Tiaret : Des cadres des Domaines, du Cadastre et de la Conservation foncière devant la justice    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Les aliments à ne jamais mélanger avec des sodas    Le FC Barcelone boucle le départ d'André Gomes    Kamélia Arezki sur le podium    Arts martiaux : De l'or pour Ryma Iazourene    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    Hôpital Aïn Larbi à Guelma : Des sages femmes protestent devant la DSP    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Attribué en tant qu'actifs résiduels de l'ex-Edipal: Un foncier communal concédé pour un projet promotionnel récupéré    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    JSM Tiaret: Une démarche peu convaincante    Protocole d'entente entre l'université Oran 1 et la firme canadienne SAJE: La 6ème session consacrée à la pratique de la gestion-conseil    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Le tour de main des mages    Aéroport d'Alger: 30.000 euros et 16.000 dollars interceptés    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Ils allaient servir d'aliment de bétail: Plus de 100 quintaux de farine saisis    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    L'ancien officier supérieur, Mohamed Khalfaoui estime : "Nulle sortie de crise n'est envisageable sans dialogue et mutuelles concessions"    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Urgence au dialogue consensuel    L'appel lancé par sept partis de l'opposition    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    6 lourds griefs retenus par le Tribunal    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plus de 1 500 civils et militaires tués par Boko Haram
VIOLENCES AU CAMEROUN
Publié dans L'Expression le 13 - 12 - 2016

Plus de 1500 civils et militaires camerounais ont été tués depuis trois ans dans les attaques lancées par la groupe terroriste Boko Haram, a indiqué hier le ministre camerounais de la Communication, Issa Tchiroma Bakary. Après une série d'enlèvements de civils et de responsables religieux l'année précédente, Boko Haram a entamé l'offensive armée en 2014 au Cameroun, contrée par la coalition militaire formée par ce pays d'Afrique centrale avec le Nigeria, le Tchad, le Niger dans le cadre de la Commission du Bassin du lac Tchad (Cblt), avec la participation du Bénin.
Deux ans après, les attaques massives ont cessé mais le groupe armé qui a prêté allégeance au groupe terroriste «Etat islamique» (Daesh/EI) continue de commettre ses actes de terrorisme sur le sol camerounais à travers des incursions sporadiques et des attentats-suicides, notamment dans la région de l'extrême-nord. A ce jour, le bilan fait état de «plus de 1500 civils et militaires égorgés, décapités et mutilés», selon le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, dénonçant dimanche ces tueries. Selon les Nations unies, le Cameroun est le deuxième pays après le Nigeria, le plus touché par la crise du lac Tchad causée par Boko Haram, avec environ 210.000 déplacés internes et près de 75.000 réfugiés nigérians dans le pays. L'ONG de défense des droits de l'homme Amnesty International a, dans plusieurs rapports, accusé l'armée camerounaise de commettre des crimes de guerre et crimes contre l'humanité à l'égard de populations de l'extrême nord soupçonnées de liens avec des groupes armés.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.