Installation du nouveau président de la Cour d'Alger    BNA: lancement de la Finance Islamique dans deux autres agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    Accidents de la circulation : 32 morts et 1462 blessés en une semaine    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Drareni condamné à 3 ans de prison ferme    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Le choc !    Incompréhension et réserves de la communauté universitaire    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Reprise à la Pêcherie    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    Les habitants de Guentour protestent contre le manque d'eau    Le président de la forem: «On a fabriqué un clientélisme au sein des associations»    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara occidental: Un professeur américain rejette la propagande marocaine
Publié dans Le Maghreb le 22 - 08 - 2019

Le professeur américain, Joseph Huddleston, a publié un avis dans le "Wall Street Journal", contredisant la propagande marocaine selon laquelle l'Etat sahraoui est non viable, et a appelé à permettre au peuple du Sahara occidental d'exercer son droit à l'autodétermination. L'universitaire américain a publié lundi son écrit, sous le titre "Laissons le peuple du Sahara occidental s'exprimer", pour répondre à l'article et à la vidéo de Dion Nissenbaum sur le Sahara occidental "La guerre dormante attire les projecteurs des Etats-Unis" publiée récemment dans le Wall Street Journal, faisant circuler diverses fausses propagandes habituellement avancées par le Maroc pour "justifier" son occupation militaire illégale et violente du Sahara occidental. Le professeur Huddleston a soutenu que "l'affirmation selon laquelle un Sahara occidental indépendant serait probablement instable et offrirait un pied à l'organisation terroriste 'Etat islamique' est une conjecture erronée", affirmant que "la République sahraouie est actuellement sur le terrain et coopère avec les efforts internationaux de lutte contre les crimes et le trafic de drogue, sachant que le Maroc est la principale source de ces deux fléaux". Il a en outre souligné que l'article de Dion Nissenbaum, bien qu'il "attirait l'attention sur le conflit souvent ignoré entre le Maroc et le Front Polisario sur le territoire nord-africain", "mais affirmait à tort qu'un Etat sahraoui indépendant constituer un risque pour la stabilité régionale".
En fait, souligne ce professeur adjoint à l'Ecole de diplomatie et de relations internationales et spécialise dans la politique du Moyen-Orient, les conflits intra-étatiques et la conception de la recherche, que "le peuple sahraoui a construit tout un appareil d'Etat. La République arabe sahraouie démocratique est membre de longue date de l'Union africaine et est reconnue par des dizaines de pays". "Il gagne des combats devant les tribunaux internationaux. Le Front Polisario, représentant légitime du peuple sahraoui, coopère aux efforts de sécurité internationaux contre le trafic et le terrorisme", a-t-il rappelé.

Bolton n'est pas le seul responsable américain à demander un référendum
David Keene, écrivain et journaliste américain au Washington Times, avait, déjà, évoqué cette semaine la question du Sahara occidental dans un long article intitulé "La dernière colonie en Afrique", dans lequel il a déclaré que le Maroc continue à entretenir le désastre humanitaire qu'il a créé au Sahara occidental, soutenant que John Bolton n'est pas le seul responsable américain à demander un référendum d'autodétermination au Sahara occidental. Dans son article de fond qui traite de l'occupation marocaine des territoires du Sahara occidental et de la répression qu'elle exerce contre la population qui rejette son occupation, publié cette semaine sur le site Web de The American Spectator, David Keene est revenu sur l'histoire et les origines du conflit au Sahara occidental. "Le Maroc n'a pas l'intention de permettre aux Sahraouis de voter pour leur avenir. Les diplomates marocains démontrent depuis des années que Rabat acceptait le principe de l'autodétermination mais constituait des dizaines d'obstacles à la mise en œuvre effective du vote", indique David Kenne, rappelant que les autorités marocaines ont récemment annoncé que l'option référendaire était "dépassée" Le célèbre journaliste américain David Keene a détaillé que la stratégie du régime marocain se résume à "tout faire pour saper toute action contribuant à la solution de la question saharienne. A terme, le monde acceptera le statu quo comme légitime". Pour ce faire, ajoute David Keene, Rabat a dépensé des dizaines de millions de dollars en lobbying pour persuader les décideurs politiques de Washington de ne rien faire pour résoudre le conflit sahraoui. Mais les manœuvres marocaines ont été sapées par la nomination par le président américain Donald Trump de John Bolton, au poste de président du Conseil de sécurité nationale, a ajouté M. Keene, poursuivant : "Le journaliste français qui se trouvait à Rabat lorsque la nouvelle de la nomination est arrivée au Maroc m'a dit qu'ils (les Marocains, ndlr) considéraient cette nomination comme 'inquiétante' et 'irréaliste' (...) Ils savent que Bolton insiste depuis des années pour trouver une solution aux Sahraouis, car, souligne M. Keene, il comprend leur détresse et parce que la confrontation en cours constitue une menace pour la stabilité régionale en Afrique du Nord et, aussi, pour les intérêts américains". John Bolton a traduit son intérêt sur le terrain pour la cause sahraouie, ajoute l'article, de deux manières : chaque année, les Nations Unies devraient voter pour prolonger le mandat de la MINURSO, permettant ainsi de continuer à soutenir les réfugiés sahraouis, mais l'année dernière avec Bolton en position d'influence, les Etats-Unis ont demandé de réduire le mandat de la MINURSO à six mois au lieu d'un an. La deuxième manière a consisté à sensibiliser les parties (le Maroc et le Front Polisario) sur le fait que les Etats-Unis veulent aller de l'avant pour permettre une solution de sortie de l'impasse pour organiser le référendum d'autodétermination.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.