Plus de 24 millions d'électeurs suivis par 501.031 encadreurs    Election présidentielle de 12 décembre L'heure du choix !    Un rendez-vous crucial pour la nation ! La sentence du peuple    Direction régionale des douanes de Chlef : 13 opérations d'exportation en novembre    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Boumerdes : Projet de traduction des plus importants écrits de la littérature populaire algérienne    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    Bounedjah buteur face à Hienghène Sport    LDC : L'Atalanta réalise un exploit historique    Naples : Ancelotti fait ses adieux    Le chef de l'Etat signe la loi de Finances 2020    Une grande marche en cours à Alger    Lutte contre la criminalité urbaine à Alger: près de 3.000 affaires traitées en novembre    Banques : installation du nouveau P-dg de la BEA    Aucun "dépassement" enregistré lors du vote de la communauté nationale en Tunisie    Un décret présidentiel portant création d'une agence nationale de développement du numérique (JO)    Les populations nomades de Laghouat et Béchar accomplissent leur devoir    LFP : une réunion "prochainement" avec les représentants des clubs pour solutionner les problèmes financiers    Le président annonce des mesures d'apaisement    Un programme chargé pour les Canaris    Coupe d'Algérie de Football : JSM Béjaia - ES Sétif en 1/32es de finale    L'EN sacrée meilleure équipe, Mahrez meilleur joueur    Le capitaine Chammam finalement apte pour le rendez-vous de Doha    Du renouveau pour C3 Aircross    Le père du «low cost» s'en va    Le bouleversement technologique, un facteur amplificateur    Centre Anti-Cancer : Le scanner en panne depuis plusieurs mois    Mobilisation de 150 000 hectares pour la céréaliculture    Les actes d'accusation votés au Congrès d'ici la fin de semaine    Subsistance de divergences    Khatini, une nouvelle pièce sur les planches    ACTUCULT    La Maison de la culture de Aïn Témouchent rebaptisée    L'œuvre du ciseleur des mots revisitée    Ettiki !    Tribunal de Sidi M'hamed: le Parquet publie les jugements prononcés    Enième effondrement partiel au 1, Rue Mezouar Mohamed: Des familles en danger de mort interpellent le wali    Le tribunal de Sidi M'hamed rend son verdict: 15 ans de prison pour Ouyahia et 12 pour Sellal    Chlef: Du nouveau à la Caisse de retraite    Benflis dénonce une «cabale»    Les conditions d'inscription fixées    La mosquée de Sidi Ghanem à Mila : Un centre de rayonnement de l'Islam et un haut lieu de la mémoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Europe sommée de faire allégeance à Trump
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 02 - 2019

Comme il l'a fait dans son intervention devant la conférence de Varsovie sur le Moyen-Orient, le vice-président américain Mike Pence qui a pris part à celle de Munich sur la sécurité internationale s'en est vertement pris aux alliés européens des Etats-Unis. Il les a en effet rappelés à l'ordre et tancés sur leurs positions qui ne sont pas au goût de Washington s'agissant de la manière dont l'Amérique conçoit la gouvernance mondiale. Mike Pence leur a d'emblée signifié que les Etats-Unis étant le leader du « monde libre », il leur importe de soutenir sans « hésitation ni murmure » la politique internationale de son pays.
Après avoir affirmé de la sorte la suzeraineté des Etats-Unis sur ce monde prétendument « libre », il a intimé aux partenaires européens l'injonction de reconnaître Juan Guaido comme président du Venezuela, à rejeter l'accord sur le nucléaire iranien et à s'opposer au projet de gazoduc Nord-Stream 2. C'est peu dire que l'arrogance ave laquelle le vice-président américain s'est adressé à eux a mis mal à l'aise les participants européens à la conférence et particulièrement la chancelière allemande Angela Merkel à laquelle il a succédé à la tribune d'où elle venait de prononcer un discours dans lequel elle a plaidé la cause d'une Europe unie capable d'imposer sa voix dans le concert international et d'une manière indépendante.
Ce que la chancelière allemande a dit sur les dossiers qui ont donné matière à Pence de tancer l'Europe a probablement poussé ce dernier à ne pas s'embarrasser de fioritures diplomatiques dans sa réplique. Merkel dont le mandat approche de sa fin en Allemagne n'a pas elle aussi essayé de minimiser et encore moins de taire les divergences qui parasitent les relations entre l'Amérique et l'Europe notamment entre Washington et Berlin. La chancelière a tour à tour reproché à l'allié d'outre-Atlantique l'unilatéralisme qui caractérise sa politique étrangère qui met à mal l'architecture de l'ordre mondial, la guerre commerciale qu'il mène contre l'Europe, son retrait de l'accord sur le nucléaire iranien, ainsi que son hostilité surjouée à l'approvisionnement de l'Europe en gaz russe et sa sortie du traité INF sur les missiles de moyenne portée.
Si dans l'esprit de Trump et de son vice-président Mike Pence la conférence de Varsovie et puis celle de Munich devaient sceller l'alignement sans réserve de l'Europe derrière les Etats-Unis, elles ont en réalité donné lieu à des frictions entre les deux parties qui sont révélatrices de la dégradation de leurs relations qui risque d'aller en s'amplifiant tant que Donald Trump restera à la Maison Blanche. L'homme n'a en effet qu'une piètre estime pour les alliés européens de l'Amérique qu'il accuse de contribuer par égoïsme à l'érosion de son leadership politique, économique et militaire et qu'il entend remettre à leur place en les soumettant à celui-ci. Une voix a été absente à Munich, celle de Macron, défenseur patenté d'une UE unie et agissant en tant que superpuissance respectée. Le président français a il est vrai d'autres chats à fouetter avec le mouvement des Gilets jaunes qui est en train de pourrir son mandat et son auréole.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.