Cour de Tiaret : Le président et le procureur général installés    Brèves    Industrie : L'Eniem augmentera le taux d'intégration d'une gamme de ses produits à 70%    Attar l'estime nécessaire pour combler les besoins intérieurs : Le débat sur l'exploitation du gaz de schiste relancé    JSM Béjaïa : Bouledjloud convoque une AG des actionnaires    Attia en pole position    NC Magra : Le président Bennacer réclame une société nationale    E-learning... l'inévitable saut vers l'école du futur    On vous le dit    Lutte contre la criminalité à Bouzaréah : Saisie de plus de 3300 comprimés de psychotropes et 1 kg de cannabis    La casbah au-delà du Mythe, la vie : Dar Soltane en travaux, suivez le guide    Mustapha Hadni. petit-neveu de Lechani Mohand Saïd : «Lechani était de tous les combats d'émancipation des Algériens»    Bouira: Le procureur général et la présidente de la Cour installés    Football amateur: Quelle issue pour les groupes DNA ?    CA Bordj Bou-Arréridj: Les supporters montent au créneau    80 logements LPA de Bir El-Djir: Le bout du tunnel !    Accusés d'«entraver» le programme de Tebboune: Djerad dénonce les bureaucrates    UNE DIVISION CERTIFIEE    Un seul logement vendu à plusieurs victimes: Un promoteur immobilier écroué pour escroquerie    Entré en service: La wilaya attend beaucoup du 5e boulevard périphérique    Mascara: 169 mosquées concernées par la réouverture    Être «Président» !    Tlemcen: Les magistrats appelés à redoubler d'efforts    El-Bayadh: Le doyen des facteurs n'est plus    Sahara occidental: le PAM anéantit à son tour" les illusions" du Maroc    Karaté-do: les formations de l'UFAK élargies aux entraîneurs    Près de 100 policiers mobilisés à travers les plages autorisées à la baignade    Tissemsilt: inhumation de la moudjahida Guerdane Zohra au cimetière "Si Tahar El Othbi" de Lardjem    JO 2021-Covid19: six mois aux nageurs pour retrouver leur forme    Ligue 1-USMA: le recrutement de Guendouz "en bonne voie", assure Anthar Yahia    Les donneurs de leçons s'en mêlent !    L'animation culturelle sur la toile, un acquis pour les artistes    Eniem: diversifier les produits pour un retour en force sur le marché    Fusion de quatre filiales du Groupe Sonelgaz    Oran: sortie de 5 promotions à l'école supérieure de l'administration militaire ESAM    Haddad à Tazoult et Tahkout à Babar    CHANGER L'ASPECT DES ZONES D'OMBRE : Djerad donne un ultimatum de 4 mois    Le FLN et le RND ont boycotté Bengrina    TIARET : Installation des nouveaux président et procureur général de la Cour de justice    PROCHAINE BASE MILITAIRE ISRAELIENNE AUX EMIRATS : L'énième trahison    L'Autorité palestinienne annonce le rappel "immédiat" de son ambassadeur à Abou Dhabi    PROCHAINE RENTREE SOCIALE : Un protocole sanitaire préventif dans les écoles, universités et CFPA    Le premier cancer détecté chez un dinosaure soulève de nouvelles hypothèses    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Bougie n'a pas illuminé cet été    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Burkina Faso : Le gouvernement multiplie les initiatives pour venir à bout du terrorisme
Publié dans Le Maghreb le 14 - 01 - 2019

Le gouvernement burkinabè s'attelle à multiplier les actions pour venir à bout du terrorisme, qui a déjà fait plus de 270 morts depuis 2015.

Dans cette optique, le Burkina Faso a choisi, dans sa loi de finances 2019, de revoir à la hausse de plus de 30% le budget alloué à la sécurité et à la défense pour faire face au phénomène.
"Sans faiblir, notre pays déploie des efforts immenses pour résister et contenir ces attaques. Le peuple burkinabè restera toujours debout et continuera à y faire face avec courage, abnégation et sérénité. La lutte sera longue, certes, mais nous demeurons convaincus que nous viendrons à bout de ce fléau", a déclaré mardi le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré alors qu'il recevait les vœux de Nouvel An des diplomates accrédités au Burkina Faso.
Saluant les mesures prises par le gouvernement pour faire face à la situation, le président de l'Assemblée nationale Alassane Bala Sakandé a indiqué que "lorsque les circonstances l'obligent, les citoyens doivent consentir à limiter temporairement l'exercice de certains de leurs droits au premier des droits que constitue la sécurité".
Dans le même ordre d'idées, le pays s'est fortement impliqué dans la formation de la force du G5 Sahel et a également décrété l'état d'urgence dans 14 provinces de six régions en proie aux attaques terroristes.
Pour prêter main forte au gouvernement, le corps diplomatique accrédité au Burkina Faso a réaffirmé l'engagement de leurs pays et organisations à soutenir le Burkina Faso dans la lutte contre le terrorisme.
"Vous pouvez compter sur la solidarité africaine", a assuré le Dr Ahmed Elmekass, représentant des organisations interafricaines. Pour Metsi Makhetha, coordonnatrice résidente du système des Nations Unies et représentante des organisations internationales, c'est dans "l'union que nous pourrons surmonter les difficultés".
En plus de la lutte contre le terrorisme, le Burkina Faso doit encore s'engager dans celle contre les conflits intercommunautaires suites aux tueries de la communauté peule (une cinquantaine de personnes tuées), qui sont survenues en représailles après une attaque terroriste dans la nuit du Nouvel An dans le village de Yirgou du nord du pays.
La situation sécuritaire du Burkina Faso, jadis considéré comme un pays "stable" dans la sous-région ouest-africaine, s'est dégradée depuis 2015 avec une recrudescence des attaques terroristes dans plusieurs régions, notamment aux frontières avec le Mali, le Niger et le Togo.

12 personnes tuées dans le nord du pays
Au moins douze personnes ont été tuées jeudi, dans une attaque terroriste dans le village de Gasseliki, localité située à une trentaine de kilomètres au sud d'Arbinda, province du Soum, région du Sahel (nord), a annoncé vendredi soir le ministère burkinabè de la Sécurité dans un communiqué.
Selon le communiqué, l'attaque terroriste a été commise par "trente-six individus armés" en "milieu de journée" et les constatations d'usage faites par la Brigade Territoriale de Gendarmerie d'Arbinda font ressortir un bilan de "douze morts et deux blessés".
"Un grenier, une charrette et six boutiques ont également été incendiés. Cinq motocyclettes et plusieurs bœufs ont aussi été emportés par les terroristes qui ont vite fait de fondre dans la nature après leur forfait", ajoute le communiqué.
La situation sécuritaire s'est dégradée dans ce pays d'Afrique de l'ouest depuis 2015. Dès lors plus de 270 personnes, dont des membres des forces de défense et de sécurité, ont été tuées dans des attaques terroristes.
Le Parlement burkinabè a adopté vendredi à l'unanimité le projet de loi prorogeant de six mois l'état d'urgence dans 14 provinces du Burkina Faso en proie à des attaques terroristes.
Cette décision du Parlement burkinabè qui entre en vigueur dimanche prochain doit permettre aux forces de défense et de sécurité de disposer de marge de manœuvre dans la lutte contre le terrorisme, selon les observateurs locaux.
Pour le président du Parlement Alassane Bala Sankandé, l'état d'urgence "n'est pas une baguette magique" pour lutter contre le terrorisme, appelant les autorités à mettre à la disposition des forces de défense et de sécurité les moyens nécessaires à cette lutte.
Jeudi, le président Roch Marc Christian Kaboré a opéré un changement à la tête de l'armée en remplaçant le chef d'état-major général des armées, le général Oumarou Sanou, par le colonel major Moïse Minoungou, 59 ans, promu au grade de général de brigade.
Moïse Minoungou qui était depuis mai 2016, le chef d'état-major adjoint de l'armée de terre est spécialisé en artillerie et a participé à plusieurs manœuvres militaires sous-régionales et internationales notamment au Mali, au Burkina Faso, au Togo, au Bénin.

Prorogation de l'état d'urgence
Le Parlement burkinabè a adopté vendredi à l'unanimité le projet de loi prorogeant de six mois l'état d'urgence dans 14 provinces du Burkina Faso en proie à des attaques terroristes, a annoncé le même jour l'institution.
Cette décision du Parlement burkinabè qui entre en vigueur dimanche prochain doit permettre aux forces de défense et de sécurité de disposer de marge de manœuvre dans la lutte contre le terrorisme, selon les observateurs locaux.
La situation sécuritaire s'est dégradée dans ce pays d'Afrique de l'ouest depuis 2015. Dès lors plus de 270 personnes, dont des membres des forces de défense et de sécurité, ont été tuées dans des attaques terroristes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.