La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'aventure du raffinage à l'étranger
Publié dans La Nouvelle République le 14 - 01 - 2018

A partir du mois de février prochain, Sonatrach va arrêter d'importer les carburants. Elle compte procéder au raffinage du pétrole brut à l'étranger. Cette décision a été prise lors du dernier conseil d'administration du groupe, tenue en décembre dernier.
L'aventure est périlleuse et risque d'entraîner Sonatrach dans un tourbillon insoutenable. Car, il ne s'agit pas uniquement des problèmes et coûts de processing et des taux de pertes dus au TBP (True Boiling Point, soit le point d'ébullition véritable). Il s'agit surtout de la gestion des stocks des produits bas de gamme tels le Naphta et le Fuel. Il n'est pas toujours aisé de s'en débarrasser à partir des ports européens. Au final, cette opération n'offre aucune garantie de réaliser des marges plus importantes par rapport aux opérations classiques de vente de pétrole brut et d'importation de carburants selon les besoins. En revanche, Sonatrach s'expose aux risques des marchés internationaux avec des marges de manœuvre très réduites, compte tenu du fait que cette opération n'est couverte par aucun texte juridique. Au-delà de tous ces aléas, le processing à l'étranger n'a des chances d'aboutir que si Sonatrach opère avec les grandes compagnies qui ont d'énormes capacités d'absorption des produits dérivés, destinés au marché international. Dans le cas contraire, la compagnie nationale va se noyer notamment dans la gestion des capacités de stockage, en attendant l'écoulement des produits qui ne sont pas destinés au marché algérien.
Tentative timide
Au cours des dernières années, une idée dans ce sens a mûri à Sonatrach. Des études et des simulations ont été réalisées sur les projets de processing à l'étranger. Sonatrach est allée même jusqu'à discuter de ces questions avec les deux géants, BP (l'un des plus grands raffineurs-distributeurs au monde) et Vitol, leader mondial de courtage de pétrole brut. En février 2016, Sonatrach avait reçu, de la part de BP et Vitol, deux propositions pour le raffinage du pétrole brut à l'étranger. L'analyse des propositions des deux géants des lubrifiants et carburants montrait un grand écart avec le TBP du pétrole algérien, Sahara Blend. Dans le process de raffinage, l'offre de BP consistait en un retour de 630 kg de Gas Oil et 234 kg d'essence, pour chaque tonne de Sahara Blend. Pour l'opérateur britannique, les pertes devraient se situer à 13.59%. Les formules d'échanges de produits raffinés proposées par BP donnaient lieu à des taux de rendement bien inférieurs à ceux affichés par Sonatrach dans les opérations classiques d'exportation de pétrole brut. L'offre de BP comprenait également un coût de raffinage de 2.15 dollars pour chaque baril de pétrole. Pour sa part, Vitol propose, contre une tonne de pétrole brut, un retour de 689.3 kg de Gas Oil et 215 kg d'essence. Les pertes sont alors de l'ordre 9.57%. En matière d'échange, Vitol proposait 0.5 tonne de Gas Oil contre une tonne de Fuel. Le ratio pratiqué par Sonatrach à l'export est de l'ordre de 0.75, donc plus élevé que celui (0.5) affiché dans l'offre de Vitol. Pour le coût du processing, Vitol propose un montant de 7 dollars par baril de pétrole brut. Bien loin des 2.15 $ proposés par BP. De facto, Sonatrach devait rejeter ces propositions, car les pertes étaient très élevées et l'opération devenait non rentable. De plus les propositions d'échange étaient nettement inférieures aux rendements classiques d'exportation de pétrole brut. Les simulations réalisées montraient alors que les offres des deux compagnies étaient loin d'être rentables, comparativement aux chiffres réalisés dans les opérations d'exportation. Sonatrach se devait donc de rejeter globalement ces propositions. Un deuxième round de discussions a eu lieu entre Sonatrach et les deux prestataires au cours de la dernière semaine de mars 2016. Les responsables algériens insistaient sur la nécessité d'aboutir à des rendements proches du TBP du pétrole algérien et des ratios d'échanges qui ne s'écartent pas trop de ceux pratiqués par Sonatrach à l'export. En avril, BP est revenue avec des propositions avec les taux d'échanges plus avantageux que les premiers :
Naphta/Gas Oil: 1/1 ou 1/0.98 en incluant les charges de livraisons à BP.
Naphta/Essence: 1/0.76 avec les frais de livraisons à la charge de BP.
Pétrole brut/ Gas Oil : 1/0.88
Pétrole brut/Essence: 1/0.70 à 0.75
Cependant, compte tenu de la volatilité de certains paramètres, il fallait s'arranger avec BP pour fixer les limites minimales et maximales, de manière à éviter de s'exposer aux risques du marché. Pour sa part, Vitol est revenu avec trois nouvelles propositions de processing. L'une d'entre elles comportait un ratio de 5/1 en Gas Oil/essence, avec un taux de pertes de l'ordre de 2.48 % seulement. Cette option offrait des rendements meilleurs que ceux réalisés dans l'importation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.