en effet beaucoup progressé ces dernières semaines, l'Arabie saoudite et la Russie cherchant en particulier à compenser la perte des barils iraniens.
Les extractions d'or noir sont aussi à un niveau record aux Etats-Unis et l'agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) a, mardi, révisé à la hausse ses prévisions pour 2019, à 12,1 millions de barils par jour.
Mais la récente chute des prix du pétrole devrait à la fois "redynamiser la demande" en énergie et "ralentir la production à venir de pétrole de schiste américain", a estimé Phil Flynn, de Price Futures Group.
Aussi, si Donald Trump est parvenu à faire pression sur les prix du brut, et donc du carburant à la pompe, juste avant les élections législatives de mardi en incitant Ryad à augmenter sa production, en vendant une partie des réserves stratégiques des Etats-Unis et en allégeant la réglementation sur l'industrie pétrolière, "le marché va devoir faire face à une situation plus tendue cet hiver", a avancé le spécialiste.
Dans ce contexte incertain, les marchés observeront les données hebdomadaires sur les réserves américaines de brut, en hausse au cours des six dernières semaines.
Pour la semaine achevée le 2 novembre, les analystes s'attendent à ce que l'EIA fasse état d'une nouvelle hausse des stocks de brut de 2 millions de barils, d'une baisse de 1,7 million de barils des stocks d'essence et d'une baisse de 2 millions de barils des stocks de produits distillés (fioul de chauffage et gazole), selon la médiane d'un consensus compilé par l'agence Bloomberg.

Légère baisse en Asie
Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, en Asie, au lendemain de l'entrée en vigueur des sanctions américaines contre le pétrole iranien, adoucies en partie par des exemptions temporaires.
Vers 05h45 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, cédait 13 cents à 62,97 dollars dans les échanges électroniques en Asie.
Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en janvier, reculait de 30 cents à 72,87 dollars.
Le marché se préparait depuis longtemps à l'application des mesures annoncées par Washington pour faire pression sur Téhéran.
Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a annoncé lundi que les États-Unis autorisaient huit pays, parmi lesquels la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud et l'Italie, à continuer d'acheter temporairement du pétrole iranien.
"La question, maintenant, est de savoir si la baisse des cours a totalement pris en compte les doutes liés au ralentissement de l'économie mondiale et les risques sur l'offre, ce qui réduirait les risques d'un plongeon plus marqué", s'est interrogé Stephen Innes, analyste chez Oanda.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.