Erdogan : l'Algérie, un élément de stabilité et de paix dans la région    Liverpool fonce sur Fabian Ruiz    Le ministre émirati des Affaires étrangères en visite lundi à Alger    Un nouveau site électronique pour la DG des Douanes algériennes    Handball / CAN-2020: l'Algérie bat l'Angola (32-27) et prend la 3e place    Coronavirus: le ministère de la Santé appelle à l'impératif respect des mesures préventives    MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur reçu par le président de la République    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Le dossier de Karim Tabbou transféré en correctionnel    Une bactérie dans le camembert Tassili    MOUVEMENT DANS LES CORPS DES WALIS : Le président Tebboune procède à un nouveau changement    ASPHYXIEE AU MONOXYDE DE CARBONE : Une femme décède à Beni Messous    Les entretiens Tebboune-Erdogan élargis aux membres des deux délégations    Une réplique d'une magnitude de 3,3 enregistrée à Jijel (CRAAG)    Accidents de la circulation: 9 morts et 46 blessés en 24 heures    Une agence nationale du numérique pour la fin du semestre en cours    Pour une conférence nationale indépendante    Première apparition publique de Lyes Fakhfakh    Les forces gouvernementales se rapprochent d'un objectif-clé    Le bilan du raid contre une base américaine en Irak s'alourdit    Irak : le pouvoir déterminé à mater la révolution    La Banque Casher de la souffrance !    Les actes qui "tuent" les promesses    Nabil Alloune et Ilyas Lahouazi devant le procureur aujourd'hui    L'USMA manquait d'armurerie !    Les hirako-sceptiques et le moral du peuple    Déception des uns, réticences des autres…    La production en hausse, les pénuries subsistent    Alliés pour tuer le progrès !    Les meilleures plantes pour purifier et désenflammer le côlon    La Fémis accueillera un cinéaste algérien pour son université d'été    "Les Algériens ignorent pour la plupart l'histoire de leur pays"    Des ahmadis convoqués par la justice    Le dégoût de l'Europe    Ligue 2 (16e j): le WA Tlemecen rejoint l'O. Médéa en tête du classement    En bref    Assemblée Générale Extraordinaire du COA : Les cinq membres «exclus» remplacés    Les procès de l'année 2019 sans aucun effet    Transfert : Benzia en négociation avec Dijon    26e opération de relogement : La première étape a concerné plus de 200 familles    Il fera escale les 18 et 19 février prochain: Le salon itinérant de l'étudiant s'internationalise    Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme: Près de 1.500 nouveaux cas de cancer en 2019     Suscitant une polémique franco-française: Macron compare la guerre d'Algérie à la shoah    Zetchi réitére sa confiance envers Belmadi    Un document relatant les ères historiques successives    Interland de Google apprend aux enfants à repérer les fake news    Microsoft propose un mash-up Minecraft Toy Story    Comme l'ombre d'un doute…    Le rendez-vous de toutes les surprises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"
Publié dans Le Maghreb le 21 - 04 - 2019

Lors de la 55e édition de la Conférence sur la sécurité de Munich, Angela Merkel s'est prononcée contre la politique appliquée par Donald Trump en des termes qui ne resteront sans doute pas sans conséquences, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik Willy Wimmer, ancien secrétaire d'État au ministère fédéral allemand de la Défense.
Cette dernière Conférence sur la sécurité de Munich aura été une sorte de rencontre de la "coalition anti-Trump" et le discours de la chancelière allemande y aura été applaudi même par les partisans dirait-on inébranlables de cette coalition militaire conduite par les États-Unis, a déclaré à Sputnik Willy Wimmer, ex-secrétaire d'État allemand à la Défense, commentant la critique de la politique de Donald Trump par Angela Merkel.
"Cela est aussi devenu évident d'après le discours prononcé par le vice-Président des États-Unis Pence […] qui n'était pas du tout convaincant […] et qui permettait de constater que le rôle de leader des États-Unis à l'Otan n'était pas dû à la coïncidence des intérêts de tous ses membres, mais à des contraintes et à un chantage permanents", a estimé l'interlocuteur de l'agence.
Et de rappeler que quand la Russie avait invité les attachés militaires occidentaux à assister à la démonstration du missile qui avait servi de prétexte aux États-Unis pour rompre le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), Washington avait fait pression sur les attachés militaires occidentaux. Finalement, à part les diplomates de Chypre et de la Grèce, personne d'autre n'a osé venir le voir.
"Nous avons entendu les mêmes menaces de la bouche du vice-Président Pence au sujet du gazoduc Nord Stream 2 à Munich et, le jour précédent, à Varsovie. Mais si quelqu'un ne tient le rôle de leader dans une alliance quelconque que grâce à la contrainte et au chantage, cette alliance ne manquera pas d'éclater tôt ou tard", a souligné M. Wimmer.
Selon ce dernier, tout cela rappelle bien les temps de la Guerre froide, et même si un jour ou l'autre, à Washington, on dénonce, on ne sait pas pourquoi, moins fréquemment la Russie, cela ne signifie rien.
"Aussi, est-il nécessaire que le Président américain Donald Trump jouisse enfin d'une marge de manœuvre pour pouvoir mettre en œuvre sa propre politique. Et tant que cela est impossible, je suppose que la coalition militaire transatlantique à Washington, à Berlin, à Paris, à Bruxelles et à Londres fera tout pour que le monde ne devienne pas plus sûr", a résumé l'interlocuteur de Sputnik.
Intervenant à la Conférence sur la sécurité de Munich, Angela Merkel a dénoncé avec fermeté l'unilatéralisme des États-Unis, notamment leur retrait du Traité FNI et de l'accord nucléaire avec l'Iran, et constaté que le monde devenait de plus en plus fragmenté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.