Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse
Publié dans Le Maghreb le 17 - 12 - 2018

Depuis le mois de Ramadhan, soit depuis l'été, les prix du poisson stagnent en haut de la mercuriale.
Aujourd'hui, la sardine qui est la plus prisée par les Algériens est cédée entre 450 et 600 DA le kilo selon la qualité.
"Ecoutez, dira M. Omar A.B., " je suis un grand amateur de la sardine mais, avec les prix affichés depuis quelques mois, je ne peux même pas me retourner vers le congelé puisque les prix sont presque les mêmes que ceux sur les étalages du frais. Père d'une famille de 7 personnes, combien dois-je acheter pour assurer l'alimentation de l'ensemble des membres de ma famille ? Questionne-t-il avant de répondre " Trois kilos au bas mot. Alors je préfère dans ce cas m'abstenir de manger de la sardine contre mon gré ", a conclu le vieux Omar habitant du littoral algérois. Et là, Ammi Omar ne parle que du prix de la sardine, car les autres produits de ce type sont encore plus intouchables. Exemples : la crevette est vendue entre 1800 DA et 2 200 DA, le merlan à 1 800 DA, la dorade entre 1000 DA à 1 200 DA, le calamar à 1 200 DA et la raie à 900 DA. Mais, dans ces cas précis, il faut reconnaître que se retourner vers le congelé serait plus profitable économiquement si on tient vraiment à manger ce type d'aliments. La preuve, les prix du congelé sont affichés pour le chien de mer à 600 DA ; le filet de sole surgelé entre 550 DA et 600DA également alors que la crevette est cédée entre les prix de 1100 et 1200 DA.
Ceci ne concerne que les prix, alors parler de l "'hygiène est une toute autre histoire…
Au mois d'octobre dernier, le directeur général de la pêche et de l'aquaculture auprès du ministère de l'Agriculture et de la Pêche, Taha Hammouche, a indiqué, entre autres, en marge de l'ouverture de l'année pédagogique de la formation en pêche et aquaculture à Cherchell, que "Les services du ministère n'ont pas la prérogative d'intervenir sur le prix de la sardine, qui obéit à la règle de l'offre et de la demande " a-t-il assuré.
D'autre part, interrogé sur la conservation de la sardine avec de la glace comme recommandé dernièrement par les responsables du port de Mostaganem, M. Hammouche a affirmé que la sardine est un produit "hautement périssable, qui ne peut faire l'objet de conservation ou de congélation, dans le souci de préservation de la santé du consommateur".
"Il est impératif de consommer la sardine, le même jour où elle a été pêchée", a- t-il conseillé.
De son côté, le directeur général de l'Entreprise de gestion des ports et abris-pêche de la wilaya de Mostaganem, L'ghouthi Madani avait fait part de l'entrée en exploitation prochainement de 65 projets en aquaculture à l'échelle nationale, d'une capacité de production globale de 35.000 tonnes de poisson/an.
En 2017, quelque 66 projets en aquaculture, d'une capacité de production globale de 35.000 tonnes de poisson/an, sont entrés en production, sur un total de 300 investissements similaires actuellement en cours d'examen à l'échelle nationale, a-t-il relevé.

Faut-il attendre 2020 ?
La solution est d'être un peu plus patient jusqu'en 2020 pour voir peut-être le prix des poissons baisser remarquablement. La raison est simple : selon le directeur du développement de l'aquaculture auprès de la Direction générale de la Pèche et de l'Aquaculture M.Oussaid Remdhane, une production annuelle de 20.000 tonnes de poissons provenant de l'aquaculture d'eau douce est prévue, d'ici 2020, au titre du programme d'appui à la diversification de l'économie-secteur pêche- DIVICO 2.
"Dans le cadre du programme DIVICO 2, il est prévu, entre autres, d'atteindre, d'ici 2020, quelque 100.000 tonnes par an de produits aquacoles dont 20.000 tonnes issues de l'aquaculture d'eau douce et 80.000 de l'aquaculture marine", a précisé le directeur du développement de l'aquaculture, auprès de la Direction générale de la Pèche et de l'Aquaculture, soulignant qu'actuellement plus 60 % de la production aquacole (4.200 tonnes) proviennent de l'aquaculture d'eau douce. Selon M. Oussaid, atteindre 20.000 tonnes de produits issus de l'aquaculture d'eau douce, dans les deux prochaines années, est un objectif "important", toutefois, a- t-il enchaîné, il faut penser dès maintenant à l'écoulement et la commercialisation de cette quantité. De plus, il y a lieu aussi de bien améliorer les circuits de distribution des produits halieutiques, en général.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.