Accusations, révélations et des milliards dilapidés    Un plan de sabotage fomenté par le MAK déjoué    Le Hirak n'abdique pas    Arrestation d'activistes présumés du PNP    Les Verts affronteront la Belgique en mars    Le ministère répond aux grévistes    Chelsea : Abramovich offre un gros chèque à Lampard    Massimiliano Allegri va patienter jusqu'en juin    La fin de la récréation !    OM – Villas-Boas: «Brahimi était dans nos plans, mais…»    Mobilisation exceptionnelle à Alger    OIT: "faire du travail décent une réalité pour la jeunesse africaine"    MDN: large campagne sanitaire pour les habitants de zones enclavées à Ouargla    MASCARA : Création d'une zone industrielle à Mohammadia    ANSEJ MOSTAGANEM : 352 projets validés en 9 mois    PROGRAMME DE LOGEMENTS LPA : Les souscripteurs d'Alger convoqués fin décembre    A TAMANRASSET : Tebboune s'engage à faire de la wilaya un pôle touristique    CAMPAGNE ELECTORALE : La campagne de Benflis visée par un plan d'infiltration    TISSEMSILT : Saisie de 80 kg de viandes blanches impropres à la consommation    BECHAR : Arrestation de 4 braconniers à Beni Ounif    SURETE DE WILAYA DE TIARET : 307 permis de conduire retirés en novembre    Cancer de la prostate : des spécialistes plaident pour "un dépistage de masse précoce"    Harbi s'attaque à l'Armée     Championnats arabes de Cyclisme sur route: deux autres médailles pour l'Algérie en clôture de la compétition    Gaïd Salah : l'Algérie mérite de la part de ses enfants qu'ils demeurent la "forteresse impénétrable"    Loukal rappelle en Egypte l'engagement de l'Algérie pour l'autonomie financière de l'UA    Sonatrach "qualifiée" pour évaluer les actifs d'Anadarko en Algérie    Jeux Paralympiques Tokyo-2020: l'Algérie candidate à l'organisation de deux tournois qualificatifs    Lutte antiterroriste: Une bombe artisanale détruite à Tlemcen    Le projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays adopté, un acquis pour la redynamisation du développement dans le Sud    La pièce de théâtre "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    "L'Algérie contemporaine, cultures et identités", un nouvel essai en ligne de Ahmed Cheniki    LOPIS: vulgarisation du contenu du guide scientifique au niveau des établissements éducatifs    JM Oran-2021 : la "nouvelle dynamique" des préparatifs de la 19e édition saluée    Prix Assia-Djebar 2019: les noms des lauréats dévoilés    LOPIS : des laboratoires politiques oeuvrent à susciter "une crise de terminologies"    54 appareils distribués aux handicapés    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    Projecteurs braqués sur Vienne    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    ACTUCULT    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Benbitour sur les ondes de la chaîne III : "Une période de transition entre 8 et 12 mois pour sortir de la crise politique"
Publié dans Le Maghreb le 01 - 04 - 2019

Le chef d'état-major de l'ANP, le général Gaïd Salah a déclaré, samedi, que la crise politique dans laquelle se trouve plongée, depuis plusieurs semaines, l'Algérie, ne pourrait trouver un début de solution qu'avec l'application des articles 7, 8 et 102 de la constitution.
Commentant, dimanche, à l'émission l'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne, cette proposition du chef des armées, l'ancien chef du gouvernement, Ahmed Benbitour, rappelle que c'est parce que Gaïd Salah a finalement compris que la rue était contre cette idée et que le Conseil constitutionnel n'a pas répondu " assez rapidement ", qu'il a décidé de se référer aux articles 7 et 8 édictant que la souveraineté revient au peuple et que celui-ci possède les capacités constitutionnelles pour gérer ses institutions. Commentant, par ailleurs, les appels répétés des manifestants à la démission du président Bouteflika, l'ancien chef du gouvernement considère cette idée dépassée, parce que, souligne-t-il, " il n'est plus président de la république compte tenu de son état de santé ".
Par ailleurs, M. Benbitour a regretté le fait que le pouvoir ait toujours versé dans "l'autoritarisme et le paternalisme" qui ont contribué à créer des institutions "affaiblies".
"Au lieu de faire des projets qui permettraient d'améliorer la situation et l'indépendance de l'économie, on a au contraire enfoncé l'économie dans la dépendance puisque la facture d'importation est passée de 12 milliards de dollars en 2002 à 68 milliards de dollars en 2014 auxquels il faut ajouter 8 milliards de dollars de bénéfices des sociétés étrangères, soit 76 milliards de dollars de dépenses à l'étranger", a expliqué M. Benbitour.
C'est cette situation, explique-t-il, qui a amené les Algériens à sortir dans les rues " pour réclamer le changement ", aidés en cela par les réseaux sociaux.
Avec ce nouveau rapport de force, dont il estime qu'il penche en faveur de la rue, M. Benbitour appelle cette dernière à se définir un objectif clairement établi et à décider qui sera son représentant, pour faire partir le système actuel de gouvernance et le remplacer.
Il note cependant, que le pays se trouve présentement " dans une impasse ", les contestataires du système ne sachant pas comment agir pour faire partir celui-ci , alors que le pouvoir doit se faire à l'idée qu'il doit céder la place en ne négociant que les modalité de son départ, " le plus rapidement possible ". Rappelant que le Conseil constitutionnel a hésité à appliquer l'article 102 de la Constitution déclarant l'état d'empêchement du président de la république, pour cause de maladie, l'ancien chef du gouvernement suggère de le contourner en respectant les règles constitutionnelles. En recourant à l'article 7 et 8 de la Constitution, il est possible selon lui d'instituer une période transitoire de 8 à 12 mois, " sans avoir à en passer " par la période de 45 plus 90 jours et à nécessairement confier au président du Senat, une option rejetée par les manifestants. M. Benbitour a expliqué que cette période est "absolument nécessaire parce qu'il y a tout un travail à faire", ajoutant que la population, qui sort manifester chaque vendredi, ''doit comprendre qu'elle a nécessairement besoin de désigner un négociant, préciser son programme et la manière de le mettre en œuvre".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.