A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    Conférence de Berlin: mobiliser les efforts internationaux pour régler la crise en Libye    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Ould Abbès plaide la folie    NAAMA : Saisie de 3,5 kg de kif traité à Moghrar    EN L'ESPACE DE 3 JOURS : Plus d'une centaine de harraga interceptés    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Discours haineux et régionalistes sur les réseaux sociaux: Mise en garde des spécialistes    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Large vague d'indignation    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    JSK : Velud s'en va    FFS : la réconciliation compromise ?    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    Le directeur du Sheraton d'Alger en détention à El-Harrach    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Arrestation de 7 individus    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Création de zones de pêche réglementées : Pour une exploitation durable de la ressource halieutique
Publié dans Le Maghreb le 21 - 04 - 2019

Pour que le secteur halieutique algérien puisse poursuivre son développement dans la perspective de participer justement à la diversification et donc la progression de l'économie nationale et ce, dans le cadre du Grand schéma directeur du secteur à l'horizon 2025, il y a le projet de la création des zones de pêche réglementées (ZPR) qui pointe à l'horizon.
Pas plus tard que jeudi dernier, le directeur général de la pêche et de l'aquaculture, Taha Hamouche a indiqué que la création des ZPR fera l'objet d'un décret exécutif, et qui s'inscrit dans le cadre du mandat de la direction générale pour la pêche et l'aquaculture (DGPA).
Ce texte doit encadrer la construction des zones de pèche réservées, pour assurer une exploitation durable de la ressource halieutique a-t-il précisé. D'ailleurs, il n'a pas omis de signaler que cela permettrait également, la conservation et la régénération des écosystèmes, favorisant le maintien et le développement de cette ressource.
Avec une façade maritime longue de 1.200 km qui abrite plus de 4.100 bateaux de pêche pour plus de 41.500 inscrits maritimes en 2010 et une production de 100.000 à 140.000 tonnes de poissons frais par an (dont plus de 80% de petits pélagiques), le secteur de la pêche et de l'aquaculture en Algérie présente des potentialités importantes de diversification de l'économie et de création d'emploi, notamment dans les zones côtières et rurales enclavées. La contribution du secteur à l'économie a d'autant plus de possibilité d'augmenter qu'actuellement le secteur contribue seulement à hauteur de 0,6% à 0,8% (selon les années) au PIB du pays et de 7% à 10% du secteur primaire. Depuis le début des années 2000, le gouvernement algérien a engagé une politique de réhabilitation, de restructuration et d'intégration de l'économie du secteur de la pêche et de l'aquaculture, considéré comme un secteur prometteur pour la diversification économique et pour répondre aux besoins alimentaires de base de la population.
La stratégie de développement gouvernementale d'ériger le secteur en tant qu'élément dynamique de la croissance nationale et du développement local est traduite dans le Schéma directeur de développement des activités de pêche et d'Aquaculture à l'horizon 2025 (SDDAPA), entré en vigueur en 2007.
Et la création et la gestion des zones de pèche réglementées est à même de booster ce secteur halieutique mais, cela nécessite l'implication et la concertation avec les pécheurs et les acteurs du secteur pour une exploitation durable de la ressource halieutique de notre pays.
Ainsi et intervenant lors d'un atelier de concertation sur les zones de pêche réglementées, le directeur général de la pêche et de l'aquaculture, Taha Hamouche, a tenu à souligner l'importance d'adopter une démarche participative et consultative impliquant les acteurs du secteur invités à décliner leurs points de vue sur la création de ces zones.
C'est la raison pour laquelle il a donc rappelé que le secteur de la pèche a pris des mesures visant la protection de la ressource à travers notamment la définition des lignes de références avec des zones interdites à la pêche et l'instauration de la période de repos biologique pour certaines espèces.
D'ailleurs il est important de signaler, au passage, que cet atelier a constitué une occasion pour informer les administrations et les parties prenantes concernées sur les expériences régionales en Méditerranée, sur les actions récentes en Algérie développés par la DGPA et le programme d'appui à la diversification de l'économie pour le secteur de la pêche et de l'aquaculture (DIVECO 2).
Lancé en 2015, DIVECO 2, un programme de coopération avec l'union européenne vise à appuyer le secteur de la pêche dans l'exécution de sa stratégie et prendra fin en mai prochain. Un nouveau programme de coopération halieutique avec l'Union européenne est en cours de discussion et devra être mis en œuvre à partir de 2020.
On ne conclura pas sans rappeler que concernant le Schéma directeur de développement et des activités de la pêche et de l'aquaculture à l'horizon 2025, il est attendu que celui-ci, consacrera une vision intersectorielle et introduira plusieurs réajustements permettant une meilleure maîtrise de la capacité de pêche nationale, des techniques de valorisation des produits halieutiques, des technologies liées au soutien à l'outil de production, le lancement de campagnes d'évaluation des différentes ressources halieutiques nationales tendant à actualiser les connaissances sur les stocks, les niveaux d'exploitation et enfin le développement des productions de masse issues de l'aquaculture, une activité naissante en Algérie. Et dans ce même ordre d'idées, il y a lieu de relever l'annonce de l'identification de 7 zones de gestion intégrées de la pêche réparties à travers 14 wilayas à façade maritime et 53 zones d'activité de l'aquaculture. Il est espéré de cette politique, l'exploitation de 81 600 tonnes nécessitant l'injection d'une flottille supplémentaire de 1 493 unités, et la création de 23 661emplois directs et 71 000 indirects. À l'horizon 2025, la production nationale en poisson atteindra les 221 100 tonnes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.