Dubaï : Le ministre Abdelkader Messahel reçoit le Prix des pionniers arabes des réseaux sociaux    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    «Le médicament anti-douleurs sera disponible dans toutes les pharmacies»    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    BLOQUANT LA CHAINE DE PRODUCTION D'EL HADJAR : Les recrutés en CTA protestent à Annaba    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    300 MISES EN DEMEURE ADRESSEES AUX BENEFICIAIRES : 23 marchés couverts non exploités à Oran    A l'écoute des fédérations    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    5 candidats pour un siège    Le communiqué déroutant de la coalition    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Remise de clefs de 100 logements sociaux sur les 300    Deux morts et deux blessés graves dans un accident de la circulation à Aïn Touta    Nouvelle orientation    «C'est un jour important pour moi»    Riche programme au menu    30 artistes entrés en lice    Un Nobel, c'est une lumière au bout du tunnel    Football - Mercato hivernal: Absence de joueurs talentueux et clubs surendettés    Soins médicaux en France: Une «autorisation préalable» de la CNAS est nécessaire    Les habitants de Brédéah enfin soulagés: Près de 7 milliards pour une école primaire    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Non, vous n'êtes pas un bon Ministre !    Salon de l'automobile: Des voitures hors de portée à des prix «remisés»    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (1ère partie)    L'influence US démonétisée par les tweets imbéciles de Trump    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Le secrétaire d'Etat français auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Béatification des 19 religieux chrétiens à Oran, «une réponse aux messages de haine»    Cérémonie de béatification des 19 religieux: Oran fait valoir ses atouts hôteliers    Urbanisme : Elaboration en cours d'un nouveau code unifié et homogène    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fin du dollar ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 11 - 2018

Le protectionnisme et l'unilatéralisme de Donald Trump ont suscité une série de réactions de la part de ses principaux partenaires, tenant principalement à la quête d'une dédollarisation, le rapatriement des réserves d'or et la vente de bons du Trésor américain.
Jusqu'où peut aller ce processus, provoqué par les puissances émergentes ?
De nos jours, le commerce mondial reste libellé en dollars dans une proportion de 70%, contre 20% pour l'euro, et le reste en partage entre les monnaies asiatiques, notamment le yuan chinois. L'avènement de ce dernier accompagne l'avènement de la Chine comme grande puissance commerciale : en 2017, la part de la Chine dans le commerce russe international a atteint 15%, cette proportion devait passer à 17% l'année suivante, parallèlement à une contraction du rôle du dollar dans les règlements.
L'avenir immédiat semble porteur de mutations majeures. La Banque mondiale évoque le processus de dédollarisation, couplé avec les rapatriements des réserves d'or par les pays émergents, et s'attend à un changement significatif du système financier international d'ici dix ans. Selon ses prévisions, le dollar cessera de jouer un rôle central dans le système financier mondial. Il sera remplacé par un système à trois monnaies: l'euro, le dollar et une devise asiatique, très probablement le yuan.
La dette des Etats-Unis a déjà dépassé 20 000 milliards de dollars et ne cesse de grandir, alors que la planche à billets continue de fonctionner. Comme l'a indiqué l'investisseur Jim Rogers pendant le Forum économique international de Saint-Pétersbourg, c'est la raison pour laquelle la devise américaine devient de moins en moins attractive sur le marché. D'après lui, le dollar perdra le statut de monnaie de réserve mondiale d'ici 2030.
Dédollarisation, d'abord. L'année 2018 aura été une étape marquante et réussie dans ce processus.
Première cible : le pétrole. En mars dernier, la Chine avait ouvert le commerce des contrats à terme pétroliers en yuans. «En 1993, Pékin avait déjà tenté de lancer un tel instrument, mais en vain», rappelle le site Sputnik.(*)
Seconde cible en vue : les fournitures physiques de pétrole que la Chine compte régler avec sa monnaie nationale.
«Pour l'instant, le dollar est utilisé dans le commerce des matières premières en tant que devise du contrat, mais le yuan pourrait l'écarter de l'un des marchés pétroliers qui affiche la plus forte croissance dans le monde. Selon les estimations des économistes, c'est l'affaire de 10-15 ans», relève encore la même source.
L'Inde achète également du pétrole iranien en euros, pour satisfaire des besoins sans cesse croissants en hydrocarbures portés par une forte croissance (une hausse de 7% du PIB était attendue en 2018). L'Iran est son troisième plus grand fournisseur. Elle envisage de contourner les sanctions américaines en réglant ses achats pétroliers en roupies via la banque publique UCO Bank.
La Turquie menace également de renoncer au dollar, après une forte dévaluation de sa monnaie. Elle commerce déjà avec l'Iran en monnaie nationale.
Rapatriements des réserves d'or, aussi. Les Etats-Unis possèdent la plus grande quantité d'or : 8 000 tonnes. L'Allemagne détient 3 000 tonnes, l'Italie et la France 2 500 tonnes chacune. La Russie est montée à la 5e place en dépassant pour la première fois la Chine: la Banque centrale détient 1 860 tonnes d'or d'une valeur marchande avoisinant les 80 milliards de dollars.
«Je suis convaincu que le redémarrage mondial se produira quand les gouvernements du monde auront besoin de se débarrasser de leurs dettes et attacheront tout au prix de l'or. C'est pourquoi les pays comme la Russie et la Chine accumulent de l'or — ils savent ce qui pourrait se produire dans quelques années», déclare Keith Neumeyer, président du conseil d'administration de First Mining Gold.
D'autres pays font la même chose. L'Allemagne a terminé le programme de retrait de sa réserve d'or des USA et a rapatrié 300 tonnes de lingots. Les Pays-Bas ont fait revenir près de 100 tonnes d'or.
Le reflux d'or de la Fed, qui a commencé en 2014, se poursuit continuellement.
Vente de bons du Trésor américain, enfin. Cette année, la Turquie a emboîté le pas à la Russie en revendant ses bons du Trésor américain. Suite à la chute de la devise turque, Ankara a vendu près de 4 milliards de dollars d'obligations d'Etat américaines.
Aujourd'hui, toute l'attention est focalisée sur la Chine. En avril-mai de cette année, Moscou a vendu 85% de son portefeuille de bons du Trésor américain: l'institution russe a réduit ses investissements, qui s'élevaient à plus de 100 milliards au début de l'année, à 15 milliards de dollars. Tous les regards sont portés sur Pékin qui possède une masse de bons du Trésor américain de 1 200 milliards de dollars. La Chine, premier créancier des USA (1 180 milliards de dollars), n'a réduit son paquet que de 4,4 milliards de dollars, mais il n'est pas exclu qu'elle continue de se débarrasser de ses obligations américaines. Pékin possède près de 20% de la dette américaine détenue par des acteurs étrangers.
Il ne faut cependant s'attendre à aucune action forte de la part de Pékin, une baisse du taux de change du dollar nuirait à ses exportations.
A. B.

(*) Sputnik, 13 juin 2018,
https://fr.sputniknews.com/economie/201806131036784150-dollar-banque-mondiale/


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.