Agence des produits pharmaceutiques: Le SNAPO en appelle à Tebboune    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    A partir de samedi prochain: 161 mosquées concernées par la réouverture    L'heure est aux expertises: La population de Mila encore sous le choc    A partir d'aujourd'hui: Confinement allégé et interdiction de circulation entre wilayas levée    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    538 ` nouveaux cas confirmés et 8 autres décès    Le stockage des produits dangereux est interdit depuis 45 ans    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    La réunion périodique présidée par Tebboune    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    L'infrangible lien...    Après le choc, la colère !    Les souscripteurs s'approprient les lieux    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie : La BM prévoit un retour rapide à l'ajustement budgétaire dès le 2ème semestre 2019
Publié dans Le Maghreb le 10 - 04 - 2019

Le Groupe de la Banque Mondiale (BM) a prévu un retour rapide de l'Algérie à l'ajustement budgétaire après la politique expansionniste prônée par l'ancien gouvernement pour doper la croissance économique dans un contexte de baisse des recettes pétrolières.
"Le rééquilibrage budgétaire pourra reprendre au second semestre de 2019 ", indique la BM dans son bulletin d'information économique de la région Mena, relevant qu'il " faudra tôt ou tard mettre un terme au financement des déficits budgétaires par la Banque centrale pour maîtriser l'inflation".
L'Algérie a donné un coup de frein à l'ajustement budgétaire opéré en 2016-2017, en recourant au financement non conventionnel pour poursuivre le financement des investissements publics avec la baisse des cours de pétrole.
La BM précise que ce rééquilibrage budgétaire devrait être suivi d'un léger ralentissement des secteurs hors hydrocarbures sur l'année 2019, neutralisant ainsi une légère augmentation de la production d'hydrocarbures et devrait se traduire également par une croissance léthargique.
Les recettes des secteurs hors hydrocarbures apporteront une certaine marge de manœuvre pour réduire l'ampleur des coupes budgétaires.
De ce fait, une légère baisse du déficit budgétaire est attendue à 5,1 % du PIB en 2020 contre 4,0 % en 2021.
L'urgence des réformes structurelles
"Ce compromis entre maîtrise des dépenses et accroissement des recettes débouchera sur une croissance amorphe de 1,7 % en 2020 et 1,4 % en 2021 ", prévoit le bulletin. Si des réformes structurelles sont menées du côté des subventions et du climat des affaires, le déficit courant baissera pendant cette période à 6,8 % du PIB, ce qui le rendra gérable au vu du niveau substantiel des réserves (13 mois d'importations d'ici la fin 2019).
L'effet cumulé du financement monétaire considérable contribuera également à accroître la pression inflationniste, estiment les auteurs du bulletin.
L'institution de Bretton Woods qui a abaissé ses prévisions de croissance pour l'Algérie en 2018 de 2,5 à 1,5%, a indiqué s'attendre à une aggravation des déficits budgétaire et courant qui devraient atteindre respectivement 8,5 et 8,1 % du PIB en 2019.
"Tout retournement des tendances mondiales du prix des hydrocarbures compliquera la réduction prévue du double déficit ", selon les mêmes projections. Malgré la politique monétaire expansionniste, l'inflation est restée maîtrisée, baissant à environ 4,3 % en 2018 contre 5,6 % en 2017, souligne ce bulletin publié à la veille des réunions de printemps de la BM et du FMI.
La BM signale qu'a fin janvier 2019, le montant global de monnaie crée au titre de " financements non conventionnels atteignait 6.556 milliards de dinars, soit 31,1 % du PIB, ce qui est supérieur au montant cumulé des déficits budgétaires pour 2017 et 2018 (2.793 milliards de dinars).
"Cette situation s'explique par divers emplois " hors budget " de ces financements. Les financements non conventionnels ont eu peu d'effet sur l'inflation, les prix de nombreux biens de consommation et du logement étant subventionnés", relève-elle. Dans le même contexte, la BM note que faute de données, il n'est pas possible de prévoir l'évolution de la pauvreté en Algérie. " Aucune estimation récente des niveaux de pauvreté n'est disponible pour le pays ", avance -t-elle. "Il semble néanmoins que l'économie offre des possibilités limitées de réduction de la pauvreté (ou de la vulnérabilité) en raison de la faiblesse de la croissance économique et du niveau chroniquement élevé du chômage ", met-elle en avant. Selon les taux de pauvreté officiels, 5,5 % de la population était considérée comme pauvre en 2010/2011. Mais les taux variaient considérablement d'une partie à l'autre du pays : la région du Sahara et celle des steppes affichaient un taux de pauvreté respectivement deux fois et trois fois supérieur à la moyenne nationale.
"Ces estimations sont néanmoins fondées sur un seuil de pauvreté équivalent à moins de 3,6 dollars par jour en PPA de 2011, ce qui est nettement inférieur au seuil de 5,5 dollars par jour utilisé pour les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure dans les comparaisons internationales ", commente la BM.
Même si les pouvoirs publics s'emploient à diversifier l'économie et donner une plus grande place au secteur privé, notamment en attirant des investisseurs étrangers, peu d'améliorations sont prévues à court et moyen termes, ce qui devrait limiter l'ampleur des créations d'emplois, anticipe la BM.
Selon les mêmes prévisions, le taux de chômage s'établissait à 11,7 % en septembre 2018, au même niveau qu'un an auparavant, en phase avec la croissance atone enregistrée en 2018.

Le défi de la résilience face à la volatilité des cours de brut
Les groupes de population affichant les plus forts taux de chômage restent les mêmes : 19,4 % chez les femmes et 29,1 % dans la tranche des 16-24 ans. Chez les jeunes (16-24 ans), le chômage a progressé de 2,7 points de pourcentage depuis avril 2018, détaille le bulletin.
La BM conclut que le principal défi pour l'économie est de renforcer sa résilience à la volatilité des prix des hydrocarbures, à la fois en atténuant l'impact de cette volatilité sur le budget et en diversifiant les sources de croissance.
"Les nouvelles tendances mondiales tels que le changement climatique, les technologies de rupture et l'importance croissante du capital humain confirment que ce défi est à relever d'urgence " soutient la BM.
Pour ce faire, il faudra engager d'ambitieuses réformes, dont certaines ont été énoncées par les autorités dans le décret accompagnant le recours au financement non conventionnel du déficit, recommande cette institution financière internationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.