Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie : La BM prévoit un retour rapide à l'ajustement budgétaire dès le 2ème semestre 2019
Publié dans Le Maghreb le 10 - 04 - 2019

Le Groupe de la Banque Mondiale (BM) a prévu un retour rapide de l'Algérie à l'ajustement budgétaire après la politique expansionniste prônée par l'ancien gouvernement pour doper la croissance économique dans un contexte de baisse des recettes pétrolières.
"Le rééquilibrage budgétaire pourra reprendre au second semestre de 2019 ", indique la BM dans son bulletin d'information économique de la région Mena, relevant qu'il " faudra tôt ou tard mettre un terme au financement des déficits budgétaires par la Banque centrale pour maîtriser l'inflation".
L'Algérie a donné un coup de frein à l'ajustement budgétaire opéré en 2016-2017, en recourant au financement non conventionnel pour poursuivre le financement des investissements publics avec la baisse des cours de pétrole.
La BM précise que ce rééquilibrage budgétaire devrait être suivi d'un léger ralentissement des secteurs hors hydrocarbures sur l'année 2019, neutralisant ainsi une légère augmentation de la production d'hydrocarbures et devrait se traduire également par une croissance léthargique.
Les recettes des secteurs hors hydrocarbures apporteront une certaine marge de manœuvre pour réduire l'ampleur des coupes budgétaires.
De ce fait, une légère baisse du déficit budgétaire est attendue à 5,1 % du PIB en 2020 contre 4,0 % en 2021.
L'urgence des réformes structurelles
"Ce compromis entre maîtrise des dépenses et accroissement des recettes débouchera sur une croissance amorphe de 1,7 % en 2020 et 1,4 % en 2021 ", prévoit le bulletin. Si des réformes structurelles sont menées du côté des subventions et du climat des affaires, le déficit courant baissera pendant cette période à 6,8 % du PIB, ce qui le rendra gérable au vu du niveau substantiel des réserves (13 mois d'importations d'ici la fin 2019).
L'effet cumulé du financement monétaire considérable contribuera également à accroître la pression inflationniste, estiment les auteurs du bulletin.
L'institution de Bretton Woods qui a abaissé ses prévisions de croissance pour l'Algérie en 2018 de 2,5 à 1,5%, a indiqué s'attendre à une aggravation des déficits budgétaire et courant qui devraient atteindre respectivement 8,5 et 8,1 % du PIB en 2019.
"Tout retournement des tendances mondiales du prix des hydrocarbures compliquera la réduction prévue du double déficit ", selon les mêmes projections. Malgré la politique monétaire expansionniste, l'inflation est restée maîtrisée, baissant à environ 4,3 % en 2018 contre 5,6 % en 2017, souligne ce bulletin publié à la veille des réunions de printemps de la BM et du FMI.
La BM signale qu'a fin janvier 2019, le montant global de monnaie crée au titre de " financements non conventionnels atteignait 6.556 milliards de dinars, soit 31,1 % du PIB, ce qui est supérieur au montant cumulé des déficits budgétaires pour 2017 et 2018 (2.793 milliards de dinars).
"Cette situation s'explique par divers emplois " hors budget " de ces financements. Les financements non conventionnels ont eu peu d'effet sur l'inflation, les prix de nombreux biens de consommation et du logement étant subventionnés", relève-elle. Dans le même contexte, la BM note que faute de données, il n'est pas possible de prévoir l'évolution de la pauvreté en Algérie. " Aucune estimation récente des niveaux de pauvreté n'est disponible pour le pays ", avance -t-elle. "Il semble néanmoins que l'économie offre des possibilités limitées de réduction de la pauvreté (ou de la vulnérabilité) en raison de la faiblesse de la croissance économique et du niveau chroniquement élevé du chômage ", met-elle en avant. Selon les taux de pauvreté officiels, 5,5 % de la population était considérée comme pauvre en 2010/2011. Mais les taux variaient considérablement d'une partie à l'autre du pays : la région du Sahara et celle des steppes affichaient un taux de pauvreté respectivement deux fois et trois fois supérieur à la moyenne nationale.
"Ces estimations sont néanmoins fondées sur un seuil de pauvreté équivalent à moins de 3,6 dollars par jour en PPA de 2011, ce qui est nettement inférieur au seuil de 5,5 dollars par jour utilisé pour les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure dans les comparaisons internationales ", commente la BM.
Même si les pouvoirs publics s'emploient à diversifier l'économie et donner une plus grande place au secteur privé, notamment en attirant des investisseurs étrangers, peu d'améliorations sont prévues à court et moyen termes, ce qui devrait limiter l'ampleur des créations d'emplois, anticipe la BM.
Selon les mêmes prévisions, le taux de chômage s'établissait à 11,7 % en septembre 2018, au même niveau qu'un an auparavant, en phase avec la croissance atone enregistrée en 2018.

Le défi de la résilience face à la volatilité des cours de brut
Les groupes de population affichant les plus forts taux de chômage restent les mêmes : 19,4 % chez les femmes et 29,1 % dans la tranche des 16-24 ans. Chez les jeunes (16-24 ans), le chômage a progressé de 2,7 points de pourcentage depuis avril 2018, détaille le bulletin.
La BM conclut que le principal défi pour l'économie est de renforcer sa résilience à la volatilité des prix des hydrocarbures, à la fois en atténuant l'impact de cette volatilité sur le budget et en diversifiant les sources de croissance.
"Les nouvelles tendances mondiales tels que le changement climatique, les technologies de rupture et l'importance croissante du capital humain confirment que ce défi est à relever d'urgence " soutient la BM.
Pour ce faire, il faudra engager d'ambitieuses réformes, dont certaines ont été énoncées par les autorités dans le décret accompagnant le recours au financement non conventionnel du déficit, recommande cette institution financière internationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.