Plusieurs exposés ministériels au menu    "Nous assisterons à des révoltes sociales" selon Mebtoul    La voie à suivre pour les autres wilayas    Les opérations de rapatriement de et vers l'Algérie se multiplient    Les critiques des inspecteurs de l'Education    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La défense de Karim Tabbou refuse de plaider à distance    Des dérogations pour la diaspora algérienne ?    Le Maroc rapatrie ses ressortissants bloqués en Algérie    Rush sur les plages de Palm-Beach et d'El-Djamila    Plus de 1300 infractions au confinement partiel enregistrées    Distribution de 60 000 bavettes    L'Algérie représentée au festival Docu-Med    Le théâtre, une thérapie libératrice de la peur et du stress    Jeux méditerranéens : échange de vues "constructif" autour d'Oran-2022    RECONDUCTION DU CONFINEMENT : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    Coronavirus: 133 nouveaux cas, 127 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Washington Times prédit une riposte médiatique contre l'Algérie    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Venezuela : La Russie explique son veto à la résolution US à l'Onu
Publié dans Le Maghreb le 04 - 03 - 2019

Lors de la réunion du Conseil de sécurité de l'Onu, la Russie a posé son veto à la résolution américaine sur le Venezuela, "car le projet américain ne vise pas à résoudre les problèmes". La Russie a proposé son propre projet de résolution, qui n'a pas été soutenu à son tour.

La Russie a dû poser son veto à la résolution des États-Unis sur le Venezuela au Conseil de sécurité de l'Onu le 28 février, a déclaré Vassili Nebenzia, le représentant de la Russie auprès de l'institution. "Nous sommes obligés de poser le droit de veto, car le projet américain ne vise pas à résoudre les problèmes du Venezuela", a-t-il déclaré. Le diplomate a également annoncé que la Russie avait elle aussi préparé un projet de résolution appelant à soutenir la souveraineté et l'intégrité territoriale du Venezuela et à utiliser toutes les méthodes diplomatiques disponibles pour régler la situation. Mais le Conseil de sécurité n'a pas non plus soutenu ce projet. Sept pays ont voté contre, quatre pour et les quatre autres se sont abstenus. Le projet américain proposait l'organisation au Venezuela de nouvelles élections présidentielles sous contrôle international. La Russie, au contraire, conseillait de défendre l'indépendance et la souveraineté de l'État et de résoudre la situation actuelle par le biais du "mécanisme de Montevideo". Lors de la réunion du Conseil de sécurité, Vassili Nebenzia a qualifié la résolution américaine de "publicité propagandiste, dictée en majorité par des considérations politiques intérieures". La crise politique au Venezuela a éclaté quand l'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé le lendemain "Président en exercice du pays" et a prêté serment au cours d'une manifestation. Donald Trump l'a alors reconnu comme "Président par intérim".
Une quarantaine de pays, dont le Royaume-Uni et l'Allemagne, en ont fait de même. La France l'a également reconnu comme "Président en charge". Le Président Nicolas Maduro a qualifié Juan Guaido de pantin des États-Unis. Des pays tels que la Chine, la Russie, la Turquie ou le Mexique ont quant à eux apporté leur soutien au gouvernement en place.

"Guaido continue à perdre la "guerre" contre Nicolas Maduro"
Arrivé à Brasilia en provenance de Colombie où il s'était rendu pour diriger une opération d'acheminement d'aide humanitaire au Venezuela, le chef de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido qui s'était autoproclamé Président du pays par intérim a été reçu par le Président Jair Bolsonaro. Sputnik s'en est entretenu avec un historien brésilien. Accompagné par le ministre brésilien des Affaires étrangères Ernesto Araujo, le président autoproclamé du Venezuela Juan Guaido est arrivé au palais du Planalto, résidence du Président du Brésil. Bien que Brasilia ait reconnu Guaido comme Président par intérim, il ne s'agissait pas d'une visite d'État et Jair Bolsonaro l'a reçu dans son bureau. Guaido est venu au Brésil parce que ses positions s'étaient affaiblies après l'échec de sa tentative d'acheminer une aide humanitaire au Venezuela par les frontières colombienne et brésilienne, a déclaré à Sputnik l'historien Rafael Araujo, professeur à l'université de l'État de Rio de Janeiro (UERJ). "Il a essuyé une défaite samedi dernier. Le jour de l'acheminement de l'aide humanitaire était décisif pour lui, mais cela n'a pas marché. L'aide humanitaire n'est pas arrivée au Venezuela, ayant été bloquée à la frontière par les forces de sécurité vénézuéliennes, et Guaido a perdu cette bataille contre Maduro", a déclaré l'interlocuteur de l'agence. À l'issue de sa rencontre avec Guaido, Bolsonaro a déclaré devant les journalistes que le Brésil agirait dans le cadre de la loi pour rétablir la démocratie au Venezuela voisin. Selon l'universitaire, ce rejet par le Brésil d'une éventuelle ingérence militaire au Venezuela a été très important et a même influé sur la position d'autres pays. "Malgré sa reconnaissance de Guaido et le soutien qu'il lui apporte, le Brésil préfère à présent essayer d'apaiser les passions, y compris aux États-Unis", a relevé M. Araujo. Selon ce dernier, Washington a même adopté une position en faveur de la souveraineté du Venezuela. "Les États-Unis et la Russie s'en tiennent évidemment à des positions différentes, mais considèrent le dialogue et la souveraineté à titre d'issue de l'actuelle crise politique profonde pour le Venezuela. Et Guaido continue à perdre la "guerre" contre Nicolas Maduro", a résumé l'interlocuteur de Sputnik. Vendredi, Guaido a quitté Brasilia pour le Paraguay, où il poursuit une tournée destinée à s'assurer des soutiens internationaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.