LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Les procureurs généraux instruits de superviser les enquêtes    L'ACCUSANT D'AVOIR ORDONNE LE ‘'CADENASSAGE'' DE L'APN : Said Bouhadja charge l'ex SG du FLN    SYNDICAT SNAPO : Sit-in de pharmaciens devant le ministère de la Justice    ZAKAT EL FITR : Le montant fixé cette année à 120 DA    BRADAGE DU FONCIER AGRICOLE : Des terres agricoles utilisées pour des usines et des stations d'essence    ORAN : 10 ‘'harraga'' arrêtés à Ain El Turck    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    Médéa : Portes ouvertes à la Caisse de retraite    Egypte: 16 terroristes présumés tués par la police    Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump    Le maintien de ces élections, un risque pour la cohésion et la stabilité nationale    Le procès d'Ali Haddad aura lieu le 3 juin    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Les étudiants ne lâchent pas prise    Les souscripteurs accéderont à leurs logements samedi    Mostaganem : 57 dealers arrêtés en 10 jours    On vous le dit    Nouvelles d'Oran    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    Les armes affluent vers Tripoli et Benghazi malgré l'embargo : Libye, une guerre par procuration ?    Le Brent progresse à plus de 72 dollars à Londres    Real : Kroos évoque la rumeur Pogba    Onze nouveaux postes électriques pour améliorer la qualité de service durant l'été    Le procès d'Ali Haddad renvoyé au 3 juin    Téhéran rétorque à Trump qu'il ne mettra «pas fin à l'Iran»    John Baraza pense que «le Sénégal et l'Algérie ne sont pas imbattables»    La CGATA refuse de se réunir avec une mission de l'OIT    Feghouli, la nouvelle année de grâce !    OC Alger-Hussein-Dey Marines pour une place en demies    «Faire de la politique n'est pas dans le rôle de l'armée»    ACTUCULT    "Une beauté loin d'être déserte"    Nouvelle protestation des journalistes de l'ENTV    Gâteau de crêpes    Propositions de sortie de crise : Le chef d'état-major de l'ANP verse dans le déni de réalité    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Le Conseil de sécurité veut l'application de l'Accord d'Alger    Boulaya prolonge jusqu'en 2022    3000 agents font la chasse aux nouveaux électeurs    L'appel des trois suscite toujours des réactions    Le pire a été évité    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"
Publié dans Le Maghreb le 21 - 04 - 2019

Lors de la 55e édition de la Conférence sur la sécurité de Munich, Angela Merkel s'est prononcée contre la politique appliquée par Donald Trump en des termes qui ne resteront sans doute pas sans conséquences, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik Willy Wimmer, ancien secrétaire d'État au ministère fédéral allemand de la Défense.
Cette dernière Conférence sur la sécurité de Munich aura été une sorte de rencontre de la "coalition anti-Trump" et le discours de la chancelière allemande y aura été applaudi même par les partisans dirait-on inébranlables de cette coalition militaire conduite par les États-Unis, a déclaré à Sputnik Willy Wimmer, ex-secrétaire d'État allemand à la Défense, commentant la critique de la politique de Donald Trump par Angela Merkel.
"Cela est aussi devenu évident d'après le discours prononcé par le vice-Président des États-Unis Pence […] qui n'était pas du tout convaincant […] et qui permettait de constater que le rôle de leader des États-Unis à l'Otan n'était pas dû à la coïncidence des intérêts de tous ses membres, mais à des contraintes et à un chantage permanents", a estimé l'interlocuteur de l'agence.
Et de rappeler que quand la Russie avait invité les attachés militaires occidentaux à assister à la démonstration du missile qui avait servi de prétexte aux États-Unis pour rompre le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), Washington avait fait pression sur les attachés militaires occidentaux. Finalement, à part les diplomates de Chypre et de la Grèce, personne d'autre n'a osé venir le voir.
"Nous avons entendu les mêmes menaces de la bouche du vice-Président Pence au sujet du gazoduc Nord Stream 2 à Munich et, le jour précédent, à Varsovie. Mais si quelqu'un ne tient le rôle de leader dans une alliance quelconque que grâce à la contrainte et au chantage, cette alliance ne manquera pas d'éclater tôt ou tard", a souligné M. Wimmer.
Selon ce dernier, tout cela rappelle bien les temps de la Guerre froide, et même si un jour ou l'autre, à Washington, on dénonce, on ne sait pas pourquoi, moins fréquemment la Russie, cela ne signifie rien.
"Aussi, est-il nécessaire que le Président américain Donald Trump jouisse enfin d'une marge de manœuvre pour pouvoir mettre en œuvre sa propre politique. Et tant que cela est impossible, je suppose que la coalition militaire transatlantique à Washington, à Berlin, à Paris, à Bruxelles et à Londres fera tout pour que le monde ne devienne pas plus sûr", a résumé l'interlocuteur de Sputnik.
Intervenant à la Conférence sur la sécurité de Munich, Angela Merkel a dénoncé avec fermeté l'unilatéralisme des États-Unis, notamment leur retrait du Traité FNI et de l'accord nucléaire avec l'Iran, et constaté que le monde devenait de plus en plus fragmenté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.