Bouteflika persiste et signe    «L'ANP demeurera le rempart du peuple et de la Nation»    La volte-face de Ouyahia    Les réserves obligatoires des banques passent de 8% à 12%    La maternité dans les périodes assimilées à des périodes d'activité    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    Bonne opération pour l'ASO Chlef à Béjaïa    NAHD : place à la Coupe d'Algérie    Journée de marche ce mardi    27 milliards de centimes d'aide aux nécessiteux pour le mois de Ramadan    Mila-Net paralysée par une grève des travailleurs    ACTUCULT    Sit-in des journalistes de l'ENTV    Si ! Si ! Mais chut !    Les travailleurs de la formation professionnelle manifestent à Tizi Ouzou : «Pour la souveraineté du peuple»    Du butin au report du scrutin, pour quel destin ?    19 Mars : les marsiens et la planète Algérie    Eviter les creux de l'histoire    Un jeune retrouvé pendu    Bouira: Les dispositifs anti-feux de forêts à améliorer    Constantine - Début de distribution de 4.254 logements    Equipe nationale: Belmadi fidèle à ses promesses    Incidents à Aïn-M'lila et Béjaïa: Revoilà la bête immonde !    MC Oran: Le spectre de la relégation hante les esprits    Rien de nouveau à l'horizon    Il affirme ne pas avoir été mandaté: Le hors-jeu de Lakhdar Brahimi    «The wall», chanté par les Algériens    Une AG extraordinaire prochainement pour baliser le terrain à l'Hyproc    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Ouverture du Four Points By Sheraton Sétif en Algérie    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Les conservateurs de tomate se concertent    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Les syndicats autonomes rejettent l'offre de Bedoui    MILA : Plus de 5 500 hectares réservés pour la culture des légumes secs    Abderrahmane Mebtoul s'exprime au micro de Souhila Hachemi de la Radio Chaine 3 : " Manifestations populaires et perspectives "    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    L'impératif de nouvelles réformes    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application
Publié dans Le Maghreb le 12 - 12 - 2018

L'introduction du principe de l'exception d'inconstitutionnalité, thème d'une conférence nationale ayant duré deux jours, est une procédure offrant la possibilité au citoyen de remettre en cause l'inconstitutionnalité d'une disposition législative renforçant ainsi ses droits et ses libertés démocratiques.
Pour le procureur général près de la Cour de Guelma, Djadi Abdelkrim, cette procédure est enclenchée par le citoyen, à l'occasion d'un contentieux, s'il voit qu'une disposition législative, touche pratiquement le fondement du contentieux, ou bien d'une poursuite pénale, portant atteinte à ses libertés ou à ses droits protégés par la Constitution.
Le citoyen peut ainsi, a-t-il poursuivi, par le biais de son avocat soulever cette exception d'inconstitutionnalité devant le juge de fond, qui a entre les mains ce contentieux, ajoutant qu'en terme clair, devant un tribunal, une Cour d'appel, la Cour suprême, un tribunal administratif ou le Conseil d'Etat.
Pour soulever cette exception d'inconstitutionnalité, "la requête présentée doit être écrite, motivée" ainsi que "distincte et indépendante" du dossier judiciaire, a expliqué ce magistrat ajoutant qu'il faut que cette question soit liée à une disposition législative dont l'issue du contentieux en dépend ou bien la poursuite pénale est fondée sur cette disposition.
Pour que cette exception d'inconstitutionnalité soit valable, a relevé M. Djadi, il faut qu'il n'y ait pas auparavant une décision du Conseil constitutionnel à travers laquelle ce dernier avait déjà déclaré que cette disposition est conforme avec la Constitution. Les éléments soulevés doivent reposer sur des arguments "sérieux", pour les présenter au juge qui aura à se prononcer sur la "recevabilité ou l'irrecevabilité" de cette demande, a-t-il dit, ajoutant que si les conditions sont réunies la requête, avec les différents documents relatifs au dossier, est transmise à la Cour suprême (si c'est le tribunal administratif elle est transmise au Conseil d'Etat). Ces deux instances vont étudier si les conditions sont "vraiment réunies" dans cette demande pour la transmettre au Conseil constitutionnel, avec toutes les pièces du dossier, a-t-il expliqué, observant que le Conseil constitutionnel a ses mécanismes maintenant notamment un règlement qui sera prêt avant la fin de l'année pour le déroulement des audiences, pour trancher, à travers une "audience contradictoire ". Dans un délai de deux mois à compter de la réception de la transmission prévue par l'article 9 de la loi organique fixant les conditions et les modalités de mise en œuvre de l'exception d'inconstitutionnalité, la Cour suprême ou le Conseil d'Etat se prononce sur le renvoi de l'exception d'inconstitutionnalité au Conseil constitutionnel.
Une fois Conseil constitutionnel saisi, il informe le président de la République, les présidents deux chambres du Parlement et le Premier ministre.
Les parties, représentées par leurs avocats, ainsi que le représentant du gouvernement ont la possibilité de présenter leur observation au sein même du Conseil constitutionnel, qui se prononcera par décision. Si ce dernier juge non conforme la disposition législative, cette dernière sera corrigée par l'instance législative.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.