Tottenham : Un international portugais pour remplacer Eriksen ?    Brésil : Tite se défend au sujet de Neymar    Manchester United: Mandzukic en approche    Education: Belabed pour une politique prospective pour renforcer les compétences du secteur    Bensalah: l'Etat soucieux de rationaliser l'exploitation des ressources et richesses souterraines nationales    HABITAT : Le gouvernement Bedoui rassure les demandeurs de logements    Gaïd Salah présente un exposé sur le projet de loi relatif au statut général des personnels militaires    Les Tunisiens commencent à voter pour le second tour de la présidentielle    Mise en garde russe contre l'aggravation de la situation humanitaire dans le Nord-Est    Le WAT reste leader malgré la défaite, l'ASK sur le podium    Khirreddine Madoui démissionne de son poste d'entraîneur    Ouargla: lancement de la nouvelle ligne ferroviaire Touggourt-Alger    Le gouvernement consacre 17 milliards de DA pour le dégel de plusieurs projets    Vers l'augmentation de la taxe de pollution    Neuf morts et 9 blessés au cours des dernières 48 heures    Sahara occidental/Manifestation à Paris: la France dénoncée, une date pour le référendum d'autodétermination revendiquée    Rassemblement en solidarité avec les détenus d'opinion à Sidi Bel Abbès    Foot/ Algérie - Colombie : Abeid réintègre le groupe, Tahrat ménagé    Qui sera le partenaire de Suzuki en Algérie ?    Ce que prévoit la loi de finances pour les start-up    Les joueurs sénégalais refusent la prime de la Fédération    Début de stage demain    Retour à la case départ    1er Salon international des technologies et équipements dentaires    L'Anie face à la dure réalité du terrain    Des détenus d'opinion en grève de la faim à partir du 23 octobre    22 cas de méningite enregistrés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les films algériens Abou Leila et 143, rue du désert en compétition    Hans Hartung en réouverture du Musée d'art moderne de Paris    Micheline la Française, la tante Zalamite et les autres    Ouverture des journées de lecture publique à Tamanrasset    Bir Ghbalou : Entre le portrait de BenSalah et les promesses du Hirak    Face aux difficultés rencontrées par la CNR et la CNAS : Les solutions des experts    «Le pouvoir rame à contre-courant d'un mouvement historique de libération d'un peuple»    Investissement : le FCE soutient fortement la révision de la règle 49/51    En bref…    Soudan : Une femme nommée à la tête de la Cour suprême    En bref…    Journée mondiale de la santé mentale : Un suicide toutes les 40 secondes, selon l'OMS    Première thèse algérienne identifiant les facteurs prédictibles    «J'intégrerai des personnages algériens dans ma prochaine histoire»    Ghardaïa : Appel à la préservation du patrimoine architectural et culturel    «Le plasticien doit être responsable»    Centre-ville: Deux dealers sous les verrous    Mostaganem: Des arrestations en marge de la visite du ministre de la Jeunesse et des Sports    Pour réclamer «la libération de tous les détenus d'opinion»: Marche nationale des avocats le 24 octobre    Le Pentagone déploie 3.000 soldats supplémentaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar
Publié dans La Nouvelle République le 24 - 04 - 2019

Le président du Conseil présidentiel du Gouvernement d'union nationale libyen (GNA), Fayez al-Sarraj a dénoncé le soutien «non proportionné» de la France à Khalifa Haftar, se disant «surpris» et «perplexe» face à la position française en Libye.
«Nous sommes surpris et perplexes face à la position de la France», a déclaré M. Al-Sarraj dans un entretien au journal du soir Le Monde publié mardi, indiquant que Paris «fournit également un soutien à Haftar avec d'autres pays», sans les citer. Pour lui, «le soutien non proportionné de la France à M. Haftar est ce qui l'a décidé à passer à l'action et à sortir du processus politique», indiquant qu'il s'en ait inquiété auprès du président Emmanuel Macron. «Comment un pays qui aspire à la liberté, aux droits humains et à la démocratie peut-il avoir une position si peu claire à l'égard de notre peuple qui aspire aux même valeurs», s'est-il demandé, faisant observer que plutôt que de «développer notre relation et notre partenariat, nous nous inquiétons de la réputation de la France dans l'opinion publique», du fait de sa position «non claire» et de son «manque de solidarité», a-t-il ajouté. Dans ce climat de crise diplomatique entre les deux pays, Fayez al-Sarraj n'a pas désavoué son ministre de l'Intérieur, Fathi Bach Agha, qui a décidé de suspendre «tout lien» avec la partie française. Dans un communiqué publié par son service de presse, le ministre de l'Intérieur, Fathi Bach Agha, a ordonné «la suspension de tout lien entre (son) ministère et la partie française dans le cadre des accords sécuritaires bilatéraux (...) à cause de la position du gouvernement français soutenant le criminel Haftar qui agit contre la légitimité». A ce sujet, le PM libyen, qui semble embarrassé, selon le journaliste du Monde, a indiqué que «c'est sa décision en tant que ministre, c'est sa prérogative», a-t-il dit, soulignant qu'il ne s'agit rien de plus qu'une crise dans nos relations» qui peut être surmontée «si la France prend la bonne position». Critiquant également l'attitude des Etats-Unis qui soutiennent Khalifa Haftar pour «lutter contre le terrorisme et sauvegarder les champs pétroliers, le chef du gouvernement d'entente nationale (GNA) a souligné que «le conflit actuel oppose les tenants d'un régime militaire et autoritaire à ceux d'un Etat civile garantissant les libertés». Il appelle à un cessez-le-feu, mais admet en même temps que la reprise à court terme de discussions politiques «sera difficile». «Il est sans aucun doute impossible de renouer le dialogue politique dans le contexte des combats», a-t-il estimé en soutenant ses propos par une interrogation : «Comment voulez-vous demander à quelqu'un qui défend sa maison attaquée de déposer les armes en pleins combats ?». Pour lui, la priorité du moment est «d'arrêter les combats et la souffrance de la population», exprimant son scepticisme à la reprise des discussions «avec quelqu'un qui décide subitement de détruire les efforts de paix et de conquérir le pouvoir par les armes». Au moins 264 personnes dont des civils ont été tuées et 1.266 autres blessées depuis le 4 avril dans les combats en Libye, où les forces de Khalifa Haftar tentent de conquérir la capitale, selon un bilan mardi de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Khalifa Haftar a lancé le 4 avril une agression sur Tripoli, siège du GNA, reconnu par la communauté internationale. Les combats se sont intensifiés au sud de la capitale libyenne Tripoli au moment où l'Organisation des Nations unies (ONU) et l'Union africaine (UA) redoublent d'efforts afin de trouver une solution pacifique à la crise. L'ONU qui suit de très près les développements de la situation en Libye a exprimé lundi son inquiétude quant à la violence et à l'intensification que ne cessent de prendre les affrontements entre les forces du gouvernement d'union nationale (GNA) libyen et les troupes du général à la retraire Khalifa Haftar sur le front. «La situation est en train d'empirer (...) avec un rythme ascendant des combats chaque jour», a déclaré Maria do Valle Ribeiro, représentante spéciale adjointe du Secrétaire général de l'ONU pour la Libye, lors d'une conférence de presse. Dimanche, les forces du GNA appuyées par la force anti-terroristes de la ville de Misrata ont pu, à la faveur de «contre-attaques» qu'elles ont menées contre les troupes de Haftar, avancer à Wadi Rabie, dans la banlieue sud de Tripoli. Dans la même journée, sept frappes aériennes ont été menées contre des positions de Haftar, notamment au sud de Gharian, localité sise au sud-ouest de Tripoli, ainsi que contre la base aérienne d'al-Wotya, à une cinquantaine de kilomètres plus loin, selon le colonel Mohamad Gnounou, un des porte-parole de l'armée du GNA. «Le trafic aérien a été suspendu durant plusieurs heures à Tripoli dans la nuit de samedi à dimanche pour des raisons de sécurité», a annoncé l'aéroport de Mitiga, le seul fonctionnel dans la capitale. «A la troisième semaine des combats, on dénombre 254 morts, 1228 blessés et quelque 35 000 personnes déplacées», a précisé la responsable onusienne, qui s'exprimait par visioconférence depuis Tripoli, faisant part par la même occasion de sa «préoccupation» concernant la situation des civils rencontrant des difficultés de fuir les zones de combats ainsi que celle des blessés qui n'arrivent pas à accéder aux soins. Mme do Valle Ribeiro n'a pas manqué d'appeler les pays pouvant avoir une influence sur les parties en conflit d'user de cette influence pour la protection des civils. «Tout pays qui a de l'influence sur les parties devrait l'utiliser pour s'assurer que les civils sont protégés», a-t-elle plaidé.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.