PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Venezuela : La Russie dénonce l'"ingérence directe" des pays européens
Publié dans Le Maghreb le 06 - 02 - 2019

Le Kremlin a dénoncé, lundi, la décision des pays européens de reconnaître l'opposant Juan Guaido, en tant que "président en charge" du Venezuela, soulignant que c'est une "véritable ingérence directe et indirecte dans les affaires de ce pays et n'aide pas à résoudre pacifiquement la crise", ont rapporté des médias locaux.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a indiqué lundi que la Russie refuse la reconnaissance de l'opposant Juan Guaido comme "président en exercice" par des pays européens, dénonçant une décision de "légitimer la tentative d'usurpation du pouvoir au Venezuela", a indiqué l'agence Sputnik.
"L'imposition de tout type de solution ou la tentative de légitimer l'usurpation du pouvoir représente, de notre point de vue, une intervention directe et indirecte dans les affaires intérieures du Venezuela", a déclaré M. Peskov lors d'une conférence de presse.
Pour le porte-parole, la reconnaissance de Juan Guaido par des pays européens "n'aide en rien à résoudre la crise que vivent les Vénézuéliens de manière pacifique". Plusieurs pays européens ont annoncé lundi reconnaître le président de l'Assemblée, l'opposant Juan Guaido, en tant que "président en charge", l'appelant à organiser "rapidement une élection présidentielle".
Les Etats-Unis ont reconnu, le 23 janvier dernier, le président du parlement, l'opposant Juan Guaido, qui s'est autoproclamé "président en exercice" du Venezuela devant ses partisans. Le président Donald Trump lui a attribué le titre de "président par intérim du Venezuela" et a évoqué "une possible opération militaire américaine pour rétablir la démocratie à Caracas".
Ce jour-là, les pays de l'Union européenne (UE) avaient refusé de suivre la démarche américaine de reconnaitre M. Guaido comme "président par intérim", appelant à l'apaisement et à la tenue des "élections libres". Et depuis, la position des pays européens a connu un changement notable.
L'Allemagne, l'Espagne, la France et le Royaume-Uni avaient donné au gouvernement de Maduro un délai de huit jours à compter du 26 janvier pour organiser des élections, menaçant de reconnaître le chef de l'opposition comme "président par intérim".
Dans une récente interview accordée à la presse russe, le président vénézuélien, Nicolas Maduro a accusé l'UE d'"être subordonnée à la politique de suprématie appliquée par les Etats-Unis à l'égard de Caracas" et a affirmé que "de nombreux dirigeants européens se sont blessés en assumant docilement le stratégie des Etats-Unis".
Le président Maduro a rejeté catégoriquement cet ultimatum, déclarant qu'"il ne ferait pas preuve de lâcheté face aux pressions" de ceux qui réclament son départ et que "le Venezuela ne fait partie de l'UE". La communauté internationale est divisée sur la résolution de la crise vénézuélienne.
Plusieurs pays comme la Russie, la Chine, l'Iran, la Turquie, le Cuba, la Syrie et la Bolivie ont appelé au respect de la souveraineté de l'Etat vénézuélien et la non-ingérence dans les affaires intérieures, tandis que le Mexique et l'Uruguay ont insisté sur la médiation et le lancement d'un dialogue inter-vénézuélien pour trouver les solutions à la crise qui couve dans le pays.

Caracas réévalue ses relations avec des pays européens
Le Venezuela a décidé lundi de réévaluer ses relations diplomatiques avec des pays européens ayant officiellement reconnu l'opposant vénézuelien Juan Guaido en tant que président par intérim alors que l'ONU refuse de s'ingérer dans les affaires internes du pays.
"Caracas va réévaluer intégralement les relations bilatérales avec ces gouvernements à partir de cet instant, jusqu'à ce qu'ils renoncent à soutenir les plans putschistes", note le texte du ministère des Affaires étrangères.
Madrid, Londres, Paris, Berlin et certaines autres capitales européennes ont reconnu lundi Juan Guaido comme "président par intérim" du Venezuela après le refus du président Nicolas Maduro de céder à un "ultimatum" pour convoquer une élection présidentielle après que Juan Guaido, qui préside l'assemblée nationale, contrôlée par l'opposition, s'est autoproclamé "président en exercice " du Venezuela le 23 janvier.
L'Union européenne (UE) reste cependant divisée, des pays comme l'Italie ou la Grèce adoptant une position attentiste.
Parallèlement, plusieurs pays comme la Russie, la Chine, l'Iran, la Turquie, le Cuba, la Syrie et la Bolivie ont appelé au respect de la souveraineté de l'Etat vénézuélien et la non-ingérence dans les affaires intérieures, tandis que le Mexique et l'Uruguay ont insisté sur la médiation et le lancement d'un dialogue inter-vénézuélien pour trouver les solutions à la crise qui couve dans le pays.
S'agissant de la position des Nations Unies, l'organisation refuse de s'ingérer dans les affaires internes du Venezuela, préconisant le dialogue entre les deux parties.
Le Secrétariat des Nations unies ne participera à aucune réunion de groupes qui se forment pour discuter de la crise vénézuélienne afin de "garder sa crédibilité" dans son offre de mission de bons offices au Venezuela, a affirmé le secrétaire général Antonio Guterres.
"Le secrétariat de l'ONU a décidé de ne faire partie d'aucun de ces groupes afin de garder la crédibilité de notre offre de bons offices aux deux camps pour être en mesure, à leur demande, d'aider à trouver une solution politique", a déclaré M. Guterres, en faisant part de son "inquiétude" face à l'évolution de la situation.
Par ailleurs, une réunion de crise des ministres des Affaires étrangères du Groupe de Lima, à a eu lieu lundi à Ottawa. La réunion a vu la participation d'une dizaine de pays latino-américains, les Etats-Unis et l'Union européenne (UE). Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo devait y intervenir via la vidéo-conférence .
Le Groupe de Lima crée en 2017 comprend l'Argentine, le Brésil, le Canada, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, le Guatemala, le Honduras, le Mexique, le Panama, le Paraguay, le Pérou, le Guyana et Sainte-Lucie.
De leur côté, l'Uruguay et le Mexique s'apprêtent à organiser le 7 février prochain à Montevideo une conférence internationale à laquelle sont invités tous les pays et organismes internationaux affichant une "position neutre" sur la crise au Venezuela, déclenché après que l'opposant Juan Guaido s'est autoproclamé président du pays le 23 janvier et a été immédiatement soutenu par les Etats-Unis.
Pour se donner une légitimité, Guaido appelle ses partisans à manifester dans la rue et à exprimer leur "refus" à l'endroit du président Maduro, réélu pour un second mandat le 10 janvier écoulé.
Le président Maduro s'est opposé totalement à une proposition ayant émané de pays européens portant organisation d'une élection présidentielle, mais il s'est dit toutefois favorable à l'idée de l'organisation d'élections législatives proposée par l'Assemblée constituante.
La décision de Maduro a trouvé un écho favorable auprès de nombreux pays, à l'image de la Russie, la Chine, la Corée du Nord, la Turquie et Cuba.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.