TIARET : Installation des nouveaux président et procureur général de la Cour de justice    Le FLN et le RND ont boycotté Bengrina    CHANGER L'ASPECT DES ZONES D'OMBRE : Djerad donne un ultimatum de 4 mois    REUNION GOUVERNEMENT/WALIS : Pour une véritable décentralisation autour de grands pôles régionaux    HUILE ET SUCRE : Vers la production de 30% des besoins nationaux    L'Autorité palestinienne qualifié de "trahison" de la cause palestinienne l'accord Israël-Emirats    PROCHAINE BASE MILITAIRE ISRAELIENNE AUX EMIRATS : L'énième trahison    L'Autorité palestinienne annonce le rappel "immédiat" de son ambassadeur à Abou Dhabi    PROCHAINE RENTREE SOCIALE : Un protocole sanitaire préventif dans les écoles, universités et CFPA    DOUARS ‘'SIDI LANTRI'' ET ‘'R'AYED'' (TISSEMSILT) : Les habitants des zones d'ombre interpellent les responsables    SIDI BEL ABBES : 85 motos mises en fourrière en juillet    Le premier cancer détecté chez un dinosaure soulève de nouvelles hypothèses    Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Lutter contre l'argent sale et moderniser l'administration pour bâtir une nouvelle République    BEM-BAC: un processus de conception, d'élaboration et d'impression des sujets    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    La drôle de démarche d'un syndicat    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    La traque d'un "sulfureux" général    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    Tebboune accuse !    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    Presse: Il faut crever l'abcès !    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés
Publié dans Le Maghreb le 22 - 07 - 2019

Après une relative accalmie, les assauts de Boko Haram ont repris avec intensité faisant au moins dix morts, dont sept militaires, dans une série d'attaques à l'Extrême-nord du Cameroun. Dans le même temps, le nombre de réfugiés ne cesse d'augmenter autour du lac Tchad, en proie à une sérieuse crise humanitaire. Décryptage.

La région du lac Tchad connaît une recrudescence d'attaques de la secte Boko Haram. Au moins sept soldats camerounais ont été tués pendant une incursion du groupe nigérian Boko Haram dans la nuit de dimanche à lundi 10 juin à Darak, département du Logone et Chari, une localité de l'extrême nord du Cameroun proche du lac Tchad où opèrent des djihadistes, a appris Sputnik de sources locales.
Les assaillants ont visé un les positions de l'armée camerounaise au petit matin du lundi 10 juin. L'attaque menée par le groupe djihadiste Boko Haram a été suivie de violents combats avec l'armée, jusqu'à l'arrivée des renforts qui ont permis de les repousser.
Dans la nuit précédente du 8 au 9 juin dernier, des combattants de la secte islamiste avaient déjà tué deux personnes dans une embuscade à Nguetchewe, une localité de l'Extrême Nord du Cameroun, relate une source locale à Sputnik.
Selon des témoins, les assaillants, positionnés sur l'une des routes du village, agressaient et dérobaient des villageois de passage à motocyclette. Informée, l'armée camerounaise s'est rendue sur les lieux. Les échanges de coups de feu entre les deux parties ont duré une vingtaine de minutes et se sont achevés par la retraite des assaillants de Boko Haram.
"Les habitants ont entendu de violents combats vers 20 h. Beaucoup ont commencé à fuir pour se cacher dans les champs. C'était la confusion totale, parce que les assaillants étaient également lourdement armés. Quelques roquettes ont été lancées", a relaté une source dans la région, jointe au téléphone par Sputnik.
Cette même nuit du 8 juin, une incursion de terroristes dans la localité de Kolofata-Guidi, toujours à l'Extrême Nord du Cameroun, a conduit à la mort d'une femme. Cette dernière aurait lancé l'alerte à leur passage avant de se faire tuer par les djihadistes.
Interrogé par Sputnik sur la fréquence et la facilité avec laquelle les assaillants de Boko Haram réussissent des incursions ces dernières semaines, Joseph Lea Ngoula, analyste des questions sécuritaires et géopolitiques pour le cabinet Orin consulting, spécialisé dans la gestion des conflits en Afrique, invoque les dissensions qui se sont instaurées entre les factions de Boko Haram qui sévissent dans la région en plus de l'arrivée de la saison sèche, plus propice aux attaques.
"La reprise des attaques enregistrées ces derniers mois peut trouver une explication dans les conditions climatiques qui prévalent, la saison sèche donnant souvent lieu à des attaques, tandis que la saison de pluies est un moment de retrait stratégique. Ensuite, les divisions profondes qui traversent les factions du mouvement islamiste peuvent aussi apporter quelques éclairages sur cette dynamique.
Le groupe de l'État Islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP), faction de Boko Haram désormais placée sous l'autorité d'Abu Abdullah Ibn Umar al-barnawi, tente de prouver que son mouvement a survécu à la décapitation après le renversement de Khalid al-barnawi et Mamman Nur, deux figures emblématiques. Tandis que la faction de Shekau, la moins nombreuse et très affaiblie depuis le schisme, essaye de démontrer qu'elle conserve ses capacités de nuisance, malgré les rumeurs sur son déclin", explique-t-il au micro de Sputnik.
Pour l'analyste camerounais, les attaques de Boko Haram enregistrées depuis le début de l'année résonnent comme un avertissement à ceux qui estimaient que le mouvement islamiste était affaibli au Cameroun et dans la région du lac Tchad. Joseph Lea Ngoula estime que le groupe djihadiste continue de démontrer une capacité de nuisance qui résiste à la coalition des forces armées dans la région, notamment parce que la réponse des États concernés n'est pas adéquate.
"Certes, la secte Boko Haram a été affaiblie par les guerres de leadership et les campagnes militaires lancées contre ses positions par la coalition des pays du bassin du Lac Tchad. Elle n'en a pas moins multiplié, depuis août 2018, des raids sur les camps militaires localisés dans la région afin de reconstituer sa puissance de feu en pillant l'arsenal militaire. Le problème, c'est que la réponse militaro-centrée des États de la région, en ne s'attaquant pas aux racines profondes de cette crise, a poussé les populations locales dans les bras de Boko Haram. Les factions du groupuscule djihadiste continuent de mener des campagnes de recrutement à succès en exploitant les frustrations des populations, le ressentiment de certains contre les armées et, plus récemment, les tensions historiques qui opposent les communautés du Lac Tchad", commente pour Sputnik Joseph Lea Ngoula.
Depuis 2009, au Nord-est du Nigéria, dans la région du Diffa au Niger, à l'Extrême-Nord du Cameroun et à l'Est du Tchad, des millions de personnes sont victimes de déplacements, massacres, malnutrition aiguë et maladies. Selon l'Onu, 10,7 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire dans cette partie du continent.
Dans la région de l'Extrême Nord du Cameroun, on comptait en 2018 encore plus de 200.000 déplacés camerounais. Des populations privées de tout, qui malgré les appels au retour dans leur village, préfèrent, par crainte, la survie dans les camps de déplacés.
Selon le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) le Cameroun héberge actuellement plus de 370.000 réfugiés, y compris 100.000 originaires du Nigéria. Des mouvements de populations qui génèrent des problèmes supplémentaires pour des économies déjà fragilisées, comme l'indique à Sputnik notre analyste des conflits.
"Le flux croissant de réfugiés alourdit le fardeau humanitaire dans les pays d'accueil, pourtant ces derniers n'arrivent déjà pas à subvenir aux besoins de leurs propres populations déplacées à l'intérieur du pays. Au Cameroun par exemple, 40% des réfugiés qui vivent en dehors du camp de Minawao, à l'extrême nord, exercent une forte pression sur les ressources locales et génèrent des tensions qui peuvent provoquer des conflits locaux", estime-t-il.
Le Cameroun n'est pas le seul pays à être affecté par la secte islamiste. L'Onu vient de tirer la sonnette d'alarme en ce qui concerne le Niger, en proie lui aussi à une violente crise sécuritaire. Depuis le mois de janvier, plus de 100.000 nouveaux réfugiés et déplacés ont été recensés, alors que le pays en abritait déjà quelque 300.000.
À Diffa notamment, dans le sud-est, région frontalière avec l'État nigérian de Borno, des groupes armés tels que Boko Haram ont provoqué le déplacement d'environ 25.000 personnes. Plus à l'ouest, toujours à la frontière nigériane, dans la région de Maradi, environ 20.000 Nigérians ont fui les violences de leur pays.
Sur les 2,5 millions de personnes qui ont dû quitter leur foyer, dans le bassin du lac Tchad, le Nigéria a enregistré à lui seul 1,7 million de cas. Des milliers de personnes ont été déplacées plusieurs fois à l'intérieur même de ce pays, épicentre de la secte islamiste. Pour échapper à la violence au Nord-est du Nigéria, les familles doivent vivre dans des camps ou se réfugier dans les pays voisins.
Alors que l'insurrection se poursuit, le HCR a lancé en janvier dernier, en collaboration avec le PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement) et d'autres partenaires, un appel de fonds d'un montant de 135 millions de dollars pour aider les centaines de milliers de personnes déracinées par l'insurrection croissante de Boko Haram dans la région du bassin du lac Tchad. Une insurrection djihadiste qui a déjà fait plus de 27.000 morts.
La capacité de résilience de Boko Haram, dans une région en proie à l'une des plus violentes crises humanitaires au monde, n'a donc pas fini de faire des morts et des déplacés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.