Constantine et Skikda : Les universitaires célèbrent le 19 Mai dans la rue    Chronologie d'une élection tombée en désuétude    REMISE EN LIBERTE DE HANOUNE, SAID, TOUFIK ET TARTAG : Le tribunal militaire de Blida rejette la demande    DECLARATION DE GAID SALAH : Le RCD reste attaché à la transition    CLASSEMENT ANNUEL ETABLI PAR L'HEBDOMADAIRE JEUNE AFRIQUE : Le Peuple algérien le plus influent d'Afrique    Les étudiants marchent dans des rues quadrillées    SIDI BEL ABBES : 03 mineurs arrêtés pour vol    EXAMENS DE FIN D'ANNEE A MASCARA : Plus de 45.000 candidats face aux épreuves    Les pharmaciens d'officine protestent    Unions de wilaya UGTA : Les travailleurs appellent à une grève générale le 22 mai    Egypte: attentat contre des touristes près des pyramides    Pétrole: le panier de l'Opep se maintient plus de à 72 dollars le baril    Les bénéficiaires peuvent contracter un nouveau prêt    Paidoyer pour une conférence de concertation    Faible adhésion des politiques, rejet sur les réseaux sociaux    Manœuvres saoudiennes et émiraties    La contestation veut un civil à la tête de la transition    Ankara va produire les S-500 avec Moscou    Le NAHD dans tous les esprits    L'ES Tadjenant dernier qualifié pour les demi-finales    Le GS Pétroliers s'offre son 20e championnat d'Algérie    Mahrez : "Je retiens cette fin de saison ..."    M'bolhi rejoindra le CTN avant le 27 mai    Bélaïd et Sahli aux côtés d'une pléthore de plaisantins    Quelques vérités bonnes à dire    Réflexion et débats au programme à Oran    Nette diminution des cas en 2018    Le nouveau directeur contesté    «Il y a eu un manque de rigueur dans la formation des enseignants»    ACTUCULT    Les antiquités en péril recherchent désespérément un nouveau musée    Tajine malsouka au poulet    Cheveux d'ange au miel    Ces chantiers qui n'en finissent pas    Boxe : Début du hirak sportif ?    Du talent à revendre    On vous le dit    L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    Deux candidats pour succéder à Haddad    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Les joueurs en grève    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou    "Une tempête" aux Glycines    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Un 19 mai pas comme les autres    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Benbitour sur les ondes de la chaîne III : "Une période de transition entre 8 et 12 mois pour sortir de la crise politique"
Publié dans Le Maghreb le 01 - 04 - 2019

Le chef d'état-major de l'ANP, le général Gaïd Salah a déclaré, samedi, que la crise politique dans laquelle se trouve plongée, depuis plusieurs semaines, l'Algérie, ne pourrait trouver un début de solution qu'avec l'application des articles 7, 8 et 102 de la constitution.
Commentant, dimanche, à l'émission l'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne, cette proposition du chef des armées, l'ancien chef du gouvernement, Ahmed Benbitour, rappelle que c'est parce que Gaïd Salah a finalement compris que la rue était contre cette idée et que le Conseil constitutionnel n'a pas répondu " assez rapidement ", qu'il a décidé de se référer aux articles 7 et 8 édictant que la souveraineté revient au peuple et que celui-ci possède les capacités constitutionnelles pour gérer ses institutions. Commentant, par ailleurs, les appels répétés des manifestants à la démission du président Bouteflika, l'ancien chef du gouvernement considère cette idée dépassée, parce que, souligne-t-il, " il n'est plus président de la république compte tenu de son état de santé ".
Par ailleurs, M. Benbitour a regretté le fait que le pouvoir ait toujours versé dans "l'autoritarisme et le paternalisme" qui ont contribué à créer des institutions "affaiblies".
"Au lieu de faire des projets qui permettraient d'améliorer la situation et l'indépendance de l'économie, on a au contraire enfoncé l'économie dans la dépendance puisque la facture d'importation est passée de 12 milliards de dollars en 2002 à 68 milliards de dollars en 2014 auxquels il faut ajouter 8 milliards de dollars de bénéfices des sociétés étrangères, soit 76 milliards de dollars de dépenses à l'étranger", a expliqué M. Benbitour.
C'est cette situation, explique-t-il, qui a amené les Algériens à sortir dans les rues " pour réclamer le changement ", aidés en cela par les réseaux sociaux.
Avec ce nouveau rapport de force, dont il estime qu'il penche en faveur de la rue, M. Benbitour appelle cette dernière à se définir un objectif clairement établi et à décider qui sera son représentant, pour faire partir le système actuel de gouvernance et le remplacer.
Il note cependant, que le pays se trouve présentement " dans une impasse ", les contestataires du système ne sachant pas comment agir pour faire partir celui-ci , alors que le pouvoir doit se faire à l'idée qu'il doit céder la place en ne négociant que les modalité de son départ, " le plus rapidement possible ". Rappelant que le Conseil constitutionnel a hésité à appliquer l'article 102 de la Constitution déclarant l'état d'empêchement du président de la république, pour cause de maladie, l'ancien chef du gouvernement suggère de le contourner en respectant les règles constitutionnelles. En recourant à l'article 7 et 8 de la Constitution, il est possible selon lui d'instituer une période transitoire de 8 à 12 mois, " sans avoir à en passer " par la période de 45 plus 90 jours et à nécessairement confier au président du Senat, une option rejetée par les manifestants. M. Benbitour a expliqué que cette période est "absolument nécessaire parce qu'il y a tout un travail à faire", ajoutant que la population, qui sort manifester chaque vendredi, ''doit comprendre qu'elle a nécessairement besoin de désigner un négociant, préciser son programme et la manière de le mettre en œuvre".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.