LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Les procureurs généraux instruits de superviser les enquêtes    L'ACCUSANT D'AVOIR ORDONNE LE ‘'CADENASSAGE'' DE L'APN : Said Bouhadja charge l'ex SG du FLN    SYNDICAT SNAPO : Sit-in de pharmaciens devant le ministère de la Justice    ZAKAT EL FITR : Le montant fixé cette année à 120 DA    BRADAGE DU FONCIER AGRICOLE : Des terres agricoles utilisées pour des usines et des stations d'essence    ORAN : 10 ‘'harraga'' arrêtés à Ain El Turck    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    Médéa : Portes ouvertes à la Caisse de retraite    Egypte: 16 terroristes présumés tués par la police    Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump    Le maintien de ces élections, un risque pour la cohésion et la stabilité nationale    Le procès d'Ali Haddad aura lieu le 3 juin    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Les étudiants ne lâchent pas prise    Les souscripteurs accéderont à leurs logements samedi    Mostaganem : 57 dealers arrêtés en 10 jours    On vous le dit    Nouvelles d'Oran    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    Les armes affluent vers Tripoli et Benghazi malgré l'embargo : Libye, une guerre par procuration ?    Le Brent progresse à plus de 72 dollars à Londres    Real : Kroos évoque la rumeur Pogba    Onze nouveaux postes électriques pour améliorer la qualité de service durant l'été    Le procès d'Ali Haddad renvoyé au 3 juin    Téhéran rétorque à Trump qu'il ne mettra «pas fin à l'Iran»    John Baraza pense que «le Sénégal et l'Algérie ne sont pas imbattables»    La CGATA refuse de se réunir avec une mission de l'OIT    Feghouli, la nouvelle année de grâce !    OC Alger-Hussein-Dey Marines pour une place en demies    «Faire de la politique n'est pas dans le rôle de l'armée»    ACTUCULT    "Une beauté loin d'être déserte"    Nouvelle protestation des journalistes de l'ENTV    Gâteau de crêpes    Propositions de sortie de crise : Le chef d'état-major de l'ANP verse dans le déni de réalité    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Le Conseil de sécurité veut l'application de l'Accord d'Alger    Boulaya prolonge jusqu'en 2022    3000 agents font la chasse aux nouveaux électeurs    L'appel des trois suscite toujours des réactions    Le pire a été évité    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Argent détourné en Algérie : M. Djillali Hadjadj chiffre à près de 60 milliards de dollars les sommes détournées
Publié dans Le Maghreb le 23 - 04 - 2019

"Plus l'argent du pétrole entrait dans les caisses de l'Etat et plus la corruption et les enrichissements illicites prenaient des proportions inquiétantes ".
Pour le porte-parole de l'Association algérienne de lutte contre la corruption, les phénomènes de détournement de l'argent public, d'évasion fiscale, de fuite des capitaux et de blanchiment d'argent, avaient tendance à prendre des proportions " extrêmement inquiétantes ", particulièrement où les cours du brut étaient à leur plus haut niveau.
S'exprimant, lundi, à l'émission L'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne, M. Djillali Hadjadj constate que cette incurie a commencé à baisser au moment ou les cours s'étaient effondrés, " ce qui, dit-il, n'était pas une mauvaise chose pour freiner cette corruption ".
Il relève que ce fléau " tentaculaire ", gangrenant tous les organismes publics, n'est pas le propre de dignitaires du régime ou de hauts fonctionnaires, mais qu'il était aussi présent dans les régions les plus reculées d'Algérie, à travers ses phénomènes de pots de vin et autres commissions sur les marchés publics.
Mettant en avant des estimations d'organismes internationaux, l'intervenant relève que sur la période des 15 dernières années, ce sont quelque 60 milliards de dollars à avoir été détournés, des chiffres dont il précise qu'il faut y ajouter ceux concernant la fuite des capitaux, l'évasion fiscale et autre blanchiment d'argent.
Parmi les secteurs concernés par ces activités parasitaires, M. Djillali Hadjadj mentionne les " affaires qui ont entaché Sonatrach, le projet de construction de l'autoroute Est-Ouest et d'autres encore, dont il révèle que les dossiers se trouvent présentement " dans les tiroirs des services de police judiciaires et de l'ex-DRS ".
Pour autant, dit-il que, dans les prochains mois ou les prochaines années, l'on s'inscrive dans des changements positifs, il ne serait pas très difficile de sortir ces dossiers et de les traiter conformément aux lois du pays.
Citant, par ailleurs, l'indice de corruption de Transparency International, il note que les dix pays ayant le plus grand nombre d'échanges commerciaux avec l'Algérie, ne figurent curieusement pas dans la liste de ceux perçus comme les moins corrompus.
L'invité signale que l'Algérie pourrait facilement obtenir la liste de ses ressortissants ayant ouvert des comptes bancaires dans des pays adhérant à la Gafi, un organisme de lutte contre le blanchiment d'argent dépendant de l'OCDE, seulement voilà, indique-t-il, " elle ne le veut pas ". Il note également que l'OCDE a mis en place une convention permettant l'échange d'informations sur les comptes bancaires ouverts " même dans les paradis fiscaux ", ratifiée, ajoute-t-il, par plus de 160 pays, " sauf l'Algérie ".
Il explique que si cette dernière venait à ratifier cette convention, le gouvernement suisse, par exemple, serait obligé de lui fournir la liste des comptes ouverts par tous les ressortissants algériens, résidant dans le pays ou à l'étranger pour y déposer l'argent tiré d'une évasion fiscale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.