Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    Belfodil dans l'équipe type de la 30e journée    Le Nasr Es-senia vise la Ligue 2 à court terme    Ll'Algérie se plus chère sélection africaine présente en phase finale    Saisie d'armes à feu, d'une quantité de munitions et arrestation de trois personnes    Semaine de la critique riche en premiers films    Après Bouteflika, Gaïd-Salah : ces incorrigibles professionnels du « soutien »    Rassemblement des souscripteurs aux 200 LPA    Le discours de Gaïd Salah revu et corrigé    L'indépendance de la justice en question    "Libérez immédiatement M. Rebrab !"    Le CC du FLN finit en queue de poisson    Les Belouizdadis visent la finale    Mellal, en "président" populaire du MCO    Pour "la primauté du politique sur le militaire"    Des habitants de la Casbah protestent devant la wilaya    Washington menace ses alliés    Café littéraire de Bouzeguène : Blocage de la subvention par la wilaya    Les étudiants toujours mobilisés    Mascara: Ils dépouillaient les voitures    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Les marchés couverts non exploités gérés par l'entreprise du marché de gros: La priorité aux jeunes activant dans l'informel    Oran : Les avocats marchent contre le système    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Tabbou fidèle à ses positions    Barbari Kheiredine seul candidat    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Le parcours de la 5e édition détaillé    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Un humoriste comédien à la tête de l'Ukraine    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    La solidarité en perspective du Ramadhan    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Etats-Unis se réaffirment "plus grand allié" de l'Europe
LE VICE-PRESIDENT AMERICAIN À LA CONFERENCE DE MUNICH SUR LA SECURITE
Publié dans L'Expression le 19 - 02 - 2017

Le vice-président américain, en mission pour Donald Trump, a assuré hier que son pays restait «le plus grand allié» de l'Europe, un engagement «inébranlable» destiné à rassurer des Européens désorientés par le nouveau locataire de la Maison-Blanche.
S'exprimant aussi à la Conférence sur la sécurité de Munich, la chancelière allemande Angela Merkel s'est elle lancée dans un plaidoyer contre les égoïsmes nationaux, alors que les Occidentaux craignent que les Etats-Unis engagent un repli sur soi. «Le président m'a demandé d'être ici aujourd'hui (...) pour transmettre le message que les Etats-Unis soutiennent fermement l'Otan et que nous serons inébranlables dans notre engagement envers l'Alliance atlantique», a déclaré Mike Pence, dans son premier discours devant le gratin diplomatico-militaire mondial. Ce discours vient parachever une semaine d'efforts diplomatiques américains pour rassurer en Europe. Le secrétaire à la Défense Jim Mattis a porté ce même message à l'Otan, tout comme le secrétaire d'Etat Rex Tillerson à Bonn lors d'une réunion du G20. «Nous serons toujours votre plus grand allié», a assuré Mike Pence, rappelant les valeurs communes de «démocratie, justice, Etat de droit» partagées par les Occidentaux. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault a cependant regretté sur Twitter que le vice-président n'ait pas dit «un mot sur l'UE», un sujet sur lequel il était pourtant attendu car Donald Trump a par le passé loué le Brexit et semblé souhaité un éclatement de l'Union européenne. Solennel et posé, M. Pence a de nouveau répété fermement les exigences américaines d'un engagement financier plus important de ses partenaires de l'Otan, mais sans pour autant menacer de réduire son engagement. «La défense européenne réclame notre engagement autant que le vôtre (...) et la promesse de partager le fardeau n'a pas été remplie depuis bien trop longtemps», a-t-il dit, «le président Trump attend de ses alliés qu'ils tiennent leur parole. Le temps est venu de faire plus». M. Pence a aussi prôné la fermeté face à la Russie, après que Donald Trump a déstabilisé ses partenaires en souhaitant bruyamment un rapprochement avec Moscou. Washington a ensuite tempéré ces velléités dans la foulée de la démission du conseiller à la sécurité Michael Flynn, présumé avoir menti sur ses liens avec Moscou. Le sénateur républicain John McCain a d'ailleurs admis vendredi que M. Trump «se contredit parfois» et qu'il fallait dès lors prêter attention à ce «que le président fait, (plus) qu'à ce qu'il dit». La chancelière allemande, s'exprimant juste avant Mike Pence, a pour sa part lancé un appel au multilatéralisme pour faire face à des défis immenses comme le jihadisme ou la crise migratoire. «Dans une année où nous pressentons d'incroyables défis (...) allons-nous continuer à agir ensemble ou allons-nous retomber dans nos rôles individuels? Je vous appelle (...) à faire en sorte qu'ensemble nous rendions le monde meilleur», a-t-elle dit. Tendant la main à M. Trump pourtant très critique à l'égard de la chancelière, elle a relevé que les Européens avaient «besoin de la puissance des Etats-Unis» face au «terrorisme islamiste», et jugé légitime que Washington demande à l'Europe de faire plus d'efforts financiers. Sur la Russie, elle a plaidé «la fermeté» car Moscou a remis en cause la stabilité européenne en s'en prenant à «l'intégrité territoriale» de l'Ukraine. Mais Mme Merkel a aussi appelé à une coopération accrue pour lutter contre le «terrorisme». Cette ligne semble s'accorder avec la dernière position en date de Washington qui veut travailler avec Moscou là où leurs intérêts coïncident, mais en cas de désaccord défendre les intérêts des Américains et de leurs alliés. Avant elle à Munich, de nombreux responsables européens avaient exprimé leur inquiétude face à l'évolution aux Etats-Unis et appelé au respect des valeurs démocratiques, de la relation transatlantique et à la méfiance vis-à-vis de la Russie. La ministre allemande de la Défense, Ursula van der Leyen avait mis en garde Washington contre tout discours susceptible de porter atteinte à «la cohésion» européenne. «Une UE stable est dans l'intérêt américain», a-t-elle dit.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.