Un nouveau niet de l'armée à la transition    La transition démocratique, «une nécessité, pas un choix !»    Bensalah évoque les «mécanismes» de la présidentielle    Les travailleurs des communes réinvestissent la rue    Liberté provisoire pour deux jeunes arrêtés mardi à Oran    Les travailleurs de KouGC manifestent leur colère    L'Iran souffle le chaud et le froid    Le niet des Palestiniens    De Caracas à Téhéran : les contradictions américaines    «Un vrai test»    Plus d'une quinzaine de syndicats boycottent le ministre du Travail    43 plages autorisées à la baignade    Pain de viande en croûte    Donner une base académique à la musique malouf    Egalité et émancipation au cœur du Hirak    ACTUCULT    Boufarik: Le voleur était le gardien    Axe Gdyel-Benfréha: Un mort et un blessé dans un accident de la route    Bouira: Démantèlement d'un réseau de trafic de kif    Adrar: Deux complexes gaziers bloqués par des chômeurs    Groupe D : Afrique du Sud - Namibie, vendredi à 21h00: Un nul n'arrangerait personne    Une étude pour un nouveau plan de circulation: Le projet d'extension du tramway vers l'aéroport relancé    Les héritiers de la lumière    Une grande école du ballon rond    Le Caire, ville sous haute sécurité    Réseau routier urbain de Zemmoura (Relizane)    La justice suit son cours    Le fléau de la corruption perdure    Benbitour suggère la création de 15 pôles de développement    Le Cameroun toujours là pour le titre... le Ghana accroché    Plaidoyer pour une «présidentielle libre et transparente»    Des experts pour enquêter sur les causes de la mort de poissons au Lac Oum Guellaz    Un rituel ancré dans l'histoire de la région    Algérie : L'inflation à 3,6% sur un an en mai 2019    Sahara occidental : Le Polisario saisit le Conseil de sécurité sur l'expulsion d'avocats    Djellab depuis Dakar : "La création de la ZLECAF érigera l'Afrique en force économique mondiale par excellence"    USA : La Fed est "isolée" des pressions politiques, assure Powell    CA Bordj Bou Arreridj : El Hadi Belaâmiri, cinquième recrue    En franchissant les 11 milliards de dollars de ventes : Chanel réaffirme son indépendance    Hommages à celui qui a eu à accomplir quatre grandes missions durant les quatre moments décisifs de l'histoire de l'Algérie contemporaine : Il y a 27 ...    Pas de révision des prix    Les 3 supporteurs en détention provisoire    Le gouvernement appelé à penser une législation spéciale    La justice ordonne l'arrestation de l'ex-Président Kotcharian    Le tapis de Babar au Salon international du tourisme de Berlin    La 55e édition du Festival international de Carthage du 11 juillet au 20 août 2019    Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu    Mauritanie : El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Europe sommée de faire allégeance à Trump
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 02 - 2019

Comme il l'a fait dans son intervention devant la conférence de Varsovie sur le Moyen-Orient, le vice-président américain Mike Pence qui a pris part à celle de Munich sur la sécurité internationale s'en est vertement pris aux alliés européens des Etats-Unis. Il les a en effet rappelés à l'ordre et tancés sur leurs positions qui ne sont pas au goût de Washington s'agissant de la manière dont l'Amérique conçoit la gouvernance mondiale. Mike Pence leur a d'emblée signifié que les Etats-Unis étant le leader du « monde libre », il leur importe de soutenir sans « hésitation ni murmure » la politique internationale de son pays.
Après avoir affirmé de la sorte la suzeraineté des Etats-Unis sur ce monde prétendument « libre », il a intimé aux partenaires européens l'injonction de reconnaître Juan Guaido comme président du Venezuela, à rejeter l'accord sur le nucléaire iranien et à s'opposer au projet de gazoduc Nord-Stream 2. C'est peu dire que l'arrogance ave laquelle le vice-président américain s'est adressé à eux a mis mal à l'aise les participants européens à la conférence et particulièrement la chancelière allemande Angela Merkel à laquelle il a succédé à la tribune d'où elle venait de prononcer un discours dans lequel elle a plaidé la cause d'une Europe unie capable d'imposer sa voix dans le concert international et d'une manière indépendante.
Ce que la chancelière allemande a dit sur les dossiers qui ont donné matière à Pence de tancer l'Europe a probablement poussé ce dernier à ne pas s'embarrasser de fioritures diplomatiques dans sa réplique. Merkel dont le mandat approche de sa fin en Allemagne n'a pas elle aussi essayé de minimiser et encore moins de taire les divergences qui parasitent les relations entre l'Amérique et l'Europe notamment entre Washington et Berlin. La chancelière a tour à tour reproché à l'allié d'outre-Atlantique l'unilatéralisme qui caractérise sa politique étrangère qui met à mal l'architecture de l'ordre mondial, la guerre commerciale qu'il mène contre l'Europe, son retrait de l'accord sur le nucléaire iranien, ainsi que son hostilité surjouée à l'approvisionnement de l'Europe en gaz russe et sa sortie du traité INF sur les missiles de moyenne portée.
Si dans l'esprit de Trump et de son vice-président Mike Pence la conférence de Varsovie et puis celle de Munich devaient sceller l'alignement sans réserve de l'Europe derrière les Etats-Unis, elles ont en réalité donné lieu à des frictions entre les deux parties qui sont révélatrices de la dégradation de leurs relations qui risque d'aller en s'amplifiant tant que Donald Trump restera à la Maison Blanche. L'homme n'a en effet qu'une piètre estime pour les alliés européens de l'Amérique qu'il accuse de contribuer par égoïsme à l'érosion de son leadership politique, économique et militaire et qu'il entend remettre à leur place en les soumettant à celui-ci. Une voix a été absente à Munich, celle de Macron, défenseur patenté d'une UE unie et agissant en tant que superpuissance respectée. Le président français a il est vrai d'autres chats à fouetter avec le mouvement des Gilets jaunes qui est en train de pourrir son mandat et son auréole.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.