Projet de Plan national de relance socio-économique: le Président Tebboune préside une réunion    Confinement partiel imposé dans 18 communes de Sétif : soulagement chez les citoyens    L'UE réaffirme sa position de non reconnaissance de la marocanité du Sahara Occidental    Mahieddine Tahkout auditionné pour son implication dans plusieurs affaires de corruption    IMPORTATION DE VEHICULES NEUFS EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie se prononce de nouveau    La justice libanaise este en justice le représentant de Sonatrach    MULTIPLICATION DES CAS DE CORONAVIRUS A ORAN : Les médecins tirent la sonnette d'alarme    SETIF : Retour au confinement partiel de 13h00 à 05h00    Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    M'sila: nécessité d'accélérer les travaux de la station déminéralisation de Hamam Dhalaa    Laghouat: équipement du laboratoire du nouveau CHU en appareil de dépistage du Covid19    475 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    JM Oran-2022: le COJM mobilisera près de 1 milliard de dinars pour l'équipement des sites    Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Courrier des lecteurs    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Benhadid réhabilité    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Treize activites acquittés    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    La FAF veut «assainir» le métier    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A quelques jours de la CAN-2019 : Le foot africain en fête en terre égyptienne
Publié dans Le Maghreb le 19 - 06 - 2019

Le football africain sera en fête au pays des "Pharaons", l'Egypte, qui s'apprête à abriter du 21 juin au 19 juillet, la 32e édition de la Coupe d'Afrique des nations (CAN-2019), la première à regrouper 24 sélections.

Avec l'augmentation du nombre des participants de 16 à 24 équipes, la Confédération africaine de football (CAF) a réparti en six groupes de quatre les sélections qualifiées à ce rendez-vous continental qui va, pour la première fois, se dérouler en été. Auparavant, l'organisation des éditions de la CAN chevauchait entre les mois de janvier et février.
L'Egypte, qui va accueillir l'édition-2019 de la CAN pour la 5è fois, après celles de 1959, 1974, 1986 et 2006, a mis en oeuvre les moyens nécessaires pour réussir le plus grand tournoi footballistique en Afrique.
Le président de la Fédération égyptienne de football, Hany Abo Rida, l'a clairement affirmé, au lendemain de l'attribution de la CAN-2019 à l'Egypte, en indiquant que son pays sera prêt à relever ce challenge. "Nous répondrons à tous les défis pour que la fête soit belle", avait-il dit.
L'Egypte s'est vu attribuer l'organisation de la 32e CAN, le 8 janvier dernier, en remplacement du Cameroun, recalé par la CAF en raison du retard accusé dans les travaux des stades devant abriter le tournoi. L'Egypte a été préférée à l'Afrique du sud, pays hôte en 1996 et 2013.
La décision a été prise par l'instance continentale à l'issue de la réunion de son Comité exécutif à Dakar (Sénégal). La victoire des "Pharaons" était nette et sans bavures : 16 voix contre une (1) pour l'Afrique du sud et une (1) abstention.
La CAN-2019 est la quatrième phase finale de suite à changer de pays-hôte.
La CAN-2013 devait avoir lieu en Libye mais, pour des raisons sécuritaires, avait été confiée finalement à une Afrique du sud censée abriter l'édition 2017. Le Maroc a ensuite refusé d'accueillir la CAN-2015, prétextant l'épidémie du virus Ebola qui sévissait dans une partie du continent et la Guinée équatoriale avait été appelée à la rescousse. Et la CAN-2017, d'abord attribuée à l'Afrique du sud puis à la Libye, avait finalement eu lieu au Gabon.

La VAR à partir des quarts de finale
La CAN-2019 connaîtra une autre nouveauté avec l'introduction de l'Assistance vidéo à l'arbitrage (VAR) à partir des quarts de finale. Les vingt-quatre sélectionneurs des équipes qualifiées avaient en effet majoritairement souhaité l'utilisation de la VAR lors d'un atelier de travail organisé au Caire, juste avant le tirage au sort de la phase finale.
Cependant, cette technologie est désormais source d'appréhension et d'inquiétude pour les responsables du football africain qui craignent que des problèmes d'arbitrage viennent ternir le tournoi, à l'image du litige sans précédent ayant marqué la finale retour de la Ligue des champions entre l'ES Tunis et le WA Casablanca, le 31 mai dernier au stade Radès de Tunis.
Alors que l'Espérance menait 1-0, l'égalisation du WAC a été invalidée par l'arbitre, visiblement pour hors-jeu. Les Marocains ont alors réclamé la vérification par la VAR. En vain: elle était hors service. Au bout d'une heure et demie d'interruption, l'arbitre gambien Bakary Papa Gassama a sifflé la fin définitive du match, désignant de fait l'Espérance Tunis vainqueur.
Dans la foulée des protestations marocaines, la CAF a convoqué le 4 juin un Comité exécutif d'urgence, décidant de faire rejouer la finale retour, hors de Tunisie après la CAN, une décision qualifiée d'"irresponsable" et de "précédent dangereux" par la partie tunisienne.
De l'avis des observateurs, le succès de la CAN-2019, tout comme son échec d'ailleurs, va dépendre, dans une large mesure, de la prestation des arbitres et surtout de leur maîtrise des techniques de l'assistance vidéo.
Tous les gros bras du continent seront présents en Egypte, y compris le Nigeria, grand absent des deux dernières éditions et auteur de 14 podiums (record) en CAN dont 5 titres.
En terre égyptienne, les "Super Eagles" seront parmi les candidats en force pour le sacre, aux côtés des grosses cylindrées comme le pays-hôte, le Ghana, le Sénégal, la Côte d`Ivoire, le Cameroun, l`Algérie, la Tunisie et le Maroc.
La compétition se déroulera dans quatre villes : la capitale Le Caire (3 stades), Alexandrie, Suez et Ismaïlia.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.