RECLAME PAR LA JUSTICE : Djemai cède sa place à la tête du FLN    DE TIARET, LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS RASSURE : ‘'La ligne ferroviaire, prochainement livrée''    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les employés d'Aigle Azur en Algérie sacrifiés ?    Années du service national et droit à la retraite    Et après ?    Transition toujours mouvementée au Soudan    Le logo officiel présenté aujourd'hui    L'Algérie deuxième, avec 3 or et 1 argent    Les garçons évitent le forfait, les filles toujours dans l'expectative    Slimani passeur décisif    Les partis se positionnent    Béjaïa : le front social en ébullition    Deux morts et deux blessés dans un accident de la route    Pénurie de manuels scolaires    MBC lance une chaîne TV dédiée aux pays du Maghreb    Un festival à Alger pour la promotion des traditions méditerranéennes    Le Sénégal invité d'honneur du 24e Sila    ACTUCULT    L'appel à participation ouvert jusqu'au 15 novembre    "L'oppression nous conduit droit vers une élection illégitime"    Hausse du déficit de la balance commerciale    Suppression de la règle 49/51 : Les Britanniques applaudissent et promettent un programme d'investissement    Une «alliance islamo-nationaliste» pour sauver le scrutin    L'activiste Samir Belarbi arrêté    «Les dernières inculpations des manifestants sont politiques»    Le pétrole en nette hausse    CHAN-2020 : Les 24 joueurs face au Maroc    Belle option pour les Rouge et Noir    Est-il sérieux de parler encore de mobilité ?    Un autre coup de massue pour les Hamraoua    Tébessa: La Protection civile sur le qui-vive    Elections présidentielles: L'Algérie dans une phase cruciale    Attaque contre l'Arabie saoudite: Le pétrole s'affole, les tensions diplomatiques montent    Médicaments: Pour une meilleure traçabilité des Psychotropes    MC Oran: Une défaite qui interpelle    Gestion de l'eau: Les aveux du ministre    Ils seront livrés en novembre prochain: Des instructions pour l'achèvement des 2.800 logements AADL dans les délais    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Bensalah nomme Abderrahmane Bouchahda nouveau DG de l'OAIC    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Pour les passionnés de fantastique    Plaidoyer pour la promulgation d'une loi permettant l'acquisition de tableaux    Stabilité et épanouissement de la nation    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Enquêtes dans les écoles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar
Publié dans Le Maghreb le 25 - 04 - 2019

Le président du Conseil présidentiel du Gouvernement d'union nationale libyen (GNA), Fayez al-Sarraj a dénoncé le soutien "non proportionné" de la France à Khalifa Haftar, se disant "surpris" et "perplexe" face à la position française en Libye.
"Nous sommes surpris et perplexes face à la position de la France", a déclaré M. al-Sarraj dans un entretien au journal du soir Le Monde publié mardi, indiquant que Paris "fournit également un soutien à Haftar avec d'autres pays", sans les citer.
Pour lui, "le soutien non proportionné e la France à M. Haftar est ce qui l'a décidé à passer à l'action et à sortir du processus politique", indiquant qu'il s'en inquiété auprès du président Emmanuel Macron.
"Comment un pays qui aspire à la liberté, aux droits humains et à la démocratie peut-il avoir une position si peu claire à l'égard de notre peuple qui aspire aux même valeurs", s'est-il demandé, faisant observer que plutôt de "développer notre relation et notre partenariat, nous nous inquiétons de la réputation de la France dans l'opinion publique" du fait de sa position "non claire" et de son "manque de solidarité", a-t-il ajouté.
Dans ce climat de crise diplomatique entre les deux pays, Fayez al-Sarraj n'a pas désavoué son ministre de l'Intérieur, Fathi Bach Agha, qui a décidé de suspendre "tout lien" avec la partie française.
Dans un communiqué publié par son service de presse, le ministre de l'Intérieur, Fathi Bach Agha, a ordonné "la suspension de tout lien entre (son) ministère et la partie française dans le cadre des accords sécuritaires bilatéraux (...) à cause de la position du gouvernement français soutenant le criminel Haftar qui agit contre la légitimité".
A ce sujet, le PM libyen, qui semble embarrasser selon le journaliste du Monde, a indiqué que "c'est sa décision en tant que ministre, c'est sa prérogative", a-t-il dit, soulignant qu'il ne s'agit rien de plus qu'une crise dans nos relations" qui peut être surmontée "si la France prend la bonne position".
Critiquant également l'attitude des Etats-Unis qui soutiennent Khalifa Haftar pour "lutter contre le terrorisme et sauvegarder les champs pétroliers, le chef du gouvernement d'entente nationale (GNA) a souligné que "le conflit actuel oppose les tenants d'un régime militaire et autoritaire à ceux d'un Etat civile garantissant les libertés".
Il appelle à cessez-le-feu mais admet en même temps que la reprise à court terme de discussions politiques "sera difficile". "Il est sans aucun doute impossible de renouer le dialogue politique dans le contexte des combats", a-t-il estimé en soutenant ses propos par une interrogation : "Comment voulez-vous demander à quelqu'un qui défend sa maison attaquée de déposer les armes en pleins combats ?".
Pour lui, la priorité du moment est "d'arrêter les combats et la souffrance de la population", exprimant son scepticisme à la reprise des discussions "avec quelqu'un qui décide subitement de détruire les efforts de paix et de conquérir le pouvoir par les armes".
Au moins 264 personnes dont des civils ont été tuées et 1.266 autres blessées depuis le 4 avril dans les combats en Libye, où les forces de Khalifa Haftar tentent de conquérir la capitale, selon un bilan mardi de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).
Khalifa Haftar a lancé le 4 avril une agression sur Tripoli, siège du GNA, reconnu par la communauté internationale.

Les combats s'intensifient
Les combats se sont intensifiés au sud de la capitale libyenne Tripoli au moment où l'Organisation des Nations unies (ONU) et l'Union africaine (UA) redoublent d'efforts afin de trouver une solution pacifique à la crise.
L'ONU qui suit de très près les développements de la situation en Libye a exprimé lundi son inquiétude quant à la violence et à l'intensification que ne cessent de prendre les affrontements entre les forces du gouvernement d'union nationale (GNA) libyen et les troupes du général à la retraire Khalifa Haftar sur le front.
"La situation est en train d'empirer (...) avec un rythme ascendant des combats chaque jour", a déclaré Maria do Valle Ribeiro, représentante spéciale adjointe du Secrétaire général de l'ONU pour la Libye, lors d'une conférence de presse.
Dimanche, les forces du GNA appuyées par la force anti-terroristes de la ville de Misrata ont pu à la faveur de "contre-attaques" qu'elles ont menées contre les troupes de Haftar, avancer à Wadi Rabie, dans la banlieue sud de Tripoli.
Dans la même journée, sept frappes aériennes ont été menées contre des positions de Haftar, notamment au sud de Gharian, localité sise au sud-ouest de Tripoli, ainsi que contre la base aérienne d'al-Wotya, à une cinquantaine de kilomètres plus loin, selon le colonel Mohamad Gnounou, un des porte-parole de l'armée du GNA.
"Le trafic aérien a été suspendu durant plusieurs heures à Tripoli dans la nuit de samedi à dimanche pour des raisons de sécurité ", a annoncé l'aéroport de Mitiga, le seul fonctionnel dans la capitale.
"A la troisième semaine des combats, on dénombre 254 morts, 1228 blessés et quelque 35000 personnes déplacées", a précisé la responsable onusienne, qui s'exprimait par visioconférence depuis Tripoli, faisant part par la même occasion de sa "préoccupation" concernant la situation des civils rencontrant des difficultés de fuir les zones de combats ainsi que celle des blessés qui n'arrivent pas à accéder aux soins. Mme do Valle Ribeiro n'a pas manqué d'appeler les pays pouvant avoir une influence sur les parties en conflit d'user de cette influence pour la protection des civils. "Tout pays qui a de l'influence sur les parties devrait l'utiliser pour s'assurer que les civils sont protégés", a-t-elle plaidé. De son côté, Ghassan Salamé, l'émissaire spécial de l'ONU pour la Libye, en déplacement lundi à Tunis, a estimé que le "processus politique de facilitation de l'ONU était le seul moyen de résoudre la crise en Libye". L'Union africaine (UA) a pour sa part décidé d'organiser mardi un sommet au Caire spécialement pour aborder la situation en Libye. Le sommet que présidera le chef d'Etat égyptien Abdel Fattah al-Sissi, dont le pays assure la présidence tournante de l'UA, verra la présence des présidents du Rwanda, d'Afrique du Sud, du Congo, et du président de la commission sur la Libye à l'UA. Le Caire va abriter aussi en parallèle un autre sommet sur le Soudan, qui devra aborder la situation politique au Soudan, "en discuter (...) des moyens les plus appropriés pour faire face à l'évolution de la situation et de contribuer à la stabilité et à la paix", selon une source officielle. Ce sommet verra la participation des présidents Idriss Déby (Tchad), Ismaïl Omar Guelleh (Djibouti), Paul Kagame (Rwanda), Denis Sassou-Nguesso (Congo), Mohamed Abdullahi Mohamed (Somalie) et Cyril Ramaphosa (Afrique du Sud).

Salamé insiste sur le "processus politique de facilitation de l'ONU"
L'émissaire de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, a indiqué mardi à Tunis que le "processus politique de facilitation de l'ONU était le seul moyen de résoudre la crise en Libye".
L'émissaire Ghassan Salamé, est lundi à Tunis où il a rencontré le ministre tunisien des Affaires étrangères Khemaïes Jhinaoui, a annoncé le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric, sans pouvoir dire si un retour à Tripoli était prévu et quand.
"Le représentant spécial Ghassan Salamé poursuit ses efforts pour obtenir une désescalade en Libye", a expliqué le porte-parole lors de son point-presse quotidien.
A l'occasion de l'entretien avec le chef de la diplomatie tunisienne, les deux responsables ont estimé que le "processus politique de facilitation de l'ONU était le seul moyen de résoudre la crise en Libye", a-t-il ajouté.
Ghassan Salamé "est extrêmement engagé et occupé à travailler sur le processus politique mais aussi en étant présent à Tripoli", a précisé son adjointe, Maria do Valle Ribeiro, lors d'une liaison vidéo avec des journalistes à New York, en refusant de parler du détail de ses déplacements.
Interrogé pour savoir si Ghassan Salamé assisterait au sommet africain convoqué en urgence au Caire mardi pour discuter notamment de la crise en Libye et quand il pourrait revenir à Tripoli, Stéphane Dujarric a indiqué ne pas pouvoir répondre à ce stade.
"Au cours de la semaine écoulée, des équipes médicales d'urgence spécialisées de l'OMS en Libye ont mené 89 interventions majeures et 63 opérations chirurgicales dans les hôpitaux les plus proches du front. Nos équipes fournissent des renforts à ces hôpitaux", a tweeté dimanche l'OMS.
Depuis le 4 avril, les troupes conduites par Haftar ont lancé une agression pour s'emparer de la capitale libyenne.
Et les appels à l'arrêt immédiat des agressions ne cessent de se multiplier pour ouvrir la voie à une solution politique à la crise qui frappe la Libye depuis 2011.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.