14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    Sellal a rencontré samedi leurs responsables.. Onze organisations estudiantines soutiennent Bouteflika    Après la destruction par la douane libyenne de sa cargaison de jus pour «non-conformité».. L'entreprise NCA Rouiba réagit    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Hausse de débit, baisse de tarification, exportation d'Internet vers l'Afrique.. Les promesses de Houda Faraoun    Un eurodéputé dénonce les accords commerciaux Maroc-UE.. La question sahraouie mobilise les consommateurs espagnols    Iran.. Egypte et Jordanie dénoncent l'attentat terroriste    Béjaïa.. Les RN 26 et 09 bloquées par des protestataires    Alger.. Arrestation d'un terroriste recherché    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    Tournoi International de la LAT.. 25 nations au rendez-vous    INVESTISSEMENT : 4 000 émigrés algériens veulent investir en Algérie    Manchester United.. Tout pour prolonger David de Gea    ADRAR : 10 personnes asphyxiées sauvées in-extremis    LOGEMENTS SOCIAUX A ORAN : Des brigades pour lutter contre la sous-location    La guerre des amulettes ?    L'opposition sceptique    Les Algériens en conquérants    Les mal classés respirent mieux    Soulagement pour Coman, disponible pour Liverpool    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    Ankara ne reviendra pas sur l'achat des missiles S-400 à la Russie    Téhéran accuse Islamabad de soutien à un groupe derrière un attentat meurtrier    Les chiffres de la Cacobatph    Remède relaxant pour les douleurs au genou    Le meeting national des retraités de l'armée annulé    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Romain Gary sur les écrans    Albayazin inaugure l'année 2019 avec le guide de la wilaya de Boumerdès    Jijel : Le corps d'un jeune disparu en mer repêché à la plage Aftis    Nouvelles d'Oran    A la recherche du temps perdu    400 kilomètres de fibre optique en projet    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Importations: La facture alimentaire a dépassé les 8,5 milliards de dollars    Volley-ball - Super Division: Bonne opération pour le RC Msila    Kateb Yacine, la mère de Mohammed Dib et les «bons à rien»    El Tarf - Guerre de libération : un recueil sur la Base de l'Est    Préparatifs de l'élection présidentielle    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    «Nathan le sage» présentée à Alger    Exposition de Djamel Bouttaba    Sécurité : Le nouveau DGSN met en avant l'importance du partenariat entre les différents corps    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Syrie : Sommet trilatéral à Sotchi en vue d'un règlement durable de la crise    Venezuela : Maduro appelle le Royaume-Uni à rendre l'or "volé"    CACI-France : Une stratégie plus offensive pour consolider le partenariat algéro-français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fin du dollar ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 11 - 2018

Le protectionnisme et l'unilatéralisme de Donald Trump ont suscité une série de réactions de la part de ses principaux partenaires, tenant principalement à la quête d'une dédollarisation, le rapatriement des réserves d'or et la vente de bons du Trésor américain.
Jusqu'où peut aller ce processus, provoqué par les puissances émergentes ?
De nos jours, le commerce mondial reste libellé en dollars dans une proportion de 70%, contre 20% pour l'euro, et le reste en partage entre les monnaies asiatiques, notamment le yuan chinois. L'avènement de ce dernier accompagne l'avènement de la Chine comme grande puissance commerciale : en 2017, la part de la Chine dans le commerce russe international a atteint 15%, cette proportion devait passer à 17% l'année suivante, parallèlement à une contraction du rôle du dollar dans les règlements.
L'avenir immédiat semble porteur de mutations majeures. La Banque mondiale évoque le processus de dédollarisation, couplé avec les rapatriements des réserves d'or par les pays émergents, et s'attend à un changement significatif du système financier international d'ici dix ans. Selon ses prévisions, le dollar cessera de jouer un rôle central dans le système financier mondial. Il sera remplacé par un système à trois monnaies: l'euro, le dollar et une devise asiatique, très probablement le yuan.
La dette des Etats-Unis a déjà dépassé 20 000 milliards de dollars et ne cesse de grandir, alors que la planche à billets continue de fonctionner. Comme l'a indiqué l'investisseur Jim Rogers pendant le Forum économique international de Saint-Pétersbourg, c'est la raison pour laquelle la devise américaine devient de moins en moins attractive sur le marché. D'après lui, le dollar perdra le statut de monnaie de réserve mondiale d'ici 2030.
Dédollarisation, d'abord. L'année 2018 aura été une étape marquante et réussie dans ce processus.
Première cible : le pétrole. En mars dernier, la Chine avait ouvert le commerce des contrats à terme pétroliers en yuans. «En 1993, Pékin avait déjà tenté de lancer un tel instrument, mais en vain», rappelle le site Sputnik.(*)
Seconde cible en vue : les fournitures physiques de pétrole que la Chine compte régler avec sa monnaie nationale.
«Pour l'instant, le dollar est utilisé dans le commerce des matières premières en tant que devise du contrat, mais le yuan pourrait l'écarter de l'un des marchés pétroliers qui affiche la plus forte croissance dans le monde. Selon les estimations des économistes, c'est l'affaire de 10-15 ans», relève encore la même source.
L'Inde achète également du pétrole iranien en euros, pour satisfaire des besoins sans cesse croissants en hydrocarbures portés par une forte croissance (une hausse de 7% du PIB était attendue en 2018). L'Iran est son troisième plus grand fournisseur. Elle envisage de contourner les sanctions américaines en réglant ses achats pétroliers en roupies via la banque publique UCO Bank.
La Turquie menace également de renoncer au dollar, après une forte dévaluation de sa monnaie. Elle commerce déjà avec l'Iran en monnaie nationale.
Rapatriements des réserves d'or, aussi. Les Etats-Unis possèdent la plus grande quantité d'or : 8 000 tonnes. L'Allemagne détient 3 000 tonnes, l'Italie et la France 2 500 tonnes chacune. La Russie est montée à la 5e place en dépassant pour la première fois la Chine: la Banque centrale détient 1 860 tonnes d'or d'une valeur marchande avoisinant les 80 milliards de dollars.
«Je suis convaincu que le redémarrage mondial se produira quand les gouvernements du monde auront besoin de se débarrasser de leurs dettes et attacheront tout au prix de l'or. C'est pourquoi les pays comme la Russie et la Chine accumulent de l'or — ils savent ce qui pourrait se produire dans quelques années», déclare Keith Neumeyer, président du conseil d'administration de First Mining Gold.
D'autres pays font la même chose. L'Allemagne a terminé le programme de retrait de sa réserve d'or des USA et a rapatrié 300 tonnes de lingots. Les Pays-Bas ont fait revenir près de 100 tonnes d'or.
Le reflux d'or de la Fed, qui a commencé en 2014, se poursuit continuellement.
Vente de bons du Trésor américain, enfin. Cette année, la Turquie a emboîté le pas à la Russie en revendant ses bons du Trésor américain. Suite à la chute de la devise turque, Ankara a vendu près de 4 milliards de dollars d'obligations d'Etat américaines.
Aujourd'hui, toute l'attention est focalisée sur la Chine. En avril-mai de cette année, Moscou a vendu 85% de son portefeuille de bons du Trésor américain: l'institution russe a réduit ses investissements, qui s'élevaient à plus de 100 milliards au début de l'année, à 15 milliards de dollars. Tous les regards sont portés sur Pékin qui possède une masse de bons du Trésor américain de 1 200 milliards de dollars. La Chine, premier créancier des USA (1 180 milliards de dollars), n'a réduit son paquet que de 4,4 milliards de dollars, mais il n'est pas exclu qu'elle continue de se débarrasser de ses obligations américaines. Pékin possède près de 20% de la dette américaine détenue par des acteurs étrangers.
Il ne faut cependant s'attendre à aucune action forte de la part de Pékin, une baisse du taux de change du dollar nuirait à ses exportations.
A. B.

(*) Sputnik, 13 juin 2018,
https://fr.sputniknews.com/economie/201806131036784150-dollar-banque-mondiale/


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.