Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    L'activiste Amar Berri arrêté, puis relâché    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Développement du gisement de fer de Gara Djebilet    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    14 marchés aux bestiaux hebdomadaires rouverts    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Montpellier : Delort buteur face à Monaco (Vidéo)    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Conseils de l'ordre des médecins et chirurgiens-dentistes: Des syndicats dénoncent une «situation de blocage»    LRF Saïda: Benhamza Yacine plébiscité    Les faits têtus de la réalité    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    ASM Oran: Baghor Merouane succède à lui-même    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Venezuela : La Russie dénonce l'"ingérence directe" des pays européens
Publié dans Le Maghreb le 06 - 02 - 2019

Le Kremlin a dénoncé, lundi, la décision des pays européens de reconnaître l'opposant Juan Guaido, en tant que "président en charge" du Venezuela, soulignant que c'est une "véritable ingérence directe et indirecte dans les affaires de ce pays et n'aide pas à résoudre pacifiquement la crise", ont rapporté des médias locaux.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a indiqué lundi que la Russie refuse la reconnaissance de l'opposant Juan Guaido comme "président en exercice" par des pays européens, dénonçant une décision de "légitimer la tentative d'usurpation du pouvoir au Venezuela", a indiqué l'agence Sputnik.
"L'imposition de tout type de solution ou la tentative de légitimer l'usurpation du pouvoir représente, de notre point de vue, une intervention directe et indirecte dans les affaires intérieures du Venezuela", a déclaré M. Peskov lors d'une conférence de presse.
Pour le porte-parole, la reconnaissance de Juan Guaido par des pays européens "n'aide en rien à résoudre la crise que vivent les Vénézuéliens de manière pacifique". Plusieurs pays européens ont annoncé lundi reconnaître le président de l'Assemblée, l'opposant Juan Guaido, en tant que "président en charge", l'appelant à organiser "rapidement une élection présidentielle".
Les Etats-Unis ont reconnu, le 23 janvier dernier, le président du parlement, l'opposant Juan Guaido, qui s'est autoproclamé "président en exercice" du Venezuela devant ses partisans. Le président Donald Trump lui a attribué le titre de "président par intérim du Venezuela" et a évoqué "une possible opération militaire américaine pour rétablir la démocratie à Caracas".
Ce jour-là, les pays de l'Union européenne (UE) avaient refusé de suivre la démarche américaine de reconnaitre M. Guaido comme "président par intérim", appelant à l'apaisement et à la tenue des "élections libres". Et depuis, la position des pays européens a connu un changement notable.
L'Allemagne, l'Espagne, la France et le Royaume-Uni avaient donné au gouvernement de Maduro un délai de huit jours à compter du 26 janvier pour organiser des élections, menaçant de reconnaître le chef de l'opposition comme "président par intérim".
Dans une récente interview accordée à la presse russe, le président vénézuélien, Nicolas Maduro a accusé l'UE d'"être subordonnée à la politique de suprématie appliquée par les Etats-Unis à l'égard de Caracas" et a affirmé que "de nombreux dirigeants européens se sont blessés en assumant docilement le stratégie des Etats-Unis".
Le président Maduro a rejeté catégoriquement cet ultimatum, déclarant qu'"il ne ferait pas preuve de lâcheté face aux pressions" de ceux qui réclament son départ et que "le Venezuela ne fait partie de l'UE". La communauté internationale est divisée sur la résolution de la crise vénézuélienne.
Plusieurs pays comme la Russie, la Chine, l'Iran, la Turquie, le Cuba, la Syrie et la Bolivie ont appelé au respect de la souveraineté de l'Etat vénézuélien et la non-ingérence dans les affaires intérieures, tandis que le Mexique et l'Uruguay ont insisté sur la médiation et le lancement d'un dialogue inter-vénézuélien pour trouver les solutions à la crise qui couve dans le pays.

Caracas réévalue ses relations avec des pays européens
Le Venezuela a décidé lundi de réévaluer ses relations diplomatiques avec des pays européens ayant officiellement reconnu l'opposant vénézuelien Juan Guaido en tant que président par intérim alors que l'ONU refuse de s'ingérer dans les affaires internes du pays.
"Caracas va réévaluer intégralement les relations bilatérales avec ces gouvernements à partir de cet instant, jusqu'à ce qu'ils renoncent à soutenir les plans putschistes", note le texte du ministère des Affaires étrangères.
Madrid, Londres, Paris, Berlin et certaines autres capitales européennes ont reconnu lundi Juan Guaido comme "président par intérim" du Venezuela après le refus du président Nicolas Maduro de céder à un "ultimatum" pour convoquer une élection présidentielle après que Juan Guaido, qui préside l'assemblée nationale, contrôlée par l'opposition, s'est autoproclamé "président en exercice " du Venezuela le 23 janvier.
L'Union européenne (UE) reste cependant divisée, des pays comme l'Italie ou la Grèce adoptant une position attentiste.
Parallèlement, plusieurs pays comme la Russie, la Chine, l'Iran, la Turquie, le Cuba, la Syrie et la Bolivie ont appelé au respect de la souveraineté de l'Etat vénézuélien et la non-ingérence dans les affaires intérieures, tandis que le Mexique et l'Uruguay ont insisté sur la médiation et le lancement d'un dialogue inter-vénézuélien pour trouver les solutions à la crise qui couve dans le pays.
S'agissant de la position des Nations Unies, l'organisation refuse de s'ingérer dans les affaires internes du Venezuela, préconisant le dialogue entre les deux parties.
Le Secrétariat des Nations unies ne participera à aucune réunion de groupes qui se forment pour discuter de la crise vénézuélienne afin de "garder sa crédibilité" dans son offre de mission de bons offices au Venezuela, a affirmé le secrétaire général Antonio Guterres.
"Le secrétariat de l'ONU a décidé de ne faire partie d'aucun de ces groupes afin de garder la crédibilité de notre offre de bons offices aux deux camps pour être en mesure, à leur demande, d'aider à trouver une solution politique", a déclaré M. Guterres, en faisant part de son "inquiétude" face à l'évolution de la situation.
Par ailleurs, une réunion de crise des ministres des Affaires étrangères du Groupe de Lima, à a eu lieu lundi à Ottawa. La réunion a vu la participation d'une dizaine de pays latino-américains, les Etats-Unis et l'Union européenne (UE). Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo devait y intervenir via la vidéo-conférence .
Le Groupe de Lima crée en 2017 comprend l'Argentine, le Brésil, le Canada, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, le Guatemala, le Honduras, le Mexique, le Panama, le Paraguay, le Pérou, le Guyana et Sainte-Lucie.
De leur côté, l'Uruguay et le Mexique s'apprêtent à organiser le 7 février prochain à Montevideo une conférence internationale à laquelle sont invités tous les pays et organismes internationaux affichant une "position neutre" sur la crise au Venezuela, déclenché après que l'opposant Juan Guaido s'est autoproclamé président du pays le 23 janvier et a été immédiatement soutenu par les Etats-Unis.
Pour se donner une légitimité, Guaido appelle ses partisans à manifester dans la rue et à exprimer leur "refus" à l'endroit du président Maduro, réélu pour un second mandat le 10 janvier écoulé.
Le président Maduro s'est opposé totalement à une proposition ayant émané de pays européens portant organisation d'une élection présidentielle, mais il s'est dit toutefois favorable à l'idée de l'organisation d'élections législatives proposée par l'Assemblée constituante.
La décision de Maduro a trouvé un écho favorable auprès de nombreux pays, à l'image de la Russie, la Chine, la Corée du Nord, la Turquie et Cuba.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.