Des milliers de manifestants se dirigent vers la Place des martyrs    Fin du délai de dépôt des candidatures aujourd'hui    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    Un terroriste capturé à Tamanrasset    Boumerdes : intoxication de 41 élèves à Chaâbet El Ameur    Les algérois manifestent malgré la répression    MCO - Mekkaoui: «Prendre au sérieux ce match du NAHD»    Lancés dans le bain avec succès, Louizini et Djahdou représentent l'avenir du club    CSC - El Amri: «Face à l'USMA, on respectera l'éthique»    Le Botswana lève l'interdiction de chasser l'éléphant    Indonésie: sept morts dans des affrontements post-électoraux    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Norvège: le chômage a son plus bas niveau en mars    Le rebond économique mondial compromis par la guerre commerciale    VENDREDI 14ème : Une transition pour rouvrir l'espace-nation algérien obstrué    Le Front Polisario regrette la démission de Horst Kohler    L'Algérie certifiée exempte de Paludisme par l'OMS    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    14e vendredi de marche : Le peuple dit non à l'élection du 4 juillet    Football : Le gouvernement Bedoui veut s'attaquer à la violence dans les stades    En bref…    L'ES Tunis veut prendre une option face au WA Casablanca    Annaba : Le wali interdit un iftar collectif en présence de maître Bouchachi    Probium et l'Are-Ed, deux associations qui marquent la Journée mondiale de la biodiversité    Cher futur Président, je te veux…    Etudiants : Hirak, Ramadhan et examens    En bref…    Haizer : Deux exclus de logements sociaux entament une grève de la faim    Le trip de l'amour et ses revers    La presse a toujours été le souffre-douleur des régimes…    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Le duel jusqu'au bout !    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    552 centres d'examen et 3.830 encadreurs: Plus de 33.000 candidats attendus aux examens de fin de cycle primaire    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Venezuela : La situation se complique avec la gigantesque panne d'électricité
Publié dans Le Maghreb le 12 - 03 - 2019

La situation de crise politique au Venezuela devient de plus en plus délicate avec les retombées de la gigantesque panne d'électricité qui a plongé le pays dans le noir et coupé les Vénézuéliens du monde, les réseaux de téléphonie et de l'internet étant depuis jeudi totalement coupés. La panne d'électricité, jamais connue par le pays, est en train de causer aussi des victimes parmi les patients dans des hôpitaux. En effet, 15 patients soufrant de maladies rénales ont perdu la vie faute de courant électrique indispensable pour le fonctionnement des différents appareils de traitement (dialyse). L'approvisionnement en eau potable commence à connaitre lui aussi des perturbations. De même pour plusieurs aliments frais nécessitant le courant électrique pour leur conservation. Le Venezuela est un pays tropical. S'agissant des aliments, il y a lieu de souligner que le pays connait déjà une rareté sans précèdent en termes de la disponibilité des denrées alimentaires. "Des pans entiers de la société risquent en effet la famine", alertent plusieurs ONG. Le rétablissement de la panne d'électricité n'est pas pour les prochaines heures, voir les prochains jours. L'opération de rétablissement du courant est, selon le président du Venezuela Nocolas Maduro, perturbée par les Etats-Unis. "Aujourd'hui, 9 mars, nous avions avancé à près de 70% (dans le rétablissement de l'électricité) lorsque nous avons reçu à la mi-journée une autre attaque cybernétique visant une des source d'énergie qui fonctionnait parfaitement. Cela a annulé tout ce que nous avions réalisé", a expliqué Nicolas Maduro samedi devant des milliers de partisans réunis à Caracas.

"Les Etats-Unis à l'origine de la crise"
Ce sont les Etats-Unis qui sont à l'origine de tout le mal frappant ce pays. A commencer, indique-t-on, par le blocus économique exercé contre ce pays depuis plusieurs années. Les pertes causées par ce blocus sont estimées à 20 milliards de dollars, selon le président Maduro. Les accusations de Maduro sont pour beaucoup d'analystes de la scène internationale justifiées. La crise politique que traverse le Venezuela actuellement, née après que l'ex-chef du parlement Juan Guido s'est auto-proclamé "président de la République par intérim", a aussi pour origine, soulignent les observateurs, la complicité des Etats-Unis. Juan Guaido est jusqu'à la date du 23 janvier, date de son auto-proclamation, un grand inconnu. "Tous les pays ayant reconnu Guaido l'ont fait suite à une pression de de la part des Etas-Unis", font-ils observer. Les Etats-Unis sont aussi, soutiennent-ils, derrière l'idée d'une une intervention militaire au Venezuela, fortement rejetée par le président légitime vénézuélien Nicolas Maduro et par de nombreux pays. Concernant la panne d'électricité, le gouvernement vénézuélien a affirmé qu'il allait fournir à l'ONU "des preuves" d'une responsabilité de Washington dans cette affaire. Ces informations seront remises à une délégation du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme attendue dans quelques jours à Caracas, a déclaré le ministre de la Communication, Jorge Rodriguez. La compagnie vénézuélienne d'électricité Corpoelec a dénoncé un "sabotage" de la centrale hydroélectrique vénézuélienne de Guri, la plus importante du pays et l'une des principales d'Amérique latine. Au-delà du Venezuela, cette coupure de courant gigantesque affecte aussi l'Etat frontalier brésilien de Roraima (nord), contraint d'utiliser des centrales thermiques pour fournir du courant à sa population de plus de 500.000 habitants.

Maduro et Guaido s'affrontent dans les rues
La situation critique qu'a connu le Venezuela en raison de la panne d'électricité qui a sombré le pays dans le noir, a fait réagir le président légitime du pays Nicolas Maduro, qui a appelé ses partisans à défiler samedi dans les rues de Caracas "contre l'impérialisme", alors que l'opposant Juan Guaido a appelé les siens à marcher pour "pousser le président Maduro à quitter le pouvoir". Les appels de l'un et de l'autre étaient lancés alors la capitale était totalement à l'arrêt. Il est à rappeler que M. Guaido est rentré dans le pays après avoir échoué à faire entrer au Venezuela des tonnes d'aides humanitaires offertes principalement par les Etats-Unis et bloquées par les forces armées à la frontière colombienne. M. Maduro y voyait une tentative déguisée d'intervention militaire extérieure. La crise politique au Venezuela s'est aggravée quand l'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé le lendemain "président en exercice du pays" et a prêté serment au cours d'une manifestation à Caracas. Le président américain, Donald Trump, l'avait reconnu comme "président par intérim", suivi par une quarantaine de pays, dont des pays européens et de l'Amérique du Sud, tandis que le président élu Nicolas Maduro avait qualifié Guaido de "pantin" des Etats-Unis, dénonçant "l'usurpation de la fonction présidentielle" par l'opposant. La Russie, la Chine et plusieurs autres pays avaient, quant à eux, soutenu Nicolas Maduro en tant que président légitime du Venezuela. Le Kremlin avait qualifié la décision de certaines nations européennes d'"ingérence dans les affaires intérieures du Venezuela".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.