Les candidats soulignent la nécessité de renforcer le front interne pour préserver la stabilité de l'Algérie    Une délégation de l'APN prendra part à l'Eucoco    Bale, la réponse de Marca ! (Photo)    CRB : Amrani «Je ne parlerai pas d'un autre club, je respecte ma profession»    Deux individus appréhendés à Relizane et El Taref pour tentative de ralliement aux groupes terroristes    Nouveau Gouvernement tunisien: Ennahdha s'oppose à la participation de certains partis    Bengrina s'en prend à l'opposition    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    Des partisans du président agressent des opposants    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    Velud a testé les jeunes joueurs    Il y a tromperie sur la marchandise    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Israël ferme des organisations palestiniennes à El-Qods occupée    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Se disputer avec soi-même    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Université / Emploi : l'autopsie    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plus de 1 500 civils et militaires tués par Boko Haram
VIOLENCES AU CAMEROUN
Publié dans L'Expression le 13 - 12 - 2016

Plus de 1500 civils et militaires camerounais ont été tués depuis trois ans dans les attaques lancées par la groupe terroriste Boko Haram, a indiqué hier le ministre camerounais de la Communication, Issa Tchiroma Bakary. Après une série d'enlèvements de civils et de responsables religieux l'année précédente, Boko Haram a entamé l'offensive armée en 2014 au Cameroun, contrée par la coalition militaire formée par ce pays d'Afrique centrale avec le Nigeria, le Tchad, le Niger dans le cadre de la Commission du Bassin du lac Tchad (Cblt), avec la participation du Bénin.
Deux ans après, les attaques massives ont cessé mais le groupe armé qui a prêté allégeance au groupe terroriste «Etat islamique» (Daesh/EI) continue de commettre ses actes de terrorisme sur le sol camerounais à travers des incursions sporadiques et des attentats-suicides, notamment dans la région de l'extrême-nord. A ce jour, le bilan fait état de «plus de 1500 civils et militaires égorgés, décapités et mutilés», selon le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, dénonçant dimanche ces tueries. Selon les Nations unies, le Cameroun est le deuxième pays après le Nigeria, le plus touché par la crise du lac Tchad causée par Boko Haram, avec environ 210.000 déplacés internes et près de 75.000 réfugiés nigérians dans le pays. L'ONG de défense des droits de l'homme Amnesty International a, dans plusieurs rapports, accusé l'armée camerounaise de commettre des crimes de guerre et crimes contre l'humanité à l'égard de populations de l'extrême nord soupçonnées de liens avec des groupes armés.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.