Covid19-Saison estivale: vers un protocole sanitaire pour protéger les citoyens    Accidents de la circulation et noyades : 4 décès en 48 heures    "La triste histoire de Maria Magdalina", troisième roman de Abdelkader Hmida    Tizi-Ouzou: l'Aïd célébré à l'ombre des mesures de confinement    Sonatrach : la reprise du travail des employés se fera progressivement    Commerce: permanence respectée à 99% par les commerçants au 1er jour de l'Aïd el Fitr    Le romancier Samir Kacimi anime des ateliers d'écriture virtuels    Territoires Non Autonomes: l'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Campagne de récolte de pommes de terre de saison : un rendement record à Mostaganem    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    Le discours intégral de Tebboune    Hand-MCO: pour un changement du système de compétition des 2 premiers paliers    195 nouveaux cas confirmés et 10 décès enregistrés en Algérie    La détente est nécessaire et possible    Reprise de la compétition : Trois scénarios pour l'actuelle saison    Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»    L'Affaire Halfaya prend une autre tournure    CIO : Report des JO-2021 ?    Rassemblement des femmes à Béjaïa    Proche-Orient : Les Palestiniens refusent l'aide médicale de MBZ    Défense ; Les Etats-Unis se retirent du traité «Open Sky»    Distribution de 200 000 masques à Tizi Ouzou    On vous le dit    Brèves    Khemis El Khechna : Le marché de gros cédé à 16,2 milliards    5 ans de prison ferme requis    Editions Chihab : Mère des Cités, un sacré polar    Au royaume de Massinissa, Jugurtha, Koceila et Dihya    Oran : Les artistes anonymes, autres victimes collatérales de la pandémie    Beaucoup reste à faire    La production de la fraise en net recul à Jijel    Les travaux traînent en longueur    Indignation contre une loi sur la sécurité nationale de Pékin    Les feuilles de l'automne    Zemmamouche parti pour rester    Anthar Yahia estime qu'"il n'y a pas assez de terrains"    Des voix dénoncent l'annexion de la Cisjordanie occupée par Israël    Plus de 660 000 déplacés dans le monde depuis fin mars    L'année judiciaire ne sera pas clôturée le 15 juillet    Lancement d'une campagne artistique en hommage au personnel soignant    "Je finalise un essai sur le règne de Bouteflika"    Une soirée ramadhanesque avec Hind Boukella    AID EL-FITR : Les journées du 1er et 2 chaoual chômées et payées    La fin de Cheikh Shamessedine sur Ennahar TV    Le Président de la République reçoit un appel téléphonique de son homologue égyptien    Les cas confirmés de Covid-19 en hausse dans la bande de Ghaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prix de l'or noir : Le pétrole lesté par les sanctions moins sévères que prévu sur l'Iran
Publié dans Le Maghreb le 08 - 11 - 2018

Les cours du pétrole ont terminé en baisse mardi, fragilisés par l'attitude moins intransigeante que prévu de Washington dans la mise en œuvre de ses sanctions contre le pétrole iranien.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier a cédé 1,04 dollar pour terminer à 72,13 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres.
Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de décembre a perdu 89 cents pour clôturer à 62,21 dollars, son plus bas niveau depuis avril.
Après avoir flambé début octobre dans l'anticipation des sanctions américaines visant Téhéran, les prix du brut ont flanché: le Brent a depuis perdu 16,4% et le WTI 18,6%.
Et le prix du baril continue de baisser depuis l'entrée en vigueur lundi de ces mesures punitives, qui apparaissent finalement moins rigoureuses qu'annoncé.
Les Etats-Unis ont d'une part accordé des exemptions temporaires à huit pays.
Le président américain a par ailleurs déclaré: "je pourrais ramener le pétrole iranien à zéro immédiatement mais je ne veux pas créer un choc sur le marché, je ne veux pas faire monter les prix".
"L'idée que les sanctions s'étaleront dans le temps pour éviter des pics de prix ont atténué les craintes d'un manque d'offre", a remarqué Jasper Lawler, analyste chez London Capital Group.
"Le fait que Donald Trump semble vouloir dans l'immédiat ralentir la mise en œuvre des sanctions participe aussi à la faiblesse des cours", a estimé Kyle Cooper, d'IAF Advisors.
Reste que l'équilibre entre l'offre et la demande au quatrième trimestre pourrait être délicat.
La production de plusieurs pays a en effet beaucoup progressé ces dernières semaines, l'Arabie saoudite et la Russie cherchant en particulier à compenser la perte des barils iraniens.
Les extractions d'or noir sont aussi à un niveau record aux Etats-Unis et l'agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) a, mardi, révisé à la hausse ses prévisions pour 2019, à 12,1 millions de barils par jour.
Mais la récente chute des prix du pétrole devrait à la fois "redynamiser la demande" en énergie et "ralentir la production à venir de pétrole de schiste américain", a estimé Phil Flynn, de Price Futures Group.
Aussi, si Donald Trump est parvenu à faire pression sur les prix du brut, et donc du carburant à la pompe, juste avant les élections législatives de mardi en incitant Ryad à augmenter sa production, en vendant une partie des réserves stratégiques des Etats-Unis et en allégeant la réglementation sur l'industrie pétrolière, "le marché va devoir faire face à une situation plus tendue cet hiver", a avancé le spécialiste.
Dans ce contexte incertain, les marchés observeront les données hebdomadaires sur les réserves américaines de brut, en hausse au cours des six dernières semaines.
Pour la semaine achevée le 2 novembre, les analystes s'attendent à ce que l'EIA fasse état d'une nouvelle hausse des stocks de brut de 2 millions de barils, d'une baisse de 1,7 million de barils des stocks d'essence et d'une baisse de 2 millions de barils des stocks de produits distillés (fioul de chauffage et gazole), selon la médiane d'un consensus compilé par l'agence Bloomberg.

Légère baisse en Asie
Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, en Asie, au lendemain de l'entrée en vigueur des sanctions américaines contre le pétrole iranien, adoucies en partie par des exemptions temporaires.
Vers 05h45 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, cédait 13 cents à 62,97 dollars dans les échanges électroniques en Asie.
Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en janvier, reculait de 30 cents à 72,87 dollars.
Le marché se préparait depuis longtemps à l'application des mesures annoncées par Washington pour faire pression sur Téhéran.
Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a annoncé lundi que les États-Unis autorisaient huit pays, parmi lesquels la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud et l'Italie, à continuer d'acheter temporairement du pétrole iranien.
"La question, maintenant, est de savoir si la baisse des cours a totalement pris en compte les doutes liés au ralentissement de l'économie mondiale et les risques sur l'offre, ce qui réduirait les risques d'un plongeon plus marqué", s'est interrogé Stephen Innes, analyste chez Oanda.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.