L'autoritarisme inquiétant de Gaïd Salah    Avocats et étudiants ont battu le pavé    Cabale contre Issad Rebrab    L'indépendance de la justice en question    "Libérez immédiatement M. Rebrab !"    Qui veut enflammer la Kabylie ?    L'UA accorde un sursis de 3 mois à l'armée    Au moins 264 tués dans les combats depuis le 4 avril    Washington menace ses alliés    Mellal, en "président" populaire du MCO    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    Mahrez veut partir,Guardiola dit non !    Des habitants de la Casbah protestent devant la wilaya    Ighil El Mal (Ath Zmenzer) : Caravane sanitaire    Café littéraire de Bouzeguène : Blocage de la subvention par la wilaya    Pour un idéal républicain    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Skikda: Tentative de meurtre, quatre arrestations    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Les marchés couverts non exploités gérés par l'entreprise du marché de gros: La priorité aux jeunes activant dans l'informel    CR Témouchent: Une accession méritée en division amateur    Les étudiants toujours mobilisés    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    La solidarité en perspective du Ramadhan    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Indécis et décisif    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Tabbou fidèle à ses positions    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Un humoriste comédien à la tête de l'Ukraine    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mort cruelle de Ayache Mahdjoubi à M'sila : L'échec de l'opération de son sauvetage compliquée par un terrain difficile et des remontées d'eau ...
Publié dans Le Maghreb le 25 - 12 - 2018

L'annonce, samedi, de la mort cruelle de Ayache Mahdjoubi, 26 ans, tombé pour des raisons encore inexpliquées dans une canalisation verticale d'une centaine de mètres de profondeur et de 35 cm de diamètre, a ému de nombreux algériens qui attendent de savoir pourquoi les tentatives entreprises, cinq jours durant, pour le sauver, ont toutes échoué.
S'exprimant, dimanche, à l'émission l'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne, le directeur de l'information et des statistiques de la Protection civile indique que l'alerte donnée par des enfants sur cet incident est parvenue à la Protection civile, le mardi 18 décembre, en début d'après-midi. Des origines de ce drame, survenu au village d'Oum Echemel, dans la commune de Houamed, le colonel Farouk Achour déclare que seule une enquête des services de sécurité permettra de les éclaircir, signalant que les efforts se poursuivaient actuellement pour extraire le corps de la victime bloqué à une trentaine de mètres dans cet ancien puits artésien. Refusant de dire si l'opération de sauvetage a échoué cet officier signale que celle-ci a nécessité de gros moyens et une approche " très technique ", ajoutant que s'il n'a pas été possible de sauver Ayache, c'est en raison, dit-il, de l'espace restreint du tube dans lequel il se trouvait coincé, contraignant à engager des travaux d'excavation dans un terrain difficile pour mettre à jour cette structure métallique. " Ce qui nous a beaucoup retardé ", déclare l'intervenant, ce sont les fortes remontées d'eau, obligeant à entreprendre des opérations de pompage et à continuer sans cesse à creuser, " pour tenter d'atteindre le niveau où a été localisée la victime ".
Sans s'aventurer à annoncer avec exactitude le moment où la dépouille d'Ayache sera retirée de l'espace où elle se trouve présentement, le colonel Achour estime néanmoins qu'il devait intervenir, hier sous peu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.