Bouchareb empêché de présider une réunion    "L'armée doit écouter les élites et les sages"    Bientôt un nouveau procès    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    Le FCE au bord de l'implosion    Abdelmadjid Sidi Saïd déchu de sa qualité de syndicaliste de base    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Le verdict reporté jusqu'à la dernière journée    Mellal : "Je crois fermement au sacre"    USMA : le scénario catastrophe ?    La commission de recours décide de faire rejouer la rencontre    Tadjine el kemmoun    Le procès ajourné au 19 juin    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Gaïd Salah insiste sur l'engagement sincère de l'armée : «Nous n'avons aucune ambition politique»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Zoubida Assoul. Présidente de l'Union pour le changement et le progrès (UCP) : «L'armée peut jouer un rôle de facilitateur vu la conjoncture complexe»    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le gouvernement pris en étau    Un 14e vendredi comme au premier jour!    LG partage un Iftar avec la presse nationale    Les jus de fruits mortels    C'est le Hirak permanent    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Trump ira en Irlande en juin    Rabiot pour remplacer Rodrigo?    Giroud prolonge d'un an    Le GS Pétroliers et le NR Chlef en finale    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    Tizi-Ouzou : Une wilaya engagée dans la restructuration de la filière oléicole    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    Aux côtés de la Côte d'Ivoire dans la lutte;contre le terrorisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Création de zones de pêche réglementées : Pour une exploitation durable de la ressource halieutique
Publié dans Le Maghreb le 21 - 04 - 2019

Pour que le secteur halieutique algérien puisse poursuivre son développement dans la perspective de participer justement à la diversification et donc la progression de l'économie nationale et ce, dans le cadre du Grand schéma directeur du secteur à l'horizon 2025, il y a le projet de la création des zones de pêche réglementées (ZPR) qui pointe à l'horizon.
Pas plus tard que jeudi dernier, le directeur général de la pêche et de l'aquaculture, Taha Hamouche a indiqué que la création des ZPR fera l'objet d'un décret exécutif, et qui s'inscrit dans le cadre du mandat de la direction générale pour la pêche et l'aquaculture (DGPA).
Ce texte doit encadrer la construction des zones de pèche réservées, pour assurer une exploitation durable de la ressource halieutique a-t-il précisé. D'ailleurs, il n'a pas omis de signaler que cela permettrait également, la conservation et la régénération des écosystèmes, favorisant le maintien et le développement de cette ressource.
Avec une façade maritime longue de 1.200 km qui abrite plus de 4.100 bateaux de pêche pour plus de 41.500 inscrits maritimes en 2010 et une production de 100.000 à 140.000 tonnes de poissons frais par an (dont plus de 80% de petits pélagiques), le secteur de la pêche et de l'aquaculture en Algérie présente des potentialités importantes de diversification de l'économie et de création d'emploi, notamment dans les zones côtières et rurales enclavées. La contribution du secteur à l'économie a d'autant plus de possibilité d'augmenter qu'actuellement le secteur contribue seulement à hauteur de 0,6% à 0,8% (selon les années) au PIB du pays et de 7% à 10% du secteur primaire. Depuis le début des années 2000, le gouvernement algérien a engagé une politique de réhabilitation, de restructuration et d'intégration de l'économie du secteur de la pêche et de l'aquaculture, considéré comme un secteur prometteur pour la diversification économique et pour répondre aux besoins alimentaires de base de la population.
La stratégie de développement gouvernementale d'ériger le secteur en tant qu'élément dynamique de la croissance nationale et du développement local est traduite dans le Schéma directeur de développement des activités de pêche et d'Aquaculture à l'horizon 2025 (SDDAPA), entré en vigueur en 2007.
Et la création et la gestion des zones de pèche réglementées est à même de booster ce secteur halieutique mais, cela nécessite l'implication et la concertation avec les pécheurs et les acteurs du secteur pour une exploitation durable de la ressource halieutique de notre pays.
Ainsi et intervenant lors d'un atelier de concertation sur les zones de pêche réglementées, le directeur général de la pêche et de l'aquaculture, Taha Hamouche, a tenu à souligner l'importance d'adopter une démarche participative et consultative impliquant les acteurs du secteur invités à décliner leurs points de vue sur la création de ces zones.
C'est la raison pour laquelle il a donc rappelé que le secteur de la pèche a pris des mesures visant la protection de la ressource à travers notamment la définition des lignes de références avec des zones interdites à la pêche et l'instauration de la période de repos biologique pour certaines espèces.
D'ailleurs il est important de signaler, au passage, que cet atelier a constitué une occasion pour informer les administrations et les parties prenantes concernées sur les expériences régionales en Méditerranée, sur les actions récentes en Algérie développés par la DGPA et le programme d'appui à la diversification de l'économie pour le secteur de la pêche et de l'aquaculture (DIVECO 2).
Lancé en 2015, DIVECO 2, un programme de coopération avec l'union européenne vise à appuyer le secteur de la pêche dans l'exécution de sa stratégie et prendra fin en mai prochain. Un nouveau programme de coopération halieutique avec l'Union européenne est en cours de discussion et devra être mis en œuvre à partir de 2020.
On ne conclura pas sans rappeler que concernant le Schéma directeur de développement et des activités de la pêche et de l'aquaculture à l'horizon 2025, il est attendu que celui-ci, consacrera une vision intersectorielle et introduira plusieurs réajustements permettant une meilleure maîtrise de la capacité de pêche nationale, des techniques de valorisation des produits halieutiques, des technologies liées au soutien à l'outil de production, le lancement de campagnes d'évaluation des différentes ressources halieutiques nationales tendant à actualiser les connaissances sur les stocks, les niveaux d'exploitation et enfin le développement des productions de masse issues de l'aquaculture, une activité naissante en Algérie. Et dans ce même ordre d'idées, il y a lieu de relever l'annonce de l'identification de 7 zones de gestion intégrées de la pêche réparties à travers 14 wilayas à façade maritime et 53 zones d'activité de l'aquaculture. Il est espéré de cette politique, l'exploitation de 81 600 tonnes nécessitant l'injection d'une flottille supplémentaire de 1 493 unités, et la création de 23 661emplois directs et 71 000 indirects. À l'horizon 2025, la production nationale en poisson atteindra les 221 100 tonnes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.