Météo.. Des pluies soutenues à l'Est    ANNONÇANT SON SOUTIEN AU MOUVEMENT POPULAIRE : Bouchareb dit que le FLN est une victime    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    Des forces non-constitutionnelles gèrent le pays    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Mise en vente des billets mercredi    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Europe sommée de faire allégeance à Trump
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 02 - 2019

Comme il l'a fait dans son intervention devant la conférence de Varsovie sur le Moyen-Orient, le vice-président américain Mike Pence qui a pris part à celle de Munich sur la sécurité internationale s'en est vertement pris aux alliés européens des Etats-Unis. Il les a en effet rappelés à l'ordre et tancés sur leurs positions qui ne sont pas au goût de Washington s'agissant de la manière dont l'Amérique conçoit la gouvernance mondiale. Mike Pence leur a d'emblée signifié que les Etats-Unis étant le leader du « monde libre », il leur importe de soutenir sans « hésitation ni murmure » la politique internationale de son pays.
Après avoir affirmé de la sorte la suzeraineté des Etats-Unis sur ce monde prétendument « libre », il a intimé aux partenaires européens l'injonction de reconnaître Juan Guaido comme président du Venezuela, à rejeter l'accord sur le nucléaire iranien et à s'opposer au projet de gazoduc Nord-Stream 2. C'est peu dire que l'arrogance ave laquelle le vice-président américain s'est adressé à eux a mis mal à l'aise les participants européens à la conférence et particulièrement la chancelière allemande Angela Merkel à laquelle il a succédé à la tribune d'où elle venait de prononcer un discours dans lequel elle a plaidé la cause d'une Europe unie capable d'imposer sa voix dans le concert international et d'une manière indépendante.
Ce que la chancelière allemande a dit sur les dossiers qui ont donné matière à Pence de tancer l'Europe a probablement poussé ce dernier à ne pas s'embarrasser de fioritures diplomatiques dans sa réplique. Merkel dont le mandat approche de sa fin en Allemagne n'a pas elle aussi essayé de minimiser et encore moins de taire les divergences qui parasitent les relations entre l'Amérique et l'Europe notamment entre Washington et Berlin. La chancelière a tour à tour reproché à l'allié d'outre-Atlantique l'unilatéralisme qui caractérise sa politique étrangère qui met à mal l'architecture de l'ordre mondial, la guerre commerciale qu'il mène contre l'Europe, son retrait de l'accord sur le nucléaire iranien, ainsi que son hostilité surjouée à l'approvisionnement de l'Europe en gaz russe et sa sortie du traité INF sur les missiles de moyenne portée.
Si dans l'esprit de Trump et de son vice-président Mike Pence la conférence de Varsovie et puis celle de Munich devaient sceller l'alignement sans réserve de l'Europe derrière les Etats-Unis, elles ont en réalité donné lieu à des frictions entre les deux parties qui sont révélatrices de la dégradation de leurs relations qui risque d'aller en s'amplifiant tant que Donald Trump restera à la Maison Blanche. L'homme n'a en effet qu'une piètre estime pour les alliés européens de l'Amérique qu'il accuse de contribuer par égoïsme à l'érosion de son leadership politique, économique et militaire et qu'il entend remettre à leur place en les soumettant à celui-ci. Une voix a été absente à Munich, celle de Macron, défenseur patenté d'une UE unie et agissant en tant que superpuissance respectée. Le président français a il est vrai d'autres chats à fouetter avec le mouvement des Gilets jaunes qui est en train de pourrir son mandat et son auréole.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.