Agriculture: Installation de six unités de recherche scientifique à l'INVA    APN: adoption à la majorité de plusieurs projets de lois    1.000 comprimés psychotropes saisis et 8 individus arrêtés à El-Harrach    GAID SALAH RASSURE : Le rendez-vous électoral sera sécurisé    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Reprise aujourd'hui du procès des anciens responsables    SIDI BEL ABBES : Titularisation de 705 contractuels à Télagh    PRESIDENTIELLE : L'équipe de l'ENTV violement agressée à Lyon    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Fin de la campagne électorale des candidats    UGTA: sit-in à Alger en appui à l'élection présidentielle et contre l'ingérence étrangère    Mobilis obtient un accord d'attribution provisoire d'une licence 2G, 3G et 4G au Mali    Coupe d'Algérie de Football : tirage au sort mardi, la succession du CRB ouverte    OGC Nice: Atal absent au moins 4 mois    Examen du projet de la loi de finances sous haute tension    Addis-Abeba rapatrie 840 de ses ressortissants d'Arabie Saoudite    Des anciens de «Boko Haram» achèvent un programme de déradicalisation    "Le pays est comme un avion sans pilote"    Mihoubi renouvelle ses promesses électorales    Doncic égale un record de Jordan et Dallas étrille New Orleans    Mellal : "Il nous faut un avant de pointe"    DE MARSEILLE Belmadi déjeune avec les stars du foot africain    Le PAD appelle à intensifier la mobilisation    Plusieurs communes paralysées à Bordj Bou-Arréridj    Les enseignants du primaire divisés sur la poursuite de la contestation    Mesbah Mohand-Ameziane s'en est allé    ...sortir...    La fonction miroitante de la poésie    Trois films algériens primés au Festival d'Al Qods    Tosca ouvre la saison de la Scala de Milan, dernière «Première» pour Pereira    Gregory Dargent : "Mon travail se veut poétique et non folklorique"    L'élection présidentielle scellera la rupture avec l'ancien système, affirme la presse oranaise    JSK: Rien de grave pour Addadi    MCA - Allati «On est tous responsables !»    On vous le dit    Naciria : Deux personnes tuées par le monoxyde de carbone    Abdelrahmi Bessaha. Economiste, expert international : «La corruption est une force formidable de blocage du progrès économique et social»    Sahara occidental : La Fondation Kennedy félicite Aminatou Haidar pour son prix Nobel alternatif    Deux morts et six blessés dans un carambolage    Bouira: Les prix des viandes, fruits et légumes flambent    A l'exception de quelques wilayas du centre: La grève générale très peu suivie    Tlemcen: Le nouveau port régional de pêche bientôt opérationnel    Automibile : Les enjeux économiques de la nouvelle polémique sur les SUV    Céréales La production mondiale atteindra 2,7 milliards de tonnes en 2019, un record (FAO)    Agonie des bourses mondiales : De plus en plus d'inquiétudes    Crise de gestion des clubs : Les premières propositions de solutions "dans un mois"    Russie : Vladimir Poutine dresse le bilan de l'économie russe en 2019    Chine : Un "super-porc" pour sauver l'économie du pays    Littérature : Le Prix Assia-Djebar 2019 attribué jeudi à Alger à trois lauréats    Dramaturgie en tamazight : Lancement samedi du Prix national "Mohia d'Or" à Tizi-Ouzou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





60 milliards de dollars détournés
CORRUPTION EN ALGERIE CES 15 DERNIÈRES ANNEES
Publié dans L'Expression le 23 - 04 - 2019


Comment endiguer ce fléau?
Ce dernier a précisé que ce fléau s'est accru quand les prix du baril se situaient à un haut niveau.
La corruption est sans nul doute l'un des plus grands maux qui a nécrosé les organismes publics algériens et qui continuent de le faire.
Il faut dire que ce grave phénomène se chiffre en milliards de dollars. «Près de 50 à 60 milliards de dollars ont été détournés seulement ces 15 dernières années», a fait savoir hier à la Radio nationale Chaîne 3 le président de l'Association de lutte contre la corruption, Djilali Hadjadj. Et ce, «sans prendre en compte la fuite des capitaux, l'évasion fiscale qui ont accompagné ce phénomène», ajoute-t-il.
Ce dernier a précisé que ce fléau s'est accru quand les prix du baril se situaient à un haut niveau. «Plus l'argent du pétrole rentrait en masse dans les caisses de l'Etat et plus la corruption a pris des proportions alarmantes», fait-il comprendre. Djilali Hadjadj explique que paradoxalement, la chute des cours du pétrole, soit depuis 2015, a quelque part «endigué ce fléau», ce qui dit-il «n'est au final pas une si mauvaise chose». Cela dit, le constat demeure inquiétant. L'intervenant dira dans ce registre que la corruption à grande échelle est présente partout. Ça va des institutions et des organismes publics jusque dans les coins les plus reculés du pays, précise-t-il. Où sont les solutions? À cette question, le président de l'association répond que dans cette conjoncture un peu spéciale il n'est pas vain d'espérer un «changement positif» en la matière.
Interrogé sur une possibilité de restituer les deniers publics transférés illégalement, il répond que bien que cela soit très complexe, ça ne relève toutefois pas de l'impossible.
L'invité de l'émission a en outre fait remarquer que cette corruption ne marche pas seulement à sens unique. «Comme on le sait tous, il n'y a pas de corruption sans corrupteurs.» En sachant que les pays européens ont eux aussi leur part dans la propagation de ce fléau. Dans la mesure où les transactions bancaires doivent normalement être soumises à certaines conditions. Djilali Hadjadj avance en outre le fait que dans des pays comme la France, les dignitaires algériens ainsi que d'autres hommes d'affaires possédant des biens mal acquis (immobilier, fonds de commerce... et autres) sont connus des autorités françaises compétentes et parfaitement identifiés. «Ces personnes sont même listées», affirme-t-il.
Dans ce sillage, l'intervenant a assuré que pour rendre l'argent du peuple au Trésor public, la justice algérienne doit trouver un système d'accord avec la justice française, «en présentant évidemment des pièces justificatives probantes». A ce stade dit-il, la France ne pourra que coopérer.
Djilali Hadjadj se réfère par ailleurs au cas suisse lequel est disposé, de par les lois, à collaborer avec un pays qui considère que ses dignitaires disposent de biens mal acquis. Et que par conséquent, après d'âpres négociations «les sommes ou du moins une bonne partie peuvent être restituées au pays d'origine».
Selon lui, on peut parfaitement s'appuyer sur cet exemple et mettre en oeuvre les outils juridiques algériens adaptés afin de pouvoir rendre l'argent détourné. La même source tient quand même à signaler que même si des solutions existent, c'est assez compliquée comme tâche.
Djilali Hadjadj a, par ailleurs, fait savoir que les dossiers comme le projet de l'autoroute Est-Ouest ou encore les dossiers lourds de la société pétrolière Sonatrach ont émaillé certains secteurs d'activités. «L'ex-DRS ainsi que la police judiciaire en détiennent les détails», révèle-t-il enfin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.