Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guerre commerciale : A quoi s'attendre si la Chine décidait de vendre ses obligations américaines ?
Publié dans Le Maghreb le 28 - 05 - 2019

Le nouveau cycle de guerre commerciale déclenché par Trump contre la Chine a sérieusement impacté le yuan. A une semaine de l'entrée en vigueur de nouvelles taxes chinoises contre des produits US, les analystes avertissent que pour empêcher la chute de sa monnaie, Pékin pourrait recourir à une arme puissante: lancer la vente de ses obligations US.

L'espoir serait vain
La trêve tant attendue dans la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine n'a pas eu lieu. Fin avril, le président et le secrétaire au Trésor américain affirmaient que les négociations avançaient bien, mais les tweets de Donald Trump publiés en mai concernant l'augmentation des taxes ont anéanti tous les espoirs.
Le 6 mai, quand le Président a publié son tweet, les bourses chinoises ont fléchi de 5%. Le 10, Washington est passé des paroles aux actes: les taxes ont grimpé de 10 à 25% sur 200 milliards de dollars de produits chinois importés.
Le yuan a perdu 2,4% de sa valeur pour atteindre son minimum depuis décembre dernier. Ce 14 mai, la Banque centrale de Chine a réduit le cours de la monnaie nationale de 0,6%. Un yuan faible rend les exportations moins chères en dollars, ce qui permet aux marchandises de se maintenir sur le marché américain même après le décret de nouvelles taxes rédhibitoires. Mais les importations deviennent plus chères et le reflux des capitaux du pays s'accélère.
Toutefois, la Banque centrale affirme que le yuan ne deviendra pas une monnaie d'échange dans la guerre commerciale, et que le taux de change sera maintenu à un niveau rationnel et stable.
Selon les experts de la société de recherche internationale indépendante Capital Economics, il est peu probable que Pékin décide de dévaluer le yuan à cause des taxes américaines. Au contraire, bien des signes indiquent qu'il l'empêchera.
Les taux d'intérêt sur les prêts à court terme sur le marché offshore du yuan a significativement augmenté: apparemment, les autorités financières chinoises tentent de compliquer le processus de création de positions courtes sur la monnaie nationale afin d'empêcher son affaiblissement, explique Capital Economics.

La dernière goutte
Donald Trump a l'intention d'imposer 325 milliards de dollars de produits chinois supplémentaires, soit l'ensemble des exportations chinoises aux États-Unis. Pékin pourrait réagir radicalement en réduisant ses investissements dans la dette publique américaine.
Ces craintes ont été appuyées par le tweet d'un journaliste chinois selon lequel les autorités "étudient déjà la possibilité de vendre" les obligations américaines et la "manière de le faire".
Le scénario d'une vente massive d'obligations américaines par la Chine (qui en détient 1.130 milliards de dollars) est peu probable: la forte dévaluation de ces obligations, inévitable dans ce cas, nuirait davantage aux Chinois qu'aux Américains.
Cependant, précise Bloomberg, Pékin pourrait parfaitement réduire ses investissements dans ces actifs de plusieurs dizaines de milliards de dollars, non pas par vengeance mais afin de maintenir le cours du yuan s'il commençait à chuter.
Ainsi, en 2016, les Chinois ont vendu 188 milliards de dollars d'obligations (presque 15% du montant total des placements dans cet actif à l'époque) quand le yuan avait fléchi de 7% sur fond de reflux des capitaux. Par la suite, une partie de la dette publique avait été rachetée, mais l'an dernier les ventes ont recommencé. Au total, en cinq ans, Pékin a réduit son portefeuille d'obligations américaines de 13,8%.
Pour les deux pays, le préjudice causé par la guerre commerciale déclenchée par Washington se chiffre déjà en milliards de dollars. Pékin a averti à plusieurs reprises que si cela continuait, il devrait se débarrasser de la dette américaine - et ce uniquement pour des raisons économiques.
"Si la Chine commençait à vendre ses obligations du Trésor américain, cela ne serait pas tant lié aux nouvelles taxes mais plutôt à la régulation de sa propre monnaie. Quand le reflux des capitaux se renforcera, Pékin devra protéger le yuan et vendre les obligations", explique à Bloomberg Gene Tannuzzo, analyste chez Columbia Threadneedle Investments.

Vers un envol des taux d'intérêt
L'émission d'obligations publiques permet à Washington de financer les dépenses fédérales grandissantes tout en stimulant la croissance économique et en maintenant les taux d'intérêt bas.
"Si les Chinois décidaient de se retirer de la dette publique ou de réduire significativement leur part sur ce marché, cela provoquerait un déséquilibre aux États-Unis. Washington compte trop sur les acheteurs étrangers d'obligations. La vente d'une grande quantité d'obligations provoquerait une montée en flèche des taux d'intérêt, ce qui impacterait considérablement la première économie mondiale", note CNBC.
D'une manière ou d'une autre, Pékin poursuivra sa politique visant à renoncer à la dette américaine, affirment les analystes de la société d'investissement privée BlackRock.
"Pour le Trésor américain, compte tenu du déficit budgétaire croissant, cela risque d'entraîner des conséquences très négatives. Au final le Trésor sera perdant", a expliqué Laurence Fink, P-DG de BlackRock.
La vente d'obligations ferait chuter leur prix en faisant grimper leur rendement et, par effet de conséquence, augmenterait le coût des emprunts pour les compagnies et les consommateurs américains. L'économie du pays en serait ralentie.
Or si le dollar chutait, les marchés internationaux seraient frappés encore plus fort que lors de la crise financière de 2008.
"Est-ce que la Réserve fédérale devra augmenter le taux directeur en plongeant l'économie dans une récession pour compenser l'offre supplémentaire d'obligations avec une demande plus basse? Ce n'est que l'une des questions à laquelle devra répondre la Maison-Blanche. Il faut surtout se demander qui sera le nouvel acheteur de la dette américaine", souligne Laurence Fink.
"La vente d'obligations est effectivement l'arme la plus puissante de Pékin. Les Chinois pourraient s'en servir dans leur confrontation avec les États-Unis. Et cela arriverait si la situation s'aggravait", estime Sung Won Sohn, professeur d'économie à l'université Loyola Marymount (USA) et président de SS Economics.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.