Protection à vie pour les magistrats militaires    La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Les prix à la merci des conflits sino-américains    Je ne peux pas soutenir une idéologie qui se fonde sur un privilège juif et la persécution des Palestiniens    Vaincre la Résistance, des chimères d'Israël    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    Une marche pacifique pour revendiquer la relance du projet du Centre anti-cancer    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Quand le FLN joue la diversion    Benlameri boycotte l'entraînement    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Pas de solution pour Neymar    La Fifa prendra en compte le classement de décembre    Un mouvement de redressement pour destituer Djemaï    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Des professeurs de médecine dénoncent une ruse    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    L'Algérie, invité d'honneur de la 42e édition    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Burkina Faso : Le gouvernement multiplie les initiatives pour venir à bout du terrorisme
Publié dans Le Maghreb le 14 - 01 - 2019

Le gouvernement burkinabè s'attelle à multiplier les actions pour venir à bout du terrorisme, qui a déjà fait plus de 270 morts depuis 2015.

Dans cette optique, le Burkina Faso a choisi, dans sa loi de finances 2019, de revoir à la hausse de plus de 30% le budget alloué à la sécurité et à la défense pour faire face au phénomène.
"Sans faiblir, notre pays déploie des efforts immenses pour résister et contenir ces attaques. Le peuple burkinabè restera toujours debout et continuera à y faire face avec courage, abnégation et sérénité. La lutte sera longue, certes, mais nous demeurons convaincus que nous viendrons à bout de ce fléau", a déclaré mardi le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré alors qu'il recevait les vœux de Nouvel An des diplomates accrédités au Burkina Faso.
Saluant les mesures prises par le gouvernement pour faire face à la situation, le président de l'Assemblée nationale Alassane Bala Sakandé a indiqué que "lorsque les circonstances l'obligent, les citoyens doivent consentir à limiter temporairement l'exercice de certains de leurs droits au premier des droits que constitue la sécurité".
Dans le même ordre d'idées, le pays s'est fortement impliqué dans la formation de la force du G5 Sahel et a également décrété l'état d'urgence dans 14 provinces de six régions en proie aux attaques terroristes.
Pour prêter main forte au gouvernement, le corps diplomatique accrédité au Burkina Faso a réaffirmé l'engagement de leurs pays et organisations à soutenir le Burkina Faso dans la lutte contre le terrorisme.
"Vous pouvez compter sur la solidarité africaine", a assuré le Dr Ahmed Elmekass, représentant des organisations interafricaines. Pour Metsi Makhetha, coordonnatrice résidente du système des Nations Unies et représentante des organisations internationales, c'est dans "l'union que nous pourrons surmonter les difficultés".
En plus de la lutte contre le terrorisme, le Burkina Faso doit encore s'engager dans celle contre les conflits intercommunautaires suites aux tueries de la communauté peule (une cinquantaine de personnes tuées), qui sont survenues en représailles après une attaque terroriste dans la nuit du Nouvel An dans le village de Yirgou du nord du pays.
La situation sécuritaire du Burkina Faso, jadis considéré comme un pays "stable" dans la sous-région ouest-africaine, s'est dégradée depuis 2015 avec une recrudescence des attaques terroristes dans plusieurs régions, notamment aux frontières avec le Mali, le Niger et le Togo.

12 personnes tuées dans le nord du pays
Au moins douze personnes ont été tuées jeudi, dans une attaque terroriste dans le village de Gasseliki, localité située à une trentaine de kilomètres au sud d'Arbinda, province du Soum, région du Sahel (nord), a annoncé vendredi soir le ministère burkinabè de la Sécurité dans un communiqué.
Selon le communiqué, l'attaque terroriste a été commise par "trente-six individus armés" en "milieu de journée" et les constatations d'usage faites par la Brigade Territoriale de Gendarmerie d'Arbinda font ressortir un bilan de "douze morts et deux blessés".
"Un grenier, une charrette et six boutiques ont également été incendiés. Cinq motocyclettes et plusieurs bœufs ont aussi été emportés par les terroristes qui ont vite fait de fondre dans la nature après leur forfait", ajoute le communiqué.
La situation sécuritaire s'est dégradée dans ce pays d'Afrique de l'ouest depuis 2015. Dès lors plus de 270 personnes, dont des membres des forces de défense et de sécurité, ont été tuées dans des attaques terroristes.
Le Parlement burkinabè a adopté vendredi à l'unanimité le projet de loi prorogeant de six mois l'état d'urgence dans 14 provinces du Burkina Faso en proie à des attaques terroristes.
Cette décision du Parlement burkinabè qui entre en vigueur dimanche prochain doit permettre aux forces de défense et de sécurité de disposer de marge de manœuvre dans la lutte contre le terrorisme, selon les observateurs locaux.
Pour le président du Parlement Alassane Bala Sankandé, l'état d'urgence "n'est pas une baguette magique" pour lutter contre le terrorisme, appelant les autorités à mettre à la disposition des forces de défense et de sécurité les moyens nécessaires à cette lutte.
Jeudi, le président Roch Marc Christian Kaboré a opéré un changement à la tête de l'armée en remplaçant le chef d'état-major général des armées, le général Oumarou Sanou, par le colonel major Moïse Minoungou, 59 ans, promu au grade de général de brigade.
Moïse Minoungou qui était depuis mai 2016, le chef d'état-major adjoint de l'armée de terre est spécialisé en artillerie et a participé à plusieurs manœuvres militaires sous-régionales et internationales notamment au Mali, au Burkina Faso, au Togo, au Bénin.

Prorogation de l'état d'urgence
Le Parlement burkinabè a adopté vendredi à l'unanimité le projet de loi prorogeant de six mois l'état d'urgence dans 14 provinces du Burkina Faso en proie à des attaques terroristes, a annoncé le même jour l'institution.
Cette décision du Parlement burkinabè qui entre en vigueur dimanche prochain doit permettre aux forces de défense et de sécurité de disposer de marge de manœuvre dans la lutte contre le terrorisme, selon les observateurs locaux.
La situation sécuritaire s'est dégradée dans ce pays d'Afrique de l'ouest depuis 2015. Dès lors plus de 270 personnes, dont des membres des forces de défense et de sécurité, ont été tuées dans des attaques terroristes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.