Man City : De Bruyne, Guardiola n'est pas rassuré...    FAF : La Commission de passation de consignes entrera en action dimanche    Milan AC : Trois nouvelles pistes en attaque    Vers l'adaptation du système LMD au marché de travail    Algérie Poste : La direction annonce des mesures    Le gouvernement allège la procédure    350 millions de dinars mobilisés    «Pour un baril à 100 dollars, il faudra d'autres chocs»    Sonatrach réplique aux accusations de Petroceltic    Recensement des dossiers en suspens    119 organisations saisissent le Conseil de sécurité de l'ONU    L'observatoire Euro-Med des droits de l'Homme épingle Rabat    Présidentielle et législatives en février 2022    La libération des détenus d'opinion réclamée    Moins nombreux, mais toujours déterminés    SOUS LA PLUIE, LE HIRAK    Le derby de la Soummam en haut de l'affiche    (12e journée)    Le MJS promet de prendre en charge la reconversion    Rejet des recours introduits    Tebboune s'en prend aux partisans de "la duperie"    Plus de 9 600 tonnes de pomme de terre déstockées    Sit-in des citoyens devant la résidence du wali    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Saisie de viande blanche avariée    Qaâdat et sonorités chaâbi au pays du froid    Raul Castro va quitter le pouvoir à Cuba : Une page d'histoire qui se tourne ?    Epilogue d'une vive controverse autour de la nouvelle mosquée de Strasbourg    Bouira : Le protocole sanitaire oublié    ABUS DE POUVOIR    Malika Chitour Daoudi. Romancière : «Mon roman parle d'âmes qui se lient et d'empathie...»    Du 18 avril au 18 mai célébration du mois du patrimoine    Opéra d'Alger : Des Ateliers de danses traditionnelles et de musique arabo-andalouse    Retard dans le versement des salaires: Grève et protestation des enseignants    Aïn Defla: Carambolage entre 34 véhicules, huit blessés    De la circonscription administrative, en particulier, à l'administration territoriale, en général, ou l'urgence d'une doctrine d'emploi (Suite et fin)    Manifs et manips    Elle s'appele Elizabeth Moore Aubin    Au moins huit morts dans une fusillade à Indianapolis    Place au carré se dessine    Le Hirak perd son inspiration    Garder son numéro en changeant d'opérateur    L'entente cordiale    Le processus électoral est inéluctable    Une situation explosive au Sahel    Quand la jeunesse répond présent    Initiation des enfants aux arts    Des films algériens en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Europe finit en nette hausse : Un espoir sur le commerce et les banques
Publié dans Le Maghreb le 13 - 02 - 2019

Les Bourses européennes ont terminé en nette hausse lundi, profitant d'un regain d'intérêt pour les actions après une semaine de repli des principaux indices mondiaux, la reprise des discussions entre les Etats-Unis et la Chine sur le commerce ayant ravivé l'appétit pour le risque.

À Paris, le CAC 40, qui avait perdu 2,39% sur les trois séances précédentes, a terminé en hausse de 1,07% (52,83 points) à 5.014,47 points. A Londres, le FTSE 100 a gagné 0,82% et à Francfort, le Dax a progressé de 0,99%. L'indice EuroStoxx 50 a pris 0,96%, le FTSEurofirst 300 0,86% et le Stoxx 600 0,85%.
Avant eux, l'indice SSE Composite de la Bourse de Shanghai avait clôturé sur un gain de 1,36% après une semaine de fermeture, donnant le ton de la journée.
Les discussions entre les Etats-Unis et la Chine sur le commerce ont repris à Pékin et les deux parties ont exprimé leur optimisme quant à la possibilité d'un compromis. La conseillère de la Maison blanche Kellyanne Conway n'a en outre pas exclu que les présidents Donald Trump et Xi Jinping se rencontrent avant la date limite du 2 mars, à laquelle les Etats-Unis menacent de relever les droits de douane sur des centaines de produits chinois.
"L'optimisme ne repose sur rien de concret puisque nous n'avons aucune information sur l'évolution des relations commerciales USA-Chine mais les intervenants voient le simple fait qu'elles aient lieu comme un signe positif", résume David Madden, de CMC Markets.
Autres négociations suivies de près, celles entre parlementaires démocrates et républicains à Washington visant à éviter un nouveau blocage ("shutdown") partiel des administrations fédérales.

Valeurs & indicateurs
Tous les grands indices sectoriels Stoxx ont fini dans le vert mais Le climat général a profité davantage aux secteurs les plus sensibles à l'évolution des tensions liées aux barrières commerciales: parmi les meilleures performances du jour, l'indice Stoxx des valeurs industrielles européennes a pris 1,28%, celui des hautes technologies 1,12%.
Le compartiment des banques a gagné de son côté 1,21%, profitant de la nette progression des valeurs financières italiennes après l'annonce par la Banque d'Italie d'une nouvelle diminution des créances douteuses.
A Milan, l'indice des banques italiennes a progressé de 1,91%. Intesa Sanpaolo a gagné 1,23%, l'une des meilleures performances de l'EuroStoxx 50, et dans le peloton de tête du Stoxx 600, Banco BPM a bondi de 7,03%.
Oslo Bors, l'opérateur de la Bourse norvégienne, a pris 4,52% après le relèvement de l'offre d'achat d'Euronext 52,55, la réplique de l'européen à l'américain Nasdaq.
A Londres, Smith & Nephew a cédé 3% après les informations du Financial Times selon lesquelles l'équipementier médical a engagé des discussions en vue de racheter l'américain NuVasive pour plus de trois milliards de dollars.
Le chiffre macroéconomique le plus attendu du jour était celui de la croissance économique au Royaume-Uni au quatrième trimestre de l'an dernier: à 0,2% par rapport aux trois mois précédents, il est conforme au consensus, mais le chiffre publié pour l'ensemble de l'année 2018, à 1,4%, est le plus faible enregistré depuis six ans.
En France, la croissance devrait être de 0,4% au premier trimestre, selon la Banque de France.

Taux
Sur les marchés obligataires, les rendements de la zone euro ont retrouvé quelques couleurs, celui du Bund allemand à dix ans, référence pour la région, remontant à 0,119% alors qu'il était tombé jeudi dernier à 0,077%, son plus bas niveau depuis octobre 2016.
Les rendements italiens ont au contraire reflué en réaction aux chiffres de la Banque d'Italie sur les créances douteuses des banques: ceux des titres à deux et cinq ans ont reculé d'environ dix points de base, à 0,598% et 1,934% respectivement, et le dix ans a abandonné plus de huit points pour revenir à 2,9%.

Wall Street vacille devant la menace d'un nouveau "shutdown"
Wall Street a fini sans tendance claire lundi, les craintes d'un nouveau "shutdown" partiel du gouvernement américain et d'une contraction des bénéfices des entreprises américaines ayant freiné l'enthousiasme déclenché par l'espoir d'une avancée dans les négociations commerciales sino-américaines en cours à Pékin.
L'indice Dow Jones a cédé 53,22 points, soit 0,21%, à 25.053,11. Le S&P-500, plus large, a pris 1,92 point, soit 0,07%, à 2.709,80. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 9,71 points (+0,13%) à 7.307,91 points.
Moins d'un mois après le plus long "shutdown" de l'histoire des Etats-Unis, les discussions entre parlementaires démocrates et républicains devaient reprendre lundi pour tenter d'obtenir un accord avant la date butoir de vendredi et éviter ainsi un nouveau blocage de l'administration fédérale.
"Il y a une menace imminente d'un autre 'shutdown', sachant que si nous avons un autre blocage partiel, il pourrait durer encore plus longtemps que le précédent", note Matt Lloyd, responsable de l'investissement chez Advisors Asset Management.
"Les investisseurs ne prendront pas de paris importants, dans un sens ou dans l'autre, tant qu'ils ne sauront pas à quoi s'en tenir sur le commerce et le 'shutdown' du gouvernement." Sur le front des résultats, environ 71% des sociétés du S&P 500 ayant publié leur bénéfice du quatrième trimestre ont dépassé les attentes, selon les données IBES de Refinitiv. Mais pour le premier trimestre, les analystes s'attendent à une contraction des résultats pour la première fois depuis 2016. Ces deux préoccupations ont partiellement occulté la reprise des discussions entre les Etats-Unis et la Chine dans un climat d'optimisme quant à la possibilité d'un compromis.
La conseillère de la Maison blanche Kellyanne Conway n'a pas exclu que les présidents Donald Trump et Xi Jinping se rencontrent avant la date limite fixée au 2 mars, à laquelle les Etats-Unis menacent de relever les droits de douane sur des centaines de produits chinois.
Petit bémol cependant: les protestations du ministère chinois des Affaires étrangères contre un incident en mer de Chine du Sud, où deux bâtiments de guerre américains ont navigué non loin d'un archipel revendiqué par Pékin.

Valeurs & indicateurs
La santé (-0,13%), des services de communication (-0,63%) et des services collectifs (-0,08%) ont été les seuls à finir dans le rouge.
En revanche, les valeurs industrielles (+0,55), particulièrement exposées au commerce mondial, ont largement contribué à la hausse du S&P-500.
Electronic Arts (-0,37%) a fini en léger repli, après avoir commencé par prolonger son rally de vendredi (+16%), porté par des avis positifs de brokers après les débuts commerciaux en fanfare de son nouveau jeu "Apex Legends".
Parmi ses concurrents, Take-Two Interactive Software a perdu 3,81% et Activision Blizzard 7,6%.
Tesla a pris 2,3%. Le broker Canaccord Genuity a relevé sa recommandation de "conserver" à "achat", jugeant que le succès croissant des voitures électriques est sous-estimé.
Alors que la séance en Europe a été ponctuée par l'annonce que la croissance britannique était tombée l'an dernier à son niveau le plus faible depuis six ans, aucun indicateur n'est venu perturber la tendance à Wall Street.

Taux & changes
Les rendements des obigations du Trésor américain ont légèrement progressé dans l'attente des chiffres de l'inflation de janvier qui doivent être publiés mercredi. Les Treasuries à 10 ans ressort à 2,655% contre 2,63% vendredi. Le dollar grimpe, profitant de son statut de valeur refuge dans la crainte que les négociations entre Washington et Pékin ne donnent rien avant la date butoir du 2 mars fixée par les deux premières économies mondiales. L'"indice dollar", qui mesure ses fluctuations face à un panier de devises de référence, prend 0,44%, sa huitième hausse consécutive, après avoir atteint son plus haut niveau depuis fin décembre. Dans ce contexte, l'euro est tombé à 1,1263, au plus bas depuis le 14 novembre. Il se traite autour de 1,1275 dollar. La faiblesse du rythme de croissance britannique l'an dernier a pénalisé la livre sterling, qui a cédé du terrain face au dollar et à l'euro.
Les chiffres du produit intérieur brut (PIB) britannique ont pénalisé la livre sterling, qui a cédé du terrain face au dollar et à l'euro, mais le fait du jour est l'accélération de la hausse du billet vert.
Au moment de la clôture en Europe, l'"indice dollar", qui mesure ses fluctuations face à un panier de devises de référence, prenait 0,42% après avoir atteint son plus haut niveau depuis le 26 décembre.
Au même moment, le franc suisse cédait 0,4% face au dollar. Il avait subi un "flash crash" en tout début de journée en Asie, tombant très brièvement à 1,0095 pour un dollar avant d'effacer la majeure partie de ses pertes, ce que plusieurs intervenants expliquent par le manque de liquidité, la journée étant fériée au Japon.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.