223 ressortissants étrangers arrêtés lors des marches populaires    Mali: le processus de paix entre dans une nouvelle phase de stabilisation    ENIEM: arrêt technique des activités le 2 février prochain pour contraintes financières    Le camembert Tassili n'est pas contaminé : La laiterie de Draa Ben Khedda nous écrit    Goudjil refuse d'entériner le départ de Bensalah    Juventus : Can d'accord avec Dortmund !    GENERAL-MAJOR SAID CHENGRIHA : ‘'L'armée déterminée à soutenir les démarches du Président''    LES ENSEIGNANTS DU PRIMAIRE MAINTIENNENT LA PRESSION : Le ministère s'engage à affronter la situation    ILS ONT CIBLE PLUS DE 10 VEHICULES : Deux voleurs quinquagénaires arrêtés à Mascara    ORAN : Saisie de 12 quintaux de viandes blanches avariées    Mettre en place des mécanismes de traduction des textes de théâtre algérien    «Il y a beaucoup d'argent pour les collectivités locales»    France : les actes antimusulmans ont augmenté de moitié    HRW dénonce la poursuite de la répression    Le meurtrier interjette appel    Abdelmadjid Tebboune au MDN    Boxe/Championnats arabes : avec 12 médailles dont 5 en or    "C'est le moment de trouver un nouveau président pour la JSK"    Mouaki rejoint l'ES Sahel    CRB-CABBA décalé au lundi 3 février    Les étudiants fidèles au "22 février"    Les entreprises publiques ont boudé l'événement    Des acheteurs allemands chez des fournisseurs algériens    Un nouveau système d'information pour la douane    Fermeture dans la nuit de mardi à vendredi minuit    Cinq pays au 10e Festival international du théâtre de Béjaïa    ACTUCULT    Lumières sur un super-héros, très secret et réel    Une foire internationale de la production à Alger proposée par l'Union arabe    Hand/Tournoi de qualification olympique: l'Algérie débutera face à la Slovénie    Zitouni exhorte les jeunes à l'unité pour faire avancer l'Algérie    El-Bayadh: Le logement passé au peigne fin    Selon le Professeur Tahar Ryan: «Le système de santé est malade»    Oran: Le procès de Kaddour Chouicha de nouveau reporté    Oum El Bouaghi: Deux morts dans le crash d'un avion militaire    Les étudiants toujours mobilisés    JS Kabylie: Yamen Zelfani nouvel entraîneur    Coronavirus: Le président ordonne le rapatriement des Algériens établis à Wuhan    La pointe extrême du singulier    Allez à Ghaza et criez «plus jamais ça !»    Le parc d'attraction rouvre ses portes    Vivre le (dés) espoir d'une mère nigériane    2 millions d'Irakiens manifestent contre la présence des USA    La collection «Continents Noirs» fête ses 20 ans    Découverte d'un bain romain à Ferkane (Tébessa)    Le chiffre d'affaires de la CNMA s'est établi à 15 milliards de dinars    «L'équipe a retrouvé sa confiance et sa stabilité après le départ de Lavagne»    Les militairesisraéliens frappent une cible du Hamas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trading pétrolier : Sonatrach pourrait se positionner comme un acteur majeur
Publié dans Le Maghreb le 08 - 05 - 2019

Le groupe algérien Sonatrach, le saoudien Aramco et l'émirati ADNOC pourraient rapidement se positionner comme acteurs majeurs dans le trading pétrolier, dominé jusqu'ici par les géants vitol, Glencore, Trafigura, et Mercuria, selon une analyse publiée par Oil Price.
" L'été 2019 pourrait être un tournant décisif pour les marchés mondiaux des produits de base ", alors que les trois groupes se lancent déjà dans la mise en œuvre d'une " stratégie structurée " pour se tailler une part importante du marché de courtage pétrolier, relève Cyril Widdershoven, auteur de l'analyse et spécialiste des marchés pétroliers.
" Les changements en cours à Dhahran, à Abu Dhabi ou même dans plusieurs pays d'Afrique du Nord, telle que l'Algérie, seront bien plus importants que ne le prévoient actuellement la plupart des géants de la commercialisation " du pétrole, soutient-t-il.
Vitol et Trafigura " devraient maintenant être très conscients de l'imminence du tsunami qui se prépare ", ajoute-il, estimant que " les évaluations actuelles tendent encore à considérer les tentatives d'Aramco, d'ADNOC, de Qatar Petroleum et de Sonatrach comme une simple perturbation mineure et non une source d'inquiétude ".
Mais pour l'analyste " les temps ont changé"" car ces compagnies pétrolières nationales " ne vont pas se contenter d'une position minime sur le marché ".
Et même s'il " reste beaucoup à faire à Aramco, ADNOC et Sonatrach " pour conquérir le marché de courtage pétrolier, les trois groupes ont " un avantage considérable sur Vitol et Trafigura ", explique-t-il.
En fait, ces groupes producteurs de brut, n'auront pas à faire face aux procédures opérationnelles internes tels que les appels d'offres ainsi qu'aux autres problèmes bureaucratiques du moment où ils ont plein accès aux volumes de pétrole et de produits pétrochimiques à commercialiser.
Cet accès leur " confère un avantage direct sur les tierces parties en termes de prix, de connaissances et de perception ", explique l'analyste.
En accédant au marché du négoce pétrolier, ces groupes pourraient augmenter leur influence sur les prix ainsi que sur l'approvisionnement du pétrole, en tirant aussi une plus-value de leur production pétrolière.
La concurrence entre ces groupes publics et les géants de courtage pétrolier s'annonce rude et pourrait éliminer les petits opérateurs sur le marché mais aussi créer de grandes compagnies de commercialisation si Aramco et ses pairs parviennent à racheter des sociétés de négoce ou établir des alliances dans la commercialisation du brut avec les majors pétrolières, soutient l'analyse.
Sonatrach négocie la création d'une joint-venture commerciale avec plusieurs sociétés de courtage dont Vitol, la plus grande compagnie privée de trading au monde. Abu Dhabi National Oil Company (ADNOC) a déjà conclu en janvier dernier un accord avec l'italien ENI et l'autrichien OMV pour créer une coentreprise de commercialisation, alors qu'Aramco a signé en avril un contrat d'approvisionnement avec le polonais PKN Orlen. D'un point de vue géopolitique, la démarche des compagnies nationales est claire : augmenter leur pouvoir et celui de leurs gouvernements en contrôlant l'offre et les échanges pétroliers à la lumière des alliances régionales et internationales, explique l'analyste.
Dorénavant, les sociétés de trading devraient s'inquiéter pour leurs parts de marché car la nouvelle démarche qui ne concerne que les hydrocarbures actuellement pourrait être étendue à d'autres matières premières comme les produits agricoles, les minéraux et les métaux.
Mais pour asseoir leur hégémonie sur le marché, les groupes pétroliers publics de la région auront besoin d'une bourse de marchandises. L'essentiel du pétrole produit dans la région Mena est commercialisé à Rotterdam ou à Singapour. Dubai Mercantile Exchange tente actuellement de devenir un point de vente important et flexible dans la région, rappelle l'analyste. " Combiner des volumes d'échanges d'hydrocarbures, de métaux et de produits agricoles avec une bourse de marchandises dans la région Mena provoquerait un séisme qui pourrait remodeler la structure du commerce mondial ", prévoit-il.
Dans le même contexte, l'analyste estime que les sociétés internationales de courtage " ne devraient pas prendre ces signaux d'alerte à la légère " car cette nouvelle démarche cadre avec les stratégies de développement des pays pétroliers de la région.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.