«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A bout de patience : La Russie et l'Iran renoncent au dollar
Publié dans Le Maghreb le 13 - 02 - 2019

La Russie et l'Iran, cibles de nouvelles sanctions de Washington à cause de leurs relations d'alliés avec la Syrie, s'apprêtent à tourner définitivement le dos au dollar.

L'ambassadeur russe à Téhéran a déclaré que la monnaie américaine ne serait plus utilisée dans les échanges entre les deux pays, qui lui préféreront désormais le rouble et le rial ou l'euro. Moscou a déjà initié le même processus avec la Chine, l'Inde et la Turquie. De son côté, l'UE ne veut plus payer en dollars sa propre production. Les experts sont persuadés que l'Iran et la Russie montreront à l'Opep qu'il est possible de se passer du dollar. Qui renonce actuellement à la devise américaine, et comment?

L'Iran dit adieu au dollar
A l'heure actuelle, jusqu'à 70% des transactions commerciales internationales sont réalisées en dollars. Cependant l'alliance anti-dollar compte de plus en plus de membres, tombés sous le coup des sanctions et fatigués de la politique étrangère agressive et imprévisible de Washington. En avril 2018 déjà, Téhéran avait renoncé à la monnaie américaine et fait passer tous ses règlements internationaux en euros. "Le dollar n'est déjà plus utilisé en Iran, les opérateurs préfèrent d'autres monnaies pour leurs transactions. Il n'y a plus aucune raison d'utiliser des factures en dollars", avait déclaré à l'époque Mehdi Kasreipour, représentant de la Banque centrale d'Iran.
L'Inde achète déjà le pétrole iranien en euros, sachant que son économie se développe rapidement (on table sur un bilan de croissance de 7,5% du PIB pour 2018) et nécessite de plus en plus de ressources. Par ailleurs, les succès de la Russie et de l'Iran en matière de dédollarisation pourraient servir d'exemple à d'autres membres de l'Opep et de l'Opep+. C'est notamment la ligne suivie actuellement par l'Arabie saoudite. L'UE compte renoncer au dollar pour ses achats de pétrole iranien. En septembre 2018, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a déclaré que l'Europe perdait "des centaines de millions de dollars à cause des guerres commerciales déclenchées par Donald Trump", tout en rappelant que l'UE achetait 80% des hydrocarbures importés en dollars, "ce qui est complètement illogique". "Il est aberrant que les compagnies européennes achètent des avions européens en dollars et non pas en euros", avait souligné Jean-Claude Juncker. Les Européens ont commencé à passer des paroles aux actes. L'Allemagne, la France et le Royaume-Uni ont déjà mis en place un mécanisme de règlement basé sur l'euro avec l'Iran: INSTEX (Instrument in Support of Trade Exchanges).

A qui le tour?
L'abandon du dollar pour les achats du principal produit d'exportation - le pétrole - est une démarche importante à laquelle la Russie est également prête. Les analystes affirment qu'il est dès à présent possible d'exclure la monnaie américaine du commerce non seulement avec l'Iran, mais également avec la Chine et la Turquie. Ce processus est déjà lancé. La Russie, l'Iran et la Turquie sont convenus en été 2018 d'opter pour un autre moyen de règlement pour le pétrole, le gaz et un grand nombre d'autres produits. Par ailleurs, en 2017 déjà, la Turquie avait vendu près de 9% de ses exportations en Russie dans sa monnaie nationale - et n'avait pas l'intention de s'arrêter là. L'Assemblée des exportateurs de Turquie s'est dite prête à utiliser "tous les moyens et mécanismes" commerciaux afin d'accroître la part des règlements en devises nationales, selon l'objectif fixé par le gouvernement. Ankara a affiché cette disposition en signant un important contrat international: d'ici l'automne 2019, l'armée turque recevra des systèmes antiaériens russes S-400 sans recourir au dollar. L'Inde, qui est le plus grand partenaire de la Russie dans le secteur militaro-technique, suit le même chemin: New Delhi achètera en roubles cinq lots régimentaires de S-400 pour presque 5,4 milliards de dollars. Entre elles, la Turquie et l'Inde ont l'intention d'opter pour les paiements en livres et en roupies. "Les opérations d'import-export peuvent être réalisées en monnaies nationales, ce qui réduirait l'impact négatif des fluctuations des cours de change. Le secteur de l'énergie nucléaire est le premier sur la liste", avait déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan. La Russie montre aujourd'hui comment réduire la dépendance envers le dollar avec son plus grand partenaire commercial: la Chine. De janvier à novembre 2018, le montant des règlements en monnaies nationales dans le commerce frontalier entre les deux pays a augmenté de 48%. La part des monnaies nationales dans les règlements a atteint en tout 15%, et continue de croître. Comme l'a déclaré le directeur exécutif de l'Institut d'analyse de la sécurité mondiale Gal Luft, les États-Unis mènent actuellement une guerre commerciale contre une vingtaine de pays représentant un PIB total dépassant 15.000 milliards de dollars. Ce sont ces pays qui détermineront le sort du dollar en tant que monnaie mondiale. Et le dernier mot pourrait revenir à la Chine et à la Russie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.