Explosion de Beyrouth: Tebboune ordonne l'envoi immédiat d'aides au peuple libanais    Décès du Professeur Grangaud: Djerad rend hommage à un "Fils de l'Algérie"    Feux de forêts: installation du comité d'évaluation des dégâts    Covid19 à Tizi-Ouzou: le reconfinement de deux communes imposé par la recrudescence des cas    Feux de forêts: réunion interministérielle pour indemniser les personnes impactées    551 nouveaux cas confirmés et 13 décès en Algérie    LE CHEF D'ETAT-MAJOR CHANEGRIHA AFFIRME : La gendarmerie est l'un des piliers de la stabilité    Le Général-Major Meftah Souab n'est pas en fuite    EFFONDREMENT DU TUNNEL MINIER A AIN AZAL : Une commission d'enquête pour déterminer les causes    EXPLOSIONS DE BEYROUTH : Pas d'Algériens parmi les victimes    COLLECTE DES ORDURES MENAGERES A ORAN : La mairie réquisitionne des entreprises communales    Premiers essais de Vision-S    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Manchester United et l'Inter : objectif «Final 8»    L'eau, le feu, l'argent et les enquêtes    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Mutualisation des compétences et passage de témoin    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Un SUV pour les pays émergents    Les modalités restent à fixer    2 employés morts dans l'effondrement partiel d'un tunnel minier à Chaâba-el-Hamra    La rentrée universitaire semble compromise    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    La famille Bouchaoui sans acte de propriété    L'aide humanitaire ne suffit pas    Signature de conventions de partenariat    Les walis sommés de transmettre les registres de doléances à la Présidence    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Infantino "respectera toute décision" de la commission d'éthique    L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos serait en République dominicaine    17 morts dans des inondations dans le Nord    Charbel Wehbé, nouveau ministre des Affaires étrangères    Se reconstruire après la tragédie    "Aucun échec n'est une mort définitive"    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Décès du khalife général Médina Baye (Sénégal): Condoléances du Président Tebboune    Tiaret: La ville n'aura pas son tramway    USTOMB et Tosyali Holding Algérie: Vers la mise en place de formations professionnalisantes    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Pénurie de plus de 200 médicaments    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    "Sonatrach n'est pas impliquée dans l'affaire du fuel frelaté au Liban"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'aventure du raffinage à l'étranger
Publié dans La Nouvelle République le 14 - 01 - 2018

A partir du mois de février prochain, Sonatrach va arrêter d'importer les carburants. Elle compte procéder au raffinage du pétrole brut à l'étranger. Cette décision a été prise lors du dernier conseil d'administration du groupe, tenue en décembre dernier.
L'aventure est périlleuse et risque d'entraîner Sonatrach dans un tourbillon insoutenable. Car, il ne s'agit pas uniquement des problèmes et coûts de processing et des taux de pertes dus au TBP (True Boiling Point, soit le point d'ébullition véritable). Il s'agit surtout de la gestion des stocks des produits bas de gamme tels le Naphta et le Fuel. Il n'est pas toujours aisé de s'en débarrasser à partir des ports européens. Au final, cette opération n'offre aucune garantie de réaliser des marges plus importantes par rapport aux opérations classiques de vente de pétrole brut et d'importation de carburants selon les besoins. En revanche, Sonatrach s'expose aux risques des marchés internationaux avec des marges de manœuvre très réduites, compte tenu du fait que cette opération n'est couverte par aucun texte juridique. Au-delà de tous ces aléas, le processing à l'étranger n'a des chances d'aboutir que si Sonatrach opère avec les grandes compagnies qui ont d'énormes capacités d'absorption des produits dérivés, destinés au marché international. Dans le cas contraire, la compagnie nationale va se noyer notamment dans la gestion des capacités de stockage, en attendant l'écoulement des produits qui ne sont pas destinés au marché algérien.
Tentative timide
Au cours des dernières années, une idée dans ce sens a mûri à Sonatrach. Des études et des simulations ont été réalisées sur les projets de processing à l'étranger. Sonatrach est allée même jusqu'à discuter de ces questions avec les deux géants, BP (l'un des plus grands raffineurs-distributeurs au monde) et Vitol, leader mondial de courtage de pétrole brut. En février 2016, Sonatrach avait reçu, de la part de BP et Vitol, deux propositions pour le raffinage du pétrole brut à l'étranger. L'analyse des propositions des deux géants des lubrifiants et carburants montrait un grand écart avec le TBP du pétrole algérien, Sahara Blend. Dans le process de raffinage, l'offre de BP consistait en un retour de 630 kg de Gas Oil et 234 kg d'essence, pour chaque tonne de Sahara Blend. Pour l'opérateur britannique, les pertes devraient se situer à 13.59%. Les formules d'échanges de produits raffinés proposées par BP donnaient lieu à des taux de rendement bien inférieurs à ceux affichés par Sonatrach dans les opérations classiques d'exportation de pétrole brut. L'offre de BP comprenait également un coût de raffinage de 2.15 dollars pour chaque baril de pétrole. Pour sa part, Vitol propose, contre une tonne de pétrole brut, un retour de 689.3 kg de Gas Oil et 215 kg d'essence. Les pertes sont alors de l'ordre 9.57%. En matière d'échange, Vitol proposait 0.5 tonne de Gas Oil contre une tonne de Fuel. Le ratio pratiqué par Sonatrach à l'export est de l'ordre de 0.75, donc plus élevé que celui (0.5) affiché dans l'offre de Vitol. Pour le coût du processing, Vitol propose un montant de 7 dollars par baril de pétrole brut. Bien loin des 2.15 $ proposés par BP. De facto, Sonatrach devait rejeter ces propositions, car les pertes étaient très élevées et l'opération devenait non rentable. De plus les propositions d'échange étaient nettement inférieures aux rendements classiques d'exportation de pétrole brut. Les simulations réalisées montraient alors que les offres des deux compagnies étaient loin d'être rentables, comparativement aux chiffres réalisés dans les opérations d'exportation. Sonatrach se devait donc de rejeter globalement ces propositions. Un deuxième round de discussions a eu lieu entre Sonatrach et les deux prestataires au cours de la dernière semaine de mars 2016. Les responsables algériens insistaient sur la nécessité d'aboutir à des rendements proches du TBP du pétrole algérien et des ratios d'échanges qui ne s'écartent pas trop de ceux pratiqués par Sonatrach à l'export. En avril, BP est revenue avec des propositions avec les taux d'échanges plus avantageux que les premiers :
Naphta/Gas Oil: 1/1 ou 1/0.98 en incluant les charges de livraisons à BP.
Naphta/Essence: 1/0.76 avec les frais de livraisons à la charge de BP.
Pétrole brut/ Gas Oil : 1/0.88
Pétrole brut/Essence: 1/0.70 à 0.75
Cependant, compte tenu de la volatilité de certains paramètres, il fallait s'arranger avec BP pour fixer les limites minimales et maximales, de manière à éviter de s'exposer aux risques du marché. Pour sa part, Vitol est revenu avec trois nouvelles propositions de processing. L'une d'entre elles comportait un ratio de 5/1 en Gas Oil/essence, avec un taux de pertes de l'ordre de 2.48 % seulement. Cette option offrait des rendements meilleurs que ceux réalisés dans l'importation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.