Belhimer: les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    YEMEN: REQUIEM POUR UN PEUPLE    Tamanrasset: un terroriste capturé à In M'guel (MDN)    Le RCD s'en prend aux "philistins attitrés"    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Le FFS face au défi du rassemblement    "L'Algérie accueillera les pourparlers interlibyens"    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    La classe politique sort de sa léthargie    COVID-19: Benbouzid met l'accent sur une meilleure prise en charge du citoyen    Covid-19: Approvisionnement des wilayas concernées par l'interdiction de la circulation    De nouvelles mesures prises à Oran    8 décès et 470 nouveaux cas en 24 heures    Un recrutement en catimini    Le Chabab défend le recrutement de Benmenni (CABBA)    Kafkaien    La nouvelle feuille de route    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    Le Syndicat des directeurs accuse la tutelle    Ce que se ronger les ongles dit de votre personnalité    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conférence sur les ressources naturelles du Sahara occidental en octobre en France
Publié dans Algérie Presse Service le 05 - 04 - 2018

Une conférence internationale sur les ressources naturelles du Sahara occidental sera organisée les 19 et 20 octobre à Gonfreville-l'Orcher (Normandie, France), a-t-on appris jeudi des organisateurs.
La décision d'organiser cet événement a été prise à l'issue d'une réunion, tenue mardi à l'Assemblée française, autour du député Jean-Paul Lecoq, du maire de Gonfreville-l'Orcher, Alban Bruneau, du représentant du Front Polisario en France, Oubi Bouchraya, ainsi que de la secrétaire générale de l'Association des Amis de la RASD (AARASD), Nicole Gasnier.
Selon ses initiateurs, la conférence devra réunir, outre les responsables sahraouis, des avocats, des experts, des professeurs universitaires ainsi que des membres de la société civile qui agissent à travers le monde pour la protection des richesses naturelles sahraouies.
"Le but de la conférence est d'élaborer un plan d'action qui garantisse la souveraineté du peuple sahraoui sur son territoire et ses richesses", a indiqué la même source, rappelant que depuis les deux arrêts successifs de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), les 21 décembre 2016 et 27 février 2018, sur les accords commerciaux bilatéraux entre l'UE et le royaume du Maroc, "il est apparu clairement que le Sahara occidental est ‘un territoire séparé et distinct' de celui du Maroc, où ces accords ne peuvent par conséquent s'appliquer".
En effet, la CJUE a établi, à travers ces arrêts, que toute exploitation des ressources naturelles du Sahara occidental sans le consentement du peuple sahraoui, représenté légalement par le Front Polisario, constitue une violation de son droit à l'autodétermination, un droit imprescriptible pour le peuple d'un territoire non-autonome.
Pour l'AARASD, il s'ensuit une "grande responsabilité" pour l'Union européenne, qui "est tentée de passer pardessus le droit pour complaire à son partenaire marocain", relevant cependant que "ce serait aux dépens de sa crédibilité et au risque d'un échec, car le Front Polisario et ses avocats sont déterminés à défendre judiciairement jusqu'au bout le droit du peuple sahraoui à disposer de ses ressources naturelles".
Suite à l'arrêt de la CJUE sur l'accord de pêche UE-Maroc, le Front Polisario avait demandé, rappelle-t-on, l'ouverture de "négociations directes" avec la Commission européenne pour conclure un accord international qui "permettra aux entreprises européennes d'exercer leur activité sur le territoire ou dans les eaux adjacentes dans le respect du droit et la sécurité juridique", soulignant qu'il est "prêt à ce dialogue sans aucun préalable".
En février dernier, les participants à la conférence "Syndicalistes et solidarité avec le Sahara occidental", organisée au Parlement européen à Bruxelles, avaient exprimé leur "profonde inquiétude" face à la persistance du pillage des ressources naturelles du Sahara occidental, appelant l'UE et ses institutions à "condamner clairement" toute exploitation illégale de ces ressources.
Le Sahara occidental, territoire non autonome occupé illégalement par le Maroc, avec le soutien de la France, depuis 1975, est potentiellement riche en matières premières, notamment le phosphate, en ressources halieutiques du fait que ses zones maritimes sont les plus poissonneuses au monde.
Selon des données communiquées par les Sahraouis, "les richesses naturelles spoliées actuellement par le Maroc sont estimées à 4,5 milliards dollars par an", des revenus qui sont "utilisés pour l'acquisition d'armes pour réprimer brutalement la lutte du peuple sahraoui pour son droit légitime à l'autodétermination".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.