AEROPORT D'ORAN : Saisie de 6000 euros non déclarés    POUR DETENTION DE 1776 UNITES DE PSYCHOTROPES : Une ressortissante espagnole sous contrôle judiciaire à Mostaganem    KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Création de 65 nouveaux ateliers mobiles de plomberie sanitaire    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Sidi Bel Abbès : Installation du nouveau président de la cour    "Le panel n'est pas sur la bonne voie"    Le ministère de la Santé nous écrit    Une légère hausse enregistrée au 1er semestre 2018    L'activité commerciale peine à reprendre    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    PSA réaffirme ses engagements    Amman appelle la communauté internationale à mettre fin aux violations israéliennes    Lahlou veut retourner au stade Zioui    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    Medvedev entre dans le top 5    Le MOB et la JSMB pourront compter sur leurs nouvelles recrues    Le FFS appelle le pouvoir à s'inspirer de l'exemple soudanais    Gros marché    Les fausses peurs des «experts»    La gueulante du ministre de la Justice    Recettes maison anti-cellulite    Quels sont les effets de l'eau sur l'organisme ?    sortir ...sortir ...sortir ...    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    Collections et musées dans la construction du passé de l'Algérie    El gasba, instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    Un Festival international des films de femmes à Cotonou    Convergence à Ifri pour un ressourcement    Slimani direction à Al Gharafa ?    Mellal : «Je suis le président du CA, donc le seul habilité à provoquer une AG»    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Angleterre : Chelsea n'y arrive toujours pas    Zeghmati à Oran: «L'indépendance de la justice n'est pas un privilège»    Le panel ne parle pas au nom du Hirak mais ses détracteurs aussi    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    En souffrance aux ports: Les matériels roulants bloqués libérés    LA NECESSAIRE MESURE DU DRAME    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    17.200 Seat vendues en 7 mois    Décès de 20 hadjis algériens    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ressources halieutiques : Hausse de la production nationale en 2017 mais recul des quantités exportées
Publié dans Le Maghreb le 26 - 03 - 2019

La production halieutique nationale a atteint 108.300 tonnes en 2017 contre 102.140 tonnes en 2016, mais les exportations ont enregistré une baisse en termes de quantité, a appris l'APS auprès de l'Office national des statistiques (ONS). Cette amélioration de la production globale de l'ordre de 6% s'explique par une hausse de la pêche des poissons pélagiques à 77.776 tonnes en 2017 contre 75.289 tonnes en 2016 (hausse de 3,3%), suivie des poissons démersaux avec 6.792 tonnes contre 6.644 tonnes (+2,2%), des crustacés avec 2.326 tonnes contre 2.126 tonnes (+9,4%), et de la production plaisancière et aquacole avec 20.139 tonnes contre 16.603 tonnes (+21,3%). La seule espèce qui a enregistré un recul de la production sont les mollusques dont la pêche s'est établie à 1.267 tonnes en 2017 contre 1.478 tonnes en 2016 (-14,3 %).
Les poissons pélagiques sont ceux qui vivent en dessous de 200 mètres de profondeur de la mer (thon, maquereau...) alors que les poissons démersaux sont ceux qui vivent au-dessus du fond et sont très dépendants du fond d'où ils tirent leur nourriture (dorade, merlu, merlan, morue...). Concernant la production aquacole, elle a fortement grimpé avec un taux d'accroissement de plus de 114% en s'établissant à 4.200 tonnes en 2017 contre 1.960 tonnes en 2016. Cette amélioration de la production aquacole s'explique, selon l'ONS, par "les efforts consentis par l'Etat dans le cadre de la stratégie du secteur de la pêche qui s'oriente vers l'augmentation de la production halieutique et principalement la production aquacole". Quant à la répartition régionale de la production halieutique globale, il est observé une hausse dans la majorité des 14 wilayas côtières à l'exception de Tlemcen (-21,6%), Aïn Temouchent (-20,6%), Boumerdes (-10,6%) et Annaba (-0,4%).
Par contre, les wilayas qui ont connu les plus importantes hausses de la production sont Skikda avec une augmentation de 57%, suivie de Mostaganem (+44,3%), El Tarf (+34%) et Chlef (+29%). Les cinq wilayas plus grosses productrices de poisson sont Aïn Témouchent (16.181 tonnes, soit 15% de la production halieutique nationale), suivie de Mostaganem (10.512 tonnes), Oran (8.805 tonnes), Tlemcen (8.466 tonnes) et Annaba (7.633 tonnes).

Baisse des quantités exportées
Concernant le commerce extérieur des produits halieutiques, l'ONS indique que près de 1.671 tonnes ont été exportées en 2017 contre 2.255 tonnes en 2016, en baisse de 26% en termes de quantité. Mais en termes de valeur, les exportations ont atteint 7,4 millions de dollars (contre 6,7 millions de dollars en 2016), soit une hausse de 10,2%.
Le repli en volume est imputable aux baisses des quantités exportées des mollusques (-77%) et des crustacés (-10,7%).
En termes de quantité, les poissons les plus exportés sont les poissons frais (565 tonnes en 2017), les mollusques (385 tonnes) et les poissons vivants (330 tonnes), sachant que le reste des poissons exportés sont les crustacés (150 tonnes), les poissons congelés (63 tonnes), les filets de poissons (37 tonnes) et les poissons fumés, salés et séchés (20 tonnes). Pour les importations, elles ont atteint 40.306 tonnes pour une valeur de 122 millions de dollars en 2017 contre 44.333 tonnes pour une valeur de 116,4 millions de dollars en 2016, soit une baisse en volume de 9% et une hausse en valeur de 4,6%.
Ainsi, les échanges commerciaux réalisés par le secteur de la pêche en 2017 se sont caractérisés par un solde commercial négatif avec un déficit de 114,4 millions de dollars en 2017 contre un déficit de 109,7 millions de dollars en 2016, soit une augmentation du déficit de 4,3%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.